Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler

Il y a des romans graphiques qui vous marquent dès la première lecture, L'Ascension du Haut Mal de David B. en est un bon exemple. Dans ce livre, le narrateur, Pierre-François, qui deviendra dessinateur et auteur de bandes dessinées, raconte son passage de l'enfance à l'âge adulte mais surtout le long périple de son frère, Jean-Christophe, atteint d'épilepsie.

 
 
 
Ce roman graphique foisonnant est tout d'abord un descriptif minutieux et ahurissant d'une époque et des différentes approches médicales d'un problème. En effet, les parents de Jean-Christophe ne cesseront de chercher des remèdes au mal dont souffre leur enfant. Après la médecine générale occidentale, dont le projet était de l'abrutir à coup de médicaments, le couple se dirige alors vers des médecines orientales, des traitements macrobiotiques voire des mouvements ésotériques où la médecine se double d'un nouveau mode de vie en société (parfois proche de la secte). 
Le désespoir des parents est progressif, au fur et à mesure qu'ils constatent que ces traitements n'apportent aucune réelle amélioration. A côté de cette chronique des médecines parallèles, on découvre un monde onirique peuplé de références fantastiques comme l'histoire du Golem.
 
C'est par cet univers fictif que le narrateur, et auteur David B., s'échappa d'un quotidien familial lourd.  La création, en l'occurrence de bandes dessinées, comme la possibilité de magnifier la noirceur, de surmonter les difficultés de la vie. Se diriger vers les mythes, les folklores pour trouver des réponses à ses questions. 
Le récit ne manque pas de cruauté et de dureté. Non pas graphique, pas de gore ici, mais certaines situations penchent vers l'impudique (la stérilité que l'auteur découvre à l'âge adulte, des rapports violents avec ce frère malade) sans jamais y tomber. On en ressort secoué mais grandi, à l'instar de David B.
Pour finir, on ne peut qu'admirer le travail graphique de David B., par ailleurs co-fondateur de L'Association, qui sut imposer son style très rapidement. Un mélange de fantastique, d'onirisme et de représentations mystiques puisées dans d'anciennes civilisations. Un patchwork à l'image de beaucoup d'hommes d'aujourd'hui, en quête d'union et de sens, parfois au-delà de la culture initiale. 
 
 
 
 
 
 


Pour nous suivre plus facilement, abonnez-vous à notre flux RSS :http://feeds.feedburner.com/BrviaireDesVaincus 

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LeBreviaireDesVaincus

Suivez-nous sur twitter : https://twitter.com/breviairelitt
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

maitrenanar
Signaler
maitrenanar
Pourquoi pompeux ? Du fait du format d'édition et souvent du fait d'une place importante allouée au texte, une production comme celle-là se rapproche plus d'une hybridation roman/bd que de la bande dessinée traditionnelle, franco-belge, type 48 c.c. (couverture cartonnée).
Tycho
Signaler
Tycho
Aaah "Roman graphique", que ce terme est pompeux... :P
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Je n'ai lu que des critiques très positives sur cette BD (ou plutôt ce "graphic novel") depuis des années... Il faudrait vraiment que je me l'achète !

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives