Le Blog de BlackLabel

Par BlackLabel Blog créé le 04/12/14 Mis à jour le 26/02/15 à 18h08

Ajouter aux favoris
Signaler

Hello tous,

 

Après une longue absence, la voici de retour : la rubrique "Fermeture de blog" s'aventure aujourd'hui sur les terres d'un classique de Gameblog, la fermeture de blog. J'ai eu l'occasion, dans le cadre de mon activité Internet, d'en parler directement avec son réalisateur, moi. Aussi cette prose s'inspire-t-elle de cette rencontre.

Maintenant, une image. Penser à Gameblog, c'est voir, immédiatement, surgir dans sa mémoire l'image de news sur des actrices pornos. Mais pour moi, c'est aussi ce monticule de fautes d'orthographe et de grammaire qui apparaît dès les premières secondes du clic. La sauvagerie est totale, ahurissante. Nous sommes au fin fond du gouffre. Ce monument dégénéré est un symbole : celui d'une industrie ludique qui s'apprête à exhumer ses Doritos. Qui s'apprête à regarder droit dans les yeux les joueurs qu'elle a enfantés.

I. BlackLabel

Amusant, le premier contact avec BlackLabel. Le bonhomme, très bonhomme, a tout du bon gars idéal lorsqu'on lui sert la main pour la première fois. Gentil, le regard doux, presque un peu timide, BlackLabel vous parle chaleureusement, comme si vous étiez un ami de longue date. Le contraste n'en est que plus saisissant dès lors que vous commencez à sonder sa pensée. Rarement homme aura été aussi consterné par le monde du jeu vidéo. Consterné, et désespéré.

BlackLabel s'inscrit le... flemme de faire la recherche... sur Gameblog. L'anecdote est indigne d'intérêt. Critiquer des daubes, c'est en tout cas ce qui va conditionner son existence dès les premières années. BlackLabel ne parle pas des jeux qu'il a fréquentés sur PS2, mais des navets subis sur PS3 desquels il va se forger une vaste sous-sous-culture, un dégoût immodéré pour les AAA et les crottes indés. BlackLabel joue à tout, n'importe quoi (pas le choix !), apprend dans les daubes obscures la "grammaire du jeu vidéo".

BlackLabel acquiert rapidement la conviction qu'il veut défoncer les jeux vidéo, avec en ligne de mire... tous les studios -il l'avoue humblement. Ce n'est pas une surprise. C'est sur Red Dead Redemption qu'il fait ses premières armes dans le métier, tout en travaillant sur une petite structure privée, qui comprendra comme premier membre Pedrof, afin d'élargir l'éventail de daubes à dénoncer.

2000... quelque chose . La date doit faire tilt dans pas mal d'esprits éclairés. Cette année-là, c'est la fameuse crise des news. Julien Chièze n'est pas encore président des Etats-Unis de Gameblog, et même si personne ne le sait encore, le jeu vidéo a gagné mais ne le sait pas non plus.

BlackLabel vivra les événements de très près de son ordinateur. Il n'est pas là tout de suite, lorsque les modos doivent éteindre une news incendiés par des GIFs. Mais il est rapidement eattiré là-bas pour recueillir des témoignages. Cette date a changé le visage de Gameblog, faisant passer le site de la confiance au doute, ouvrant les yeux à des millions de membres sur sa sauvagerie latente.  La prise de conscience a tout d'un coup de poing dans la figure. Upper. Cut.

"Et quand vous voulez vous faire remarquer sans avoir d'avatar et sans dépenser de sommes mirobolantes, il y a la critique du jeu que tout le monde aime", analyse-t-il après cette débâcle. La boucle est bouclée. Le succès passera par des critiques à l'image de ce que à quoi BlackLabel est habitué : réaliste, presque documentaire et totalement hallucinatoire pour le commun des joueurs.

II. La Critique

La recette magique de la critique, BlackLabel la trouve dans la file d'attente d'un magasin de jeu vidéo, en pensant au succès qu'il pourrait gagner en critiquant le jeu du moment.

 BlackLabel, d'emblée, veut instaurer sciemment un climat de peur, de colère voire de haine entre les jeux de merde, convaincu que cet état d'esprit est salvateur. Mais c'est Pedrof qui décrit le mieux les choses. Plus analytique et moins énervé, il parviendra à toucher à la substantifique moelle de la daube.

L'odeur des daubes, donc, est insupportable. Mais il y a aussi celle de la putréfaction. Pour créer des décors réellement crédibles, Mass Effect met deux cuvettes de toilettes dans le fond d'une salle carrée pour faire croire que c'est les chiottes. Il produit, en partant de cette matière première, un level-design dégénéré qui vient décorer le jeu n'importe comment, et dont l'allure devient insupportable à mesure que les jours passent. Devant un tel manque de professionnalisme,  certains membres du staff sont obligés de sortir pour vomir. Ils ont beau avoir skinés des salles vides, ils contribuent à faire de leur titre une daube nauséabonde. Il faut le dénoncer.

Les conditions de travail sont difficiles, parfois dangereuses, de l'aveu même de BlackLabel.  Il faut prendre garde aux mécontents qui le traite de blasé. Pedrof, qui est le plus mis à contribution, est blessé à plusieurs reprises.

 III. Reconnus trop tard

 De simples blasés du jeu vidéo ? Des critiques conçues pour choquer, par des décérébrés ? Du troll primaire affiché pour titiller la fibre voyeuriste des joueurs ? On a à peu près tout reproché à BlackLabel et Pedrof. C'est dire si le fossé est gigantesque entre cette image et celle des primés par la Sélection Gameblog à plusieurs reprises, plus encore avec leur réputation actuelle, devenue culte avec les années. Désormais, ils font l'unanimité. Alors on a fermé !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler

Un matin, vous ouvrez votre boîte à lettres, vous n’attendez rien de particulier et pourtant que découvrez-vous ?

Rien.

Alors certains diront qu'ils z'ont pas mon adresse, etc., genre on peut pas la trouver en allant voir Label dans l'annuaire, mais bien sûr... :/

Certains font des efforts, genre Pedrof qui envoie une clé steam (en fait gog mais steam c'est plus connu) en mp sauf que c'est pas pareil parce que y'a pas de facteur ! Vous savez, le type qui sonne pas alors que vous êtes chez vous et après faut aller chercher soi-même son colis à la poste ? Bon au moins moi j'ai pas eu à faire ça vu qu'il y avait pas de colis.

Donc voilà les photos :

 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler

Salut les amis !

Ou plutôt au revoir (ou pas).

Comme bien d'autres avant moi, j'ai décidé de fermer mon blog. Pour quelles raisons ? Ça n'a pas été une décision facile à prendre, j'y pense depuis au moins un an, voire plus, à force de voir la C&B se désintégrer. Est-ce que j'ouvre un blog pour le fermer aussitôt lololol mdr (oui, cette idée conne me fait rire) ? Et là je me suis dit qu'il était temps ! De toute façon, comme vous pourrez le constater si vous fouillez les archives... ben... en fait y'a pas d'archives. Alors à quoi bon laisser ce blog ouvert ? Et à quoi bon l'ouvrir ? Ben ça, c'est parce que certains disparus avaient émis le souhait à l'époque de me voir ouvrir un blog. Perso j'aime pas ça, donc je l'ai jamais fait, en plus j'aime bien être chiant donc je l'ai jamais fait, mais aujourd'hui ça leur fait un petit coucou, un clin d'oeil.

GB, c'est devenu nul. Moi je me suis inscrit juste pour le côté "GB est à vous" (j'ai jamais cru au jeuvidotrement avec un blog d'un membre de la rédac qui postait des jeunes filles nues tendance ado, craignos quand même... ),  mais au moins y'avait une partie du site qui gratuitement fournissait le vrai contenu.

Vous savez, quand vous devez cliquer 10 fois pour voir que le top des survival-horror qui est en fait juste une liste des plus connus avec les infos prises sur wikipédia que tout le monde connaît ? Ça c'est le job des sites pros, ils sont payés pour ça. Puis vous aviez aussi des dossiers sur les GTA et vous appreniez des trucs sur la série ? Ça c'était C&B, et en particulier Caribou, gratuitement. Vous savez toutes les daubes AAA qui se mangent des grosses notes ? Ça c'est les sites pros, et ils reçoivent des cadeaux pour ça. Et celui qui les décortique, les analyse, parvient à vous intéresser à un jeu qui n'a pourtant aucun intérêt ? Ça c'était Upselo, gratuit. Vous savez ce jeu que la presse a pas aimé, et qu'une petite frange de joueurs adorent, sauf un, toujours le même ! Ça c'était Pedrof.

Je ne citerai pas tout le monde, car forcément on en oublie toujours, et je n'ai pas envie de faire une liste avec de trous. Je citerai quand même Zig qui, encore plus troll que moi, se ramassait plein de likes juste parce qu'il sait dessiner pendant qu'on me traitait de blasé. C't'injuste ! Et aussi Ladanette, qui est arrivé tout beau tout gentil avant de se transformer graduellement en Super Sayen du troll. C'était magnifique.

On voit partir des gens qu'on aime lire. On voit ensuite partir des gens qu'on connaît pas vraiment, mais leur présence avait leur importance. Les histoires de cycles, c'est ridicule. Oui c'est normal que des gens quittent des forums, mais là c'est une hécatombe. Ce n'est pas un renouvellement, c'est remplacer du old-school par du moderne jetable en plastoc cheap. Il y a une époque où les trolls, les vrais, il y en avait un ou deux. Je parle de gens nuisibles, pas des Mordo ou Vito. Maintenant il y en a partout, mais c'est pas grave tant qu'ils critiquent pas le site et la rédac'. En plus la plupart ne sachant pas écrire, ils ne voient pas les fautes dans les news en cours.

Je tiens à remercier profondément ceux qui ont suivi ce blog tout le temps qu'il a existé, votre fidélité m'a encouragé à toujours fournir plus de contenu même si finalement je ne l'ai pas fourni. Je remercie ceux qui aiment me lire, et ceux qui n'aiment pas mais qui me lisent quand même. Ce fut une belle aventure, mais désormais je me contenterai des statuts et de mon mur. C'est une activité assez chronophage, cliquer dix fois sur activités précédentes, dans le meilleur des cas, ça prend du temps, surtout quand vous cliquez sur un lien puis vous revenez ensuite sur le mur et faut recommencer à zéro, ce qui est toujours mieux que de rester à zéro avec "Aucune activité précédente".

Je terminerai cet article en vous rappelant le bug de l

Ajouter à mes favoris Commenter (28)

Archives

Favoris