Be Awesome. Be a Geek.
Signaler
Pamphlet

Episode 1

Une semaine. Voilà une semaine que mon salon ne résonne plus des cris bestiaux de mon colocataire partageant, avec tous nos voisins, la joie intense que lui procure l'humiliation qu'il vient de m'infliger à Fifa 11. On n'y entend plus que nos longs soupirs devant une X360 aussi froide que des testicules de phoque (à se les traîner toute la journée sur la glace aussi...) et un Tuner TV Freebox aussi poussiéreux que les parties intimes d'une octogénaire. Peu à peu la vie abandonne notre séjour, tant et si bien qu'il en est même devenu propre.

Mais, les multiples conseils et commentaires qui m'ont été donné (pour lesquels je suis très reconnaissant), ajoutés à l'aberration visuelle que constitue ma table basse privée de ses habituelles manettes, cendriers pleins et résidus de fast-food, m'ont fait finalement comprendre ce matin même que le temps de la réflexion était désormais révolu. Prenant mon courage à deux mains, je me jetais alors un grand verre d'eau chaude à la figure pour faire disparaître l'abrutissement liée à la testa croupionae (terme scientifique désignant la maladie de la tête dans le cul). Je pouvais alors envisager plus lucidement toutes les options qui s'offraient à moi.

Me vint d'abord en tête ce que j'appellerai la solution "altermondialiste". Elle aurait consisté à déboutonner mon pantalon, à le descendre jusqu'aux chevilles et à afficher fièrement mes fesses rebondies au visage d'un monde consumériste contrôlé des médias de masse, qui servent des heures et des heures de purin audiovisuel à un public devenu fin scatophile. Cette solution, vous l'aurez compris, consistait simplement à ne pas racheter de téléviseur. Ce choix, quoique certainement utile au progrès philosophique de la race humaune, n'aurait pas seulement impliqué une privation totale de programmes télévisés, mais également la fin des duels vidéoludiques entre amis, la fin du découpage industriel de locusts sur Gears of War 2 et la fin des chorégraphies en duo (à la limite de la parade amoureuse) entre colocataires sur Just Dance. Bref, cette option impliquait la disparition de ce qui faisait le sel de notre association locative et ne pouvait donc en aucun cas se justifier (même pour répondre aux imprécations de hippies bouddhistes sponsorisés par St Maclou). Même l'argument pourtant fort de la gratuité de cette solution ne saurait contrebalancer l'absence de toute activité vidéoludique.

J'envisageais alors une autre possibilité : celle de la réparation. Certes payante, cette solution apparaissait cependant comme le bon intermédiaire entre la gratuité du non-remplacement de mon écran et la vente d'un rein à la mafia albanaise comme financement de l'acquisition d'une nouvelle télévision. Le problème en était les réactions opposées que l'exposition de cette option avait suscité chez nombre de mes interlocuteurs. Certains arguaient qu'il s'agissait certainement d'un "petit composant de merde", ne coûtant pas plus cher qu'une prostituée thaïlandaise et dont le remplacement aurait pu être effectué par un singe alcoolique. D'autres au contraire soutenaient que les réparateurs spécialisés avaient autant d'honneur qu'un joueur de Premier League et que tous m'annonceraient avec une tristesse mal feinte que l'état de la carte mère de l'écran était proche de celui du réacteur n°2 de la centre de Fukushima. Je les imaginais donc déjà m'annonçant que la réparation me coûterait exactement le prix de leurs prochaines vacances aux Seychelles. Puis, les arguments de l'informaticien de ma société, m'expliquant que les boutiques d'électronique, tout comme les grandes marques, changeaient et facturaient systématiquement les cartes mères, achevaient de m'effrayer. Déchiré entre ma peur de la "sodomie commerciale" (également appelée effet Darty) et l'espoir de retrouver mon écran facilement et pour une somme modique, je décidais d'abandonner également cette solution, dont toutes les issues me paraissaient hautement incertaines.

Ne me restait donc plus qu'une seule solution, qui apparût soudain dans mon esprit, auréolée d'une lumière blanche aussi immaculée que la poitrine d'une rousse. Cette solution qui au fond de mon âme, avait toujours été celle pour laquelle je penchais, était désormais justifiée par l'absence d'autres option acceptables. Son prix élevé n'était désormais plus une variable de la réflexion mais une obligation à laquelle je devais me soumettre, un fait que je devais accepter sans broncher. Ainsi débarrassé  de tout remord pécuniaire, j'annihilais mes dernières capacités d'analyse par un bombardement nourri d'arguments aussi fallacieux les uns que les autres : la nouvelle télévision paternelle qui surpasse la mienne depuis peu, l'envie de passer au plasma, l'absence d'entrée audio sur ma Philips, etc...

Vous me voyez donc devant vous avec la ferme intention d'acquérir un nouveau téléviseur (ainsi que celle de me couper un bras pour pouvoir me le payer). Je vous demande une nouvelle fois vos conseils éclairés, non pas sur la bonne décision à prendre, mais sur la bonne télévision à acheter. Plasma, LED, 3D, 600Mhz, Jumbotron ?

Merci de votre aide une nouvelle fois,

Arthur

PS : Mon choix final sera bien entendu communiqué dans un prochain article.

Me suivre sur Twitter.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Zaraki
Signaler
Zaraki
Plasma go go go :

http://www.hdtvtest....20100520694.htm

Une référence, tout simplement !

seulement 1200 ¤ à la FNAC, comment résister ? C'est un peu comme résister à mon charme en chemise bleue, juste impossible.

http://www.fnac.com/...3D/a3119592/w-4

Quel bijou <3 !
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
Rooo mais c'est beaucoup trop gentil ça ! Je croise les doigts alors :D
SerialButcher
Signaler
SerialButcher
Si je remporte les 100 millions de l'Euromillions de ce soir, je te la paye ta télé ;)

Be Awesome. Be a Geek.

Par Rockolarea Blog créé le 27/10/10 Mis à jour le 24/10/12 à 11h24

Ajouter aux favoris

Édito

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

 

Après une première année chaotique, il était temps pour moi et pour le blog de passer à une deuxième étape qui, je l’espère, sera plus stable que ces premiers mois de vie du blog. Alternant entre périodes d’activité intense et mort cérébrale, cette première saison de Be Awesome Be a Geek est avant tout pour moi une leçon qui devrait me permettre de vous proposer pour cette deuxième saison un contenu plus régulier, plus travaillé et plus ressemblant à ce que je veux faire de cette modeste aventure.

 

A priori donc, plus de petits articles par-dessus la jambe, plus de périodes d’inactivité prolongées, mais des articles construits, fréquents et, si Dieu le veut, drôles et intéressants. Du sport, du jeu vidéo, de la gastronomie, de la mauvaise foi et des blagues grasses : la vie donc.

 

Archives

Favoris