Le Petit Blog Gamer

Le Petit Blog Gamer

Par Anki Toni Blog créé le 20/01/11 Mis à jour le 09/10/13 à 18h40

A l'affût des nouvelles expériences vidéoludiques. Passionné, blogueur jeux vidéo du Petit Blog Gamer. A eu 20 ans en l'an 2001. Gamer since Super Mario Bros.
http://twitter.com/#!/ankitoni

Ajouter aux favoris
Signaler

 

 

Le jeu vidéo, ce n'est plus ce que c'était. Tout le monde vous le dira.

 

Mais d'ailleurs, tiens, qu'est-ce-donc qu'un jeu vidéo ?

 

Définition Wikipedia du jeu vidéo (oui, je sors la grosse artillerie)

 

Hum... I see...

 

 

 Un jeu vidéo est un jeu électronique impliquant une interaction humaine avec une interface utilisateur afin de générer un retour visuel sur un dispositif vidéo.

 

Une interface utilisateur... un retour visuel...

 

Mais quelle est donc l'utilité d'un tel dispositif  ? Allons voir à jeu électronique.

 


 

Définition Wikipedia du jeu électronique

 

Okay...

 

 

 Les jeux électroniques ou jouets électroniques sont des jeux qui utilisent des composants électroniques (comme des circuits imprimés) pour fournir l'amusement.

 

Les jeux vidéo feraient donc parti de la famille des "jouets électroniques"...

 

... dont le but serait l' "amusement". Allons voir à amusement.

 


 

Définition Wikipedia de l'amusement

 

Hummmdhiqdsdjk#?...

 

 

"L'amusement est une émotion animée lors de situations ou évènements et divertissements humoristiques"

 

 

 

Votre conclusion, vous l'avez, les jeux vidéo sont là pour les gens qui ont envie de rigoler. Vous êtes de bons gros rigolos.

 

Donc si vous voulez savoir si telle ou telle production est vraiment un jeu vidéo, posez-vous la question : y a t-il du gros LOL inside ?

 

Si non, alors ce n'est pas un jeu vidéo, circulez et appelez ça comme vous voulez.

 

Décidement, le jeu vidéo, ce n'est plus ce que c'était.

 

NotaBene - l'image accompagnant cet article a été choisie aléatoirement. Toute concordance profonde et possible avec cet article serait totalement fortuite. Ceci dit, vous pouvez toujours visitez les commentaires du test de Beyond Two Souls si ça vous chante.

 
 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler

 


Alors que sur ce blog, je vous présentais ma cartographie du jeu vidéo il y a quelques jours - abordant avec légèreté la question du Hardcore versus Casual - d'autres ont depuis abordé cette question avec plus de sérieux ici ou .

Alors quoi ? Nous ne voulons plus être des hardcore gamers ou bien cette notion ne définit-elle absolument plus rien ?

Trois notions sont pourtant souvent avancées ça et là, en vrac, et pourraient être distinguées, avec chacune un degré de pertinence qui lui est propre. Sans vous refaire de définition des termes  hardcore ou casual (celles de barredevie me convenant d'ailleurs peu ou prou), je distingue pour ma part les notions :

1 - Hardcore game & Casual game, qui concerne donc les jeux
2 - Hardcore gamer & Casual gamer, qui peut qualifier bien évidemment les joueurs
3 - Hardcore gaming & Casual gaming, qui désigne nos sessions de jeu à proprement parler, ou notre manière de jouer

Et là vous allez dire Ouaah le mec, je veux faire les mêmes études que lui pour pouvoir pondre des trucs pareils ! Et pourtant... cette distinction est importante car deux de ces notions sont des planches pourries et une seule n'est réellement valable.

Commençons par les termes "casual" et "hardcore" accolés à "game"... Qu'est-ce qui fera d'un jeu une production hardcore ou une merde un titre casual ?
Avouez que cette question sera difficile voire impossible à trancher... sachant que Tetris, pour reprendre un exemple connu, peut aisément revêtir les deux appellations. Et que dire de Ico, connu principalement par les gamers mais dont la simplicité de gameplay pourrait lui permettre d'être parcouru et apprécié par le plus grand nombre ? Ces simples exemples (inutile de chercher plus loin) prouvent qu'il n'existe pas deux grands sacs dans lesquels nous devons, ou même pouvons, jeter les jeux à tours de bras.

Et les termes casual gamers et hardcore gamers alors ?
Eh bien pour parler de ce que je connais (moi), ne suis-je pas un casual gamer lorsque je résous les énigmes de Professeur Layton ? Mais ne suis-je pas non plus un hardcore gamer lorsque je dépouille avec minutie toutes les quêtes principales et annexes de Mass Effect ? Et peut-être encore plus parlant, quand je joue à Tiny Wings sur mon smartphone dans une file d'attente et que finalement je passe 5 jours à essayer de péter tous les records ?
Vous voyez, un même jeu, un même joueur, mais dans lesquels les deux termes hardcore et casual semblent se perdre...
Là où je comprends l'édito de Gameblog, c'est que le terme hardcore gamer peut être utilisé par certains à des fins de discrimination ou tout du moins d'auto-valorisation. JE joue à TEL jeu, JE suis un Hardcore Gamer. Sous-entendu (voire pas sous-entendu du tout d'ailleurs), VOUS êtes des sous-merdes parce que vous jouez à TEL jeu (qui n'est pas un jeu gamer parce que c'est moi qui l'ait décidé).


Tout cela nous amène au casual et hardcore GAMING.

Prenons donc un nouvel exemple puisque je ne sais faire que ça depuis le début.
Je gesticule devant Wii Sports Resort, compet' freezby option caniche. Premières minutes décontractées, "casual gaming", je découvre et apprécie sans prise de tête. Mais v'la ti pas que l'lendemain' j'decouvre que ma femme à pété mon score, le mien faisant maintenant vraiment tiep ! Souffrance, remise en question, psychothérapie, rage puis retroussage de manches... Je me mets alors à désosser le jeu, jusqu'à inventer les mouvements les plus improbables voire ridicules, jusqu'au Saint Graal, le score parfait synonyme d'annihilation (d'humiliation ?) du score de ma femme. Voilà comment en plusieurs séances de jeu effrénées, je me suis rapproché d'une expérience de jeu finalement plus proche du hardcore gaming que du casual gaming, et sur un jeu réputé casual. Je vous invite à regarder, si vous ne l'avez déjà fait, quelques vidéos de tarés réalisant le score parfait sur l'épreuve de tir aux pigeons de Wii Play.

Alors que puisque selon moi, seules des sessions de jeu peuvent être définies catégoriquement comme "casual" ou "hardcore", pour préciser encore un peu plus mon raisonnement, un classement pourrait néanmoins être fait pour les jeux et les joueurs, selon les sessions de jeux observées. Ainsi Tetris, disons sous une estimation fictive de 75% des cas (selon le joueur et le moment), est abordé en toute décontraction, et dans 25% des cas, à des fins de scoring. On pourrait donc dire que Tetris est un jeu casual pour 75% et hardcore pour 25%. Deux autres exemples aux extrêmes, Demon's Souls et Léa Passion Maîtresse d'Ecole : Classe Verte, qui remplieraient respectivement une des deux jauges à 100% (mais pas la même :-) ). Même si je n'ai jamais eu l'occasion de les tester, je doute que Demon's Souls puisse permettre des approches casual, ou qu'il soit possible de faire du scoring avec Léa Passion. Mais vous avouerez que bien peu de titres atteignent de tels extrêmes.

Idem pour les joueurs. Je ne me qualifierai pas d'"hardcore gamer", dans la mesure où je m'autorise aussi des sessions de jeu "passe-temps", de même que pour un RPG, je ne passe généralement pas des heures à récupérer des items ou trophées n'ayant pas d'impact sur le scénario ou le background.

 

En définitive, si se battre sur ce qui est vraiment hardcore et casual ne devait servir qu'à séparer le grain de l'ivraie, à reconnaître le "bon" du "mauvais" chasseur joueur, nous faisons fausse route. Car le passionné de jeu vidéo n'est-il pas apte à apprécier, bien sûr sous réserve de ses affinités, le jeu vidéo sous toutes ses dimensions, du Cut the Rope au S.T.A.L.K.E.R, en passant par Bioshock, Heavy RainLimbo, Call of Duty, Flower, FIFA, Braid... et finalement des milliers d'autres titres, qui sont autant de niveaux de gris entre les noirs et blancs extrêmes ?

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

 

C'est avec une joie non dissimulée que je partage avec vous cette cartographie du jeu vidéo, réalisée par mes soins suite à une étude pas tout à fait sérieuse de quelques minutes plusieurs années.

Et vous, où vous situez-vous ?

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler

Bonsoir à tous !

A l'occasion du transfert de mon blog vers Gameblog, je re-publie cette énigme si toutefois vous étiez passés à côté la première fois ! Le but étant de jouer le jeu... et pas d'aller chercher la réponse en cherchant mon ancien blog :(

Enfin bon, faites comme vous voulez...

Bandeau_Quizz_gamer

 

 

 

Qui... ? Oui... qui résoudra cette énigme ? Qui sera l'ultime "GAMER" ?

Voici les données de l'énigme...

Chaque lettre est tirée d'un jeu mythique.
Quand vous aurez identifié un titre, il vous suffira de retenir la lettre suivante au sein du titre.
(exemple : si vous reconnaissez le "K" de "Okami", il suffit de retenir "A")

Mon tout est un jeu vidéo non moins mythique !

3... 2... 1... Partez !

1___R_Quizz 2___N_Quizz 3___H_Quizz 4___T_Quizz 5___A_Quizz 6___B_Quizz 7___E_Quizz_copie 8___E_Quizz 9___C_Quizz

Non... perdu... Rnhtabeec, ça veut rien dire... Vous êtes sûrs d'avoir bien lu les consignes ???

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Photoshop

Voici une réinterprétation de la pochette de l'album Aladdin Sane de David Bowie !

Deux petites remarques : 1. je suis ultra-novice en photoshop 2. je n'utilise pas de tablette, forcemment puisque je suis novice ;)

Merci d'avoir jeté un coup d'oeil à mon "oeuvre" !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler

Au commencement d'une nouvelle ère, il y a dix années de ça, j'ai vécu une expérience exceptionnelle dont le souvenir est aujourd'hui encore bien vivace et pour cause : mon âme a été transférée à l'intérieur d'un jeu vidéo. Oui, vous avez bien lu « à l'intérieur ». Et aucune rédemption n'a été possible avant la fin du chemin. Mon âme fut tour à tour stupéfiée, émerveillée, en proie au démon, piégée.

Ce fut pourtant l'âme sereine que j'insérai le disque 1 de The Nomad Soul dans le lecteur de mon Pentium III. Je découvre illico le deal proposé par Kay'l 669, individu psyché speedé probablement fort bien accoutré si l'on se réfère aux collections automne hiver de l'an 3496. Je me souviendrai à jamais des paroles qu'il a prononcées :


NomadSoul1« J'ai beaucoup de choses à te dire et très peu de temps. Je m'appelle Kay'l. Je viens d'un univers parallèle au tien. Mon monde a absolument besoin de ton aide. Toi seul peut nous sauver. J'ai réussi à ouvrir une brèche entre ton univers et le mien. Avec ta machine, tu peux la traverser et vernir nous aider. Mais pour pouvoir le faire, tu dois transférer ton âme dans mon corps. Acceptes-tu ? Appuie sur un bouton si c'est « Oui » mais décide-toi vite, car le temps presse. 


 

 

(entrée en matière plutôt véloce et excitante, vous en conviendrez... je suis un peu acculé ceci dit)

- J'accepte

- Je savais que je pouvais compter sur toi. Maintenant, concentre-toi...

 

NomadSoul2

En quelques instant, je sens sauter le verrou de mon âme, la laissant errer et glisser peu à peu pour devenir... une âme nomade.

Une, deux secondes... et le transfert d'âme s'est produit...

 

 

 

Je me vois plonger dans une faille spatio-temporelle pour voler au secours du monde de Kay'l que je ne connais pas. Je prends à peine conscience de cette autre dimension, choqué par l'incarnation inopinée de ce nouveau corps, que l'expérience tourne court, ou presque. Une forme monstrueuse débarque et attrape mon visage pixellisé, nouvel antre de mon âme, pour le vider de son contenu.

NomadSoul3Je dois vous avouer que l'aspect retors, peu recommandable de la créature m'a profondément marqué. Je vois encore aujourd'hui la tête de ce sale criquet géant communiste dans mes pires cauchemars.

Mais « Ralph Baer » merci [dieu du JV, à l'origine de toute création]  je suis sauvé par la patrouille impromptue d'un mécagarde - également communiste je présume - qui chasse le malfaisant.

 

 

La ville s'offre alors à moi, effrayante mais fascinante... j'ai envie d'y rester, de la découvrir, d'y vivre, ne serait-ce que le temps d'une partie. Chaque pas vers elle résonne en moi, me terrifie, me galvanise. Se rappelle alors à moi la consigne de Kay'l : « passe d'abord à mon appartement ».

Je m'en vais donc gaiement, bien décidé à consulter un psy-tech car décidément ça va pas très bien dans ma tête à ce moment là.


NomadSoul5

NomadSoul6

Après quelques vagabondages et quelques questions aux autochtones (à qui il semble bien que ce monde pixellisé est le vrai monde réel !) je me décide à appeler un Slider (ou taxi service) via mon MK400 (ou Blackberry du futur) pour rejoindre le domicile de Kay'l... ou plutôt mon domicile.

NomadSoul8Et arrivé sur place : OUAAaaaa ! Trop class' mon appart' ! Je voudrai bien le même en vrai, toutefois avec un peu plus de mobilier et peut-être ma touche personnelle pour la déco. Sinon c'est le top dans le genre « appartement du futur ». Tour du propriétaire... un salon, une chambre, des toilettes, une salle d'entrainement au combat (normal) une cuisine avec 3 anneaux qui flottent dans l'air (encore normal). Ces anneaux me permettent de sauvegarder et retransférer mon âme vers la loque située de l'autre côté de l'écran (toujours on ne peut plus normal :) je vous assure on s'habitue).


NomadSoul7Je sors de la cuisine et là, direct, je me fais braquer par... euh... mon épousée (il parait) qui « ouf » m'a finalement reconnu et me saute dans les bras. S'ensuit une petite conversation à base de « Où c'est que t'étais fourré depuis 4 jours » etc.  qui a le mérite de poser l'intrigue, ainsi que la deuxième pierre émotionnelle à l'expérience. En fin de discussion, je ne suis pas stupide, je vois bien que la petite sort du salon pour se diriger vers la chambre. Intrigué (ouais... ok... on voit bien le genre d'intrigue) je la suis. Elle sur le lit, je m'allonge à ses côtés en toute simplicité, comme s'il m'avait suffit de presser la touche « Enter » de mon clavier pour le faire. Euh... et après je ne m'en souviens plus très bien... je ne sais pas pourquoi, il y a comme un blanc...

Le retour de mon âme se passe sans heurt, et je retrouve aisément ce corps, ces mains crispées, ces yeux exorbités, cette bouche dégoulinante de bave. En revanche, il me manque quelque chose, mais quoi ? ... une partie de moi y est restée... Et plus je vais progresser dans l'aventure, plus je vais être piégé par ce jeu. Mais ça, c'est une aventure qu'il vous appartient de vivre par vous-même...

 

Mais... pourquoi nous infliger cet article ???  :)

 

Heavy Rain fait couler beaucoup d'encre depuis sa sortie. Tout le monde se plait à donner son avis sur le jeu, et parfois au passage, sur son "ébauche", Fahrenheit.

Tout ça m'a bien donné envie de revenir aux sources...


Si Fahrenheit est un jeu à part et m'a fait vivre quelques uns de mes meilleurs moments de "petit gamer" (les 3 premières heures principalement !), The Nomad Soul, première tentative de Quantic Dream et de David Cage, mérite bien plus que ce statut d'oeuvre de jeunesse dont on pourrait innocemment l'affubler.


J'irai d'ailleurs bien plus loin : la première marche vers une révolution vidéoludique
 n'est pas Heavy Rain (pour qui elle a été proclamée autant à juste titre que pour des raisons marketing) : c'est The Nomad Soul...

L'obsession de Quantic Dream était alors de tout rendre possible : monde ouvert et exploration, interaction avec un maximum d'éléments de l'environnement, phases de shoot, phases d'enquête, phases de combat et apprentissage de techniques de combats, dialogues avec choix multiples, plusieurs personnages jouables avec leurs propres caractéristiques, bref... du  gameplay ! (je crois bien entendre s'étouffer les détracteurs de Cage, non ?) Même s'il est vrai au final que la plupart de ces points n'était pas maîtrisé, je n'ai aucune envie de vous en donner le détail.  Tout cela n'a simplement jamais nui outre mesure à mon expérience, repêchée au delà de toutes espérances par d'autres aspects plus éthérés voire indéfinissables.

David Cage soulignait dans une interview la naïveté de cette démarche de pastiche... Possible que l'on puisse en parler de la sorte. Mais qui s'est risqué à telle entreprise depuis The Nomad Soul ? Pas grand monde...

Bien plus que cette variété, c'est l'atmosphère qui se dégage d'Omikron (monde où se déroule The Nomad Soul) qui vous prend à la gorge, qui vous absorbe. J'ai fini Heavy Rain. Ce jeu est somptueux, il m'a marqué voire pire, il m'a traumatisé à certains égards, mais rien de comparable à ce que j'ai pu ressentir il y a 10 ans (déjà !) avec The Nomad Soul.


The Nomad Soul est une expérience inoubliable qui porte l'imaginaire, transcendée par une OST signée Bowie (ah enfin on en parle !), ainsi que - on ne souligne jamais assez - par un sound design ahurissant. Oyez amis gamers, qui jamais n'avaient vu Omikron, laissez-vous tenter par The Nomad Soul, laissez-vous engloutir par Anekbah, Jaunpur et Lahoreh : vous pourriez bien être surpris par le travail de Quantic...   

Quelques screens maison pour finir ! The Nomad Soul n'est pas un jeu à la 1ere personne mais permet de basculer sur cette vue ponctuellement, et ça fait de meilleures "photos" !

Bonus_NomadSoul1 Bonus_NomadSoul3 Bonus_NomadSoul4

Bonus_NomadSoul5 Bonus_NomadSoul7 Bonus_NomadSoul8

Bonus_NomadSoul9 Bonus_NomadSoul10 Bonus_NomadSoul11

Bonus_NomadSoul13

NomadSoulEchoppe_copie

Voir aussi

Jeux : 
The Nomad Soul
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Archives

Catégories