LE PHYLACTERE
Signaler
EXCLUES

Après le cross play et le cross control annoncés par Sony, permettant à votre PsVita d'être connectée comme jamais avec votre Playstation 3, voilà qu'une des plus grosses rumeurs du dernier E3 2012 devient réalité avec l'arrivée du PsCloud ! Un nouveau service de location de jeux en cloud gaming permettant de prolonger virtuellement la vie de la Playstation 3, mais également d'apporter une ludothèque hallucinante à la portable du constructeur japonais. 

Même si aucun tarif n'a été pour l'heure annoncé par Sony (on parle néanmoins d'une dizaine d'euros par mois pour l'ensemble du catalogue disponible), il est tout de même assez impressionant de voir tourner des titres comme The Last of Us ou Watch Dogs sur une console portable. Il reste bien entendu beaucoup de choses à voir sur ce nouveau service disponible à la fois sur PsVita, mais aussi sur PS3; comme d'éventuel lag, mais pour l'heure c'est une annonce très importante pour les possesseurs de Vita qui se voient proposer toute une ludothèque jusqu'ici inimaginable sur leur console portable.

 

 

 

 

 

Et comme d'habitude avec mes Exclues...

... Rien n'est  vrai.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
DEBATS

Sur cette génération, parmi les bons élèves first party chez Sony, on peut dire que Naughty Dog croule sous les bons points. Maîtrisant la Playstation 3 comme personne, les Dogs ont installé un nouveau personnage dans la culture gaming et une nouvelle licence forte pour le constructeur japonais. Autrefois abonnés à un personnage et une licence par génération, les Naughty Gods ont surpris beaucoup de monde en présentant une nouvelle IP sur Playstation 3 avec The Last of Us. Beaucoup craignaient qu'il ne s'agisse que d'un skin post apocalyptique calqué sur un Uncharted, et la récente démo de l'E3 2012 en a rassuré beaucoup sur les ambitions hautement plus élevées du titre de Neil Druckmann et Bruce Straley. De cette volonté de Wells&Balestra de laisser les talents de l'équipe s'exprimer sur d'autres voies nait une reflexion assez saine : Des idées de gameplay et de narration proposées dans le futur The Last of Us, Naughty Dog en retiendront-ils pour le futur d'Uncharted?

Car après trois épisodes canoniques et un spin-off, il est clair qu'aujourd'hui la recette d'Uncharted est connue et qu'elle pourrait avoir besoin de la fraicheur d'un Last of Us pour surprendre à nouveau et se donner un nouveau souffle. Les aventures de Drake qui ont pris au fil des épisodes une tournure plus rollercoaster qu'exploration-aventure, ont à mon sens besoin d'un coup de neuf histoire que certains défauts n'en deviennent pas à l'avenir des erreurs. Ainsi je vais revenir sur des choses qui me font toujours tiquer dans Uncharted, et les mettre en rapport avec ce qu'on a pu voir de The Last of Us. Il y a à mon sens une proposition nouvelle qui pourrait bousculer la franchise mère de ND, et dans le bon sens.

TUER N'EST POINT CHOSE AISEE

S'il y a bien un truc qui est contraire avec l'image d'aventurier sympa de Nathan Drake, c'est le nombre hallucinant de personnes qu'il zigouille sans aucun état d'âme. Les gunfights font partie intégrante du gameplay et de l'histoire des Uncharted, mais les montagnes de cadavres ne sont pas intégrées à ces histoires. Nathan Drake est un tueur froid, distant; c'est un aventurier qui manie mieux l'AK47 que sa boussole, et c'est un soucis lorsque le développeur veut approfondir la narration dans son jeu d'action comme ils l'ont fait dans Uncharted 3. Ce détachement est renforcée par le fait qu'il n'y a pas de sang dans la série, comme dans un bon vieux Indiana Jones. Si dans les faits on comprend que ça aide à la classification, ça joue un rôle trop important dans la sensation en jeu. Ainsi, par le nombre de morts et l'absence de choc visuel lors de ces tueries, on perd le sens de ces escarmouches et la force qui pourrait en ressortir.

C'est un soucis qui sera visiblement absent de The Last of Us, qui n'est pas avare en gestes d'extrême violence et en sang. Et c'est ainsi qu'on ressent toute la différence entre ces deux titres. Avec moins d'ennemis, The Last of Us semble beaucoup plus stressant et marquant dans ses gunfights que ne l'est Uncharted. Car notre héros n'est pas un tueur-né mais un homme qui survit et qui a une autre vie sous sa responsabilité, chaque personne qu'il abat est en soit un petit drame. Un sentiment appuyé par les caméras très proches lors des éliminations discrètes, plus lentes que par le passé pour montrer toute la difficulté et la proximité lorsque vous mettez fin aux jours d'un parfait inconnu. Et nous avons déjà là une piste vers l'évolution d'Uncharted.

Je trouve bien plus pertinent pour un Uncharted d'avoir moins d'ennemis à tuer, mais que chaque mort soit une véritable épreuve pour Drake. Je ne demande pas que ça soit visuellement aussi hardcore que Last of Us, mais que ça soit au moins aussi marquant. Car à vouloir rendre son héros plus touchant dans les cinématiques, Naughty Dogs doit également s'attarder sur ce qu'il fait en jeu, et être une machine à tuer fait un peu tâche dans le bilan. D'autant que la série s'est vue offrir un mode d'infiltration sous exploité, qui semble devenir dans The Last of Us une véritable alternative de gameplay. De là à s'imaginer qu'on puisse traverser un niveau d'Uncharted sans vider cinq chargeurs de M16, ne mettons bien évidemment pas la charrue avant les boeufs.

Il est certain que les gunfights d'Uncharted représentent l'unique challenge dans la série, l'exploration et la grimpette n'étant que de belles incartades contemplatives. Une refonte de ces gunfights, avec moins de mercenaires armés jusqu'aux dents et un changement radical dans leur orientation devrait à mon sens imposer des modifications également dans les phases d'explorations et d'escalade. On serait tenter de dire qu'alors ça changerait tout le jeu, mais je pense au contraire que ça gommerait certaines lacunes et irait totalement dans la voie suggérée par Hennig sur L'Illusion de Drake. Avec un peu de recherche dans les phases d'exploration, et un peu plus d'intérêt dans l'escalade, on aurait à mon sens la même évolution qu'entre MGS1 et 2 : Une Expérience similaire, mais décuplée.

 

SAC A DOS ! SAC A DOS ! OUAIIIIS !

Moment très intéressant dans la démo de The Last of Us, lorsque Joel fouille dans son sac à dos pour confectionner soit un cocktail Molotov, ou un bandage. A l'instar de ce qu'on nous vend sur ZombiU, il s'agit également de nous faire rester sur une fenêtre de menu pendant que le jeu continue de se dérouler derrière, renforçant le stress et l'insécurité ambiante. Cet aspect "crafting" né de ce sac à dos, apporte en une seconde plusieurs informations : Nous devrons nous soigner, créer des objets défensifs et offensifs, et récolter des ingrédients dans l'environnement. Une idée brillante qui siérait à merveille à Uncharted.

Présent dans Golden Abyss sur Playstation Vita, le sac à dos pourrait apporter un peu plus de densité à l'ambiance d'aventure et d'exploration proposée par la série Uncharted. Au delà d'effacer la désagréable impression d'un personnage qui sort son inventaire de son fondement, une telle feature pourrait justement gommer en partie l'impression d'être dans un rollercoaster. Si les objets à ramasser ne sont plus simplement que des trésors qui brillent pour la collectionite, et qu'au contraire il nous faille chercher différents items pour progresser dans l'aventure, nous aurions sûrement une sensation plus crédible de rentrer dans la peau de l'aventurier. 

Ensuite, être dans l'obligation de se soigner remet en question l'auto-regen normalisé dans les jeux d'action depuis Call of Duty 2. Est ce encore bien utile de proposer ce genre d'aide quand aujourd'hui les joueurs croulent sous les checkpoints ? Surtout quand on voit aujourd'hui l'orientation très survival de Tomb Raider, il paraît clair qu'avec The Last of Us, la survie et la gestion de son personnage soient des features en passe d'être de nouvelles règles vidéoludiques. Alors concernant Uncharted, rendre Nathan Drake plus humain et attachant doit il passer par une plus grande fragilité ? A mon avis oui, car les "non non non non !! " ne trompent plus personne désormais, et un changement s'impose pour que ce clin d'oeil ne devienne pas un boulet dans les ambitions narratives de ND. 

Un peu à l'instar d'un Skyrim, je tique souvent de voir mon personnage partir à l'aventure les mains dans les poches. L'inventaire dans la poche arrière du jean est un des marroniers du média dont j'invoque la mort chaque jour, et le changement de rythme qu'un tel outil apporterait dans un Uncharted m'intéresse vraiment. L'ajout d'objets à utiliser imposera des situations plus variées, et permettra aux joueurs d'appréhender une même situation différemment selon leur inventaire et leur propre humeur. 

On pourrait également revenir sur l'accent mis dans la relation entre Joel et Ellie, qui semble aller bien au delà de ce qu'on a vu déjà dans Uncharted. Mais pour le coup je vois cette proximité comme une évolution logique de ce qui a été proposé sur la franchise de Nathan Drake. Il est évident que de voir le vieux Sully se taper une corniche en balançant quelques blagues graveleuses n'est pas forcément la situation la plus intéressante qui soit, et une amélioration de cette coopération en solo est souhaitée. Il en est de même pour l'environnement, faut il vraiment visiter dix zones différentes, ou plutôt se concentrer sur un seul univers plus travaillé? Uncharted 3, Killzone 3 ou encore Metal Gear Solid 4 ont montré que nous brinquebaler un peu partout n'était pas forcément la chose la plus intelligente à faire. On traverse à pleine vitesse trop d'environnements différents, de sorte qu'on ne prend jamais le temps de profiter du voyage. En laissant au joueur un sentiment de véritable exploration plus approfondi, avec l'ajout de tout ce qui a été dit ci-dessus, on aurait à mon sens une empathie énorme pour un personne qu'on nous apprend à protéger, que nous emmenons à l'aventure plutôt que de le suivre dans une folle escapade. 

The Last of Us n'est pas encore dans nos bacs, mais je trouve intéressant déjà de voir qu'en partant de bases proches, la seconde équipe de Naughty Dog avait déjà chamboulé les acquis du joueur, pour proposer une aventure plus humaine, plus impliquante, et plus intelligente finalement. Trois qualités qu'il me plairait de voir débarquer sur la suite d'Uncharted, tant les ambitions narratives de Drake Deception ont été plombées par certaines features qui allaient très bien aux deux premiers titres, mais qui ne collaient plus à l'ambiance du troisième opus. La Recette Uncharted n'est plus un secret de grand mère aujourd'hui, et The Last of Us semble être la tentative juteuse de surprendre à nouveau. Surprenez nous messieurs les Dogs!


 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
EXCLUES

Durant huit années, Canal+ a diffusé Desperate Housewives, le grand Rendez-Vous de ABC faisant partie du boom des Séries de 2004! Huit années ont passé et la série s'est arrêtée, l'occasion pour Canal d'annoncer un remake "à la française" afin de proposer au public français une vision comico sexy de la femme au foyer d'aujourd'hui. Peu d'informations ont filtré sur le lieu de tournage; est ce que ça se passera à Paris ou dans une petite bourgade chic du Sud de la France? Il nous reste encore une année à attendre avant de voir la série se lancer, mais nous pouvons dès à présent vous dévoiler les noms des cinq actrices qui vont reprendre les rôles emblématiques de Desperate Housewives. 


Suzanne : Barbara Schulz

De retour sur le petit écran après SEULE sur France3, la comédienne de 40 ans reprendra le rôle tenu par Teri Hatcher dans la série. Une mère divorcée un peu maladroite qui tente de se sortir d'une longue période de dépression. Un rôle sur-mesure pour Schulz qu'on a considéré longtemps comme une femme-enfant. 


Gabrielle : Noémie Lenoir

Difficile de passer après Eva Longoria, mais Noémie Lenoir va reprendre à sa sauce le rôle de Gabrielle Sollis. La population Mexicaine n'ayant pas la même représentation chez nous qu'aux USA, on comprend mieux le choix intelligent de la production de s'orienter vers un couple noir pour "Gabrielle & Carlos".


Lynette : Alexandra Lamy

On l'a connue des années durant comme la compagne horripilante de Loulou dans Un Gars/Une Fille; c'est en tant que mère d'une famille nombreuse qu'Alexandra Lamy revient sur le petit écran ! Un rôle plus calme et sévère que celui de Chouchou, qui lui permettra de montrer une autre facette de son jeu.

 

Bree : Audrey Fleurot 

La succulente Audrey Fleurot reprendra le look vintage de Marcia Cross avec Bree. Une femme au foyer irréprochable au-delà même du cliché, qui vit pour les apparences sans se soucier de son bien être.


Eddie : Ingrid Chauvin 

Afin de secouer les quatre femmes au foyer, Eddie la sulfureuse femme fatale du quartier sera interprétée par la bombe atomique Ingrid Chauvin, grande habituée des productions télé. Remplacer la provoquante Nicolette Sheridan ne sera pas une mince affaire, mais la belle Chauvin a plus d'un atout pour nous convaincre.


Voilà tout ce qu'on pouvait dire actuellement sur ce remake français de Desperate Housewives, puisse-t-il connaître le même succès que l'original. On se donne rendez-vous très prochainement pour plus d'infos sur ce remake, avec peut être un nom définitif? On espère ! 

Et comme d'habitude avec mes Exclues...


... Rien n'est vrai.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
DEBATS

Depuis quelques temps il se passe un truc. Porté certainement par l'avènement du web 2.0, ce fameux truc se généralise sur cette génération de machines, et ce n'est pas anodin. Ce truc, c'est la proscription systématique du Joueur par la Presse lorsque celui-ci dénonce et lève la voix sur les déviances générées par cette industrie en pleine mutation. Une mise au ban qui se retrouve également, mais à moindre mesure il nous faut en convenir, chez les éditeurs et développeurs. Les Joueurs sont ils donc de parfaits abrutis ? La presse vidéoludique est elle devenue La Garde Prétorienne des Editeurs? En résumé : Pourquoi le Joueur semble aujourd'hui si seul?

Evidemment dans ce billet je reviendrai sur le cas actuel de Diablo 3, mais pas que. Car ce problème ne date finalement pas d'hier, mais la puissance d'une sortie Blizzard n'ayant d'égal que le retentissement de sa critique, l'opprobre jetée sur les joueurs par la Presse m'a poussé à réagir, simple joueur anonyme que je suis. Je parlerai donc également de la politique de DLC de Capcom, des online pass, et une petite couche gratuite sur Origin ou les DRM d'Ubisoft... Et quand je parlerai de la presse je m'appuierai sur Gameblog car c'est un site que j'aime, une rédaction que j'aime, ce qui rend le sentiment d'injustice qui est le mien peut être un peu plus vibrant.

 

Quelqu'un a dit un jour, acheter un jeu est un acte militant. En effet; et le record historique de réservations de Diablo 3 sur Amazon, tout comme la foule impressionante faisant la queue sur les Champs Elysées pour s'offrir le précieux tant attendu depuis douze années... Tout ceci montre bien que les joueurs attendaient fébrilement ce titre. Les gens se sont déplacés sur les champs en masse pour "être là". Pour vivre ça. Des centaines de personnes sont venues, déguisées pour certains, tous ensemble alors qu'ils auraient pu commander tranquillement le jeu sur battle.net, pour une simple raison : Le Jeu Vidéo, c'est Beau. Parce que les Joueurs ont confiance dans le talent de Blizzard de faire d'excellents jeux, ils ont répondu présent.

Mais malheureusement, malgré son expérience inégalable sur World of Warcraft, Blizzard n'a pas prévu que les joueurs soient si nombreux à se connecter. Vraiment? Malgré les chiffres de réservation? Oui on pourrait se demander comment Blizzard a fait pour ne pas prévoir la vague qui allait déferler sur leurs serveurs, mais le problème n'est même pas là : En obligeant le joueur à être connecté pour profiter de l'Intégralité du jeu qu'il a acheté, ce problème de connexion devient alors bien plus important. J'imagine facilement une famille lambda s'offrant le Blu Ray d'Avatar à sa sortie, puis alors qu'ils le lancent dans le lecteur, un message s'afficherait sur leur télévision pour les informer qu'ils ne peuvent pas regarder le film. J'imagine mal ce père de famille responsable, posé un dimanche soir sur son canapé, face à un écran noir, se disant très calmement "ah dommage, peu importe, au dodo et demain on reprend une fastidieuse semaine de travail". Tout comme le joueur qui a attendu des heures sur les champs pour avoir son jeu, qui l'a acheté avec ses deniers, se voir refuser l'accès de l'intégralité du produit qu'il a acheté à cause de la "négligence" du fabricant du dit-produit, est une raison légitime pour le consommateur de se plaindre. 

 

Les Joueurs ont donc râlé. Soit. Mais aujourd'hui râler n'a plus aucune valeur, puisque le web 2.0 est une grande réunion de râleurs. Le vaste web est rempli de forums qui sont autant de séances de doléances face à un trône vide. L'idée serait donc de croire que, puisque les joueurs râlent pour un rien, ils n'auront jamais l'intelligence de protester pour une raison légitime. Les Joueurs Honnêtes et Militants sont donc rangés dans le même sac que les haters et autre troll. La grogne de Diablo 3 proviendrait elle du même sein qui a nourrit la revendication puérile de la "vraie fin de Mass Effect 3" ? Loin de là. 

Cet amalgame pourrait être simplement maladroit et finalement anecdotique. Mais aujourd'hui, j'ai de plus en plus le sentiment que "la voix des joueurs" est trop souvent dissimulée dans le panier des haters. A croire qu'entre les fanboys que nous connaissons bien sur Gameblog.fr, et les haters qui ne nous sont pas moins inconnus, il n'y aurait pas de juste milieu. Le Joueur ne devrait il donc militer qu'avec son porte feuille? Tu payes et tu fermes ta gueule, ou tu ne payes pas et tu fermes également ta gueule? Drôle de principe.

De même qu'il est incorrect de croiser la Bronca des Joueurs avec une sorte de hype élitiste qui viserait à dénigrer ce qui marche. On évoque cette hype également sur les récents Call of Duty, et elle existe je ne la nie pas. Mais elle concerne la majorité du temps des joueurs qui n'ont pas le jeu. Les gens n'achètent pas un titre au prix fort le jour de sa sortie pour le simple plaisir de lui chier dessus. Là nous parlons de gens qui attendaient Diablo 3, qui sont probablement des fans de cette franchise et de Blizzard en général; des gens qui ont acheté le jeu et qui tremblaient d'envie d'y jouer. Certains ont probablement posé un RTT pour s'offrir deux jours de plaisir intense, une pause salvatrice dans leur quotidien morose... Et la suite nous la connaissons. 

Parce qu'on réduit trop facilement "Les Joueurs" à des ados immatures qui n'ont que pour seul plaisir de râler sur tout et n'importe quoi; qu'on occulte le fait que sur cette génération, les joueurs ont utilisé les armes qui étaient à leur portée pour faire entendre leurs protestations sur des dérives qui se généralisent de plus en plus, et face auxquelles ils se sentent de plus en plus seuls. Pour tout cela l'ambiance délétère entre la presse et son lectorat me semble bien triste aujourd'hui.

Cette fausse sanction de la note utilisateurs de Metacritic est anecdotique. Même sur jv.com, les notes utilisateurs ne sont la plupart du temps qu'un combat vain entre fanboys et haters afin d'équilibrer la note d'un jeu. Demandez son avis à un joueur, et il vous le donnera même s'il n'a pas le jeu, ça n'a aucune valeur statistique. Les joueurs n'ont pas mal noté Diablo 3 parce que le jeu n'est pas bon, mais pour protester face à une pratique déviante qui, lorsqu'elle rencontre un problème, vous empêche tout simplement d'utiliser le logiciel pour lequel vous avez dépensé de l'argent. 

Et c'est visiblement une des principales critiques posées par la Presse contre les Joueurs. Nous ne jugeons pas des qualités intrinsèques d'un titre, mais nous le jugeons dans son entierté... C'est sensé être une critique? Je me félicite de voir les joueurs se braquer face à l'extinction programmée des livrets, aux DRMS défaillants et invasifs. Je me sens proches des joueurs qui se lèvent d'une seule voix pour dire non quand Electronic Arts veut scanner notre disque dur avec Origin, ou quand Capcom veut nous faire payer un contenu déjà présent dans le disque que nous avons acheté. Nous avons connu par le passé un jeu solo avec la mention "connexion internet requise", et c'était Half Life ². Et oui, il nous imposait de nous connecter pour enregistrer le titre. Mais une fois enregistré, cette aventure solo nous était ouverte, et nous ne souffrions d'aucune déconnexion ou d'un quelconque lag dans notre partie solo. Aujourd'hui nous franchissons une marche supplémentaire qui dégrade l'expérience de jeu. Car il faut bien se rendre compte qu'une société aussi puissante que Blizzard, avec son expérience du jeu en ligne, n'était pas de taille à gérer cette restriction. Ce Colosse monumental a vraissemblablement eu les yeux plus gros que le ventre. J'espère que la grogne des joueurs sur ce point portera ses fruits, en dissuadant les autres éditeurs de reproduire le même schéma, pour s'éviter ce genre de soucis.

 

Les joueurs utilisent les moyens qui sont les leurs pour faire entendre leur voix, tout comme certains sites rendent leur blacklistage public afin de faire pression sur un éditeur pour qu'il fasse machine arrière sur sa décision. Et si pour la première fois depuis la création d'UFC que choisir, des joueurs sont venus en masse soumettre leurs critiques, c'est parce qu'aujourd'hui ce message n'est d'une part plus relayé par la presse, mais qu'ils sont surtout devenus les pestiférés d'un média qu'ils aiment tant. Et ce fossé entre la Presse et les Joueurs se creuse de plus en plus.

Quand vous entendez dans un test de Final Fantasy XIII-2, que FF13 a reçu un accueil mitigé de la part des joueurs, parce qu'il a été avant toute chose mal compris... A croire que si nous n'aimons pas un jeu, ce n'est pas parce qu'il est décevant ou mauvais, mais parce que nous, cons de joueurs, ne l'avons pas compris; c'est déjà bien évocateur.

Lorsque vous entendez un journaliste de la presse vidéoludique, raconter son périple dans un endroit qu'il n'avait pas visité depuis longtemps, à savoir un magasin de jeux vidéo, et expliquer d'un air candide à quel point les prix pratiqués l'avaient choqué.. C'est à se croire dans le film Aladdin quand Jasmine découvre le Monde derrière les murs de son Palais. 

Lorsqu'on parle de "pinaillage des joueurs" en parlant de la politique de DLC de Capcom, et de l'absence d'un contenu sur la version 360 pourtant indiqué dans le livret du jeu...

Oui, visiblement les Joueurs vivent dans un monde bien différent. Et parce que nos achats sont des actes militants, lorsque nous militons en faveur du bon jeu en donnant notre argent à un développeur plutôt qu'un autre; lorsque nous lui apportons notre soutien et notre confiance, c'est notre droit et presque de notre devoir de consommacteurs que de protester face à des pratiques qui visent à briser ce lien de confiance. Blizzard fait partie des sociétés parmi les plus proches de leurs fans, et à aucun moment les joueurs ne remettent en question le talent de Blizzard pour faire de grands jeux et proposer un service réactif. Mais le fait est que le choix d'imposer aux joueurs de Diablo 3 d'être connectés en tout temps à internet, comme s'il s'agissait d'un mmo, est la source d'un problème créé par le développeur qui nuit à l'expérience et à cette relation de confiance. Et si Ubisoft a fait marche arrière sur sa politique de DRM, si Electronic Arts a fait marche arrière sur les capacités invasives d'Origin, si même Capcom aujourd'hui change son fusil d'épaule face à une politique des DLC honteuse; j'espère de tout mon coeur que La Voix des Joueurs sera à nouveau écoutée et qu'il n'en sortira que du bon pour tout le monde. 

 

A titre personnel je n'ai pas acheté Diablo 3, car l'impossibilité de se connecter, puis les lags en jeu solo, je les ai expérimenté durant la bêta, et mon acte militant fut de ne pas souscrire à ce système, malgré l'envie de me plonger dans ce titre. Je ne jette malgré tout pas la pierre à ceux qui ont néamoins craqué pour le titre, car il était une fois de plus légitime de penser que la bêta et les stress test auraient pu et du éviter cet eccueil. Aujourd'hui alors que les éditeurs envoient de plus en plus leurs jeux à des blogueurs, des testeurs dit amateurs qui font pourtant des millions de vues sur chacune de leurs vidéos; la presse spécialisée ne sera bientôt plus l'unique pont entre les joueurs et les développeurs qui peuvent nous atteindre directement via Twitter, Facebook, ou les blogueurs que nous suivons. Qu'adviendra-t-il de la presse lorsque le joueur n'aura plus besoin d'elle pour s'informer, et lorsque les éditeurs n'auront plus besoin d'eux pour faire la promotion de leurs titres à venir ? Nous sommes tous conscients d'être dans une époque charnière de ce média, mais ce n'est pas qu'une question de matériel. Dans une époque de changements aussi cruciale que celle que l'industrie vie en ce moment, il est normal de voir des dérives et des erreurs, et c'est par la voix de la protestation tout comme celle de l'acceptation que les normes à venir du média vont se forger. Aujourd'hui les Joueurs se sentent bien seuls lorsqu'il s'agit de protester face à ces dérives, mais ce n'est pas une raison pour se taire et rentrer dans le rang. Votre ticket de caisse est votre bulletin de vote, mais le militantisme ne s'arrête pas à la porte des urnes.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (22)

Signaler
EXCLUES

Coup de Tonnerre dans le monde des machines puisqu'une énorme fuite vient de dévoiler les premières infos et visuels de la Playstation 4 ! Une fuite incroyable quelques semaines avant le grand bal de Nintendo à l'E3 ! Leak programmé ou pas, voilà de quoi ébranler les plans de nos trois constructeurs ! 

Alors que les yeux de tous étaient rivés sur la prochaine conférence de Nintendo pour tout savoir sur la fameuse Wiiu, ces révélations sur la Playstation 4 sont d'un croustillant assez dingue ! Même si bien évidemment les spécificités techniques de la machine restent à ce jour encore inconnues, cette fuite apporte malgré tout de nombreuses informations. 

 

 

Avec son design à la croisée des chemins d'une Ps3 et d'une PsTwo, cette "Nouvelle" Playstation intègre un lecteur optique dans l'angle de la machine. Notez également que le lecteur se place dans la continuité de cette "vague" grise qui coupe de manière organique cette nouvelle machine. Est-ce là un indice sur le changement de nom de la machine? Pour l'instant aucun moyen de le savoir.

Parmi les informations qui ont filtré dans cette fuite, notons la présence de la norme DLNA, qui annonce clairement la couleur : Cette nouvelle Playstation sera ouverte aux autres services multimédia de votre foyer ! Plus besoin de passer par un media Go ou autre, vous pourrez transférer vos films, musiques, sauvegardes, qu'ils soient sur votre ordinateur ou votre smartphone, vers votre Playstation, et inversement. Une norme qui entre en droite ligne de la relation entre votre console de salon et votre Playstation Vita, pour une expérience multimédia pleine et entière dans votre environnement playstation. 

 

 

Supportant une résolution de 4K2K (4096x2160p) pour une expérience 3D parfaite et 2D hallucinante si vous avez la chance d'avoir une télé 4K, cette nouvelle playstation utilisera comme format un Blu Ray "Deuce" pour une capacité 3x supérieure aux blu ray actuels. A noter également la présence sur la tranche de deux ports usb3. 

 

 

Sony n'oublie pas la question de l'économie d'énergie, avec le système le PlayRes, système "hybrid" à la manière de nos voitures, avec une batterie interne qui prendra le relai de l'alimentation toutes les demi-heures afin de préserver le matériel des surchauffes et autre coupure. Notons également que la machine est construite à base de 60% de matériaux recyclés. 

 

 

La console intègrera également un disque dur interne de 1.5TB pour supporter on s'en doute tout le catalogue dématérialisé de la machine. Le Cloud Saving reviendra également, sera-t-il une fois de plus exclusif aux membres PS+? Certainement. Mais néanmoins l'orientation de cette Playstation tend à confirmer la sortie en milieu de cycle d'une "Playstation Go" qui tendrait vers le Cloud Gaming total. 

 

 

Comme on peut le noter, on ne voit pas la manette de cette nouvelle playstation. Il est toutefois peu probable qu'on ne retrouve pas de Dualshock 4, mais il y a fort à parier que la console reste compatible au motion gaming. 

 

 

Proposée en deux colories dès sa sortie, lançant le 2K comme sa petite soeur le fit pour le 1080p, conservant le format physique mais néanmoins tournée indéniablement vers le dématérialisé total, cette Nouvelle Playstation se dévoile au plus mauvais moment pour Nintendo qui devra éblouir les joueurs par ses idées de Gameplay. Reste à savoir ce que Microsoft et Sony vont faire face à cette fuite. Microsoft doit dégainer rapidement, et Sony ne doit surtout pas garder le silence face à cette énième fuite interne.

Premier screen du nouvel Uncharted ? 

 

Voilà tout ce qu'on pouvait dire actuellement sur cette nouvelle Playstation. Pour l'instant nommée "Playstation4" dans les visuels, il n'est pas sûr qu'elle conserve ce nom à l'avenir. Reste cette vague qui rappellera le design des Vaio, la continuité de la 3D avec la suite du blu ray et la résolution 2k. L'orientation Cloud encore plus présente et la capacité importante du disque dur.. Des premières infos très intéressantes, mais il reste encore beaucoup à découvrir. Config' précise, manette, premiers jeux.. M'est avis qu'on en saura beaucoup plus cette année. Pour une sortie fin 2013? On en saura plus très rapidement... 



Et comme d'habitude avec mes Exclues...



... Rien n'est vrai

Source.

Concept par Joseph Dumary



Ajouter à mes favoris Commenter (67)

Signaler
EXCLUES

Les indiscrétions pré-E3 ne cessent de se répandre sur la toile ces derniers temps, et la dernière en date nous provient justement d'Electronic Arts qui lève le voile sur un nouvel épisode de Battlefield qui ne sera pas BF4, mais BF:Online, un MMo prenant place durant une 2nd Guerre Mondiale Uchronique dans une bataille persistante! 

Battlefield est une grosse franchise qui compte aujourd'hui un grand nombre de titres, de 1942 à 2142 en passant par le dernier Battlefield 3 et sa guerre moderne. EA et Dice nous ont également proposé les expériences gratuites avec Battlefield PlayforFree et Battlefield Heroes qui avaient leurs univers bien à eux, surtout Heroes. C'est donc aujourd'hui qu'EA annonce un nouveau venu dans la grande famille des BF, Battlefield Online. Un titre très spécial qui s'amène avec des changements majeurs pour la série tout en revenant finalement aux sources ! 

Le Concept 

BF:Online sera donc un jeu massivement multijoueur durant la Seconde Guerre Mondiale. Exit donc la guerre moderne qu'on nous sert depuis CoD4 et place à un retour aux origines de la licence dans des années 40 totalement boudées sur cette génération (comme quoi les éditeurs n'ont pas le sens de la mesure). Un jeu en ligne assez spécial dans son approche, puisqu'il ne vous permettra pas véritablement d'assister à des affrontements de plusieurs centaines de joueurs, mais qui va offrir à sa communauté une guerre persistante dans laquelle chaque camp pourra influer pour faire bouger les lignes adverses.

 

- Background :

La première chose importante à signaler est le caractère uchronique du background proposé par Dice. Point d'Axe ni d'Alliés, mais une réécriture de l'Histoire afin d'apporter au titre une fraicheur toute autre qu'une simple retranscription ou autre devoir de mémoire. Ainsi, lorsque le joueur crée son avatar, on lui demande de choisir un pays avec un background et une idéologie politique fictifs. Une fois le pays défini, on vous assigne automatiquement votre camp afin que vous défendiez fièrement votre drapeau. Vous l'aurez compris, le choix du camp dans BFO sera bien plus complexe que de choisir entre la Horde ou l'Alliance dans WoW.

 

- Moteur & Création :

Le jeu utilisant une version bridée du fameux Frosbite 2 (une sorte de 1.5 prévu pour les grandes maps et un grand nombre de joueurs), la customisation de son avatar s'avère malgré tout très intéressante. C'est bien plus agréable de voir des visages et des morphologies différentes sur un champ de bataille, que d'avoir un skin par classe.

 

 

- Système de Classes & Compétences :

En parlant de classe, vous ne pourrez pas en choisir au préalable. A l'instar d'un ElderScroll, c'est en forgeant qu'on devient forgeron, vous ne serez donc pas bridés à une seule classe pour votre personnage même si le choix de votre pays d'origine vous apportera divers bonus et malus implicites. Battlefield Online s'oriente donc vers un système de points de compétences plus proche d'un mmorpg classique que des points d'xp popularisés par ModernWarfare premier du nom. Ainsi vous pourrez vous spécialiser dans diverses branches : Transport, Combat, Infiltration, Commandement; ces branches étant subdivisées en plusieurs ramifications. Par exemple la branche Transport intègre les compétences liées à chaque véhicule du jeu, vous permettant à la fois de vous spécialiser dans un mode de transport (terrestre, aérien, marin et sous-marin) mais également de débloquer divers ajouts pour votre véhicule ou votre personnage.

Et oui vous avez bien lu, la gestion des ordres revient ! Après le poste de Général de BF2, voilà que la gestion d'équipe et les talents de leaders vont être à nouveau récompensés. Au départ vous pourrez être chef d'escouade (comme dans BF3 par exemple) et remporterez des points de commandement lorsque votre équipe obéit aux ordres et que vous-même suivez les objectifs de votre propre supérieur, qu'il s'agisse d'un joueur ou non. Plus votre compétence de commandement augmente, plus vous allez pouvoir influer sur les décisions prises en bataille, jusqu'au plus haut niveau où votre stratégie influencera le sort de tout votre camp et modifiera les lignes de combat. Monter votre niveau de Commandement vous permettra également de débloquer certains atouts gérés par l'IA, comme des Attaques Aériennes, des tirs de mortiers.. Choses que les joueurs peuvent accomplir eux-mêmes en général, mais qui là sont disponibles à tout moment (mais limités dans le temps) par les leaders.

Ce nouveau système de compétences ne vous permettra pas seulement de débloquer des atouts et de nouvelles armes, mais également de rejoindre l'élite de ces différentes branches. Ainsi, pour la branche d'infiltration, alors qu'au départ vous serez récompensés si vous ne vous faites pas repérer par l'adversaire dans une mission de reconnaissance, ou si vous éliminez vos ennemis sans être repérés; vous pourrez rejoindre les commandos de votre pays. A l'instar d'un Gran Turismo, il vous faudra passer par une sorte de Permis avant d'accéder à cette élite. Cette variante de tutoriel vous permettra de vous familiariser avec ces "missions spéciales" qui vous seront proposées une fois que vous aurez intégré le saint des saints. Ce choix d'approfondir la spécialisation des classes, outre le fait d'apporter plus de densité à l'expérience, permettra également aux joueurs souhaitant véritablement s'impliquer dans le jeu, d'avoir l'expérience pleine et entière qu'ils recherchent. Au contraire, pour les joueurs désireux simplement de participer à de grandes batailles, ils seront tout à fait libres de ne pas utiliser ces spécialistions et de simplement profiter d'un grand jeu multi.  

 

-  Environnements :

Et grand le jeu le sera ! Prenant place partout sur le Globe, cette guerre fictive persistante vous proposera des dizaines de zones de jeu tenant plus d'un ARMA que d'un BF3! Entre les groupes de villages et la campagne environnante, les grandes villes en ruine, les forêts gelées ou les archipels de jungle... Vous allez voir du pays, et ressentir une immersion comme jamais dans un jeu de guerre auparavant. Selon les dires des développeurs, Battlefield Online est à Battlefield 3 ce qu'un week end de paintball en pleine nature est à une partie en salle : une expérience humaine décuplée. Car BFO ne se veut pas qu'un simple shooter en ligne à grande échelle. Dice a voulu faire de son nouveau titre une expérience centrée sur les relations entre les joueurs, la solidarité dans la difficulté. Il ne s'agit pas de foncer tête baissée sans faire attention ni à l'objectif ni à vos coéquipiers, pour réapparaitre comme une fleur trente secondes plus tard. Non. Tout comme dans BF3, le combat est une chose, mais remplir les objectifs et jouer en équipe peut vous rapporter plus de points sans tirer une seule cartouche. Cette philosophie est encore plus présente dans Battlefield Online puisque les environnements sont vraiment très vastes. Grâce à cette version du moteur maison, le jeu reste très impressionnant graphiquement avec beaucoup de détails à proximité, tout en offrant de grands environnements toujours soumis à la destruction des décors. Il faut admettre que c'est n'est pas aussi poussé que sur BF3, mais Dice a réussi à rendre le système plus impliquant pour le joueur. En effet les ingénieurs pourront "reconstruire" un mur de sacs de sable détruit par un tank, la façade d'un bâtiment, ou créer de nouvelles couvertures à la manière d'un Starhawk. Tout ceci étant bien sûr régit par un système de points comme dans un STR lambda, afin de ne pas surcharger les maps. 

 

- Jouer en Groupe :

Afin d'apporter plus d'immersion à l'expérience persistante de ce BFO, les "morts" dans une partie sont bien plus punitives afin d'inciter les joueurs à jouer en équipe et qu'ils comprennent qu'il ne s'agit pas d'un concours de frags. Ainsi, fini les packs de soin qui redonnent des points de vie aux joueurs à proximité, maintenant les médecins devront soigner leurs coéquipiers les uns après les autres. Sachant qu'à partir de 20% de vie votre jauge diminuera automatiquement jusqu'à la mort de votre personnage, il sera crucial d'avoir un médic' toujours avec soit, et de rester groupés. Dans le même ordre d'idées, vous ne pourrez plus réapparaître sur vos coéquipiers, mais dans les postes de commandement avancés placés sur le front par les chefs de compagnie. Ils sont un peu comme les drapeaux d'une partie de Battlefield, mais mis en place par les joueurs responsables de leur équipe. Dans ce cas là votre escouade devra maintenir et défendre sa position en attendant votre retour, ou continuer sans vous, ce qui vous frustrera à n'en pas douter, mais dans le bon sens : Battlefield Online vous donne véritablement envie de jouer pour vos camarades, vos "frères d'armes". Le rythme beaucoup plus lent du titre, l'amélioration des ordres permettant aux escouades et équipes de créer de véritables stratégies; se couvrir les uns les autres... BFO a une véritable ambiance, et la période "années 40" n'y est pas étrangère. Point de drône, de lunette thermique... le conflit met bien plus en avant les hommes que la technologie, et donc les joueurs ont besoin des uns et des autres pour remplir leurs objectifs. 

 

Pour celles et ceux qui ont déjà eu la chance de s'essayer à un week end paintball en forêt, voilà le genre d'expérience que va vous proposer Battlefield Online, en décuplé. BFO est aux jeux en ligne ce que Band of Brothers ou The Pacific sont aux séries télévisées : Des références tournées vers les personnages, la camaraderie; et une plongée vibrante en pleine guerre mondiale. EA a annoncé que les batailles navales arriveraient dans un second temps, ce qui sera à nouveau une première pour la série. Mais avec la vingtaine de zones présentes dès la sortie du jeu, m'est avis que nous aurons déjà beaucoup à faire !  

Il reste évidemment beaucoup de choses à apprendre et à voir de ce Battlefield Online, comme le nombre de joueurs en simultané dans une zone (on parle de 200vs200 par zone, ce qui ferait des "serveurs" pouvant accueillir 8000 joueurs) ou le système météo (on nous promet un cycle jour/nuit et une météo qui influerait sur le gameplay). Dans la course au grand spectacle des jeux de tirs actuels, et loin de la rigueur d'une véritable simulation, BFO s'annonce unique en son genre, ce qui devrait attirer les joueurs à la fois nostalgiques de cette ambiance dans un fps, et friands de nouvelles idées de gameplay multijoueurs. On en saura à coup sûr plus à l'E3, mais surtout à la Gamescom, où une bêta devrait être proposée par EA! 

Et comme d'habitude avec mes exclues....

 

... Rien n'est vrai.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
CRITIQUES



 


 


 



Voir aussi

Jeux : 
Journey
Ajouter à mes favoris Commenter (40)

Signaler

Il y a un mois j'ai donc lancé un petit concours histoire de vous remercier d'être si nombreux à venir sur mon Blog et à l'apprécier. 5000 likes c'est vraiment énorme, et histoire de vous témoigner tout mon amour, j'ai lancé ce concours histoire de faire gagner à l'un d'entre vous une Nintendo 64 complète avec sa boîte et le jeu Super Mario 64. 31 jours et 350 likes plus tard, je peux enfin donner le nom du gagnant.

Avec 178 noms, dont un doublé pour JVimport et Bbali pour avoir répondu à la question mystère, je vous ai donc classé par ordre de la fenêtre de like. Un gros quart d'heure à noter avec soin chaque pseudo face à son numéro; puis j'ai ouvert un site de tirage au sort, et un clic plus tard, le résultat...

 

LE GAGNANT DE LA NINTENDO 64 EST 

!!! PARODIUS !!!


Bravo à toi Parodius tu remportes donc cette N64 et son jeu, mais ATTENTION, afin de valider ton gain, à l'instar d'un jeu de la fdj, c'est à toi de me contacter par mp. C'est une sorte de sécurité que je place dans le concours, afin d'éviter les "clics faciles" . Si dans 2 semaines, soit le Jeudi 3 Mai à 21h, le gagnant ne s'est pas manifesté, je relancerai un tirage au sort. Je procèderai ainsi pour chaque concours sur mon Blog, histoire d'éviter l'opportunisme et favoriser les gens qui suivent véritablement mon Blog. 


Merci encore à vous tous d'être si nombreux à suivre Le Blog d'Anfa', et d'avoir été si nombreux à participer à ce concours. C'est un procédé particulièremet horrible de réduire 178 noms à un seul par le pouvoir arbitraire d'un seul clic, je trouve ça terrifiant et je me suis senti mal à l'aise. Mais c'est le jeu ma pauvre Lucette comme on dit. Alors, à très vite pour un prochain concours, peut être pour le million de vues, qui sait? 


Ajouter à mes favoris Commenter (29)

Signaler
EXCLUES

Annoncé en grande pompe par la Warner il y a quelques années, le reboot de la célèbre franchise "Lethal Weapon" devient enfin réalité, puisque le tournage du premier épisode se déroulera cet été à Los Angeles. L'occasion de faire le point sur le casting, ainsi que sur quelques indiscrétions concernant le scénario de ce nouvel épisode intitulé "Lethal Weapon", tout simplement.  

Au départ le projet devait être un Lethal Weapon 5, avec le célèbre duo Dany Glover & Mel Gibson, mais les différents soucis d'image de Mel Gibson ont avorté ce qui aurait du être le dernier épisode de la Saga de Richard Donner. 

Warner Bros a donc fait table rase des quatre précédents opus, et a lancé officiellement le reboot de la franchise. Exit Donner, Glover & Gibson, et place à la nouvelle génération. Nouveau réalisateur, nouveaux acteurs, et nouvelle histoire ! 

L'Histoire

A l'origine le personnage de Martin Riggs (dit "l'arme fatale") est un ancien membre des forces spéciales, ayant participé à la guerre du Vietnam alors qu'il était âgé de 19 ans. Reboot oblige, le Vietnam est remplacé par l'Afghanistan. Roger Murtaugh sera également un vétéran de l'Afghanistan, mais aura une expérience bien différente de son partenaire. l'histoire de ce premier opus reprend dans les grandes lignes l'intrigue du tout premier épisode, à savoir la mort suspecte d'Amanda Hunsaker, la fille d'un ancien "pote de l'armée" de Murtaugh. L'occasion pour Roger de faire équipe avec une tête brûlée des Stups, Martin Riggs.

Plus de 25 ans après le film original, il était normal de voir plusieurs changements scénaristiques. Martin Riggs sera toujours un expert en arts martiaux et un sniper de renom, mais sera bien plus calé en nouvelles technologies que ne l'était le Riggs d'origine. Murtaugh restera l'image du flic oldschool qu'incarnait à l'époque Dany Glover, même s'il sera d'une génération plus jeune. Alors que le jeune Riggs sera du genre à chercher ses informations via internet et autre réseau, Murtaugh sera plus adepte de la planque en voiture et des indics au coin de la rue. Niveau ambiance, exit également l'ambiance post Vietnam, les néons flashy et le porno poilu, place à un Los Angeles 2k10 plus terne, où la discrimination des arabes est plus virulente que celle des noirs, où le gangbus a remplacé le petit porno chic... Un L.A où le fossé entre les niveaux de vie a augmenté considérablement.

 

LE CASTING

Roger Murtaugh : Denzel Washington

 A 57ans, le double oscarisé Denzel Washington reprendra le célèvre gimmic de Dany Glover : "jsuis trop vieux pour ces conneries". Toujours accompagné de sa femme et ses trois enfants (dont les noms des acteurs n'ont toujours pas été dévoilés par Warner), Washington interprètera également un flic sur le départ, las d'une ville qu'il ne reconnait plus.

 

Martin Riggs : Bradley Cooper

Aussi doué dans la comédie que dans l'action, Bradley Cooper (élu homme le plus sexy de l'univers, quand même) jouera Martin Riggs, flic des Stups suicidaire depuis la mort tragique de sa femme Victoria. Autrefois jeune tireur d'élite dans les Forces Spéciales, notamment en Afghanistan, Martin va devoir faire équipe avec le vieux Roger Murtaugh pour enquêter sur un meurtre par overdose. L'acteur de 37 ans s'est dit honoré de reprendre le rôle de Mel Gibson, figurant parmi ses acteurs préférés.

 

Même si rien n'est officiel, certains noms circulent concernant d'autres personnages de ce reboot, comme Terry O'quinn pour le Général McAllister, Keke Palmer pour Rianne et Regina King pour Trish Murtaugh.. Rien de concret, mais des infos plus précises devraient tomber dans les jours à venir ! 

 

Voilà tout ce qu'on pouvait dire sur cette annonce faite par Warner Bros, et un tournage qui devrait se terminer d'ici Octobre. On vous donne rendez-vous très rapidement pour une interview exclusive du réalisateur (Laurent Lebailly) et encore plus d'infos et de photos sur ce reboot tant attendu ! A très vite ! 

 

Et Comme d'habitude avec mes Exclues....

.... Rien n'est vrai.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler

Chapitre I.

L'Appendice ci-dessous est écrit par Celimbrimbor.

APPENDICE I : Brimbor le Scribe

Ah, il avait la gueule belle, le héros des temps anciens. Le vieux se regardait la face dans la marre un peu sale où il avait fait ses ablutions, lavé son linge et bu - pas nécessairement dans cet ordre-là - avec un regard désabusé, un peu tempéré par le fait que, d'abord,il n'avait jamais été un héros et que, ensuite, il n'avait jamais eu de belle gueule. Au final, ce n'était rien de plus qu'un vieux bancal avec une migraine, qui n'avait plus de sous parce qu'il avait tout bu - d'où la migraine, suivez un peu - et un mal aux lombaires à faire pâlir un chêne. Il se redressa après avoir vérifié qu'il ne lui restait plus de traces de vomi sur le visage, fit craquer ses jointures. Une demi heure après -plus on est vieux, plus on a de jointures. C'est fou ce qu'on se découvre comme jointure avec l'âge. Et comme souplesse, oulà, ah oui. On devient souple comme un planche de cercueil. L'évolution, sans doute. S'adapterà son environnement direct. - il se mettait en quête de son but du jour : un repas.


Parce que, ouais, faut bien l'avouer, boire, ça donne faim. Et manger liquide, même si cela a du bon, ben cela ne suffit pas à remplir son homme. Surtout quand l'homme à la gorge directement remplie à la vessie et qu'il ne fait que louer la bière - si quelqu'un trouve d'où elle sort celle-ci, il gagne - sans jamais vraiment l'acheter. Et c'est pas faute de la payer, pourtant.

Alors donc, le vieux con se mit en route, prêt à sillonner le pays de Ehblog. Enfin, pas au sens littéral. Il n'avait pas de charrue et à peine la force de lever le bâton qui l'aidait à marcher. Alors, pousser une charrue était à ses priorités ce que la défense de la boîte en X était au nécromancien Seth de Suna, xième du nom.

En fait, ce qui provoquait l'errance de ce pauvre Brimbor n'était rien d'autre que son emploi. Aussi surprenant que cela puisse paraître aux habitants de la Commune Ehblog, qui ont tôt fait de convertir leur salaire en nouveaux geux - les geux sont une espèce de geais très particulière, qui ont reçu un don unique de la part de la nature: raconter des histoires que l'auditeur peu modifier en tapant plus ou moins fort sur la tête du geux. Il suffit pour cela de l'enfermer dans une cage, une boîte en x ou une cubique, par exemple, et de l'asticoter par les ouvertures prévues à cet effet, des croix, des croix, des carrés, des ronds, des ronds ou des triangles - et suivent en cela l'exemple d'un couple ayant sombré du côté obscur, les tristement célèbres John et Ouane, le vieux Brimbor ne pouvait passe payer se luxe.

Le problème ne venait pas du salaire. Le problème venait de la façon de l'obtenir. Celim était bibliothécaire - on le prenait pour un scribe parce qu'il refourguait en douce les écrits qu'il dérobait à la dérobée [magnifique] dans la bibliothèque - et devait gérer une collection de livres que nous tairont. Mais il paraît qu'elle faisait concurrence, dans la catégorie des trucs longs et chiants, à la collection de geux que le divin monsieur P** devait gérer pour le bien être de la commune Ehblog. Autant vous dire que c'était du boulot.
Or, il est un fait connu, on s'adapte à son environnement. Les tenants d'un darwinisme bon chic bon genre vous diront qu'il s'agit d'une merveille de la nature. Les gens un peu scrupuleux, comme le fou du village qui n'allait que sous son pseudonyme de « Hein ? Faut voir point comme ! » prétendrait qu'il s'agit en fait d'un complot,sans doute initiés par des suifs - moi non plus, je ne l'ai jamais compris - avec pour but d'illuminer les gens - quel autre destin pour une boule de suif [magique] - et tutti quanti. Mais ayant suivi les leçons précieuses du grand Gay Mort aux nains pas ronds - il n'était pas mort ni chevalier de la manchette, simplement il trouvait son prénom Gayvin un peu ignominieux et son nom de Mortadelle un poil infamant - je peux vous énoncer une vérité tout autre. C'est en fait l'environnement qui vous force à s'adapter à lui.

Eh oui. Car les environnements songent, un peu comme les cristaux, en fait. Vous savez ? Ceux vers où l'on récolte beaucoup de chocs aux bosses. Et donc, les environnements pensent et cherchent toujours à avoir des serviteurs de plus en plus performants. C'est pourquoi un miroir ira toujours avec un rasoir au fil bien effilé. Ou qu'un fusil se tiendra proche d'une tronçonneuse. En cas d'invasion de sauterelles géantes, pour mieux organiser la résistance.
Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes l'âne Kong pourrait rentrer dans sa campagne manger des bananes si le champ morphique de la réalité ne luttait pas violemment contre le champ morphique des gens. Et il ne s'agit pas de racontars de raseur. Combien ont vu le pauvre Mario - un peu comme Alice, en fait, qui revenait de sa folie- se voir pousser une queue étrange après avoir glissé sur une feuille.

Et la réalité tapait sur le vieux Brimbor pour qu'il s'adapte à son environnement. Or, tout le monde sait bien que la forme la plus correcte pour un bibliothécaire est celle de l'orang-outan. C'est-à-dire un roux - qui n'a pas d'âme, comme le souligne parfois le guerrier des cristaux (non, pas Zack, l'autre) - avec un sourire ahurissant et des membres qui tiennent plus du sac de patates bizarrement rempli que de... membres, justement. C'est-à-dire quelque chose auquel Celim ne voulait pas du tout ressembler, parce qu'il n'avait déjà pas beaucoup de chance avec les femmes - la dernière, qui venait du futur, l'avait planté aux chiottes - et qu'il ne voulait pas empirer son cas.

C'est pour cela que Brimbor passait le plus clair de son temps partout sauf à la bibliothèque qu'il devait gérer, confiant dans le principe d'auto-génération du chaos. Au bout d'un moment, à force d'être en bordel, tout serait dans l'ordre.

Il se trouve cependant qu'en ne bossant pas - ou peu et surtout en chapardant - on ne le payait pas. Aussi avait-il monté un endroit où il pourrait déclamer les choses qu'il volait à la bibliothèque. L'idée fit long feu. À part un certain Sire Tank et une tasse de chocolat, peu de monde lui disait qu'il l'aimait, ce qui le chagrinait beaucoup. Après tout, quand on n'a plus rien pour ses vieux jours et même plus l'amour des autres, que faire ? Mais ce n'était que justice - rangez les violons - car lui-même n'aimait personne ni rien.
Alors il buvait, pour oublier. La taverne où il se rendait pour cela avait pour nom « Le Chat ». En fait, plutôt, on l'appelait « Le Chat ». Parce que son enseigne était ouverte au tout venant, ce qui faisait que chacun, dès qu'il avait un petit coup dans le nez - ou un gros, quand c'était Juju « le messie 2 le retour » Babadabidouba qui l'assénait. Le bouboui changeait ainsi de nom comme de chemise.

Là-bas, une clientèle nombreuse se mêlait et s'oubliait. À bien y réfléchir, c'est surtout le mouton du coin qui s'oubliait souvent, parce qu'il n'avait aucune manière. Les autres gens, dans l'ensemble, étaient plutôt sympathiques et fort peu bégueules. Par exemple, quand l'un montrait ses fesses en disant « Qu'il est haut ! », personne ne lui jetait la pierre. Et ainsi Celim trouvait des gens pour discuter et boire. Surtout pour boire, vu que Benne et Ouate ne laissait jamais un verre vide très longtemps.

Bon, voilà pour la petite histoire. Qui, avouons-le, ne vous renseigne pas sur l'origine de cette fichue carte. Mettons que je n'en sais rien moi-même. Tout ce que je sais, c'est qu'il l'échangea contre un bocal de soupe au poireau qu'on lui avait fait passer pour un pot-au-feu. Et qu'il jura de se venger. Mais ça, ben, c'est une autre histoire.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

LE PHYLACTERE

Par Anfalmyr Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 02/04/16 à 12h56

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

Archives

Favoris