est à vous

Fascination des jeux en ligne

Parution d'un essai sur les dangers supposés des jeux en ligne
Signaler
Par Yilduz - publié le
Image
Sélectionné par la rédaction

Les opinions et vues exposées dans les articles lecteurs ne reflètent pas forcément celles de la rédaction de Gameblog.

Pour Maxime Coulombe, les jeux en ligne permettraient de fuir une société en manque de repères et de sens, pour se retrouver dans des mondes structurés où s'acquièrent de nouvelles formes de reconnaissance. Voilà bien pourquoi certains joueurs peinent à quitter ces mondes de rêve…

Depuis quelques années, les milieux universitaires, notamment américains, observent les jeux vidéo. Les chercheurs français sont peut-être plus frileux, mais nous avons aujourd'hui l'occasion en France de voir un essai particulièrement stimulant paraître aux PUF : dans Le Monde sans fin des jeux vidéo, le sociologue et historien de l'art canadien Maxime Coulombe s'intéresse au succès des jeux en ligne, notamment via l'exemple de World of Warcraft. Refusant d'emblée d'accorder un quelconque crédit a priori aux théories qui prétendent que ce genre de jeu rend dépendant, l'universitaire interroge les raisons profondes qui expliquent le succès des jeux en ligne, et le temps important que des joueurs y consacrent.

On pourra se référer au sommaire de l'ouvrage pour avoir une idée des différentes étapes de l'analyse qui convoque critique littéraire, psychanalyse et sociologie. Voici, en avant-goût, une petite fiche de lecture.

Jeu est un autre

L'essai établit le préalable que les mondes virtuels mis en place dans les jeux vidéo ne sont en fait pas si éloignés que ça du monde réel. Pour autant, on ne peut pas les confondre avec le monde réel, ne serait-ce que parce qu'ils installent des univers clairement fantastiques, des situations peu vraisemblables, et parce que les codes de représentation, même photoréalistes, ont toujours quelque chose d'artificiel ou de mis en scène, ne serait-ce que dans les interfaces, la musique, etc. On ne peut confondre le virtuel et le réel.

World Achievement par Evil_Beaver
World Achievement par Evil_Beaver

Dans World of Warcraft par exemple, on peut incarner un personnage à la hauteur de nos désirs, un personnage doué de pouvoirs magiques dans un monde fondamentalement féérique. WoW met donc en place un monde fantasmatique presque parfait dans les possibilités qu'il offre aux sujets.

Toutefois, les victoires qu'on y gagne ont quelque chose de réel, parce que toute reconnaissance est une activité symbolique, et comme nous sommes des êtres de sens, on peut tirer notre reconnaissance de n'importe quel geste, ou presque. C'est en ce sens, d'après Maxime Coulombe, qu'il existe une porosité entre les mondes virtuels des jeux vidéo et le monde réel : quand bien même l'univers d'un jeu vidéo représente un espace qu'on ne peut confondre avec le monde réel, les réussites qu'on connaît dans le jeu à travers un avatar fantastique ont un impact sur la vie de nous autres, êtres humains ordinaires.

Silent Hill 2

À ceux qui ne verraient pas comment on peut louer les prouesses effectuées dans un jeu vidéo parce qu'ils leur supposent un caractère dérisoire, Maxime Coulombe rappelle qu'il y a de nombreux exploits olympiques, encensés cet hiver, qu'un cynique pourrait décrire comme des activités somme toute assez banales... il ne s'agit jamais que de quelques personnes qui dévalent des pentes de ski... ces activités ne sont valorisées que dans la mesure où elles sont une source importante de reconnaissance, dans un cadre culturel donné, qui définit que ces activités sont symboliquement positives. Des réseaux culturels existent, où être très bon dans un jeu en ligne est une source de reconnaissance énorme, voire plus grande que les formes de reconnaissance auxquelles des joueurs accèdent dans leur quotidien.

Wrath of the Litch King

Republic online VS Anarchy offline

De là, Maxime Coulombe dessine une réflexion sur les jeux en ligne, mais aussi sur notre société contemporaine : pourquoi est-il si difficile d'obtenir de la reconnaissance dans le monde réel, au point que des individus préfèrent s'investir dans des univers en ligne, où ils considèrent qu'il est plus facile de s'y réussir que dans le monde réel ? Le jeu en ligne peut être à la fois un lieu de fuite hors du réel, mais également un lieu où l'on reprend pied. Maxime Coulombe rappele que Freud, dans son Au-delà du principe de plaisir, postule que le principe de plaisir vise la réduction d'une tension. Une fuite dans les mondes virtuels permet ainsi d'apaiser un certain nombre des angoisses contemporaines. Il y a un premier temps qui permet de s'immerger dans un univers apaisant, rassurant. Et une fois intégré à ce monde-là, on se retrouve dans un lieu où la reconnaissance est assez simple, où les valeurs structurantes sont bien plus limpides que dans le monde réel. Par exemple, si dans votre quotidien vous accomplissez de bonnes actions, vous êtes rarement récompensés dans l'instant, alors que dans World of Warcraft la récompense est immédiate, par le biais de points d'expérience, d'objets, etc. Il y a une morale des mondes virtuels qui est très rassurante et qui permet au joueur de se sentir quotidiennement valorisé parce que son personnage en ligne s'améliore de jour en jour, et qu'il devient un lieu refuge pour l'estime de soi.

Maxime Coulombe montre aussi que le jeu n'est pas un espace de pure liberté : c'est bien parce qu'il y a des règles qu'on peut gagner ou perdre. C'est parce que les règles sont identifiées, claires et les mêmes pour tous que la reconnaissance se gagne et l'estime de soi s'améliore. Or, dans un monde contemporain complexe où les puissants établissent et changent les règles du jeu selon qu'elles les arrangent, les mondes virtuels apparaissent comme des utopies momentanées, source de plaisir et de divertissement (nom dont l'étymologie signifie bien "détourner son attention de") dans lesquelles il est bon de prendre une bouffée d'air frais avant d'affronter de nouveau le quotidien.

C'est comment qu'on freine ?

Ceci dit, l'essai ne brosse pas non plus un portrait utopique du monde des jeux en ligne et ne nie pas non plus que certains usages des jeux vidéos sont problématiques. Les jeux en ligne pratiqués avec excès peuvent dégrader la qualité de vie du joueur, dénoter un réel malaise et l'entretenir. Les Grecs désignaient déjà du même mot de pharmacon (φάρμακον) ce qui, selon les doses qu'on absorbe, tantôt nous soigne, tantôt nous empoisonne. Tout est une question de mesure ; mais le jeu en ligne n'est pas en soi ou bon ou mauvais d'un point de vue moral. Les phénomènes d' "addiction" qu'on constate parfois ne sont pas provoqués par les jeux : le malêtre existe avant de se cristaliser dans un usage excessif des jeux en ligne, qui sont en réalité autant de moments où l'individu cherche à apaiser les tensions qui le minent. Pour soigner ce genre d'usage excessif où l'individu est amené à prendre plus soin de son avatar que de lui-même, il ne suffit pas de débrancher le jeu, comme on casserait le thermomètre pour faire baisser la température d'un malade. Il s'agit avant tout de comprendre pourquoi le sujet ressent comme un besoin le fait de se réfugier dans un jeu.

Reality par Eran Cantrell
Reality par Eran Cantrell

Dans un deuxième temps, il faudra également au joueur qui veut réduire son temps de jeu échapper aux différents mécanismes mis en place par les sociétés éditrices qui ont intérêt à ce que l'on joue souvent et longtemps. Des sociétés comme Blizzard ont su adapter le modèle des bons vieux jeux d'arcade, où on vide ses poches pour mettre de la monnaie dans la machine, aux techniques du marketing moderne grâce auxquelles le jeu stimule régulièrement le joueur pour qu'il continue à vider ses poches dans la machine... jusqu'au grotesque : Maxime Coulombe rapporte par exemple les pleurs d'un orc qui disait s'ennuyer de lui au moment où il a mis fin à son abonnement à WoW...

Cependant, au-delà des utilisations marginales qui constituent de réels motifs d'inquiétude et nécessitent qu'on aide les joueurs qui s'enferment dans des mondes virtuels rassurants, Maxime Coulombe rappelle que le citoyen moyen nord-américain regarde la télévision une trentaine d'heures par semaine : quand on sait que le jeu en ligne remplace souvent la télé et que la moyenne de jeu est de 20h par semaine, et qu'en plus, quand on joue, on communique peut-être un peu plus que lorsqu'on regarde la télé, dans l'absolu, le jeu en ligne demeure un divertissement qui fonctionne relativement bien.

On ne saurait rendre honneur en quelques lignes à toutes les analyses dressées par Maxime Coulombe dans son essai, qui confirme bien souvent des intuitions que la plupart d'entre nous ont eues, avec ceci de plus que Le Monde sans fin des jeux vidéo apporte l'éclairage précis et méthodique des différentes sciences humaines, de la psychanalyse à la sociologie. L'auteur interroge notre rapport aux jeux vidéo en ligne, avec la précision du spécialiste, et la clarté d'une langue toujours claire et stimulante. Un livre à lire, assurément !

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 949,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 329,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 699,00 €
16 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (16)