est à vous

La narration dans le Jeu Vidéo

Des pixels qui nous émeuvent
Signaler
Par Arcanik - publié le
Image
Sélectionné par la rédaction

Les opinions et vues exposées dans les articles lecteurs ne reflètent pas forcément celles de la rédaction de Gameblog.

Depuis l’avènement de la haute définition, les graphismes et la technique ont pris l’ascendant sur le gameplay et l’expérience vidéoludique. Mais certains irréductibles développeurs, désirent encore et toujours, mettrent en avant, un autre aspect qui a fait la force du jeu vidéo. La narration.

Narration, oh ma belle narration !

2005, 2006, arrivée de la Xbox 360 de Microsoft, et de la Playstation 3 de Sony. Et avec eux, leur clique de jeux photoréalistes : Gears of War, Assassin’s Creed, Uncharted Drake’s Fortune … Mais une fois le hadoken graphique reçu et digéré, que retenir ? Un gameplay aguicheur ? Certes, mais l’industrie vidéoludique, qui ne cesse d’être comparer à son homologue de l’entertainment, le cinéma, ne fait plus d’effort, pour créer des univers au scénario et à la narration recherchée. Le jeu vidéo manque de maturité. Encore trop jeune, il nous a quand même donner quelques pépites -les exceptions qui confirment la règle-comme en 2007 avec Bioshock, du talentueux Ken Levine ou bienPortal. Ces deux jeux ont réussi à imposer une ambiance et une histoire sans cinématique seulement par une voix. Andrew Ryan pour Bioshock, et GlaDOS pour Portal. Cette réussite est un véritable tour de force de la part de 2K Marin et Valve, à l’heure où les développeurs se lancent dans une perpétuelle course aux polygones. Il ne faut pas non plus oublier tous les grands titres sur l’archipel nippon. Notamment, la saga Metal Gear (Solid) qui, depuis 1987 sur MSX2, à réussi à imposer un univers unique qui marquera au fer rouge l’Histoire des jeux vidéo. Mais là où la narration fut la plus poussée, c’est sans conteste dans les RPG, japonais d’ailleurs. On peut citer la série des Final Fantasyde Hironobu Sakaguchi, et son anthologique Final Fantasy VII qui en aura fait pleurer plus d’un grâce à un scénario prenant aux tripes. Mais si ce dernier est élevé au rang de RPG le plus emblématique, il ne faut pas oublier certains titres des années 1980-1990, tels que la série Phantasy Star ou l’immense Chrono Triggersortie sur Super Nintendo en 1995, aux Etats-Unis et au Japon. N’oublions pas non plus le récent, et plus ou moins réussi (NDJulienC : scandale), Lost Odyssey. Il aura permis une nouvelle approche de la narration dans le jeu vidéo et une pourtant une des plus anciennes, avec la lecture de dizaines de pages développant une ambiance et une histoire plutôt convaincante. Ainsi, pendant les rêves d’un des personnages, les développeurs de Feelplus donnent l’occasion aux joueurs d’en apprendre un peu plus sur les personnages et de developper le background. Véritable réussite, ou simple lourdeur du titre ? Les avis sont partagés.

Véritable porte étendart de cette envie d’aller vers les émotions scénaristiques, Heavy Rain, le dernier né du Quantic Dream de David Cage, peut-être un élément déclencheur dans le monde vidéoludique. Nonobstant un gameplay assez bancal semble-t-il, les géniteurs de The Nomad Soul et de Fahrenheit, affichent de grandes ambitions. Un scénario adulte, des personnages réalistes, une intrigue travaillée. Trois ingrédients de réussite, reste maintenant à voir ce que donne le mélange. A suivre…

Once upon a time, the background…

Bien sur, si la narration à l’état brut est un élément important, elle ne fait pas tout. Ainsi, si certains titres auront réussi à nous infliger une claque narrative, d’autres nous auront relaté leur histoire par un background plus important que le scénario. Notamment grâce à des personnages et un level design unique.

Les meilleurs exemples du genre restent les oeuvres de la Team ICO. En créant deux des plus grands jeux jamais sortis, Fumito Ueda et son équipe, réussissent le pari de faire frémir le joueur. Et tout cela grâce à des personnages au charisme innovant et un attachement grandissant au fil de l’histoire. Mais ICO et Shadow of the Colossus ne seraient rien sans leur univers et leur background saisissant et émouvant. De nombreux personnages resteront à jamais dans les mémoires pour leur psychologie et leur histoire, tels que Solid Snake, ICO, Niko Bellic, Cloud ou Sephiroth. Pour autant, les plus grandes icones vidéoludiques ne doivent leur attachement et leur réussite qu’à leur aspect et non à leur histoire. Finalement Mario et Link vivent des histoires d’amour avec Peach et la princesse Zelda. Des histoires plutôt incertaines et la plupart de nos questions n’auront pas leurs réponses. Si Mario aime la plomberie, que Link aime couper des herbes à longueur de journée pour trouver des rubis, ou que Sonic aime courir, leur psychologie n’a jamais été développé. Seul leur gameplay novateur et exceptionnel, leur permettait (et leur permet encore aujourd’hui) de reposer sur une notoriété des plus importantes.

Mais si aujourd'hui les joueurs semblent désirer de véritables scénarios, c’est surtout car jeu vidéo et cinéma sont de plus en plus mentionnés ensemble. L’un ne va plus sans l’autre. Ils en sont presque devenus indissociables. Et c’est en toute légitimité, que les joueurs veulent de véritables épopées narratives.

Vers une Révolution ?

Aujourd’hui, 40% des joueurs français sont en fait des joueuses. Mais la majeure partie de ces femmes n’ont finalement que peu jouer à de véritables jeux gamers. La plupart du temps, elles n’ont en leur possession que les consoles made in Nintendo. La narration peut inverser cette tendance. Au lieu de vouloir absolument convertir les casual gamers sur du God of War, Assassin’s Creed, ou un Splinter Cell, pourquoi ne pas créer des jeux plus narrativement mature ? Un scénario bien écrit peut intéresser et donner l’envie d’en apprendre plus. Ainsi, si un jeu à la narration réussie est un jeu qui suscite des émotions, cet effet pourrait amener un nouveau public à devenir des gamers. Les joueuses et les femmes en général doivent être pris en compte dans les années à venir.

En cinquante ans, l’histoire des jeux vidéo s’est nettement enrichie. Le média est devenu une industrie à la mode, où chaque critique (dont on peut se demander sa réelle légitimité de critiquer une industrie dont il ne connait rien) y va de sa petite phrase sur le sujet. C’est de cette façon que Steven Poole critique littéraire auGuardian et longtemps chroniqueur pour le magazine spécialisé Edge, publie Trigger Happy en 2000. Son approche est originale : évaluer les jeux vidéo comme on parlerait d’une autre forme d’art. Interrogé par le site poptronics.fr, Steven Poole déclare, concernant la narration dans les jeux vidéo : 

Bioshock offre-t-il quoi que ce soit en matière de storytelling qu’on n’ait pas déjà vu dans Half-Life ou Half-Life2 ? Je n’en suis pas convaincu. Je pense que le problème de storytelling n’a toujours pas été résolu et que les problèmes de principe que j’ai évoqué dans Trigger Happy se posent toujours.

En suivant la théorie du critique anglais, et en prenant le jeu vidéo comme une industrie de l’entertainment pas si différente des autres, on peut se demander ce qui différencie un film culte d’un navet ? Sa plastique ou son scénario ? Transformers est-il meilleur queLa Liste de Schindler ? Les mêmes questions peuvent se poser pour les titres qui sortent sur nos chères consoles. Un Gears of War ou unNoby Noby Boy ? Toutes ces questions n’ont pas de réponses précises, le sujet étant trop subjectif et les réponses trop personnelles. Mais partant du principe que le jeu vidéo a des progrès à faire dans le domaine de la narration, au moment où l’on entend déjà des bruits de couloir sur la prochaine génération de consoles et de ses composants, les développeurs ainsi que le reste des acteurs majeurs de l’industrie ne devraient-ils pas se positionner sur une révolution dans les jeux et non sur nos machines futures ? La révolution attendue du jeu vidéo, à l’heure où l’on parle du Projet Natal parrainé par un certain Steven Spielberg, ne passerait-elle pas par une refonte de la pensée des jeux ? De la sorte, nous ne parlerons plus de la "prochaine génération de consoles", mais de la "prochaine génération de jeux".

Et retrouver mon blog OpenGame.fr

Top ventes

Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 268,98 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 271,25 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 328,98 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,94 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
20 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (20)