>
>
>
Final Fantasy VIII : Squall et notre rapport aux autres
est à vous

Final Fantasy VIII : Squall et notre rapport aux autres

"Les bons moments ne servent qu'à être regrettés"
Signaler
Par -AtantoinE- - publié le
Image
Sélectionné par la rédaction

Les opinions et vues exposées dans les articles lecteurs ne reflètent pas forcément celles de la rédaction de Gameblog.

Quelle place puis-je occuper dans un monde où le temps me retire sans cesse ce qu'il me donne? Suis-je condamné à un éternel regret, ou existe-t-il une issue par laquelle je puisse vivre avec les autres sans que leurs souvenirs ne me fassent souffrir ?

J'ai voulu écrire une petite analyse de ce queFinal Fantasy VIII, à travers le personnage de Squall, pouvait nous enseigner à propos de nous et de nos réactions, nos approches, notre rapport aux autres. Les réflexions du héros ne sont pas si superflues qu'elles ne peuvent en avoir l'air, et c'est un véritable travail de pensée, touchant, qui nous est proposé tout au long du jeu. Mais avant cela, resituons le contexte.

Final Fantasy VIII a eu son lot de polémique (comme tous les épisodes de la série ai-je envie de dire), celles-ci portant surtout sur l'aspect relationnel beaucoup trop prononcé des personnages, en particulier entre les héros Squall et Linoa... et pourquoi pas? Il n'y a qu'en appuyant les relations d'amitié et d'amour que les propos qui suivent auraient pu être développés. Je préviens juste par avance qu'il y aura quelques spoilers.


Squall est donc un "garçon introverti et antipathique", comme il se l'avouera à lui-même au cours de l'aventure. Il s'évertuera toujours à rendre les rapports qu'il entretient avec les autres les plus concis possible, et lorsqu'il s'agira de s'associer, alors le pragmatisme sera de rigueur, et jamais Squall n'élèvera ses camarades de classe au-delà du simple rang de co-équipier. Pas d'amis, parce qu'il n'en veut pas ; ou plutôt, il n'en veut plus.

Il semble difficile de vivre sans lien social : c'est que Squall ne semble pas non-plus avoir gardé de contact avec sa famille, proche ou lointaine, et au fond, seule sa vie de SEED lui occupe l'esprit, du moins jusqu'au 3ème CD. En réalité, Squall a déjà été servi. A l'orphelinat, il avait une amie, Ellone, sur qui il comptait, sincèrement. Un jour, Ellone dû partir, et Squall, resté seul, vit le regret l'envahir et le ronger. En réalité, il était si attaché à Ellone qu'elle devint une partie intégrante de lui : la voir disparaître, c'était comme assister à la mort de quelque chose qui faisait qu'il était vraiment lui. Ellone a tourné les talons, à commencé à marcher, et au moment même où Squall la perdit de vue, alors elle n'exista plus. Elle n'exista plus. Elle n'exista plus car à ce moment-même, elle était devenu un souvenir. Un souvenir qui allait l'habiter pendant si longtemps... Et le plus douloureux, c'est que ce souvenir, parce qu'il est périssable, allait avec le temps modifier Ellone, petit à petit, jusqu'à ce qu'elle ne représente plus rien. Que restera-t-il d'elle, treize ans plus tard ? Son prénom ? Peut-être. Son visage ? C'est déjà moins sûr...

Sachant cela, est-ce alors si choquant de voir la réaction de Squall lorsqu'il tombe par hasard sur elle, treize ans plus tard, assise à considérer le sol de la bibliothèque de la BGU ? Squall dit ne pas la reconnaitre, et que de toute manière, ce qu'elle est ne l'intéresse pas : il est ici simplement pour demander une information, il repartira la seconde d'après. Le scénario nous dit que ce sont les G-Forces qui, lorsqu'on les utilise, effacent nos souvenirs. Dans ce cas, ces G-Forces ne sont-elles pas une certaine métaphore du temps, de ce temps qui passe et finit toujours par détruire ce qu'il a créé ? Ici, Squall n'a pas véritablement "oublié" Ellone. C'est le temps qui a détruit ses souvenirs d'elle, et l'a finalement rendu insensible à elle. Certains parleront de guérison. Mais ce qui est le plus triste, c'est de voir à quel point Ellone, avec tout ce qu'elle représentait pour Squall, n'est finalement devenue que "quelqu'un".

Au fond, Squall a fait une expérience douloureuse, celle de l'impermanence des choses. Il s'est depuis promis de ne plus accorder d'importance aux autres, à ces autres qui lui donnent l'illusion qu'il passera des moments agréables avec eux, mais qui, fatalement, finissent un jour par disparaître de sa vie : "Les bons moments ne servent qu'à être regrettés." C'est ce qu'il dira au cours de l'aventure, et c'est plutôt vrai. Ces moments de joie ne savent pas être appréciés sur le coup, car le temps les absorbe trop rapidement. Alors il ne reste plus que des souvenirs, et au bout, le regret.

Pourquoi faut-il que les autres quittent nos vies ? Qu'une erreur, qu'un évènement, parfois juste un hasard, fasse que certaines personnes, que l'on aimait tant et sur qui l'on comptait réellement, nous abandonnent définitivement ? Rares sont ceux qui vivent tout à fait reclus des autres - ces autres vivent en communauté, et nous sommes condamnés à nous attacher à des personnes, à des lieux, à des périodes, dont on sait pourtant qu'ils nous quitteront un jour en laissant en nous une marque qui prendra du temps à cicatriser.

Conscient de ce problème, Squall a fait un choix difficile, celui de ne plus s'enticher de personne, de ne jamais s'attacher à aucun souvenir, par peur de souffrir une seconde fois - ce qui ne l'empêche d'ailleurs pas d'accorder une grande importance à son image, préoccupé qu'il est de savoir ce que les autres pensent de lui. Inconsciemment peut-être, Squall aimerait que les autres viennent vers lui, découvrent ses secrets, partagent ses pensées. C'est ce que fera Linoa. Et pour la petite anecdote amusante, je vous invite à revoir la scène du bal : alors que les deux héros dansent, Squall fait un mauvais pas, et en ayant assez, il décide de s'enfuir... en laissant son bras en arrière, comme une demande inconsciente qu'on le retienne.


Au final, Squall ne pourra pas tenir bien longtemps avec si peu de contacts. Dès le 3ème CD, cette partie de lui qu'il déteste, aimante, sensible, empathique, va ressortir après l'électrochoc du coma de Linoa. Il se rend compte qu'en agissant comme il le faisait depuis sans doute plusieurs années, il laissait passer beaucoup trop d'occasions de créer des liens : il perdait sa bataille contre le temps. Certes refuser certains sentiments et ignorer ses souvenirs désarmait le temps ; mais vivre ainsi ne pourra que le conduire à une éternelle solitudedans laquelle il se ressassera continuellement ce passé avec Ellone, qu'il regrette. Alors quoi ? Qu'est-ce que le temps veut bien nous laisser ? Qu'est-il mieux de faire ? L'impermanence des choses fait que dans les deux cas, nous sommes plus ou moins condamnés à souffrir de disparitions ; mais dans le second, d'autres, des gens même simplement de passage, nous soutiennent, alors que dans le premier, nous restons seul.

Squall le comprend finalement, et souhaitera se rattraper en faisant tout pour ranimer Linoa. Il comprendra aussi que dans toute relation, qu'elle soit d'amitié ou d'amour, il faut savoir donner et recevoir. Savoir parler de soi, et savoir écouter l'autre, sinon ça ne fonctionnera pas, et le temps nous volera plus vite cette personne que l'on aimait pourtant. Linoa rentre d'ailleurs un peu dans le jeu de Squall en lui disant les mots qui le touchent : "Je ne veux pas devenir un souvenir". Squall répondra "Exactement". Quant à ses amis qu'il se sera fait tout au long de l'aventure, bien malgré lui, ils se révèleront d'une aide précieuse. Ce sont ces amitiés qui le pousseront à aller retirer Linoa des scientifiques Esthariens, qui lui promettaient une mort rapide. Ce sont eux aussi qui le conseillent, le poussent à agir lorsqu'il reste passif, l'encouragent et se battent à ses côtés, l'aident à ne pas se laisser destabiliser lorsque que la dernère forme d'Ultimécia lui dit : "Pense à ton enfance. Les émotions à l'état brut. En grandissant, tu as perdu la moitié de toi-même".

Squall aurait-il vraiment fait le poids, seul face à l'adversité ? Ces amitiés payent.

Pour finir, on pourra peut-être dire que ce travail de réflexion sur lui-même est un peu avancé pour son âge (17 ans), mais après tout, c'est l'adolescence, c'est sans doute la période la plus appropriée pour être amené à réagir ainsi, puisqu'on y passe beaucoup de temps à changer d'environnements, de communautés, à ne plus voir les mêmes personnes car on en fréquente de nouvelles... C'est un perpétuel changement qui peut devenir éreintant et insupportable, pour qui aime garder ses repères près de lui.

Final Fantasy VIII m'a sincèrement touché pour cet aspect, qui méritait, je pense, réflexion. Squall n'est pas un bête stéréotype du personnage laconique, froid et dur. En plus d'un passé, il y a une démarche de la pensée qui l'amène à agir de manière antipathique presque contre son gré, et que l'on apprend petit à petit, au fur et à mesure qu'il ouvre ses souvenirs. De plus, le personnage évoluera vraiment, dans une scène finale remarquable... Squall erre sur une terre aride recouverte d'un ciel menaçant. Mais ici, il n'est plus seul. Alors il cherche ses amis, il cherche Linoa, sans qu'il ne puisse la voir. Jusqu'au moment où, désespéré, il se rend compte qu'elle ne viendra pas, et qu'une fois encore, en s'étant attaché à quelque chose qui n'existe plus, il ne connaîtra que la souffrance. On assiste alors à des scènes des événements passés du jeu, dans lesquels on voit Linoa, mais jamais clairement. Son visage est flou, ses contours imprécis, on distingue de moins en moins son visage. On pourrait penser que c'est un effet de la compression temporelle dont Squall et les autres sont l'objet. Mais il s'agit sans doute de souvenirs. Squall, brisé et seul, n'a plus qu'à se replonger dans un nouveau passé qu'il regrette déjà. Or, il sait à quel point les souvenirs sont fragiles et la mémoire imprévisible. En réalité, il voit un être qui lui est cher disparaître de sa mémoire, et il est condamné à oublier, une fois encore, jusqu'à ce qu'il meurt de tristesse.

Sauf que cette fois, Squall ne sera pas abandonné à ses états d'âme, et à l'inverse d'Ellone, Linoa répondra à ses appels. Alors la terre aride où Squall évoluait, et qui symbolisait son éternelle solitude, reprend soudainement vie ; et le ciel noir, dans lequel l'âme de Squall s'enfonçait et avait fini par se complaire, s'éblouit de lumière. Au final, Squall lâche un premier sourire. Il a compris à quel point les autres avaient de la valeur. Il connaît aussi la force de l'impermanence des choses, mais sait désormais y faire face, grâce à Linoa. Et le regret est un sentiment qu'il ne compte plus fréquenter, car s'il s'assure de garder ceux qu'il aime près de lui, alors il n'a plus de raisons de redouter le tourment de ses souvenirs.


Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 492,97 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,90 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 949,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 329,90 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,91 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 699,00 €
Console New Nintendo 3DS XL Pokémon Sole…
Neuf : 199,90 €
48 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (48)