Les déclarations de Sony n’ont visiblement pas plu à Microsoft. Il y a quelques jours, un rapport d’un régulateur brésilien révélait ce que la maison-mère de PlayStation pensait du rachat d’Activision-Blizzard par Xbox. Aujourd’hui, la firme de Redmond a apporté son droit de réponse et il est cinglant.

Microsoft contre-attaque

Le torchon brûle de nouveau entre Sony et Microsoft. Alors que PlayStation tremble à l’idée de perdre l’une de ses poules aux œufs d’or, Xbox temporise ses craintes. Le Conseil administratif de la défense économique du Brésil (CADE) a récemment mis en ligne publiquement les arguments des différents acteurs du marché dans le cadre de son enquête. On y apprenait que seule Sony s’opposait ouvertement à ce rachat, Microsoft a tenu à défendre sa cause. Piqûre de rappel avant, Sony avait insinué que l’obtention des licences fortes d’Activision-Blizzard allait permettre à Microsoft d'asseoir un leadership inatteignable dans le secteur des services d’abonnement.

La firme de Redmond contre-attaque et rappelle au géant japonais qu’il a une longueur d’avance sur eux avec 48 millions d'abonnés PlayStation Plus, contre 25 millions d'abonnés Xbox Game Pass en janvier dernier. « Sony propose déjà un service d’abonnement, le PS Plus, qu’elle a pu développer grâce à sa base d’utilisateurs existante, à la taille de la plateforme PlayStation et à son contenu exclusif. En fait, Sony a dépassé Microsoft en termes de ventes de consoles et de base installée. »

xbox game pass

Sony tente de bloquer le Xbox Game Pass

Pour la marque verte, « Sony ne veut pas se résoudre à devoir concurrencer le service d'abonnement de Microsoft Elle ne veut pas que des services d'abonnement attrayants menacent sa domination sur le marché de la distribution numérique des jeux pour consoles. En d'autres termes, Sony s'insurge contre l'introduction de nouveaux modèles de monétisation susceptibles de remettre en cause son modèle économique centré sur les ventes de consoles et les exclusivités depuis des années », expliquent fermement les avocats de Microsoft.

La firme de Redmond estime également que le point de vue de Sony est hypocrite et incohérent. D’après elle, l'entreprise japonaise s'inquiète de l’exclusivité de Call of Duty alors que justement les exclus étaient au cœur de sa stratégie pour renforcer sa présence dans l'industrie. Résultat Sony est aujourd’hui le leader sur la vente de jeux et contenus dématérialisés et Microsoft considère que son rival n’a pas peur de ne pas pouvoir être compétitif face à Call of et son arrivée sur le Xbox Game Pass, mais simplement de perdre son leadership sur le marché.

Plus loin encore, Microsoft accuse Sony d’avoir pris des mesures anti-Game Pass ces dernières années pour bloquer le développement « d'un modèle commercial innovant qui offre un contenu de haute qualité à faible coût aux joueurs ». « En effet, la capacité de Microsoft à poursuivre l’expansion du Game Pass a été entravée par la volonté de Sony à bloquer cette croissance. Sony paie des “droits de blocage" pour empêcher les développeurs d’ajouter du contenu sur le Xbox Game Pass et les autres services d’abonnement concurrents », peut-on lire dans les documents. Rappelons que c’était en effet le cas pour Resident Evil Village par exemple. En tout cas, Sony ne doit pas voir d'un bon œil non plus l'arrivée d'un nouvel abonnement Xbox Game Pass encore plus avantageux.