Comme pour Rainbow Six Siege, des tricheurs sont à l'oeuvre sur un jeu made in Ubisoft, mais fort heureusement la présence du logiciel de protection EasyAntiCheat (déjà présent sur les autres productions du studio/éditeur) semble avoir été très utile et fait son office.

En effet, ce module anti-triche permet de reporter les comportements suspects et apparemment il y a en a eu pas moins de 400 jusqu'à prsent. Ubisoft a donc procédé à une vague massive de bans pour calmer la foule.

Sorti le 14 février dernier sur PC, PS4 e Xbox One, on espère que le cheat ne deviendra pas monnaie courante...