Yaeck - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 25/07/21 à 11h36

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- 2DS

- WiiU
- PSP
- PS4
- Switch Lite
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitch
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

Yaeck - Le BloG
Signaler
Cinéma - série (Cinéma)

Synopsis: Dans un futur dystopique, après l'effondrement économique mondial, les États-Unis sont devenus un pays totalitaire, censurant toute activité culturelle. Le gouvernement américain pacifie la population en diffusant des jeux TV où des criminels condamnés se battent pour leur vie. En 2019, le policier et pilote d'hélicoptère américain Ben Richards est arrêté pour avoir désobéi aux ordres, car il a refusé de tirer sur une foule innocente et affamée de manifestants lors d'une émeute alimentaire. Lorsqu'il s'évade de prison, il est remarqué par un animateur de télévision sans scrupules, Damon Killian, qui veut l'engager contre son gré pour son émission-vedette The Running Man, un jeu télévisé en direct macabre dans lequel un homme condamné doit échapper à des tueurs lancés à ses trousses, avec comme récompense l'annulation de sa peine de prison s'il survit à ses poursuivants. Ben parvient à contrer un à un les tueurs lancés à sa poursuite par Killian, puis retourne sur le plateau de l’émission pour se venger du présentateur.

Réalisateur: Paul Michael Glaser

Distribution:
Arnold Schwarzenegger: Ben Richards
Richard Dawson: Damon Killian
Yaphet Kotto: William Laughlin
Maria Conchita Alonso: Amber Mendez
Jim Brown: Fireball
Jesse Ventura: Captain Freedom
...

Croyez-le ou non, mais je n’avais jamais vu Running Man jusqu’à la semaine dernière. Et sans doute l’ai-je vu trop tard car je ne peux pas dire que j’ai été emballé. Pur produit des années 80, on oscille entre film d’anticipation au message politique appuyé et action/aventure à la limite de la comédie parfois. Adapté de très loin d’un roman de Richard Bachman, il en amoindri largement la portée critique sociale pour se concentrer sur la course-poursuite et les affrontements brutaux.

J’ai été surpris de voir que le fameux ‘concours TV’ arrive assez tard dans le métrage, le pré-show étant  consacré à l’histoire de Ben et ses camarades alors qu’ils s’évadent puis se planquent dans une Amérique devenu l’ombre d’elle-même. La deuxième partie elle est donc consacrée à cette fameuse émission qui rassemble tout le peuple devant la télévision. Outre nos héros on y découvre surtout les Traqueurs, une bande d’assassins payés pour tuer les différents concurrents. Je pense que ces antagonistes haut-en-couleur furent pour beaucoup dans le succès du film à l’époque.

Pensant voir un film au ton grave, je visionne donc tout autre chose, une aventure burnée matinée de Show TV, réalisé de surcroit par Starsky, rien de moins (Paul Michael Glaser de son nom civil) et saupoudré de punchline toutes les trentes secondes. Le coté burlesque de l’ensemble est accentué par les tenues des personnages lors de leur participation, qu’il soit ‘candidat’ ou ‘traqueurs’. Il faut voir Schwarzy en tenue moulante bleue et jaune au moins une fois dans sa vie…

Pas grand-chose d’autre à dire sur ce Running Man qui reste un film assez bateau, rempli de clichés dépassés et caricaturaux (le dernier plan notamment, très mal amené) mais qui possède tout de même son coté poil à gratter et un minimum de réflexion sur la société dites de consommation (on parle plus communément aujourd’hui de ‘la croissance’). Je me rends compte que ce film prédispose du futur et visionnaire ‘Idiocracy’ avec le grand Luke Wilson. On est un peu dans le même délire.

PS: On notera aussi le fait que Ben, qui pensait retrouver son frère dans son appartement, ne se soucie guère de lui dès lors qu’il apprend qu’il est parti en ‘reconditionnement’…sympa. Ou mal écrit.

L'avis d'Amidon, le chat de la maison:

Rendez-vous Mercredi prochain 18H pour une nouvelle chronique.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

Yaeck
Signaler
Yaeck
@tous: merci pour vos charmants commentaires! @Cherry_Flavor: Ok je zieuterai ça à l'occasion! @Tesla Kusturica: ah ok, cela explique certain trucs alors que j'ai lu ici et là et dont je ne comprenais pas le lien! ^^' Et merci @laRédaction pour la mise en homepage d'un article sur un film des années 80 :) I'll be Back!
Zer01neDev
Signaler
Zer01neDev
NANAR, mais ta rater ta vie si tu la pas vue.
Cherry_Flavor
Signaler
Cherry_Flavor
A voir aussi le prix du danger avec Michel Piccoli et Gérard Lanvin, film de 1981 avec le même synopsis mais côté français cette fois ci.
Forsete
Signaler
Forsete
Très bon article/critique qui m'a donné envie de voir le film par curiosité
Tesla Kusturica
Signaler
Tesla Kusturica
Pour la petite histoire Richard Bachman fut le pseudonyme de Stephen King. Il a écrit 3 autres romans sous ce nom: Chantier, Rage (une tuerie dans un lycée, plus ré édité depuis Columbine) et surtout l'incroyable Marche ou creve, roman dans la même veine que les 3 autres mais largement supérieur