Yaeck - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 29/07/21 à 03h29

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- 2DS

- WiiU
- PSP
- PS4
- Switch Lite
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitch
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

Yaeck - Le BloG
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Ce sont parfois des circonstances bien tristes qui nous amènent à commencer des jeux qui traînent depuis des années dans notre ludothèque. Syberia, je voulais y jouer depuis fort longtemps, sans cesse à repousser ma partie pour me consacrer à d’autres titres. Et puis un jour Boum, la Camarde fait son ½uvre et me rappelle que je ne suis pas éternel, et qu’à un certain âge ‘repousser’ signifie ‘ne jamais faire’. Alors je lance le jeu, sans trop savoir à quoi m’attendre en dehors de cette fameuse brune qui embellit la jaquette dans une ambiance mystérieuse et ‘sibérique’…


DES CLEFS

Quand Kate Walker débarque à Valadilène, petite paroisse des alpes françaises, elle ne se doute pas un seul instant qu’elle débute une quête qui l’emmènera à l’autre bout du monde. Car pour l’heure, l’avocate new-yorkaise à déjà la sensation d’y être, au bout du monde ! Travaillant pour le cabinet Marson & Lormont de Big Apple, quel dépaysement pour elle que ce patelin perdu. Et d’autant plus quand on y découvre à peu prêt partout des automates aux fonctions diverses. Parce que oui, Valadilène se trouve être la capitale mondiale de l’automate, et la raison de la venue de Miss Walker. Universal Toy, entreprise cliente de ses patrons, souhaite conclure le rachat de l’industrie créatrice des ‘robots à ressort’ en faisant signer à la patronne de la société le contrat de vente, mission confiée à notre protagoniste. Hors petit problème, Anna Voralberg, la directrice qui était censé apposer sa signature sur le précieux document, vient de décéder. Et autre surprise, le notaire apprends que contrairement aux informations connues, il existe un héritier ! Un peu abasourdie et dépassée par les événements, Kate n’a d’autre choix que de retrouver Hans Voralberg, le frère déclaré mort il y a plus de 50 ans…
Mais il se pourrait bien que l’homme, génie de la mécanique, ait laissé derrière lui une trainée de petits cailloux blancs…

Kate Walker arrive devant un étrange cortège. Drôle de séquence d'ouverture...

Nous débutons notre périple dans le pittoresque village d’origine des Voralberg, où nous remonterons le fil de l’histoire de cette famille fan de mécanique. La demoiselle que nous contrôlons outrepassera ses droits pour s’introduire ici dans la demeure, là dans l’usine pour reconstituer le puzzle de la disparition d’Hans. Petit à petit on fait ressurgir le passé pour mieux lui courir après.
Cette notion de passé que l’on redécouvre revient souvent au cours de l’aventure, des souvenirs qu’on fait revenir à la surface pour mieux avancé dans le présent. Un passé révolu, désuet et laissé à l’abandon. On retrouve cette sensation dans les décors même, tous plus ou moins laissé en friche. Ce qui ajoute à cette ambiance crépusculaire générale, où la vie mécanique semble avoir pris plus de place que la vie biologique.

Petit village paisible avec son ambiance posée

On croisera du monde quand même, suffisamment pour avoir de longs, voir très long dialogues. L’interaction avec les personnes non-jouables reste le c½ur du jeu et résoudre leur problèmes vous aidera vous même dans votre propre quête, même si certains détours sembleront interminables. On rencontrera de tout, des doyens d’université farfelus au militaire sur la corde raide, du cosmonaute nostalgique qui rêve encore d’étoiles à la cantatrice à la retraite toujours prête pour un dernier tour de piste. Et au milieu de tout çà, Kate Walker qui cherche désespérément Hans Voralberg. Elle retrace le chemin du disparu assez aisément il faut bien le dire, l’homme n’étant pas du genre à passer inaperçu. Mais surtout grâce à ce fameux train mécanique formaté pour se rendre dans les différents lieux où il a séjourné dans sa vie. Pratique.


Les automates instaurent une aura très particulière à l'ensemble.

À l’image d’Amerzone, (qui est d’ailleurs cité plusieurs fois, ce qui unifie donc les deux titres) Benoît Sokal n’a pas son pareil pour mettre en place une ambiance fantasmagorique entre réalité et fantastique. Ce sont clairement les automates qui dans Syberia font la jonction entre le monde bien réel et un autre, plus éthéré et disons-le, Magique. Kate Walker elle-même se laisse envouter par cette atmosphère qu’elle découvre et qui l’éloigne de plus en plus de son quotidien, avec lequel elle garde un lien ténu au travers de son téléphone. De ses premières conversations téléphoniques avec son boss, sa copine, sa mère ou son fiancé aux dernières, ce monde qui est logiquement le sien lui semble de plus en plus superflu et anecdotique, baignée qu’elle est désormais dans le merveilleux et l’onirique. Comme une mue qui s’opère sous nos yeux, la véritable Kate semble émerger tout au long de son périple, pour aboutir à cette (re)naissance lors de la cinématique finale. En parlant de çà, la suite était prévue dès le départ, le titre se terminant certes sur une certaine finalité mais absolument pas sur la Sibérie tant espérée. À l’image d’une bande dessinée, Syberia était donc prévu en plusieurs tomes, ma découverte des suites me révélera si ce récit est parvenu à sa conclusion.

Les décors sont assez variés - ici la bibliothèque de l'université

DES ROUAGES

Comme bien souvent dans les jeux du genre, nous serons amenés à explorer plusieurs lieux, que nous rejoindrons principalement en train, mais pas que. Nous commençons donc dans le petit village de Valadilène, puis nous rejoindrons l’université quasi-déserte de Barrockstadt avant de se poser dans l’étrange usine de Komkolzgrad. De là on passera dans la base spatiale en ruine avant de partir pour la station thermale d’Aralbad, qui as connu des temps glorieux avant de devenir un lieu de repos quasiment oublié de tous. Nous y ferons d’éparses rencontres, les différentes places ne croulant pas sous la populace. Nous converserons cependant âprement avec chaque personnage disponible pour des échanges verbaux à tiroirs. Bien sur, nous discuterons plus avec quelques-uns qui nous livreront des informations plus importantes ou qui nous donnerons accès à la suite du voyage. Il faut quand même mettre en avant Oscar, l’automate qui secondera Kate tout du long et qui est légèrement pointilleux sur les détails administratifs ferroviaires.

Un 'Mur' qui protège le 'monde civilisé' des barbares de l'Est. Métaphore d'un autre mur d'une époque révolue...

Les décors sont assez splendides dans l’ensemble malgré leur atmosphère parfois à la limite du lugubre. Certains écrans nous offrent des panoramas qui émerveillent l’esprit, et toujours avec ce léger brouillard qui renforce cette sensation de marcher au milieu d’un songe. Ils sont surtout très disparates les uns des autres, chaque environnement ayant son ambiance propre, son énergie unique. Nous sommes néanmoins bien loin ici de la nature luxuriante d’Amerzone mais plus dans une ambiance post-URSS très marqué. C'est-à-dire vieilles ferrailles et bâtiments laissés en plan…

Impressionante entrée pour un établissement scolaire, spécialisé dans l'Histoire Naturelle

Les énigmes seront quand à elles pour une large partie centrées sur ces fameux automates et autres merveilles d’assemblages métalliques du même tonneau. Là encore on reste dans du ‘concret’ et du logique, rien de farfelu même si parfois les effets de nos actions seront surprenantes et aux répercussions bien plus larges qu’escomptées. Mais on n’évitera pas les sempiternelles phases de perdition totale où l’on ne saura absolument pas quoi faire. Pour ma part ce qui m’a posé problème c’est le coup du coup de téléphone à passer à la mère dans l’usine - je n’y aurais jamais pensé même après 1000 ans ! Et surtout la confection du cocktail pour la Diva, où même avec une soluce pas-à-pas je n’ai absolument rien compris… Un mystère insondable pour moi que ce ‘piano-bar’.

Là on atteint mes limites intellectuelles déjà fort peu affutées de base. Entre la partition incompréhensible censé devoir nous aiguiller, le mini-piano où je n'ai même pas compris l'utilité et la tuyauterie labyrinthique, je fus complètement largué...

J’apporterai comme précision qu’il y a une constante à chaque étape, à savoir remonter le ressort du train (qui je le rappelle est mécanique), un peu dans la même veine que pour les disquettes et les options de l’Hydraflot d’Alexandre Valembois (en beaucoup plus simple). Et il faut aussi obtenir à chaque fois un billet pour le voyage ; mais là je vous laisse découvrir la blague derrière cette redondante quête…

Le train qui sera le moyen de locomotion principal de l'héroïne


DES MÉCANISMES

Tout n’est pourtant pas très bien huilé dans cette mécanique de précision… surtout au niveau de la précision justement. Car si il ya bien UN truc qui ne va pas dans ce jeu, c’est la manière dont est géré le déplacement de l’héroïne. Alors si j’ai bien suivi Syberia est sorti à l’origine sur PC, et fut donc - et c’est logique - adapté pour un contrôle ‘à la souris’. En clair on cliquait sur l’écran et la miss se rendait d’elle-même au lieu du clic. Quand ils on sorti le titre sur console ils ont alors bidouillé une jouabilité à la manette pour pouvoir déplacer nous même l’avocate. Sauf que sont resté ‘les couloirs’ du gameplay PC, ce qui fait que concrètement la femme que l’on joue va se cogner absolument partout, tout le temps. Je veux dire pas uniquement ‘dans le décor’ mais aussi bien souvent ‘dans le vide’, dans les murs invisibles qu’elle ne rencontrait jamais avec une maniabilité de Point&Click classique. Je vous assure que c’est de loin le plus agaçant. Ça arrive TOUT LE TEMPS !!

Voilà le genre d'ambiance que l'on va croiser tout du long...

En dehors de cela point de gros défaut à relever. Alors oui graphiquement c’est parfois daté, voir même raté (le notaire qui ressemble à un Muppet) et les animations on prit un sérieux coup dans l’aile (les escaliers qui téléportent les personnages) mais ca donne du cachet on va dire…
Par contre le doublage est une vraie réussite de A à Z. On reconnaît notre Françoise Cadol nationale dans le rôle principal (Ze Voice of Lara Croft), accompagnée de quelques voix célèbres qui ne sont pas inconnus à nos oreilles.


Le notaire de la famille Voralberg, qui vous apprendra l'existence d'Hans et vous enverra dans une bien longue quête...Juste en dessous, en médaillon: un petit coucou d'Amerzone.


La faune et la flore tiennent une fois de plus une place importante dans le récit, moins que dans Amerzone mais tout de même. Monsieur Sokal partage encore et toujours tout son amour pour la nature, et plus particulièrement pour les mammouths ici, qui seront le moteur de ce voyage, aussi étonnant que cela puisse paraître. Un génie créateur de vie artificielle fasciné par une merveille de vie biologique, au point de consacrer sa vie entière à ces animaux disparus depuis longtemps et à leur légende. Un beau paradoxe (ou pas, justement).

Même le cimetière et l'église de Valadilène reflètent le caractère particulier de la bourgade

~¤~

Suite spirituelle d’Amerzone, troquant sa vue à la première personne pour des caméras fixes, on y retrouve cette même ambiance entre réalité et onirisme coutumière de l’auteur de BD. Cette fois le voyage nous emmènera vers l’Est et ses contrés nébuleuses de l’ère post-soviétique, à rencontrer les nostalgiques de la grande Mère-Patrie. Kate Walker quand à elle sera en quête du passé d’un total inconnu et finira au bout du chemin par se trouver elle-même. Elle continuera alors l’aventure dans Syberia 2, que je ne tarderai pas à découvrir moi-même…

Voir aussi

Jeux : 
Syberia
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Yaeck
Signaler
Yaeck
@Indianagilles: beaucoup préfèrent le premier, j'avoue être plus attiré par l’atmosphère du deuxième (article à venir). Mais les deux on une très bonne ambiance, sans aucun doute.
@laRédaction: merci pour la mise en homepage ce dimanche et ce lundi :)
Indianagilles
Signaler
Indianagilles
Ce jeu m'avait beaucoup marqué. La première partie plus que la deuxième d'ailleurs, même s'il était bien aussi. Mais c'est de celui-ci dont je me souviens vraiment. Je me suis toujours promis de me les refaire, mais je n'en ai jamais eu le temps. Ils avaient quelque chose de vraiment magique.