De BriC et de BroC - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 13/05/21 à 07h57

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- 2DS

- WiiU
- PSP
- PS4
- Switch Lite
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitter
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

De BriC et de BroC - Le BloG
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Après un Die Hard Trilogy très décevant en grande partie dû à son injouabilité, le développeur n-Space se lance dans une suite que personne n’attendait, toujours pour le compte de Fox Interactive. Basé sur un scénario original étant donné le fait qu’il n’y avait pas de films sur lesquels broder (du moins à l’époque), cette nouvelle trilogie - qui n’en porte que le nom vu qu’elle ne contient qu’une seule histoire - est l’occasion de voir le flic new-yorkais dans une situation nouvelle, du coté de Las Vegas. Le résultat s’avère t-il meilleur que le premier essai de Probe Entertainment ? Voyons cela ensemble…

Le titre est un peu nul...Ok c'est la suite de Die Hard Trilogy mais il n'est question d'aucune trilogie dans cette suite...

LA MOUCHE DANS LE LAIT


John McClane est invité par son vieux camarade Kenny Sinclair à la prison de Mesa Grande dans le Nevada, afin de fêter le transfert de ce dernier au poste de chef de la sécurité. Lors de la réception, John fait connaissance avec Reese Hoffman, propriétaire d’un nouveau casino sur le Strip, le Roaring 20’s (qui met en avant une ambiance de prohibition, avec voiture d’époque et atmosphère de bar clandestin). Tout à coup l’alarme résonne dans les couloirs de l’institution carcérale: une évasion est en cours ! Kenny se précipite au poste de contrôle pour enrayer la situation mais par mesure de précaution demande à son ancien collègue de contenir les prisonniers dans l’aile des cellules. Et c’est ainsi qu’une fois de plus l’officier McClane va se retrouver dans un complot terroriste, cette fois-ci visant à réduire Las Vegas en cendres. Toujours au mauvais endroit au mauvais moment…

John McClane aura affaire à de sacrés brigands au cours de cette aventure, peu soucieux de la vie de leur concitoyens...

Déjà, précisons que le lieu de l’action sera plus étendu que la simple ville de Las Vegas pour en fait englober une bonne partie de l’État. La prison, un terrain d’aviation abandonné, le barrage Hoover, le CDC ou bien encore le désert seront également de la balade. Bien entendu on passera par la cité fantasque à plusieurs reprises et le climax du jeu se déroulera au c½ur de l’un de ses casinos. Au cours des 19 niveaux que propose le ‘Movie Mode’, nous aurons l’occasion de parcourir des décors variés qui empêcheront la lassitude (ça change du premier, surtout le segment ‘Piège de Cristal’). Malheureusement la faible distance d’affichage réduit largement le plaisir de les traverser…parfois l’écran affiche pour moitié un brouillard noir d’où émergent ennemis, véhicules et autres bâtiments. Sur ce point là il fait un gros pas en arrière par rapport au précédent épisode…

Comparons les deux Trilogy': les phases de TPS sont les grandes gagnantes. Plus fines, plus dynamiques, mieux agencées, scénarisées...Hourra quoi. Les niveaux de gunfight sont eux aussi plus lisses et plus speed mais comme ce gameplay était déjà réussi dans le 1 c'est clairement là où le jeu 'évolue' le moins (et tant mieux, quand quelque chose fonctionne, il ne faut pas y toucher, juste l'améliorer). Les séquences de conduite c'est déjà plus problématique: désormais parfaitement jouable mais devenues ternes et plongé à moitié dans le noir, là où dans l'ancienne incarnation les décors était foisonnant, chatoyant, fiévreux (trop sans doute).

Tant qu’on est sur le domaine de la technique, le jeu est plus bien plus fin que son ancêtre et surtout bien plus maniable. Mais alors vraiment, vraiment, vraiment plus maniable. Les parties en TPS et de conduite gagnent alors en intérêt et en amusement, l’attention du joueur n’étant plus obnubilé sur les mouvements de pachyderme de John ou de sa bagnole. D’un point de vue plus contextuel,  l’aventure est parsemée de scènes cinématiques, généralement au début et à la fin de chaque niveau, là ou il n’y avait que quelques plans parcellaires dans la première ‘trilogy’.


UN POUR TROIS, TROIS POUR UN


Passons au jeu en lui-même et mettons en avant le point qui le distingue le plus du premier opus. Désormais les trois types de gameplay ne sont plus dissociés en trois parties distinctes mais s’enchaînent en fonction des niveaux. Par exemple un niveau de shoot-sur-rail suivra une phase de conduite qui elle-même se déroulait après une phase de Tir à la 3ème personne. Ceci amène une nouvelle dynamique qui rend l’ensemble plus pêchu, plus virevoltant. Plus surprenant aussi, car vous ne savez jamais sur quel type de maniabilité vous allez tomber quand commence un nouveau stage.

Visuellement le jeu est bien plus détaillé que son aïeul et les animations mieux travaillées.

Alors le revers de la médaille c’est qu’au global Die Hard Trilogy 2 est composé de beaucoup moins de niveaux que le 1 (qui en comptait…19+8….+16…+4 bonus…47 !) mais je trouve qu’on y gagne quand même au change tant cette suite est plus fluide à tout point de vue. Mais donc oui elle est aussi beaucoup plus courte, c’est sur.

Les séquences de Shoot-sur-rail réussissent à être encore plus nerveuses que dans '58 minutes pour vivre'

Sachez qu’il existe un mode ‘Arcade’ qui en quelque sorte remet les pendules à l’heure en proposant d’enchainer les niveaux cette fois par type de gameplay (donc TPS/FPS/Conduite) mais du coup vous y perdez toute cohérence scénaristique vu que vous passerez je ne sais pas moi du niveau 2 au niveau 5 puis au niveau 8 par exemple. Il existe également un mode d’entraînement (‘Practice’) constitué de trois niveaux, un de chaque genre, histoire de se familiariser avec les commandes.


VIVA LAS VEGAS !


Et bah vous savez quoi ? Autant je n’ai pas apprécié le premier, autant j’aime beaucoup le 2. Pour plusieurs raisons dont la principale est le fait qu’on à la une ambiance très proche des films de la saga. Ça va à 200 à l’heure, c’est de l’action non-stop, McClane doit courir partout pour empêcher la situation de dégénérer à chaque instant…il court, il tire, il conduit, il désamorce des bombes, il combat les vilains à un rythme effréné. Du pur Die Hard quoi…

Les boulevards brillants de mille feux de Las Vegas perdent pas mal de leur charme coloré dans ce jeu trop limité en profondeur de champ. En échange les engins gagnent en maniabilité et on peut enfin faire quelque chose de son véhicule...Graphismes Vs Technique, l'éternel débat...

Alors bon il y a parfois quelques déconvenues, comme quand le jeu n’explicite pas ce qu’il faut faire et qu’on se retrouve à tourner en rond dans des couloirs à chercher désespérément un bouton ou une action à déclencher, quand un tireur se retrouve en dehors de l’écran et qu’on à que deux ou trois pixels pour l’abattre ou bien que notre véhicule à du mal à faire un demi-tour dans une ruelle trop étroite… Néanmoins chaque phase – que ce soit celle en TPS, en FPS ou de course-poursuite – sont mieux élaborées que dans le premier titre, surtout les séquences en vue à la 3ème personne qui vont au-delà du ‘Flinguez les tous’. Bon faut quand même tous les flinguer mais maintenant il y a aussi une notion ‘d’aventure’ avec quelques objectifs annexes à accomplir (au passage le niveau du laboratoire reste une sacrée tannée qui m’a valut quelques jurons lâché à l’insu de mon plein gré).

Le niveau dans le laboratoire, chronométré, surchargé d'ennemis et où il faut dégoter 3 cartes magnétique fut le plus compliqué du titre...

De plus le fait que de nombreuses cinématiques accompagnent le récit permet de mieux s’investir et renforce la sensation d’assister à un nouvel épisode de la franchise. Oui bon, les vidéos accusent leur âge je vous le concède mais je trouve qu’elles restituent le ton des films et ce n’est déjà pas mal.

Ouch! Douloureux de (re)voir des modélisations faciales datant de 21 ans. Quand je pense que certains s'en plaignent dans les jeux actuels alors que nous à notre époque nous avions droit à çà...et qu'on kiffait!!

~¤~

Malgré quelques défauts évidents, avec en premier lieu la distance d’affichage au rabais, ce Die Hard Trilogy 2 constitue tout de même un excellent bonus à la trilogie cinématographique. Et même si c’est loin d’être un titre indispensable on passe un bon moment dessus, notamment grâce à sa maniabilité certes pas parfaite mais bien meilleure que dans le premier épisode. La sensation de vraiment vivre une aventure aux cotés de John McClane, tambour battant, est un vrai plaisir de fan. À la fois inédite et sans cesse surprenante, elle sait tenir le joueur en haleine sur toute sa maigre longueur. C’est court mais c’est bon en d’autres termes. Et franchement, ce jeu respecte plus les codes de la franchise que les ‘vraies’ suites filmiques. À bon entendeur…

PS : McT, Reviens !!

Voir aussi

Jeux : 
Die Hard Trilogy
Ajouter à mes favoris