De BriC et de BroC - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 12/04/21 à 07h00

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- WiiU
- PSP
- PS4
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitter
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

De BriC et de BroC - Le BloG
Signaler
Cinéma - série (Cinéma)

Un article un peu particulier aujourd’hui avec cette ‘double-critique’ qui reviendra sur l’adaptation cinématographique de Monster Hunter. Pour pimenter un peu l’exercice les deux avis proviendront de deux points de vue distincts: pour le premier d’un joueur connaissant très bien l’univers des jeux et pour le second d’un gars qui n’y a jamais posé les doigts. Pour le connaisseur, il s’agira de Narga et pour le noob de votre serviteur. Cette différence d’appréciation apportera-t-elle un jugement similaire ou  contradictoire ? Découvrons le ensemble.


Cet article spoilera sans vergogne. À vos risques et périls.


On commence par l’avis de Narga, joueur de Monster Hunter


Monster Hunter est l'exemple même du film qu'il ne faut pas cautionner.


J'ai l'impression que les spectateurs de manière générale ont laissé tombé l'idée d'avoir une bonne adaptation de jeu vidéo en film. On a été conditionné pour se contenter d'une certaine médiocrité et d'accepter des expériences filmiques de plus en plus ridicules. Un peu comme un junkie qui faute de retrouver l’expérience de sa première dose cherche par quelque moyen que ce soit de revivre ce premier trip. Il n'y a qu'à voir les réflexions des spectateurs sur pas mal de film, "Oui, c'est certainement nul mais bon si au moins il y a *inclure l’élément désiré* ça sera déjà ça". A quel moment a t-on abandonné? A quel moment a t-on arrêté de se respecter? Je ne comprends pas. On a tellement été déçu par le passé par des essais non transformés qu'on a abdiqué et c'est moche. Du coup, on donne notre argent à des productions sans ambitions et du coup, les films sont construits autour de ce "non goût" en pensant que c'est exactement cela que l'on veut.

Du cliché en veux-tu en voilà...

Monster Hunter est la parfaite démonstration de ce que je viens de décrire plus haut. Le film est réalisé par Paul W.S. Anderson, un réalisateur qui n'a de crédit qu’auprès des gameurs cinéphiles, car il a fait Mortal Kombat et Resident Evil qui sont considérés comme des exemples réussis d'adaptation jeu video/film, et encore si on remet en perspective, elles sont réussies car bien moins pire que ce qui sortait à l’époque. Une sorte de faute de mieux qui attire un peu la sympathie. Mais il ne faut pas s'y tromper n'importe quel film hors licence jeux vidéo réalisé par Paul W.S. Anderson a bidé autant au niveau critique que du box office. En résulte donc, un réalisateur qui est obligé de s'appuyer sur les licences jeux vidéo pour pouvoir exister et surtout des Resident Evil qu'il décline en tellement de film avec des setting différents qu'on croirait voir des vieux album de Martine... Du coup quand son public (rappel: gameur cinéphile) voit le premier teaser de Monster Hunter avec des gros monstres (Rathalos, Gore Magala) qui se battent, l’intérêt est là, car ça change de Resident Evil. Sans compter les fans de la licence MH qui trop content que la licence ait plus de visibilité, pousse encore plus le "Waouh effect" (oui, on est des gros forceurs :D).


Sans compter la communication autour de la production. "On a trop joué au jeu et on est trop fan !", "Les créateurs ont approuvé le film". Alors non, les créateurs n'ont pas approuvé le film, ils ont approuvé le rendu des monstres et leur comportement, c'est le seul truc sur lequel ils avaient un droit de veto dans le contrat d'exploitation de licence. Puis tombent les premières images et là on commence à se poser des questions: Pourquoi, il y a des militaires? Pourquoi on a jamais de photos tirées de scène du film? Pourquoi on ne voit Que Milla Jovovich et Tony Jaa (d'ailleurs le dévoilement du cast ce fera extrêmement tard)? Pourquoi c'est toujours dans le désert? etc... À ce moment tout le monde a senti qu'il y avait comme un problème.


Il va nous falloir un plus gros bateau...

Un peu plus tard sort 3 trailers (US, international et japonais) et pas mal de gens reprennent espoir sauf que si on compare les versions International et US à la version nippone, ils te présentent des ambiances totalement différentes. je sais que les bandes-annonces sont créée pour accrocher un public cible et qu'il n'y a pas les mêmes attentes d'un continent à l’autre mais là c'est quasiment Schizophrénique. Le film sort d'abord en Chine mais se voit aussitôt retiré des salles à cause de la présence d'une vieille blague qui fait partiellement référence à une vieille comptine Anglaise, colonialiste qui dénigrait les chinois et les japonais. Il est intéressant de rappeler que c'est TENCENT (la méga corporation Chinoise) qui a financé le film. Franchement, en connaissance de cause de tout ce que j'ai dit plus haut, avant même de regarder le résultat, il était évident que le métrage n'allait pas être bon.
Mais intéressons nous maintenant au film à proprement parler. Je vais donner mon avis sur le film par deux prismes, MH en tant qu'objet filmique dans un premier temps et en tant qu'adaptation de le franchise dans un second temps.

La Chine s'adresse au monde -Allégorie

MH en tant que film est vraiment mauvais, certes la qualité des CGI est de plutôt bonne facture mais c'est le seul truc qu’il a pour lui. Il n'y a pas de scénario proprement dit, il y a juste ce qu'on pourrai appeler "un prétexte" pour enchaîner les séquences (John Wick est un film à prétexte mais lui au moins il fonctionne dans ce qu'il propose). Et c'est là, le gros défaut de ce film, il nous balance des séquences en essayant de multiplier les ambiances différentes sans jamais réussir à nous intéresser un tant soit peu à ce qui arrivent aux protagonistes. Le réalisateur reprend les schémas usés jusqu'à la corde du cinéma, essayant de créer ainsi un patchwork totalement pété de genres complètement différents. Il part sur un film de guerre pour enchaîner sur de l'horreur, du survivalisme, du buddy movie et ainsi de suite...
Dans l'absolu, ça pourrait être vaguement le début d'une bonne idée mais l’exécution est aux fraises, on n'y croit pas un seul moment. Il n'y a pas une seule scène de ce film que vous n'ayez vu mieux exécuté dans un autre en racontant exactement la même chose. Paul W.S. Anderson enchaîne les scènes et atmosphères différentes en réalisateur Schizophrénique qu'il est mais il reproduit sans comprendre leur grammaire et les enjeux scénaristiques qu'elles entraînent.


Il y a parfois même un peu de comédie...

Le film n'est pas juste inintéressant, il est royalement chiant à regarder. On n’a jamais la moindre empathie pour les persos. Justement parlons-en ! Il n’y a que des personnages fonctions, et là ou d'autres films (disons Aliens 2) arrivent à développer une certaine sympathie pour des protagonistes qui au final n'existent que dans un but scénaristique particulier ; MH n'arrive absolument pas à nous intéresser à leurs sorts. Le seul qui sort du lot, c'est Tony Jaa mais juste à cause de son charisme naturel pas à cause de l’écriture de son perso, il est vraiment sous exploité et c'est vraiment dommage. Milla Jovovich ne fait même plus d'effort et peut on la blâmer quand son mari à passé tellement de films à nous la dépeindre comme une actrice bad-ass (mauvais cul en français :D ). Elle ne fait même plus d'effort pour être convaincante, voire juste attachante. On ne croit absolument pas au personnage de Nathalie Artemis (la déesse grecque de la chasse, oui la subtilité est du niveau d'un coup de batte dans les roubignoles de tonton Capcom).
Je vais passer sur les costumes qui vont du potable à Ron Perlman qui a piqué sa moumoute au gamin qui faisait un cosplay de Lumière (de La belle et la Bête de Disney) dans la kermesse du centre aéré du coin.

Cette perruque incarne Ron Perlman avec sobriété

Non, vraiment rien ne peut sauver ce film en tant que tel.

Passons maintenant au film en tant qu'adaptation de licence de jeu vidéo.
Je n'ai absolument aucun  problème avec le fait qu'on change des éléments d'une œuvre quelle quelle soit dans le cadre d'une "adaptation". D'ailleurs une adaptation, c'est une réinterprétation d’une œuvre par un autre auteur qui lui permet de retraduire dans un autre media ce qu'il a retenu de la fiction originelle pour la transformer, la transcender, voire lui donner un sens/chemin inédit. On parle donc de "vision" d'auteur mais bon là, j'ai quand même bien expliqué que la vision d'auteur, au final, ici, il n'y en a pas, je sais ce n'est pas bien de frapper un film à terre mais bon, "on abat bien les chevaux" et donc ma fusarballette lourde est prête et je vais abréger ses souffrances. Du coup je vais tirer en rafale spoil:

- Pourquoi un Isekai? Ce n’est pas comme si le monde MH était vaste et diversifié
- Pourquoi les Nerscylla ont peur du soleil?
- Comment ça se fait qu'il ait des diablos en bancs, c'est hyper territorial et solitaire?
- Pourquoi avoir utilisé le design du bateau de MH World qui navigue sur l'eau, alors qu’il existe des bateaux conçu exprès pour voguer sur le sable?
- Comment des Diablos arrivent à faire chavirer le bateau? C’est peut-être dû au fait que c'est un bateau qui est fait juste pour aller sur la mer?
- Pourquoi utiliser un Diablos pour empêcher les Héros de quitter leur rocher? Ok, un Diablos c'est costaud mais c'est quand même esquivable. C'est herbivore et il n’y a pas un seul buisson ou cactus pour qu'il puisse bouffer et du coup il ne devrait pas rester bien longtemps autour de ce satané rocher.
- Pourquoi vous n’utilisez pas un Jhen Morhan pour le coup? Surtout que la grosse carcasse que l'on voit dans le désert, c'en est un. En plus ça justifierait qu'il y ait autant d’épaves sur ce rocher en plus de faire une grosse scène d'action démesuré...
- Du coup, on explique pas la démonisation des Doubles lames? Ah ok les dagues jumelles elles tapent avec un attribut feu maintenant?
- Tiens la  morpho-hache à une attaque lance flamme? Ah et c'est spammable aussi?
Sérieux vous n’arrivez pas à battre un Rathalos (couronne d'or)? Ah mais oui, c'est peut être parce que vous tapez avec des armes feu aussi.
- Pourquoi l'amiral il parle Anglais? Ah mais c'est parce que la faille spatiale est aussi une faille temporelle et qu’Artemis voyagera dans le passé, y rencontrera l'amiral en lui donnant un journal (explication officielle, c'est une quête de MH Iceborne).
- Ah non tiens, les lames jumelles feu font des dégâts sur le Rathalos? C’est normal, c'est Milla !
- Pourquoi Tony Jaa, il se balade toujours avec 2 armes? Ils ont changé le gameplay ?...
- Pourquoi l'amiral il a une morpho-hache ? Aux dernières nouvelles il se battait avec un rocher?
- Pourquoi, on voit le Gore Magala à la fin? Du coup, le teaser à l'origine du projet, c'est le trailer de MH 2?
Etc etc etc …

Pour moi cependant la plus grosse trahison par rapport au monde Monster Hunter et qui est un affront direct à la franchise et au fan de manière générale, c'est le manque d'entraide et de soutien des personnages entre eux. Dans le jeu, le monde est dur mais jamais désespéré. L'entraide est la base de tout, on ne laisse personne derrière et on fait face ensemble, c'est la justification du coop’ et le trait commun à n'importe quelle histoire racontée aux travers des jeux. Qu'on ne me fasse pas croire qu’Anderson ait vraiment joué au jeu, il pouvait changer tout ce qu'il voulait mais pas ça. Vraiment.

Ensemble, on est plus fort. Mais bon on va se prendre une rouste quand même...

Il est temps de conclure: Ne perdez pas votre temps à regarder Monster Hunter même en vous disant que c'est un nanar à regarder dans un état second entre potes. Un nanar, c'est un film qui à défaut d'avoir les moyens de ses ambitions (à quelque niveau que ce soit) à un je-ne-sais-quoi d'attachant. Ce film est un énorme mollard craché à la gueule des fans de cinéma de genre et d'action en général et des fans de MH en particulier.
Il ne vous respecte pas donc par pitié ne dépensez pas d'argent pour le voir, ne faites pas en sorte que le film rentre dans ses frais. Car si ils y arrivent, ce sera encore une fois la preuve que l'on peut se permettre de produire des récits filmiques ineptes et que les gens sont suffisamment idiot pour se contenter d'œuvres débiles. Je sais que vous n’êtes pas des idiots, mais ce n'est pas moi qu'il faut convaincre mais plutôt ceux qui décident pour vous de ce qui est acceptable de regarder pour se détendre ou s’évader. Ils ne vous respectent pas donc tapez les au seul endroit où ils sont sensibles, c'est à dire leur porte-monnaie en n'allant pas voir ce film.

~¤~


Et bien on ne peut pas dire que notre ami Narga soit très tendre avec la version cinématographique de Monster Hunter ! Quand je pense que je me trouvai assez sévère envers ce film, je suis en comparaison plutôt conciliant. Mais voyons cela tout de suite...

Miaou?

 

L'avis d'Yaeck, qui n'a jamais joué à Monster Hunter


Tout d’abord d’où je parle. La dernière adaptation de jeu vidéo en film que j’ai vu fut le Detective Pikachu (et là aussi je n’y connais rien à la franchise) que j’ai beaucoup apprécié. Auparavant je citerai le Street Fighter: Assassin’s Fist et le Warcraft du fils de David Bowie (j’ai bien aimé les deux, à des degrés divers). Je n’ai pas vu et n’ai nullement l’intention de voir les dernières sorties en date que furent le Assassin’s Creed avec Michael Fassbender, le Tomb Raider avec Alicia Vikander ou bien encore le Sonic avec Malik Bentalha. Quand à l’ami Paul W.S. Anderson, je ne suis pas grand fan de son cinéma. Je conchie ses adaptations residentevillienne et sa vision des Trois Mousquetaires n’est rien de moins qu’un affront à l’un de nos fleurons national. Quand à Mortal Kombat…j’en parlerai la semaine prochaine dans ma chronique à venir (quel suspense !)

Non, merci!

Le capitaine Natalie Artemis et son escouade sont à la recherche d’une patrouille qui n’a plus donné signe de vie depuis des heures. Parcourant le désert moyen-oriental pour effectuer leur reconnaissance, une terrible tempête les submerge subitement. Bien secoué par ce cataclysme de toute évidence loin d’être naturel, ils s’en sortent plutôt mal en point et totalement perdu, car bien que toujours entouré de sable, ils comprennent très vite qu’ils sont bien loin de leur point de départ. La petite équipe découvre rapidement en ce nouveau lieu les restes de leurs collègues portés disparu, cramoisis sur place sans autre forme de procès.
Tout aussi rapidement ils tomberont sur une créature gigantesque qui les prendra en chasse…anéantissant une bonne partie des soldats forts démunis face à cette menace. Au loin les observe un homme qui tente vainement de les aider. Pourchassés par les monstres, Artemis et sa troupe survivront-ils en ces Terres Hostiles ?

Exactement ce à quoi on s'attendait quand on pensait Monster Hunter au cinéma.

Enième adaptation d’une licence vidéoludique, Monster Hunter s’est dévoilé il y a peu au public du monde entier. Se traînant une mauvaise réputation de par ses premières images dévoilées et son réalisateur habitué à massacrer les matériaux de base dont il s’inspire - au hasard sa saga Resident Evil - qu’en est-il réellement de cette version grand écran de l’univers fantastique développé par Capcom ?

Même pas peur

Ne faisons pas mystère d’un secret de polichinelle, ce n’est pas terrible. Mais ce n’est pas ignoble non plus. Le terme exact à employé pour décrire ce métrage est Fade. Ni plus ni moins. Avec cependant sur la balance du bien et du mal une large part du coté négatif. Au premier chef son introduction et la mise en place de ses personnages – une demi-douzaine – qui ne dépasseront pas le quart d’heure. En dehors de Milla Jovovich évidemment. Dès lors se pose une question: pourquoi perdre vingt minutes de bobine pour introduire des gens qui ne sont rien d’autre que de la chair à canon ? Si encore l’équipe se faisait décimer tout le long du métrage cela pourrait passer mais non, à la première demi-heure montre en main, la capitaine à vu mourir l’ensemble de ses compagnons d’armes.

Artémis se retrouve seule dans un univers parallèle monstrueux. Mais pas pour longtemps.

En fait le plus gros pourquoi du film concerne son angle de départ. Pourquoi vouloir à tout prix introduire notre monde dans une histoire consacrée à Monster Hunter ? Par quel truchement saugrenu l’équipe de production s’est-elle dit que ce serait une bonne idée ? Pour faire peser la menace d’une invasion de ‘Monster’ dans nos vertes contrées ? Et ainsi tenter de ratisser un public plus large que les ‘gamers’ ? Mais ont-ils conscience que de faire ces choix là n’a pour seul effet que de raidir les fans, qui dès lors vont faire mauvaise presse de ce projet ?

Je n'ai pas joué au jeu, je ne peux donc pas être catégorique mais il ne me semble pas que le lance-roquette face parti de l'arsenal de la saga Monster Hunter


Mais bon, admettons. De toute façon 90% du film ne parle pas de notre monde mais de celui peuplé par les monstres. Qu’en est-il de ce coté là ? Coté décors on en distingue trois: un désert, une termitière géante et une oasis luxuriante. Les deux premiers actes se déroulent tantôt dans le désert tantôt dans la termitière et donc le troisième dans la verdure. D’ailleurs la démarcation entre le désert et la jungle est très drôle à voir…

La tour au centre de tout les problèmes. Pourquoi? Comment? On en saura strictement rien...

En ce qui concerne le bestiaire, on aura droit en tout et pour tout à cinq espèces différentes, ce qui est là aussi décevant. Trois d’entre elles auront droit à de vraies séquences d’action tandis que les deux autres feront des apparitions. Une demi-seconde même pour l’une d’entre elle.

"Ils se déplacent en troupeau" - Au loin la toujours fameuse tour...

On en vient aux personnages ‘MonsterHunteriens’. Tous asiatiques en dehors de Ron Perlman, ils ont tous une certaine dégaine qui sied plus ou moins à leur acteur. On pourra ergoter que le seul à parler la langue de l’héroïne soit comme par hasard l’occidental tandis que les autres parlent « l’étranger » (je ne sais pas d’ailleurs si il s’agit d’une vraie langue d’Asie, d’une pure invention ou bien du dialecte officiel des jeux). Comme pour les soldats US ils ne seront rien de plus que des pions d’arrière-plan tout juste bons à se faire défoncer par un boss. Au final seule l’actrice principale est présente tout le film. Accompagnée de ses subalternes dans le premier acte, de Tony Jaa dans le second et des chasseurs de Monstres dans le troisième, où seul Ron Perlman à un tant soit peu d’importance.

Ron Perlman en balade sur le tournage. Il fallait qu'il vienne un jour de pluie...

Un mot sur le scénario, ou ce qui en tient lieu. Précisons que je n’ai pas la moindre idée de si cela à un quelconque rapport avec la franchise vidéoludique. Mais au vu du reste je n’y crois pas une seconde. Donc, nous avons une Tour Sombre qui génère on ne sait pourquoi une tempête électrique qui elle-même créée des portails entre le monde des monstres et le notre. Milla est passé malencontreusement dans un sens et veut repasser dans l’autre. Voilà. Avec des grosses vilaines bêbêtes au milieu pour lui pourrir la vie et ses potes Tony et Ron pour lui donner un coup de main. Nothing more, nothing less, comme dirait nos amis anglophones.

Un personnage secondaire qui à droit à un peu plus de temps d'écran que ses camarades. Mais pas au point d'avoir droit à un nom, faut pas pousser...

Mais en soi rien de tout cela n’est objectivement mauvais. Le film en tant que tel ne l’est pas d’ailleurs, mauvais. On a vu BIEN PIRE ailleurs. Seulement il parjure son œuvre-mère d’horrible manière. Exactement pareil que pour Resident Evil en somme. En clair les fans du jeu ne doivent PAS voir ce film. Néanmoins c’est peut être une porte d’entrée pour le grand public. Mais bon je ne pense pas que la mère de famille qui verra Monster Hunter The Movie un dimanche soir à la TV ira se lancer une partie sur la switch du gosse…

"Il y a quoi au fond du gouffre?"                         "Nous"

Pour contrebalancer je soulignerai la qualité des effets spéciaux, notamment sur les vraies grosses créatures (un peu moins sur les grouillantes dans les grottes ou le chat) et surtout le charisme puissance 1000 de Tony Jaa, qui forme un duo hétéroclite avec l’actrice principale. D’ailleurs Milla Jovovich est très bien filmé par son mari, les gros plans sur son visage lui apportent un cachet indéniable, non sans mettre en valeur sa beauté. Dommage que parfois elle en fasse un peu trop…

Je trouve les créatures très réussie. On croirait un jeu vidéo.

Que conclure sur un tel métrage ? Qu’il n’est ni bon ni mauvais. Juste oubliable. Aussitôt vous l’aurez vu, aussitôt vous l’aurez oublié. En tant qu’adaptation, son idée de départ est juste idiote et incompréhensible. Pourquoi - Mais pourquoi ?? - avoir voulu mêler notre monde à cet univers déjà si riche de base ? Pourquoi ne pas avoir ancré tout son script dans un métrage totalement dépaysant et merveilleux ? Cette erreur sera fatale et enterrera la licence qui pourtant au vu de la scène de mi-crédit avait pour ambition d’avoir une suite. Rien n’est impossible mais il serait étonnant que cela soit le cas. Adapter n’est pas réécrire, et bien souvent le cinéma à tendance à l’oublier.

~¤~

Nous voilà arrivé au terme de cette longue revue pas franchement flatteuse envers le dernier film en date du sieur Anderson. Il est donc grand temps de remercier chaleureusement Narga pour sa participation plus que généreuse à cet article qui sait-on jamais posera peut-être les prémices à d’autre collaborations futures, avec pourquoi pas en plus d’autres gamebloggeurs. Et pour quelqu’un qui prétends ne pas être à l’aise avec l’écrit, mazette, c’est un sacré papier que nous avons là ! Chapeau!

Il y a possibilité d'incarner Artémis dans Monster Hunter Iceborne, une extension du MH World pour faire le lien entre les jeux et le film. Il y serait question de voyage temporel et d'un bouquin à transmettre à Ron Perlman jeune. Ou à sa perruque, j'ai pas bien saisi...

L'avis d'Amidon, le chat de la maison:

L'avis de Narga:

Rendez-vous Mercredi prochain 18H pour une nouvelle chronique.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Narga
Signaler
Narga
Merci Donald :D
Donald87
Signaler
Donald87
Somptueuse idée que cet article en binôme :)