De BriC et de BroC - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 19/01/21 à 01h51

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- WiiU
- PSP
- PS4
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitter
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

De BriC et de BroC - Le BloG
Signaler
Cinéma - série (Cinéma)

Synopsis: Trente-quatre ans après sa défaite au tournoi All-Valley Karate de 1984, Johnny Lawrence a désormais la cinquantaine et est à la dérive. Après avoir perdu son emploi, il va tenter de rouvrir le dojo de karaté Cobra Kai. Ce faisant, il ravive sa rivalité avec Daniel LaRusso, qui de son côté a réussi dans les affaires, mais lutte pour maintenir l'équilibre dans sa vie en l'absence des conseils de son mentor, M. Miyagi.

Créateur: Jon Hurwitz

Distribution:
Ralph Macchio: Daniel LaRusso
William Zabka: Johnny Lawrence
Xolo Maridueña: Miguel Diaz
Tanner Buchanan: Robby Keene
Mary Mouser: Samantha LaRusso
Martin Kove: John Kreese
...

Troisième saison pour la suite des aventures du Karaté Kid, Daniel LaRusso, qui trente ans plus tard n’est plus vraiment un Kid. Devenu père de famille et patron de concession automobile, l’ancien double champion du tournoi de karaté de All Valley semblait avoir laissé cette partie de sa vie derrière lui. Mais c’était sans compter sur son rival d’alors, Johnny Lawrence, toujours rongé par sa défaite et son destin manqué, qui revient en force dans la vie de Daniel. Car Johnny, inspiré par un jeune de son immeuble en cruel manque de mentor, se décide à faire revivre son vieux dojo, le Cobra Kai.
De fait, là où la trilogie était centrée sur Daniel, la série elle se concentre plus sur Johnny. Même si au fil des épisodes le cercle s’élargit grandement pour inclure la bonne quinzaine de personnages présents dans le show. D’anciens acteurs reviennent incarner leur rôle dans la franchise et accompagnent à merveille la nouvelle génération qui se révèle à nous, les vieux de la vieille.


La grande réussite de la série, au-delà de la réunion du casting d’antan, est la richesse de son récit et surtout son non-manichéisme. Comme expliqué, on partage surtout ici le point de vue de Johnny, qui contrebalance ce que l’on interprétait des films des années 80. La ‘brute’ n’étant peut-être pas celui que l’on croyait. Et toute l’écriture est basée sur cette opposition de point de vue entre le Miyagi-Do et le Cobra Kai. La défense et l’attaque. La voie de la raison ou de la colère. La Paix ou la Guerre. Deux écoles de pensée qui on chacune leurs forces et leur faiblesses. Deux faces de la même pièce qui devront apprendre à s’apprivoiser.
Les deux Senseïs formeront leurs disciples du mieux qu’ils pourront, leur inculquant les valeurs qu’eux-mêmes ont acquises de leurs anciens maîtres respectifs. D’un coté John Kreese le Fourbe qui ne tardera pas à revenir fouiner dans la vie de celui qu’il considère encore et toujours comme son fils spirituel et de devenir rapidement la figure du mal-incarné. A l’opposé, malgré son décès, Mr Miyagi reste très présent au sein de la famille LaRusso, dont il était devenu en quelque sorte le vieux sage. Daniel cite souvent ses enseignements. Je signale au passage les nombreux flashbacks qui remettent en mémoire – ou expliquent pour ceux qui ne les ont jamais vu – les événements de la trilogie, afin de contextualiser au mieux se qui se passe au cours des épisodes.


Du coté de la jeunesse, qui constitue une grosse part du show, nous avons en vedette Xolo Maridueñas, alias Miguel Diaz, le ‘nouveau’ Karaté Kid. On découvre aussi Sam LaRusso (Mary Mouser), fille de son père qui sera sa plus fervente disciple. Et en balance entre les deux camps se trouve Robby Keene, incarné par la bonne gueule Tanner Buchanan, qui se trouve être le fils de Johnny ET l’élève de Daniel (Dilemme !). Se joint à eux toute une ribambelle de camarades que je ne vais pas tous citer mais il faut sortir du lot ‘Le Faucon’ (Jacob Bertrand) avec sa fantaisie capillaire qui ne passe pas inaperçu, Demetri (Gianni DeCenzo) et de loin la plus badass du lot, Tori Nichols (Peyton List).


Tout à la fois drôle, touchante, émouvante, captivante, surprenante…la série ‘Cobra Kai’ se dénote clairement du marasme actuel du coté des shows sériels. Devenu par trop sombre, par trop sérieux et par trop déprimant… à contrario le retour de ‘Karaté Kid’ avec ses valeurs simples mais universelles, ses leçons de vie pas si sotte et sa dualité qui relativise les notions de ‘Bien’ et de ‘Mal’ ramène un peu de joie de vivre et de lumière dans cette funeste période que nous traversons.



Si il y a bien UNE série dont je conseille le visionnage en ce moment, c’est celle-là !

Petite information bonus: parmi les noms apparaissant dans les crédits de début d'épisode figure celui de Will Smith. Il s'agit bel et bien du célèbre acteur, étant actuellement détenteur des droits de la franchise. Droits qu'il avait acquis au moment de produire le remake cinéma qui mettait en scène son propre fils Jaden face à Jackie Chan.

L'avis d'Amidon, le chat de la maison:

Rendez-vous Mercredi prochain 18H pour une nouvelle chronique.

Ajouter à mes favoris