Le Blog de l'otarie

Le Blog de l'otarie

Par Waldotarie Blog créé le 21/08/12 Mis à jour le 15/12/17 à 18h49

Le blog d'un type avec des moustaches et une peau luisante,qui rugit fièrement au clair de lune. Amateur de musique, de littérature, de BDs, de mangas, de films... et un peu aussi de jeu vidéo évidemment !

Ajouter aux favoris

Catégorie : Reprise des hostilités...


Signaler
Reprise des hostilités...

Comme c'est un lundi brumeux, que j'ai l'énergie d'un merlan échoué sur la grève après le passage de l'Erika*, et que j'ai écouté ça hier soir en m'endormant, je vous fais rapidement profiter de cette superbe reprise, toute en douceur...

 

Donc, c'est bien "Ne me quitte" pas de Brel. Elle chante même en français, vous pourriez faire un effort tout de même !

 

Ah, et pour ceux qui ne connaitraient pas la divine choucroute de Dusty Springfield, je ne peux que les enjoindre à :

-Regarder Pulp Fiction (je vous laisse chercher par vous même...)

-Ecouter le sublime "In Memphis"

-Demander à votre coiffeur ce qu'il en pense.

-Réécouter "In Memphis"

-Ecouter d'autres albums aussi, parce qu'ils sont bien aussi.

 

Voilà, sur ce, bonne semaine !

 

* à moins que ce soit un albatros, vaste-oiseau-des-mers-du-large-qui-suit-indolent-compagnon-de-voyage-le-navire-glissant-sur-les-gouffres-amers. Je ne sais plus.

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Reprise des hostilités...

Bon, les fidèles qui suivent assidûment ce semblant de blog (oui, des fois je me parle tout seul, c'est les inconvénients de la schizophrénie..) ont du s'étonner de ne pas trouver de reprise ce lundi, et ce pour la toute première fois depuis que je l'ai ouvert. 

Comme j'ai un standing à tenir, mais que je n'ai pas eu le temps de m'en occuper décemment (c'était un peu la course ce week end, et j'ai bossé aujourd'hui. Bosser un lundi quoi, une hérésie !!), j'amorce tout en douceur une transition vers le moment de la semaine que vous attendez tous, bandes de petits vicieux. Ce moment de souffrance absolue, de viol auditif, la tournante musicale du CNC, le gang bang des tympans, la révolution du marteau et de l'enclume qui s'achève toujours dans les cris, les pleurs et le sang. Le 20h du mardi soir.

Pour se faire, j'ai décrété que ce serait gentillet (et même presque écoutable, c'est dire). Or donc, voici un petit clip bien de chez nous avant de repartir à l'assaut des cîmes himalayesques de la médiocrité musicale sur l'internet moderne de par le monde, par une star de cinéma qui s'exporta brillament dans bien d'autres domaines. 

Un moment de finesse donc.

 

Et en plus je profite au passage avec renardise que les enfants soient couchés.

 

ET JE RAPPELLE BIEN ENTENDU QUE ÇA S'ECOUTE AVEC LES YEUX, PAS AVEC LES OREILLES !!

 

Bonne fin de soirée, et à demain !

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Reprise des hostilités...

Un titre d'article qui dit déjà tout aux vrais, à ceux qui savent. Et j'imagine qu'ils sont assez nombreux, puisque je m'attaque à ce qui constitua la bonne partie de la B.O d'un des meilleurs films de la scène indépendante américaine de ces 10 dernières années, j'ai nommé "La vie aquatique", de Wes Anderson. (Un des meilleur Anderson, et donc un des meilleurs films de la scène indépendante américaine. Logique. J'invite ceux qui ne l'auraient pas déjà vu à regarder Moonrise Kingdom d'ailleurs.)

On y retouve ses acteur fétiches, Bill Murray, Catt Blanchett, Anjelica Huston, Owen Wilson... dans une histoire honteusement plagiée sur la vie du commandant Cousteau, notre dieu à tous. (Pingouins, otaries et poulpes. Quoique l'otarie étant elle-même au dessus des dieux...mais c'est un autre débat !! :p) Et une super B.O., dont les thèmes principaux sont composés par le leader de Devo, et qui s'achève en beauté avec le "Time of the Season" des Zombies !! Mais surtout, qui est marquée par une série de reprises en brésilien de David Bowie, chantées par Seu Jorge, et qui servent d'interludes entre différents moments du film. 

Quasiment tous les morceaux repris sont issus de la période Glam de David Bowie (au début des années 70 donc), celle qui fit de lui une superstar, de manière totalement méritée étant donné la qualité des albums qu'il sortait alors à un rythme hallucinant (4 albums en moins de 2 ans tout de même ! En laissant de côté une petite dizaine de faces B qui auraient constituées une oeuvre plus que convenable...). 

C'était donc un pari relativement risqué de s'y attaquer, mais Seu Jorge réussi très bien à s'approprier les chansons, leur donnant parfois une tonalité mélancolique du plus bel effet. Il y en a un plein album, et je vous en ai sélectionné quelques unes, parmis les plus réussies pour moi. 

 

 

 

 

 

 Et bon début de semaine !! ^^

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Reprise des hostilités...

Bon, je suis complètement à la bourre. Je fais rapidement une pause dans la centaine de mails que j'ai à traiter (et encore, heureusement que ma boîte mail a laché il y a 3 semaines... si je tenais le &¤[email protected]# qui a cru bon d'inventer internet !), pour tout de même vous parler d'un artiste que j'ai découvert il y a quelques semaines en faisant des recherches pour cette rubrique. Juste retour des choses.

Tout le monde aura sûrement compris que j'ai tendance à adorer les vieux tubes des années 60, particulièrement quand ils sont bons (Nancy Sinatra, Dusty Springfield, et autre Diana Ross qui ont un charme vintage unique). C'est aussi et surtout des chansons qui bien que parfois clairement commerciales (La Motown ou Stax Records visaient un public, de la même manière que Justin Bieber ou Rihanna aujourd'hui...), étaient vraiment bien construites et de qualité (disons aussi que ne pas pouvoir cacher une médiocrité abyssale derrière des beats de supermarché, ça oblige à composer un minimum. Même simplement). On commence donc par une reprise qui m'a tapé dans l'oreille, celle d'un morceau de David McWilliams (uniquement connu pour ça, ou plutôt quasi-inconnu malgré ça) : 

 

Days of Pearly Spencer

Une superbe voix grave qui donne un tout autre relief à cette chanson.

 

Et vous aurez donc compris (parce que c'est marqué dessus, comme le Port-Salut) qu'il s'agit de la douce voix de Rodolphe Burger. L'artiste doit être bien connu de nos amis alsaciens, puisqu'il est originaire de Colmar, qu'il a vécu à Sainte-Marie-aux-Mines et qu'il a fait les fantastiques sonorités du tramway de Strasbourg. (Anecdote débile, quand tu nous tiens !) On peut raisonnablement en déduire qu'il doit avoir une certaine appétence vers le (bon) vin blanc et la bière. J'espère pour lui en tout cas.

Il est diplômé de philosophie, professeur, et passionné par le Velvet Underground, et a collaboré notamment avec Alain Bashung (les guitares de "Samuel Hall" sur le mythique "Fantaisie Militaire", c'est lui) Françoise Hardy ou encore Jacques Higelin. Depuis qu'il a entamé une carrière solo au milieu des années 90, il a exploré de nombreuses voies, entre folk, rock minimaliste, électro ou (surtout) jazz, ce qui lui vaut parfois un étiquette élitiste. Il a publié cette année un album entièrement consacré à des reprises du Velvet Underground, qui bien que parfois controversé (il est assez peu novateur certes) est à mon humble avis tout à fait dans l'esprit de ce fameux groupe Warholien (et New Yorkais aussi accessoirement).     

Rock'N Roll

 

Mais si Rodolphe Burger est principalement connu, c'est pour sa participation pendant une petite vingtaine d'années au groupe Kat Onoma, dont il fut le leader. Groupe que je ne connais pas, donc je ne vais pas en parler.

Surtout que Noiraude doit être bien plus qualifié pour en parler !!  

Pour finir, on se quitte avec un reprise du fameux tube de Joy Division (encore !), dont l'atmosphère lugubre colle bien à la voix. Et vice et versa. 

Love Will Tear Us Apart.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Reprise des hostilités...

 Bonjour, et bon lundi !

Comme je sais que vous êtes amateurs de douceurs pour reprendre tranquillement la semaine et que mon actualité du week-end s'y prête parfaitement (puisque c'est une de ses chansons qui est utilisée dans le générique de fin de "The Walking Dead", le jeu que "si-tu-ne-l'as-pas-fait-t'as-raté-ta-vie qui m'aura fait chialer comme une madeleine pour la première fois de ma vie...), je vais donc vous reparler rapidement d'Alela Diane. Ou plutôt, de son rôle de chanteuse dans le groupe Headless Heroes monté de manière opportuniste autour d'elle en novembre 2008 pour l'album "The silence of Love". Un album uniquement constitué de reprises donc.

 

"Just like Honey" original de Jesus and Mary Chain.

Une reprise que je préfère à la version originale, je la trouve bien plus vivante.

 

J'avais déjà évoqué sur ce blog des artistes issu du mouvement folk britannique (Richard Thompson, Bert Jansch...) et il faudra que je trouve le temps de continuer cette parenthèse, notamment en évoquant Jackson C. Frank, que j'ai décuovert il y a peu de temps grâce à cette reprise (et qui tourne pas mal en boucle depuis). Un chanteur qui avait un talent fou, qui a inspiré notamment Simon and Garfunkel quand ceux-ci passèrent à Londres. Et dont le morceau le plus connu, vrai standard de la folk, est donc présent ici.

 

"Blues run the game" de Jackson C. Frank.

 Une version très semblable à l'originale, mais qui reste magnifique. Un morceau également repris par Nick Drake...

 

"The North Wind Blew South", de Philamore Lincoln

Illustre inconnu, j'avoue. 

Et enfin, pour finir, on trouve souvent en cherchant des morceaux de musique sur internet des clips amateurs bricolés à partir d'images. Celui-ci est constitué d'extraits vidéos, est totalement psychédélique, ultra-inventif, et résume assez bien tout ce qui vous attend en terme de Gif en statut pour la semaine entière !! De Marylin Monroe à David Bowie en passant par une fille qui fait du vélo sans roue...

 

"To You" de I am Kloot.

Un groupe que j'ai (re)découvert grâce à l'ami Spades !! 

 

Dans l'ensemble, si l'album est très agréable à écouter, je ne le trouve pas totalement abouti. Si on ne peut rien reprocher au niveau du chant, les arrangements sont souvent trop proches des morceaux originaux, et l'ensemble manque à mon sens d'un peu de relief. C'est le défaut d'avoir été trop respectueux de la voix de l'artiste et d'avoir monté ce projet un peu trop rapidement, sans réellement créer un projet musical autour (il y a tout de même certains morceaux qui se détachent du lot, hormis ceux que j'ai présenté on pourrait parler du xylophone -je crois- qui donne un ton particulier à "Just One Time", ou des envolées lyriques de "See My Love"...) . 

Il subsiste donc un bon album, même si je lui préfère nettement les albums originaux d'Alela, bien plus personnels, plus variés (surtout à partir du second), et donc plus prenant émotionellement parlant.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Reprise des hostilités...

Bonjour bonjour

Puisque nous voici réunis de bon matin, à l'heure où l'on démarre les ordinateurs en attendant d'aller prendre un café, où le jour commence à peine à poindre à l'horizon, où la campagne est encore endormie et la ville assoupie, où les lumières jaunes donnent un peu de chaleur et de vie aux habitations environnantes ; nous allons redémarrer tout en douceur cette semaine.

Je sais, je dis ça toutes les semaines.

Mais là, c'est particulièrement vrai, puisqu'il s'agit d'une reprise faite par "Low" un groupe de rock indépendant américain, qui comme son nom l'indique, ne fait que des morceaux à un tempo ultra lent, privilégiant ainsi la qualité de la mélodie et des instruments sur les effets technologiques. (courant baptisé "slowcore")

Qui plus est, il s'agit d'une reprise d'un des groupes les plus crépusculaires de tous les temps (et l'un des plus beaux aussi) : Joy Divison. Dont la musique est parfaitement mise en valeur par ce traitement étonnament...

 

"Transmission" de Joy Division.

Cette version lente n'aurait pas dépareillée dans la B.O.  de l'excellent "Control" d'Anton Corbijn. Elle transmet parfaitement l'atmosphère de ce groupe à nul autre pareil, cette lumière blanche / chaleur blanche... 

 

Moi je m'arrête là pour aujourd'hui, je n'ai plus rien envie d'ajouter après ça...

Pour les curieux non rassasiés, on trouve une version d'"Africa" de Toto. Mais après Joy Division, ...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Reprise des hostilités...

L'hiver est en train de repointer doucement le bout de son nez, le ciel est gris et l'air plein d'un petit crachin.

La nuit tombe tôt et se lève tard, les gens ont l'air hagard*.

"Qu'il est loin le soleil, reflet dans les piscines aux noyades paisibles et sensuelles"...

J'invoque donc Râ, notre dieu tutélaire, qu'il vienne nous réchauffer de sa lumière et convoque l'été resplendissant...

Et surtout, je ne pouvais décemment pas tenir cette rubrique bien longtemps sans m'attaquer à un des plus grand standard de l'histoire de la musique (et je crois qu'on peut le dire sans exagération aucune), à savoir "Summertime". Pour ceux qui ne suivait pas au fond de la classe en cours de musique (ou qui ont eu un prof bidon, c'est selon) je rappelle qu'il s'agit d'un morceau extrait de l'opéra de George Gershwin "Porgy and Bess", basé sur un roman de DuBose Heyward qui a coécrit les paroles avec Ira Gershwin (la femme de George donc). Cet opéra raconte une histoire d'amour sur fond de misère dans les quartiers noirs de Charleston. Quand à Summertime, il s'agit d'une berceuse chantée au tout début de la pièce, et qui est donc tout naturellement composée dans un style "negro spiritual".

 

La version de référence, Ella Fitzgerald et Louis Amstrong...

Si vous n'avez jamais entendu "Porgy and Bess", je ne peux que vous recommander la mythique (et sublime) version enregistrée par ces deux monstres sacrés, et qui est entrée dans l'histoire de la musique américaine...

(Et de la musique tout court d'ailleurs!!)

 

Summertime est un morceau qui a été énormément repris par les jazzmen (Miles Davis, Sydney Bechet, Keith Jarett, John Coltrane... pour ne citer qu'eux !). Mais avec sa base "negro spiritual" (dont est issu à peu près toute la musique moderne...), il est également très facilement adaptable pour à peu près tous les styles de musiques, allant du folk au rock en passant par le blues, l'électro ou le Ska, ce qui explique sans doute qu'il ait été autant repris... 

Je ne peux donc pas prétendre  mettre toutes les reprises de ce morceau (plus de 50000 selon Wikipédia !! - et c'est vraisemblable...), et je me suis concentré dans un premier temps sur celles qui sont à mes yeux les plus importantes et/ou les plus réussies. Et dans tous les cas celles par lesquelles j'ai découvert ce morceau !!

 

Mes petits chouchous dont je vous ai déjà parlé... Les Zombies !!

 Les Zombies sont meilleurs quand ils chantent leurs morceaux originaux (comme les Beatles ou les Kinks !...), mais cette reprise est vraiment réussie, et reste une des meilleurs que je connaisse.

 

Je reviendrais certainement un jour de manque d'inspiration ou de fainéantise (ou plus sûrement de crise de temps !!) sur des versions alternatives intéressantes et plus variées pour mieux mettre en relief ce que j'exprimais plus haut. En attendant, je vous laisse avec la version la plus déjantée qui soit, et qui sonne déjà très différemment de l'originale... Plus blues, plus rock, qui sort du fond des tripes, dans un dialogue endiablé avec la guitare électrique qui déchire le thème avec ses notes claires...

 

Une version hallucinée et habitée, typique de Janis Joplin...

L'alter ego féminin de ce que proposait Joe Cocker peut être... Une voix unique en tout cas !!

 

Sinon pourquoi une reprise du lundi un mardi  ? Ah mais c'est très simple, j'ai appris hier que nous n'étions pas lundi. J'ai donc supposé que si le 12 était un double dimanche, le 13 est bien un lundi. CQFD. 

 Preuve irréfutable !

*Quoi ? Ils ont toujours l'air hagard ? Je ne peux croire que ce regard mort est le reflet de l'intelligence de mes concitoyens... Le monde serait si triste !! ...

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Reprise des hostilités...

Aujourd'hui, on attaque tranquillement la semaine avec un petit groupe bien d'chez nous, Cocoon, ces petits folkeux originaire de Clermont. Un groupe qui chante donc en anglais. Logique. Je n'apprendrais à personne qu'ils se sont fait connaître avec leur premier album "My Friends all died in a plane crash" sorti en 2007, qui est rapidement devenu la coqueluche des publicitaires, à mon grand dam. On ne peut plus l'écouter sans voir des voitures qui font de vous un dragueur-aventurier-riche-et romantique-qu'on-se-croirait-dans-50-shades-of-Grey se ballader entre des pots-de-yaourt-allégés-au-bon-goût-de-fruits-qui-font-maigrir-sans-sucres-ajoutés maintenant. Heureusement que je suis totalement imperméable à toute forme de publicité !! :p

J'espère que vous aussi. 

Ils ont également eu le mérite d'arriver au moment où le Folk redevenait un peu à la mode, avec des artistes comme Alela Diane, Moriarty, Hey Hey My My... Pas sûr qu'ils auraient marché aussi bien en 1991 quand Nirvana lançait le grunge, nonobstant la qualité plus qu'honorable de l'album, qui a tourné en boucle dans les chaumières, à raison pour une fois.

Bref. Cessons de digresser et en avant la musique !!

 

Une reprise bien inspirée avec Julien Doré de Rehab, le tube de l'époque.

Deuxième fois que je mets un candidat de la Nouvelle Star... Ça ne se reproduira plus, promis !!

 

On notera au passage pour celles et ceux qui ne les avaient jamais vu qu'ils ne sont pas vilains les deux zozos. Et je les soupçonne légèrement de jouer aussi là dessus depuis que je les ai vu sur scène. Non, c'est vrai, sinon comment expliquer ce haut translucide que portait la demoiselle et qui révélait dans un subtil jeu d'ombre des courbes charmantes et tentatrices, éveillant chez tous les mâles de l'assistance un irrépressible instinct prédateur tandis que les demoiselles se pâmaient à la simple vue du jeune homme. Rien qu'en y repensant, je sens monter en moi une envie de... Hum. Bref. Je m'égare.

 

Et histoire de commencer la semaine du bon pied, une reprise tranquille et habile du morceau

le plus punchy de l'histoire du (bon) rap, Hey Ya de Outkast !

Une reprise sympa du morceau le plus classe de l'Univers !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Reprise des hostilités...

Nom de diou !

Je m'aperçois avec un peu d'effroi (et pas mal de honte) que mon dernier post date d'une semaine tout juste ! Et comme je suis coincé au boulot, que l'internet moderne ne contient pas de façon présentable les diverses reprises auxquelles je souhaitais m'attaquer, et que je n'ai pas envie de poster à 23h59 ; je vais devoir expédier ce post, non sans avoir déniché au passage deux trois morceaux qui me resserviront bien entendu. C'est ça la renardise.

Donc, on s'attaque aujourd'hui gaiement aux reprises faites par Franz Ferdinand, un bon groupe de notre jeunesse bien vite passé de mode. 4 Ecossais qui viennent d'un peu nulle part et qui sortent en 2004 un premier album qui fait d'eux la coqueluche des médias. Le deuxième est bien évidemment plus critiqué (bien que meilleur à mon humble avis, un peu plus varié), et je n'avais même pas tilté qu'ils en avaient sortis un troisième ! Ce qui est bien compréhensible, étant donné qu'en Grande-Bretagne, ils déterrent des super groupes de petits jeunes qui font du rock au fond d'un garage à tous les coins de rue !! (En même temps, je ne sais plus quel artiste connu, Joe Strummer peut être, expliquait que de toutes façons, quand on est jeune à Liverpool ou Manchester, à part jouer au foot et boire des bières il n'y a que ça à faire. Donc bon. Pas notre faute s'ils ne connaissent pas les jeux vidéos !! :p)

 

On commence par une reprise de LCD Soundsystem, All my friends.

Moins répétitive, plus dynamique, plus punchy que l'originale... mieux quoi !

 

 On continue avec "Call Me" de Blondie (of course), une reprise sans très grande originalité, mais avec une super intro...

Et surtout un sacré punch !!

 

Et on finit avec la minute blonde du jour, une reprise de plus de la gourde de chez Disney,

manne de tous les chercheurs de reprises : Britney Spears.

C'était juste pour le fun, j'aime beaucoup le pont vers 2:40, qui sonne typique de Franz Ferdinand.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

Bien le bonjour (Bonsoir. Salut.),

Première tentative de blog pour ma part, qui me verra donc tatonner pendant quelques semaines avant de trouver un rythme qui je l'espère saura convenir à quelques uns... (et un style graphique aussi, je vais y travailler !!)

Je suppose qu'on peux dire que je ne suis qu'un casual gamer, puisque je n'ai qu'une Wii ! :p

Blague à part, cette console à parfaitement occupé le peu de temps libre que j'avais (que j'ai), et je m'attache maintenant que j'ai un PC qui tient la route à rattraper les chefs d'oeuvre indispensables à côté desquels je suis passé ces dernières années... (Bioshock, me voilà !)

J'essayerais juste de vous faire partager de mieux que je peux quelques découvertes culturelles (musique, vieux films douteux en noir et blanc, BD, découvertes internet...), et éventuellement si je suis par un malencontreux hasard pris d'une subite inspiration, je ferais peut être un article de fond sur un sujet quelconque en rapport avec le jeu vidéo, en tentant de faire preuve d'une analye critique profonde et d'un style flamboyant afin de tenter de me hisser au niveau de certains qui errent dans ces parages...

Bonne lecture et bonne découverte ! (j'espère... :/)

Archives

Favoris