Trafalgar Square
Signaler
[ Ici-Bas ]


Gameblog est une belle famille. Je l'ai longtemps fréquentée, je continue de la visiter, plus discrètement certes, mais je continue, la preuve que la fidélité persiste même si l'amour peut s'effacer. Mais sans jamais disparaître, je vous rassure.

Je me suis fait ici de très bons amis, j'ai appris à respecter des personnes avec une connaissance et une passion profonde du Jeu Vidéo et à visiter régulièrement leurs blogs, à découvrir souvent avec un très grand intérêt leur avis sur un sujet précis. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte mais il y a sur ce site des personnes qui méritent vraiment que l'on parle d'elles.

Ceux qui me connaissent un peu savent que j'aime me tartiner de louanges imméritées. J'avoue que parler de soi est un exercice que j'ai toujours apprécié même si je sais honteusement qu'il n'y a pas de quoi en faire des caisses. Mais sachez que sur un blog, c'est une chose que j'attends du ou des rédacteurs. Je ne suis pas forcément là pour découvrir une énième critique du dernier blockbuster, non, je préfère de loin les petits textes personnels, cela complète la vision du joueur que je me suis forgée.

Ces personnes là, les plus douées à mon sens, et j'ai eu la chance d'en rencontrer quelques unes pour mon plus grand bonheur, parviennent souvent à me faire saliver sur un sujet totalement inconnu ou tout simplement inintéressant, c'est dire. J'en rencontre régulièrement sur Toulouse, j'en rejoins d'autres au cours du Pixel Café et c'est toujours un grand plaisir de parler avec eux.

Auparavant, je tentais de faire la même chose ici-bas. Trafalgar Square est un site que j'ai réussi à maintenir à flot pendant un peu plus d'une année et demi. J'en ai d'ailleurs récolté de nombreux fruits, les gens de Gameblog, qu'ils soient anciens ou tout nouveaux sur le site, n'hésitant pas à partager leurs avis sur les questions que j'évoque. Si les débuts peuvent sembler difficiles, les réactions n'étant pas forcément aussi nombreuses qu'on oserait le croire, persévérer s'avère souvent payant. Ne perdez pas donc patience, si les gros bloggers démarrent souvent en fanfare, nombreux sont ceux à percer, à se faire remarquer par un travail quotidien, profondément inspiré et souvent de qualité, quelle qu'en soit la nature.




En même temps, je dis ça mais je n'ai pas mis à jour le blog depuis un petit moment. Pourquoi cela ? Ca ne vous intéresse peut-être pas mais je suis sûrement dans une période où je préfère laisser le Jeu Vidéo de côté et profiter du reste. Je me suis fait ici de très bons potes que j'ai la chance de côtoyer de temps à autres sur Toulouse et je peux vous dire qu'il est agréable de se forger un cercle de très bons amis joueurs. On passe d'ailleurs nos soirées sur League of Legends à tenter de se persuader que l'on est bons. Il est vrai que temps en temps, l'un d'entre nous parvient à faire des choses extraordinaires et ça arrive plutôt souvent quand on y pense.

Mais bon, on fait surtout ça pour s'amuser. En tout cas, pour ma part. Le Pixel Café, c'est aussi pour passer du bon temps avec ceux que j'ai moins l'occasion de fréquenter. L'ami Snake_in_a_Box n'est pas toujours disponible mais trouve toujours le moyen pour nous rejoindre le vendredi soir et ça fait grandement plaisir. De même pour Bigquick qu'on a pourtant peut-être un peu négligé mais sa dernière intervention était cool, franchement.

En vérité, je préfère aujourd'hui parler Jeu Vidéo qu'y jouer. Cela, je le dois essentiellement à une connexion Internet pourrie, des conditions matérielles pas franchement agréables même si je ne suis pas à plaindre et à une situation de transition entre les études et le travail qui me laisse miroiter un revenu que je ne peux qu'imaginer pour le moment, d'où une certaine frustration.

Pourtant, j'ai plein d'idées. Découvrir la vidéo, éventuellement développer les émissions que l'on pourrait mettre en place , réanimer le podcast L'Accent Ludique en stand-by du fait de notre impossibilité à louer sur la durée des serveurs susceptibles d'héberger nos émissions...mais tout ça demande du temps et de l'argent, les deux ne coïncidant pas forcément.

J'ai longtemps cru que je laisserai ce blog à l'abandon, que les nombreuses polémiques de l'été, aussi pertinentes soient-elles, avaient lassé mon intérêt pour l'écriture. Je me rends compte qu'au final, après quelques mois de désertion, j'aimais bien ce coin. J'estime avoir fait de bons petits trucs ici-bas et être capable d'en produire de nouveaux. Ca reviendra, honnêtement, je ne sais pas trop quand mais ça reviendra, j'en suis certain, d'une manière ou d'une autre.




En tout cas, si le blog n'a pas le même succès qu'avant, je connais déjà la formule pour intéresser les gens sur Gameblog. Ce n'est évidemment pas une science exacte mais elle repose sur des qualités que tout le monde peut développer, je n'invente rien. Assiduité, qualité, avec ça, vous partez déjà pas mal.

Voilà, encore un p'tit texte qui ne sert à rien, si ce n'est à brosser l'ego mais bon, c'est une exercice que j'apprécie alors pourquoi pas. C'était surtout et avant tout un moyen de signaler aux gens que non, je n'ai pas fui le site. Je lis les articles, je suis les événements et surtout les personnages que j'adore. Celim me dira que j'aurai pu au moins faire attention à la forme mais bon, je n'ai au final aucune prétention si ce n'est celle de retrouver des gens que j'apprécie plus de par leur caractère que pour leur affection du Jeu Vidéo.

Allez, je ne vous retiens pas plus longtemps, je vous dis à la prochaine, de toutes manières, je finirai bien par ramener ma fraise car si l'amour pour le média que nous partageons ne brûle pas intensément des derniers temps, je sais qu'il finira par s'embraser de nouveau. En revanche, mon affection pour vous n'est pas prête de disparaître et je me languis du prochain Quick dégueulasse des allées Jean Jaurès, du prochain enregistrement sur je-ne-sais-quelle-vidéo Youtube pêchée en semaine ou du petit foot fait entre potes sur un terrain impraticable.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

     
Signaler
[ Musique Maestro ! ]

 

Et bien, mes jeunes amis, cela faisait un petit moment que je n'avais pas rédigé sur Gameblog. D'ailleurs, ceux qui me connaissent un peu savent que le sujet de cet article me sert régulièrement de moyen de faire parler de moi sans trop me fatiguer. Vous vous direz que je n'en branle pas une et vous n'aurez pas tort mais une certaine perte de motivation aura eu raison du besoin pourtant primordial de tenir mon blog à jour.

Mais de tout cela, je vous en reparlerai un autre jour. Le thème ici, vous le connaissez, il n'a pas changé. Et son contenu n'est d'ailleurs pas plus original. Certains d'entre vous auront peut-être mon activité récente sur Showprime.com. Un bon gros speedrun de Final Fantasy VII (7h41) commenté par nos soins.

 

 

 

Cette expérience m'aura d'ailleurs rappeler deux choses. La première est que le jeu est véritablement exceptionnel et ravive encore aujourd'hui de très nombreux souvenirs. La seconde, c'est que Uematsu est bel et bien l'un des plus grands compositeurs que le jeune monde du Jeu Vidéo connaît.

Pourquoi cela ? Et bien, des partitions de Final Fantasy VII, j'en ai déjà exposé ici-bas, sur le blog. Et pourtant, il s'agit là d'une source musicale inépuisable. Revivre l'aventure m'a permis de me souvenir de ce fait indéniable.





Si vous en voulez des preuves, il vous suffit d'écouter ces quelques notes. Certes, les musiques étaient à l'époque de qualité très médiocre mais la composition reste somptueuse. Tifa's Theme en est d'ailleurs un excellent représentant. Qui plus est, la musique ne perd en rien de sa superbe et de son potentiel lyrique en passant au simple piano de Uematsu, à l'occasion de la sortie du film Advent Children.

 

Voir aussi

Jeux : 
Final Fantasy VII
Plateformes : 
PlayStation 3, PC, PlayStation
Sociétés : 
Square Enix, Squaresoft
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

     
Signaler
[ Musique Maestro ! ]

 

Ce petit Mario 3D Land est très sympa. Certes, et je ne serai pas en désaccord avec Sseb22, il manque un peu d'ambition que ce soit dans l'habillage, dans l'univers et quelque peu dans le contenu bien que le nombre de niveaux soit assez impressionnant, néanmoins, il demeure un excellent jeu, très bien fini et une très bonne première surprise de la 3DS.




Qui plus est, les musiques sont elles aussi très sympas, avec beaucoup de références à Super Mario Bros. 3, évidemment, pour notre plus grand bonheur. On en profitera pour rappeler que les compositions de Koji Kondo font encore parfaitement le travail après plus de vingt années d'âge. Un bon cru, ma foi.

Celle des niveaux de plage, originale, m'a particulièrement touchée. Très fidèle à l'identité des Mario, pleine de bonne humeur, elle illustre parfaitement le plaisir que peut avoir un joueur à se lancer dans de telles aventures et à l'image de l'ensemble de l'OST, n'est pas là pour stresser le joueur. Chose au final pas si fréquente, quand on y pense.




Je vous laisse profiter de ce titre qui sans grande prétention répond à toutes nos attentes, rafraîchit et franchement, en période de vacances, que demander de plus ?


Voir aussi

Jeux : 
Super Mario 3D Land
Plateformes : 
Nintendo 3DS
Sociétés : 
Nintendo
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
[ Pensées & Critiques ]

 

Je pense que nous sommes rares sur Gameblog à ne pas profiter du talent de dessinateur de l'ami Seblecaribou ainsi que de son expertise en matière de cinéma. Sans oublier son humour décapant ainsi que sa chevelure bouclée, sa stature herculéenne, son zi...attention, je m'égare !

Bref, en terme de comics, je sais que mon comparse Toulousain Bigquick dispose d'une vaste culture mais l'on peut affirmer que l'animal n'est pas moins bien loti. Et il y'a pas peu, le blogger a assorti la sortie d'un film tout de même bien attendu d'une critique typique, fort agréable à lire.

L'ayant vu hier soir accompagné de l'ami Killerad (oui, aller seul au cinéma est un aveu de faiblesse selon moi ^^), le film en question m'a laissé une impression très particulière. Je ne suis pas fan des super héros à l'américaine, je vous le dis tout de suite, et c'est toujours avec une certaine appréhension que j'assiste au visionnage de ces oeuvres. Néanmoins, certains points ont haussé ma tolérance vis-à-vis de cette mode, et franchement, c'était pas gagné.





Tout d'abord, petit point sur l'ambiance du film. Peter Parker est adolescent, instable, élevé par son oncle Ben et sa Tante May, tentant de survivre à chaque journée de lycée, aux railleries de bullies qui aiment lui faire la tête au carré et reconnu seulement pour ses qualités de photographe. Bref, pas facile de s'appeler Pierre Parquet dans cette mégapole américaine surtout lorsque l'on a du mal à supporter le traumatisme de la disparition étrange de parents qui décidèrent du jour au lendemain de fuir avec certains documents visiblement importants.

Première chose, le personnage est plutôt attachant. Certes, il ne semble pas socialement apte à vivre et quelque peu idiot sur les bords mais la souffrance quotidienne crée une relation fondée sur la pitié qui poussent à apprécier ce jeune homme qui vit, en somme, ce que nous avons tous vécu à une époque ou une autre de notre vie. Peut-être que l'aspect larmoyant des passages où les parents de Peter sont évoqués, certes, n'empêche que cette petite vie lycéenne, avec ses amourettes, amène une certaine fraîcheur, ma foi, pas désagréable et traitée avec une certaine justesse. Prestation donc intéressante d'un Andrew Garfield qui joue parfaitement l'ado quelque peu attardé mais sympathique.

Mais bon, ce qui est important dans un film de super-héros, c'est de voir de la baston, de la performance extraodinaire, des explosions, toussa toussa (tout ce qui me fait ch***, en clair). Et ici, avouons que le visuel demeure plutôt bon. L'Araignée évolue avec une certaine classe et incarne toujours ce personnage transformé, caractériel, prétentieux et sarcastique lorsque ce dernier enfile le costume de Spider-Man. Les balades dans l'éther de la cité donnent une sensation de vertige même si elles s'avèrent relativement rares (cf.l'article de Seblecaribou) et les pugilats révèlent toutes les qualités d'un héros qui à défaut d'être massif, fait preuve d'une agilité et d'une capacité à se mouvoir dans l'environnement assez fantastique.




L'intrigue, quant à elle, demeure correcte sans être transcendante. Un souci, une transition à mon avis quelque peu brutale entre l'intimité de la vie de Peter Parker et le drame de grande ampleur en toile de fond. En effet, curieux d'en savoir plus sur les travaux de ses  parents (dont les raisons de la disparition ne sont d'ailleurs pas expliquées), ce dernier va découvrir les activités d'un scientifique, Curt Connors, amputé d'un bras, spécialisé dans la recherche entre les compatibilités génétiques entre les espèces. Si Spider-Man naît par accident, piqué par une araignée, au coeur de ce centre de recherche, le Dr. Connors lui aussi succombe à la tentation d'étudier les progrès de la science pour tenter de récupérer son membre manquant.

Malchance, les effets secondaires de cet acte mène à une transformation en Lézard, particulièrement violent et obsédé par une seule et unique intention mégalomaniaque, celle de convertir la population aux charmes des reptiles. Problème, la réalisation intégre un dialogue entre la partie consciente du scientifique et ses pulsions animales pourtant très vite expédié au profit des séquences de violence brutale. Dommage d'autant que la performance d'acteur n'est pas spectaculaire, le chercheur semblant trop lisse pour virer si rapidement d'un bord à l'autre.

On regrettera aussi la fin qui à défaut d'être catastrophique, enchaîne les maladresses. Si le film était relativement équilibré durant ses premières 90 minutes, on ne peut s'empêcher de pester contre l'accumulation grossière des clichés du film d'action la fin approchant. Décés de personnages tertiaires, scènes dont l'intérêt est plus que contestable, destinées à offrir cet effet too much absolument écoeurant, mise en scène lourdingue, retournements de situations évidents...bref, tout est là pour ruiner la tentative de créer un univers où le jeune Spider-Man allie jeunesse et travail de nuit. Vraiment dommage.





On garde donc cette aigreur en sortant de la salle. Les dernières minutes renient presque l'essence même de ce Amazing Spider-Man qui souhaitait donner une nouvelle optique à une saga qui au cinéma commence déjà à sentir le déjà vu. Néanmoins, on pourra tout de même apprécier l'essai, tout n'étant pas à jeter. Je ne serai donc toujours pas séduit par les films inspirés des oeuvres américaines mais je serai tout de même plus attentif à l'avenir. C'est déjà pas si mal.


Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
[ Musique Maestro ! ]

 

Petit hors-série mais je m'en fiche, ça me fait plaisir. Déjà, connaissez-vous Xavier "Mister MV" Dang ? Non, dans ce cas, je vous résume rapidement le CV du loustique : animateur sur eLive.pro / showprime.com, spécialiste du commentaire live de speedrun, l'un de ceux qui m'ont donné l'envie de me lancer dans l'aventure avec les potos Toulousains mais surtout et avant tout musicien professionnel.

Et sachez qu'en tant que bon geek qui se respecte, l'ami se plaît donc à diverses reprises de thèmes bien connus ou détournements de musiques, ma foi, bien fendardes. Conséquence, il a publié récemment un cover de la célèbre introduction de Game of Thrones réalisée seulement à partir de samples sonores de Final Fantasy VI.

 

 

La grande classe, vous ne trouvez pas ?

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

     
Signaler
[ Musique Maestro ! ]

 

J'ai reçu Mario 3D Land et Ocarina of Time (3DS) hier matin et joie, j'ai donc pu me replonger après une longue période d'abstinence dans les terres vertes et ensoleillées du pays d'Hyrule. L'occasion de me remémorer certaines musiques, qu'à force je connais par coeur, mais auxquelles on ne pense pas spontanément.

 

 

Celle-ci, qui introduit le magistral Arbre Mojo, n'en fait pas partie. Extrêmement courte et rarement audible au cours de l'aventure, la partition fait partie des rares à refléter cette émotion subtile de danger, d'urgence et de mélancolie.

Une véritable petite perle à l'image de la composition musicale globale. Un OST parmi les plus grandioses qui m'aient été données d'écouter et qui évoque toujours de très nombreux souvenirs au grand enfant que je suis.





Comme c'est un peu léger, j'ajoute à cela une reprise réalisée par ZREO, un léger ajustement, sensiblement plus long pour vous faire une petite idée de la merveille que vos pitites noreilles devraient savourer.


Voir aussi

Jeux : 
The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3D
Plateformes : 
Nintendo 3DS
Sociétés : 
Nintendo
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

     
Signaler
[ Pensées & Critiques ]

 

Il y a des aventures qui se vivent de manière très personnelle. Si certaines d'entre elles offrent clairement de multiples possibilités permettant au joueur de véritablement participer à une expérience différente à chaque reprise, d'autres demeurent linéaires. Mais parfois, la manière, la façon de s'y prendre donne le sentiment de contribuer seul à la création de l'histoire.

Pokemon n'est pas véritablement un jeu où l'on peut faire tout ce que l'on veut. Non. Le parcours est défini, les obstacles visibles et certains défis doivent absolument être relevés pour que de nouveaux chemins puissent être parcourus. Néanmoins, Pokemon reste l'une des rares expériences vidéoludiques totalement personnelle, du fait que votre équipe est définie selon vos goûts propres.

Cela se voit dès le début. Si au final, la balance s'équilibre, le choix parmi les trois starters va très clairement vous donner un avantage face aux champions des premières arènes tandis que d'autres nécessiteront de votre part d'accorder plus d'importance à vos combinaisons, de manière à ne pas rester bloquer face à un adversaire qui a très clairement le dessus sur vous. Salamèche dispose d'une bouille inimitable, n'empêche qu'affronter les amis Pierre et Ondine ne sera pas une partie de plaisir avec une créature au caractère de feu.




Toutefois, qui ne s'est jamais amusé à fonder une équipe de Pokemon d'une variété particulière. Eau, Plante, Feu pour harmoniser les couleurs d'un groupe tandis que d'autres, pour s'amuser en toute tranquillité, chasseront de petits monstres Ténèbres, Spectre ou Psy pour écraser les dresseurs téméraires qui bloqueront votre chemin. Constituer une équipe seulement à partir de bébêtes légendaires est aussi un bon moyen de s'amuser, tant ces dernières sont rares et particulièrement belles à observer.

Des souvenirs de ma septième année émergent, avec ces quelques images, trois créatures ailées ornées de glace, rutilantes dans un ciel obscur ou capables de faire fondre la roche ainsi qu'un humanoïde particulière puissant aux pouvoirs étranges Sûrement que les votres doivent y ressembler, de près ou de loin. Je me souviens avoir formé un groupe de six enfants Pokemon et avoir repris l'aventure depuis ses origines pour voir de quoi ces derniers étaient faits. Cruelle fut ma déception mais ces tentatives là sont toujours divertissantes.

Il est incontestable qu'un lien étrange se forme avec ces compagnons de voyage, une relation que l'on pourrait presque croire amicale, à tel point qu'il devient parfois difficile de se séparer d'un ami parti de rien devenu magnifique dans le seul but de voyager plus vite à dos d'oiseau ou de tailler certaines herbes. Le cas inverse existe aussi, conserver à ses côtés une faible créature dans l'attente que celle-ci vous récompense par sa puissance après de longues heures d'entraînement au coeur de dangereuses cavernes.





Clairement, Pokemon est une de ces odyssées, un de ces voyages que l'on apprécie tout particulièrement, que l'on forge avec des compagnons auprès desquels on finit toujours par revenir. Certains ont soif de tous les capturer, d'autres se contentent de franchir les étapes une par une et de voir grandir ces enfants, de les mener vers les plus hauts sommets.

Je ne sais pas pour vous mais j'ai rarement ressenti cela en jouant à un Jeu Vidéo. Et si beaucoup me diront qu'il s'agit encore d'un jeu pour les enfants, je ne peux m'empêcher d'attender les prochaines versions et de replonger dans un monde où tout reste à découvrir et où les possibilités d'évoluer sont si nombreuses.

 

Voir aussi

Groupes : 
Pokémon
Plateformes : 
DS, Game Boy, Game Boy Advance, Game Boy Color
Sociétés : 
Nintendo, Game Freak
Ajouter à mes favoris Commenter (14)

     
Signaler
[ Pensées & Critiques ]

 

L'acquisition d'une nouvelle console est toujours un événement stimulant. De nouvelles possibilités s'offrent à vous, impliquant évidemment de nouveaux jeux. Toutefois, je vais vous avouer une chose, ce n'est par attente de ses promesses que j'ai dépensé pour cet objet mais bien par nécessité et cela doit être une première dans ma jeune vie de joueur.

En effet, frustré par l'incapacité à ne plus pouvoir passer du bon temps sur Radiant Historia (DS), excellent rpg d'une console morte dans mes mains il y a peu, j'ai donc décidé de faire chauffer la carte bleue afin de pouvoir reprendre l'aventure. Ce n'est donc pas vraiment par attrait pour la ludothèque que la console siège sur mon bureau.

Il me faut donc étudier la bibliothèque des jeux disponibles pour enfin justifier un tel achat. Evidemment, en bon gros fan de Nintendo que je suis, les commandes de Super Mario 3D Land et The Legend of Zelda Ocarina of Time furent effectuées dès mon retour de la côte. L'achat du premier repose sur le simple fait qu'il s'agit visiblement de l'un des meilleurs jeux de la 3DS, le second, lui, est ici pour satisfaire le besoin incontrôlable de redécouvrir ce jeu de légende (c'est le cas de le dire) sous de nouveaux atours, d'autant que cela fait presque cinq années que je n'y ai pas touché.

 

 

Ces deux titres devraient me tenir un bon petit moment mais évidemment, je garde un oeil sur d'autres titres jouables sur 3DS. Theatrhythm Final Fantasy devrait lui aussi me convaincre, la perspective de jouer les partitions les plus célèbres de la saga suffisant à obliger n'importe quel amateur de la série à succomber au charme d'une oeuvre qui sent tout de même bon le gros cadeau d'anniversaire. Kid Icarus Uprising est aussi un jeu que je surveille de près, sans oublier qu'il est fourni, me semble-t-il avec le Circle Pad, l'occasion de bénéficier sans commande annexe d'un accessoire pourtant indispensable de la console. Qui plus est, les pérégrinations de l'ange Pit semblent très sympathiques, alors pourquoi ne pas craquer ? Je n'oublie pas non plus Tales of the Abyss qui selon l'ami Davcio semble fort divertissant et qui pourrait contenter mes envies de jeu de rôle à la japonaise.

 

 

Au-délà, j'ai l'impression qu'il me faudra attendre l'Automne pour satisfaire ma faim d'expériences ludiques. Castlevania Mirror of Fate demeure au sein de la liste des jeux que j'attends tout particulièrement avec son alter ego sur consoles "nouvelle génération", avec son aspect action prononcé et son ambiance unique. Paper Mario Sticker Star ainsi que Luigi's Mansion me font aussi de l'oeil même si je n'y songe pas tellement pour l'instant. Même constat pour Epic Mickey Power Of Illusion, apparemment un bon jeu de plate-forme à l'ancienne qui me tente bien, ma foi.

Quant au long terme, Fire Emblem Awakening semble combler les attentes de amateurs de tactical rpg bien difficile, hardcore, diraient même certains. Mais l'absence de date de sortie européenne à l'heure où vous pourriez lire cet écrit ne forcent pas une attente qui pourraient être trompée par la frilosité de Nintendo à dévoiler certaines de ses pépites pourtant reconnues au Japon.

 

 

Même si le catalogue ne semble pas aussi fourni que l'on pourrait l'imaginer, n'empêche que je ne pourrai visiblement pas passer à côté d'une console qui propose de telles expériences. Je ne devrai pas être déçu mais j'attends encore de voir s'il s'agit vraiment d'une réussite de la part de Nintendo ou d'une tentative encore incomplète. Par ailleurs, si vous avez des jeux à me recommander, n'hésitez pas à les citer dans les commentaires, je me ferai un plaisir d'étudier un éventuel achat par la suite.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

     
Signaler
[ Musique Maestro ! ]

 

J'évoque le nom de très nombreuses musiques mais très peu d'entre elles peuvent être entendues au coeur de l'univers de Mario. Et pourtant, Dieu sait que son thème est connu. Koji Kondo a réussi le tour de force de créer une des musiques les plus célèbres du monde, rien que ça. Franchement, celui qui affirme n'avoir jamais siffloté Overworld est un menteur et je le condamne sur le champ.

Super Mario World dispose aussi de musiques de qualité. De très bonnes, par ailleurs, que l'on a tendance a oublié trop vite.

 

 

Je ne vais pas vous présenter cette fois-ci un thème original, je pense que tous le connaisse mais il existe un album qui réunit des titres issus de Super Mario Bros. et SMB 3 ainsi que de Super Mario World, retravaillés façon jazz. Et franchement, ça a une pêche d'enfer.

 

 

Celle-ci concluait la quatrième aventure du plombier italien sur Super Nes et cette version là lui donne une seconde jeunesse. De toutes manières, j'adhère.


Voir aussi

Jeux : 
Super Mario World
Plateformes : 
Wii, Game Boy Advance, Super NES
Sociétés : 
Nintendo
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

     
Signaler
[ Musique Maestro ! ]

 

Allez, on va changer des rpg connus et reconnus pour parler de quelque chose de plus funky, de plus exotique.

Je n'ai évidemment pas connu la glorieuse période des micro-ordinateurs, ère si chère à nos amis de La Caz' Retro, mais cela ne m'empêche pas de m'intéresser pour autant aux merveilles que ces supports ont pu offrir aux joueurs. Parmi elles, la série des Monkey Island, dont les deux premiers ont fait l'objet d'une réédition HD, toute belle, toute propre dispo pour une poignée d'euros. Et franchement, passer à côté de ces merveilles serait un grand gâchis, tant ces titres ont marqué le genre du point'n click.

 

 

Qui plus est, l'ambiance, les décors, les personnages, tout est est drôle, soigné, unique dans un milieu du Jeu Vidéo si conservateur. Pirates, fantômes, blagues hilarantes sont les ingrédients d'aventures savoureuses aux commandes de l'ami Guybrush Threepwood, aspirant pirate d'une maladresse extraodinaire et qui va se frotter au terrible LeChuck, frappé d'une malédiction qui va faire de lui une simple âme errante.

 

 

Les musiques, je n'ai même pas besoin d'en parler, elles sont tout simplement fabuleuses. Composées par Michael Land, elles suffisent à se remémorer les tableaux de Monkey Island et passent crème en soirée, c'est dire le talent du personnage. Celle-ci est d'ailleurs particulièrement réussie. Je vous laisse vous faire votre opinion mais n'hésitez pas à m'en donner des nouvelles.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Trafalgar Square

Par Sirocco Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 17/12/13 à 11h42

Toulousain sympathique, fantastique, folklorique, féérique, symphonique, éclectique, chimérique, mirifique, artistique, acoustique, exotique...et autres adjectifs en -ique que j'accepte volontiers.

Ajouter aux favoris

Édito


 

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, bonjour/bonsoir à toutes et à tous.

Je suis Sirocco, étudiant en 5e année de Droit à Toulouse, blogger à mes heures perdues, mais avant tout grand amateur du Jeu Vidéo, marmite dans laquelle je suis tombé tout petit.

Trafalgar Square, c'est le nom de ce tout petit site qui privilégie notamment la musique tirée du média mais qui parle aussi de tout et de n'importe quoi. Ne vous étonnez pas d'entendre beaucoup parler de Nintendo, c'est parce-que j'en suis grand fan mais cela ne m'empêche pas de passer de nombreuses heures sur PS3 ainsi que sur les jeux Steam dont le prix défie toute concurrence.

N'hésitez pas à commenter les articles et à "liker" si vous avez apprécié la lecture de mes articles. Vous pouvez évidemment me joindre par MP si vous souhaitez me poser une question ou parler d'une chose, d'une autre. En attendant, j'espère que la lecture vous plaira et rendez-vous ici-bas ou bien ailleurs, si mon activité vous intéresse.

 


 

 

J'arbore fièrement une récompense aujourd'hui plus tellement valable mais que voulez-vous, c'est la seule que j'aie ^^. Elle fut attribuée par l'ami Anfalmyr sur la base des votes des Gamebloggers et elle me plaît tout particulièrement du fait que je tente de soigner le mieux possible l'apparence du blog, pour un plus grand confort de lecture. Et vi, je pense à vous et à vos petits yeux fatigués...

 

Archives

Favoris