CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

Cet article contient des spoilers légers sur le début voir la première moitié de Dishonored. À vos risques et périls.

J'ai beau en avoir fait un test loin de l'enthousiasme général, mais à mon sens pas non plus négatif à l'extrême du dernier titre de Arkane Studio, je n'ai pas pu m'empêcher d'en parler en ouvrant des discussions dans mes propres statuts où en polluant ceux des autres pour le remettre sur le devant de la scène. La raison à cela se trouve dans mon acharnement à me maintenir dans le jeu, malgré le fait que je ne prends pas un plaisir hors du commun à le parcourir. Avec Dishonored, je suis passé à un second degré de jeu, plus analytique, celui où cherche à comprendre pourquoi je n'apprécie pas ce que j'ai entre les mains, quand bien même c'est calibré pour me plaire, de la direction artistique au gameplay. Et en cherchant, j'ai trouvé...

Initialement, Dishonored me donnait une impression de gros gâchis par sa simplicité maladive. L'envie de trop en faire en terme de possibilités laissait des trous béants dans le level design. Pire encore, ce n'était presque pas le level design qui posait problème, mais plutôt l'opposition peu farouche qui se laissait trop facilement dupée par le déplacement dans les hauteurs des différents niveaux. En effet, comme je le signalais dans mon test, le clignement (la téléportation) transformait très rapidement les défenses adverses en passoires, permettant d'ailleurs de finir certains objectifs à une vitesse folle.

Alors voyant la somme de succès que proposait le jeu, j'ai décidé d'y aller et de tenter le challenge maximum en terme d'infiltration que le titre pouvait proposer : finir le jeu à la difficulté maximum, sans tuer personne (cibles principales comprises) sans se faire remarquer une seule fois et...sans débloquer aucune amélioration autre que le fameux clignement au niveau I, qui est en quelque sorte fourni de série avec le costume d'assassin. Effectivement, les choses pourraient paraître plus corsée en apparence mais après les quelques heures usées pour réaliser ce défi et faire gonfler au passage mon orgueilleux Gamertag, je suis au regret de dire que l'expérience ne m'a toujours pas paru satisfaisante. Le problème tient alors en deux points : la trahison envers le jeu et la dichotomie entre objectifs et enjeux narratif.

 

Trop de clé en main pour ne pas réussir:

Ce qui est satisfaisant dans le même type de défi appliqué à Splinter Cell : Chaos Theory ou à Hitman : Blood Money c'est d'abord la sensation de ne pas trahir le jeu en usant de ce qu'il nous propose. Sam Fisher et Code 47 possèdent tout deux des valises remplies de matériel de haute technologie ou d'armes se prêtant à tous les types d'agressions, létales ou non. J'en reviens sans cesse à deux missions de ces deux titres parce qu'elles sont pour moi les bijoux absolus de l'infiltration vidéoludique. D'un côté nous avons la mission de la banque panaméenne du troisième Splinter Cell, et de l'autre celle de l'Opéra parisien du quatrième Hitman. Dans un cas comme dans l'autre, le challenge initial est relevé mais pas insurmontable.

Il s'agira de bien apprendre le level design et d'user finement des routines de l'IA pour trouver des opportunités de résolution des objectifs ; de l'infiltration. Pour la banque, on remarquera par exemple que le toit est une option intelligente, que l'un des gardes (le fameux Pablo) donne à haute voix le code de sécurité du bureau de l'administrateur des lieux. Pour l'Opéra, on notera que les répétitions se soldent irrémédiablement par un passage aux toilettes puis dans les loges de la part d'une des cibles. On composera avec ces éléments pour dégrossir une stratégie payante ET silencieuse dès le premier run avec probablement de nombreuses tentatives au compteur. Ce n'est pas grave parce que à chaque échec, on comprend quel est l'obstacle qu'on avait pas pris en compte et on finit par trouver une solution qui ne déclenchera pas d'alerte.

Puis après un premier run, un premier parcours libre et découverte, on s'attaque au coeur du jeu. On s'attaque au beau jeu. Le beau jeu* en l'occurrence, c'est quand on fait exactement ce que l'on nous a demandé, pas plus, pas moins. Dans la banque, on s'arrangera pour effacer toutes ses traces, pour ne toucher aucun des gardes, pour désactiver des systèmes de sécurité en utilisant le piratage à distance de certaines unités centrales de la salle d'informatique. À l'opéra, on se contentera de sa seringue anesthésiante et de sa bombe portative avec télécommande à large portée, faisant passer le double homicide pour une courte série de sombres accidents. On profitera donc de ce qu'on a à notre disposition pour composer le beau jeu, le tableau parfait, sans une rature, sans une victime collatérale qui ne soit nécessaire, simplement parce que le jeu l'exige dans ces deux niveaux. Les lunettes de vision de nocturne, la carte du niveau, quelques gadgets très efficaces dans l'absolu, mais surtout beaucoup d'observation et de précision.

Level design parfait. Équilibre de gameplay parfait. Deux missions cultes.

Dishonored n'atteint jamais ce niveau de perfection. D'abord parce qu'il n'a pas été calibré pour cela, mais surtout parce qu'il n'a pas été pensé de la bonne manière pour que le joueur ait l'impression que le beau jeu est vraiment beau. Si je n'ai pas ressenti à un seul moment lors de mon second run cette sensation grisante d'être en train de faire parfaitement usage du gameplay du jeu pour le compléter sans dégât nécessaire, c'est tout simplement parce que les outils mis à ma disposition tuent toute satisfaction. Le fameux clignement est en quelque sorte l'atout secret de Corvo, au même titre que le système de piratage à distance de Sam Fisher dans SC:CT. L'utilisation de cet atout est pourtant une manière d'abuser du level design et sa verticalité. C'est presque comme si le jeu nous disait qu'il était bon de l'abuser. En conséquence, ne pas l'utiliser reviendrait à se couper d'un élément de gameplay fondamental du jeu et également de se passer de 80% du level design. L'utiliser à contrario, c'est résoudre 80% des situations trop facilement.

Le jeu multiplie les passages sur les toits. Ne pas utiliser le clignement sera donc une aberration. Mais l'utiliser revient à abuser le jeu et à se faciliter très grandement la tâche.

Le jeu demande donc au joueur de le trahir pour réussir à cocher avec succès la case « infiltration réussie » et ça pour moi, c'est une grave erreur de game design qui plombe malheureusement le second run blindé de défi. Le jeu devient plus dur, certes, puisque l'on se permet moins de choses et que l'on doit se soustraire à l'attention de certains gardes plutôt que de simplement s'en débarasser. Mais le challenge consiste principalement à viser correctement avec le curseur du clignement pour éviter les rondes de ces différents gardes. Sur console, avec la relative lenteur des commandes (en comparaison de la souris) on arrive d'ailleurs à certains endroits où l'on doit recommencer non pas parce qu'on n'a pas saisi par où passer, mais simplement parce qu'on arrive pas à viser exactement à l'endroit souhaité pour progresser dans le niveau. On se retrouve alors à trahir encore une fois le jeu avec des quick-saves à répétition pour ne pas avoir à recommencer une dizaine de fois une étape où l'on se fatigue simplement à essayer de sauter au bon endroit sans se faire voir.

Dans un Splinter Cell ou un Hitman et en particulier dans Chaos Theory ou Blood Money, quand on a trouvé la bonne méthode pour progresser sans toucher une seule IA qui ne soit pas incluse dans notre contrat, les missions peuvent être faites avec élégance et sans sauvegarde. Bref, on peut faire le beau jeu de l'infiltration, ce que ne permet pas Dishonored sans consentir à délibérément abuser du clignement.

 

Qui est Corvo Atano?

L'autre grand versant qui me pose problème concernera plus le liant entre gameplay et histoire. Je vais ajouter à mes deux exemples précédents Splinter Cell : Double Agent et tenter de jongler correctement entre les trois pour expliquer mon propos. Dans Splinter Cell, du premier au troisième, Sam Fisher est un agent d'une cellule secrète, Echelon 3, et doit obéir aux ordres de sa hiérarchie à la fois parce que c'est un soldat obéissant, mais aussi parce que de nombreux problèmes diplomatiques pèsent sur ses épaules.

Dans ce cadre, le joueur qui produit du beau jeu, qui finit les missions tel un fantôme, dérobant les informations ou piratant les ordinateurs de hauts dignitaires sans que personne ne puisse soupçonner que Sam ait jamais été là, ce joueur lie le gameplay, l'infiltration pure et sans bavure, à son personnage qui agit de cette manière exactement comme il serait censé agir en réalité. Le gameplay sert la narration. Double Agent (la version next-gen) change d'ailleurs légèrement la donne. Le premier impératif de Sam n'est plus d'éviter les boulettes, mais de conserver son identité secrète. Dans ce cadre où il est beaucoup moins surveillé par ses supérieurs hiérarchiques, le beau jeu infiltration à l'extrême sert toujours de pont entre gameplay et histoire, mais il est moins un impératif. Si dans les missions de Kinshasa ou de Shanghai, on est détecté l'espace d'une seconde ou qu'on laisse quelques PNJ assommés dans un placard, ce n'est plus aussi ''grave'' parce que l'histoire nous fait clairement comprendre que Sam n'est pas en position de pouvoir et de devoir agir avec les mêmes précautions qu'auparavant. Reste que le gameplay est de nouveau calibré parfaitement (même dans les missions de jour, je vous l'assure) ce qui rend le beau jeu complet et sans plâtre à essuyer toujours plaisant à faire même s'il est moins nécessaire pour rendre l'histoire complètement solidaire des actions du joueur.

Sam Fisher, l'agent de la dernière chance pour la diplomatie...

...puis l'agent infiltré anti-terroriste. "Sous couverture".

De la même manière, tous les épisodes de Hitman nous raconte l'histoire d'un tueur à gage extrêmement méticuleux et sans faille. En conséquence, l'objectif de finir toutes les missions sans jamais être soupçonné une seule seconde et en abattant simplement les cibles qui sont désignées par l'Agence via Diana, cet objectif est dans la lignée de ce que l'histoire raconte et produire ce beau jeu, c'est lié encore une fois le gameplay et l'histoire, utiliser l'outil narratif du gameplay au maximum de son potentiel.

Code 47 est le meilleur tueur à gage du Monde. Il n'a aucune raison de laisser des indices ou d'éliminer quelqu'un d'autre que sa cible.

Dans Dishonored, on ne sait pas très bien ce qu'on incarne. Corvo est censé être le protecteur de l'Impératrice, bien qu'au début du jeu il revienne d'un voyage loin de cette dernière. En tant que protecteur, on s'imagine que son rôle est tantôt préventif tantôt agressif et sans doute qu'avec sa maîtrise de la lame, il a déjà tué avant le prologue du jeu. Lorsque commence réellement l'histoire, lorsque l'impératrice meurt, Corvo rejoint rapidement un groupe, les ''Loyalistes'' qui se réclament loyal envers l'Impératrice. Corvo va donc devenir le bras de la Justice et aura pour charge d'éliminer les traîtres à l'Impératrice Kaldwin. Le Protecteur devient donc supposément Assassin. C'est là qu'est le problème.

Corvo ne parle pas et donc on a pas vraiment son avis sur la situation ; tout juste pourra-t-on deviner son attachement à Emily, la fille de l'Impératrice (qui lui court dans les bras au début du jeu) et en déduire cet assassinat n'est pas juste une faute professionnelle mais aussi une affaire personnelle. Ça n'a l'air de rien, mais cette information est assez cruciale pour savoir si la vengeance par exécution de chacun des comploteurs est ce qui serait le plus naturel narrativement. Du coup, quand on est mis face à un choix, celui de tuer la cible, ou d'utiliser un moyen détourné, on est un peu dans une hésitation qui n'a pas de sens quant à l'histoire, d'autant plus que la plupart du temps la solution létale n'est pas forcément la plus facile (je pense notamment à la mission de la maison de passe). Suivre une certaine morale n'est donc pas forcément plus dur que de tuer sa cible et ça enlève le poids que cela aurait pu avoir sur l'histoire.

La relation de Corvo avec Emily est le seul élément qui serve d'indice pour connaître ses réelles motivations dans les enjeux scénaristiques.

Pour le dire de manière plus brève, le mutisme de Corvo est un handicape pour savoir avec quelle attitude il semble plus naturel de jouer pour parfaire la narration. C'est ce qui amène à tâtonner avec le gameplay sur le premier run ; on tue quand c'est plus facile de tuer et on élimine par un moyen détourné quand c'est plus facile de le faire ainsi. C'est aussi ce qui rend le second run encore moins plaisant que s'il n'avait été entravé que par les facilités de gameplay. On ne sait pas vraiment si ne tuer personne et ne jamais se faire repérer (sans même parler du fait de ne pas user des améliorations) fait parti implicitement de l'histoire, pour la simple raison que Corvo ou les personnages qui l'entourent nous laisse la lattitude d'interpréter ses actes et ses implications dans l'histoire de la manière qui nous chante.

Personnellement, si j'étais protecteur d'une impératrice et la figure paternelle de sa fille, au moment de son meurtre, je me promettrais de faire payer le prix du sang à ses assassins...c'est pourquoi, sans doute, le jeu m'a paru plus jouissif lorsque je donnais les traîtres en pâture aux rats que lorsque je sortais de leur quiétude par des moyens détournés. C'est également pourquoi la seule mission que je trouve parfaitement jouissive en infiltration pure se trouve être la seule qui demande de tuer ou de mettre hors d'état de nuire une personne qui n'est pas liée directement au régicide du début du jeu ; la mission du Manoir des Boyle.

À mon sens, il s'agit de la seule mission où l'on puisse jouer infiltration complète sans bavure et que cela fasse sens pour l'histoire, Lady Boyle n'étant pas impliquée directement dans le régicide.

 

Avec ce billet, je voulais vraiment expliquer en détail ce qui faisait que pour moi Dishonored rate son pari de l'infiltration. À mon sens, ça ne se résume pas à sa facilité qui trouve un cadre penché dans le défi maximum. Ça tient aussi à son histoire qui ne donne pas toutes les clés pour comprendre quelle forme de gameplay est idéale pour la parfaire. Je ne remets cependant pas en cause les autres titres qui permettent aux joueurs de faire des choix notamment de dialogues et d'y faire correspondre une forme de gameplay pour créer le beau jeu. Je pense simplement que Dishonored loupe la recette là où Deus Ex : Human Revolution, par exemple (que je ne trouve pas dénué de défauts bien sûr) arrivait plus à nous faire comprendre par le traumatisme physique initial que Adam Jensen pouvait partir dans tous les sens, à la fois dans la vendetta pure (et donc dans le FPS bourrin) ou dans l'adaptation à ses nouvelles capacités notamment furtive (et donc dans l'infiltration pure ou agressive). Dishonored n'est donc pas un mauvais jeu mais à mes yeux, il loupe largement la marche qui le sépare des grands titres, ceux qui nous poussent au beau jeu.

*Je n'ai pas encore écrit d'article qui définisse ce que j'entends pas "le Beau Jeu". Mais en lisant ce présent billet ainsi que celui sur la narration vidéoludique que j'ai écrit il y a quelques mois, vous saisirez, je pense, ce que ce terme recouvre à mes yeux.

Voir aussi

Jeux : 
Dishonored
Ajouter à mes favoris Commenter (43)

Commentaires

upselo
Signaler
upselo
C'est clair que c'est plus un jeu de super héros comme Batman qu'un jeu de puzzle environnemental à la Hitman. De toute façon, y'a même pas de civils parmi lesquels se fondre là ou j'en suis.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@upselo: ça fait que moyennement partie du perso pour moi. Ça lui est donné 'comme par magie" par un mec dont ne sais où qui n'est jamais expliqué. Pour moi ça reste de la façade. Tout ce que je vois, c'est que c'est partie intégrante du gameplay et que ça facilite 80% des situations. Après effectivement si on améliore pas le clignement, il ne va pas si loin, mais c'est quand même un peu trop problématique pour moi. En fait le vrai problème, c'est que j'ai jamais BESOIN de chercher la solution parce qu'avec le clignement je l'ai toujours. Dans un Hitman justement, t'es obligé de chercher globalement.

Ça empêche pas le jeu d'être agréable à parcourir mais c'est vrai que pour moi c'est quand même pas maîtrisé comme ça aurait pu l'être.
upselo
Signaler
upselo
Perso, je ne trouve pas le Clignement abusé, en fait. Il est tout de même assez court, et il fait pour moi partie intégrante du personnage, qui n'est effectivement pas un simple péquin comme peut l'être 47 et dans une moindre mesure Sam Fisher. Oui certaines situations sont faciles à esquiver grâce au clignement, mais je ne trouve pas ça incohérent. Du coup, j'ai jamais l'impression de trahir le jeu quand je l'utilise.
Je trouve ton concept du beau jeu amusant (sans connotation négative) : tu reproches à Dishonored de te fournir des outils efficaces, et tu cherches la gratification plus que la solution : pour le coup, c'est plutôt ça qui me parait en décalage avec le personnage :P

Après, je comprends et partage les reproches sur Corvo le muet, même si comme souvent, seule la voie de l'infiltration (avec un minimum de dommages collatéraux) s'impose naturellement à moi (avec son lot de reloads).

Enfin, toujours intéressant de lire tes analyses sur ce qui te pousse à accrocher ou non dans le game design d'un jeu.
feverish
Signaler
feverish
Je me souviens d'une connerie vue sur le net en deux photo qui disait : "essaye de prouver son innocence..." "...en tuant ceux qui se mettent sur son chemin" XD. Finalement ils auraient du obliger le joueur à ne tuer personnes mais ça aurait déplu a un certain type de gamer trop nombreux.
feverish
Signaler
feverish
Il est encensé parce que c'est rare de voir un jeux avec une telle direction artistique et jouable solo de surcroit, essayant de proposer tout un univers assez riche. Les gens l'encense pour cette rareté, parce que finalement le background est réussi, mais aussi parce qu'il faut que ce jeu se vende parce que c'est le seul moyen de montrer aux éditeurs qu'il y a de l'argent à se faire avec ce genre de jeux puisque malheureusement ils n'écoutent que le son de l'argent qui tombe dans leur escarcelle.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@feverish: pire encore dans cette mission, si tu parles à un mec précis, il te dit c'est qui et il te donne le moyen de la faire sortir sans la tuer. En fait je signalais cette mission simplement pour dire que niveau narratif, c'est la seule qui permet de s'imaginer que Corvo agirait de manière furtive, plutôt que brutal, parce qu'il n'a aucun intérêt personnel à tuer Lady Boyle, alors que pour les autres on ne sait pas trop. Mais effectivement niveau gameplay c'est un peu du sous Hitman cette mission.

Et pareil, je le redirais jamais assez, mais je suis d'accord pour dire que c'est un bon jeu et qu'il a été fait avec attention et qu'il se laisse bien faire. Mais c'est à mes yeux pas la tuerie monumentale dont on doit faire tout un plat que tout le monde encense.
feverish
Signaler
feverish
Superbe article et qui met le doigt là ou ça fait mal pour le jeu : trop de possibilités rendant le jeux trop facile et qu'est ce que bien joué dans ce jeu ? Faire la mission coute que coute ou se la jouer ninja ?

Par contre la mission au manoir des Boyle pour moi est celle ou le jeu m'a montré a quel point il était pété par ce système. En fait qu'importe le choix que tu as fait dans tes pouvoirs tu as toujours la possibilité de tout visiter pour ne rien louper si tu as un local avec une grille que tu traverses avec un rat tu auras aussi un passage en hauteur avec le clignement amélioré etc . Du coup le jeu n'aura pas vraiment de replay value pour moi vu comment je le traverse de fond en comble, couplé avec le fait que j'ai tous les pouvoirs donc aucune limitation.
Un autre exemple qui fait mal : pour découvrir notre cible soit tu fais le ninja pour aller dans les chambres en haut si tu es skillé soit tu.........offres un verre à une invité qui te le révèle. Du coup aucun intérêt à se faire chier je dirais (sauf pour les gens comme moi qui veulent tout ouvrir)

Vraiment c'est un très bon jeux mais je crois que c'est la première fois que je vois un délit de vouloir trop bien faire sur le gameplay et de passer à coté de qu'on voulait nous faire sentir.
inFy
Signaler
inFy
Voilà une approche intéressante, en particulier la partie sur Corvo Atano.
Reste qu'il m'a quand même fait un sacré effet ce jeu !
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Comme toujours, sur le fond comme la forme, tu joues dans la cour des très grands.
Tu devrais prendre un abonnement illimité à la Home, ça lui ferait du bien. ;)
Sirtank
Signaler
Sirtank
C'est juste génial de voir enfin mis sur le papier par un mec qui s'y connais bien les sentiments que j'éprouve pour ce genre de jeu un grand bravo comme pour le précédent article je ne puis que liker :P

Bon par contre va vraiment falloir que me fasse Blood Money du coup :ph34r:
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Japman: c'est ce qui m'attriste le plus, c'est que je l'aime bien moi l'univers de Dishonored, vraiment, mais le jeu en lui-même est un peu trop poussif, un peu trop quelconque par manque de maîtrise. C'est vraiment super dommage.

@Celim: merci l'ami, ça fait toujours super plaisir de ta part.

@nagato: Parce que c'est un gimmick que j'ai mis en place au tout début de mon blog. En fait à la base je voulais commencer chaque article avec "Celui qui/où..." ou "Celle qui/où..." en référence à Friends. Je sais que c'est pas esthétique, mais du coup dans le fil d'actu on reconnait mes titres d'articles même quand je change d'avatar (pareil pour Zig et son "Ceci est")
nagato
Signaler
nagato
big; quel telephone? iphone?

seb, pourquoi mettre aujourdhui dans tous tes titres d'article? franchement ce serait mieux sans :P
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Excellent article.

Celim.
Japman611
Signaler
Japman611
Encore un excellent article, superbement rédigé et argumenté. Je suis tout à fait d'accord sur le problème du clignement, qui est jouissif à utiliser mais qui a pour effet secondaire de faire "survoler" le joueur... Je pense que la narration à été un peu laissée de côté pour laisser place à l'univers, qui au travers des dialogues des gardes, des panneaux, des lettres et des indices permet au joueur de se constituer sa propre vision de Dunwall. Un peu comme dans Bioshock, sauf que les dévs ont eu la brillante idée de placer les enregistrements audio pour construire le mythe de Rapture. C'est vrai que la narration de Dishonored est molle et peu inspirée. Mais c'est pour laisser place à l'univers et au gameplay. Soit, la séquence de l'Opéra de Hitman est légendaire. Car si Dishonored n'en a pas, de ce genre de séquence, il compense largement par son univers cruel, à la fois onirique et morbide, grouillant de détails et fourmillant la vie, dans le moindre recoin et la moindre ruelle. Dunwall est vivante. Et ça, en mon humble avis, c'est la marque d'un grand jeu.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Black: Je suis entièrement d'accord avec toi sur WD et le passé du personnage qui est plus encombrant qu'autre chose. C'est pourquoi je trouve le second épisode encore plus réussi parce qu'il n'est pas juste bourré de suspens et de tension, mais surtout parce qu'il permet de jouer avec un passé qu'on a créé et vécu soi-même. Tu verras si tu fais la trilogie Mass Effetc, tu ressens en permanence cette sensation dès le début du premier parce que tu commences à moment de la vie de Shepard où ce qu'il a fait avant importe assez peu et où tu n'as donc pas d'indices précis sur ce que tu dois faire...à la grosse différence par rapport à Dishonored que tes choix sont dans ta parole et pas tant dans le gameplay qui dit principalement que tu es un soldat.

Sinon oui, pour moi le beau jeu c'est avant tout d'arriver à exploiter le gameplay (pas dans le sens "abuser", mais "bien utiliser") tout en "jouant le jeu" de l'histoire ou au moins en allant à contrario.

@Leobiwan: Pour l'histoire en elle-même des jeux que je cite (en l'occurrence Hitman ou Splinter Cell) on est d'accord que ce ne sont pas celles qui sont les mieux écrites. Cependant ce que j'aime avec ces jeux, c'est que malgré ces histoires limites "OSEF" on parvient à me faire comprendre qui est-ce que j'incarne et comment je dois agir dans le jeu pour que ma partie soit une belle partie. Je pourrais citer dans le même genre Batman: Arkham City. En soi, l'histoire n'est pas top, amasse un peu les méchants à la pelle plus par fan-service qu'autre chose (même si personnellement sur moi, ça marche bien, je le reconnais aisément) mais le jeu par le gameplay me fait incarner pleinement Batman et donc en terme narratif, le gameplay fait son boulot à plein et ça peu de jeux peuvent se targuer de le faire correctement. Et d'ailleurs tu les cites, je dirais que Dark Souls et Demon's Souls sont pas mal aussi dans ce genre; on capte vite qu'on est qu'un pauvre mec paumé qui n'est pas le premier à tenter la quête que l'on tente et pour cause, tous les autres sont morts pour de bon.

@Big: merci beaucoup l'ami!
Bigquick
Signaler
Bigquick
Bon la je suis sur mon smartphone donc pas le temps de faire un long comentaire, mais excellent article en tout cas.

La mission de l'Opéra est effectivement complétement dingue. Je me souviens la fois où j'ai compris qu'en échamgeant le faux pistolet de l'acteur avec un vrai pour que durant la répéte il tue une de nos cibles, j'avais complétement halluciné. Du génie cette mission.
Leobiwan
Signaler
Leobiwan
Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu tentes de démontrer ici. Rares sont les jeux dont le gameplay fait lui-même office de narration... Dans un tout autre genre que l'infiltration (parce qu'il faut quand même avouer que même si Hitman et Splinter Cell restent en effet cohérents avec leur histoire, ils sont quand même loins d'être très développés à ce niveau-là), je pense encore et toujours aux Ueda et aux Silent Hill, qui ont une longueur d'avance phénoménale à ce sujet. On me reprochera sans doute de ne me référer toujours qu'aux mêmes jeux, mais je n'y peux rien si ce sont eux qui ont accompli depuis longtemps ce que beaucoup commencent à peine à imaginer. Je pourrais ajouter Limbo, Journey et les Souls (Demon's et Dark) aussi, mais dans une moindre mesure. En tous cas, la narration vidéoludique, ajoutée à l'émotion vidéoludique, est à moi aussi mon Saint-Graäl...
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
C'est super intéressant, et ça plaira sûrement à Pedrof d'ailleurs.

Moi ça me gêne également avec des choix moraux ; c'est pour ça que dans un Mass Effect, je préfère ne pas choisir et faire du full pragma ou du full conciliation, donc choisir seulement au départ et ensuite ne plus choisir, car pour moi ça n'a pas de sens de choisir à chaque coup. Je ne suis pas le héros du jeu, et je m'intéresse plus à lui qu'à mes petits états-d'âme virtuels de joueur.

J'ai plus l'impression d'avoir fait un beau jeu en restant toujours dans le rouge (le bleu viendra avec la trilogie PS3 B) ) que si j'avais un mix un peu pourrave entre tous les faux choix qui changent rien au déroulement du jeu. À la limite Mass effect ou encore Infamous ont au moins pour eux de nous offrir l'opportunité de rester fidèle du début à la fin à une conduite claire.

Par contre dans Walking Dead je trouvais ça judicieux, et j'aurais aimé d'ailleurs ne pas connaître le background du personnage car justement à ce moment-là on en sait trop sur lui, et j'ai eu l'impression d'être trahi dans le personnage qui se dessinait avec mes choix, comme si ça n'avait plus de sens encore une fois.

Bon ça sort un peu du sujet, mais on reste dans le cadre du beau jeu quand même, non ? :D

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris