Space Zone

Space Zone

Par raph-09 Blog créé le 19/11/10 Mis à jour le 14/04/17 à 19h58

Le blog d'un passionné de Jeux Vidéo, de Cinéma et de Littérature.

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinématiques

Final Fantasy Origins : Playstation : intro (FF1)

Désolé pour le logo (G) mais les autres vidéos n'étaient pas de bonne qualité.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
B.O.

Voici une compilation de tout les les thèmes des "chocobos" de Final Fantasy 2 à Final Fantasy 12.

Pour la petite histoire ces thèmes ont étés inspirés du tube "Wipe Out" des "Surf Rock The Safaris" et ils ont à chaques opus changés de style avec par exemple des mélodies de type Western, electro, jazz etc...

Raph-09 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Rétro

The legend of zelda : Phantom Hourglass : 19 octobre 2007 : DS

Après leur aventure survenue quelques mois auparavant, Link, Tetra et toute l'équipe pirates sont partis au gré du vent, sur leur fidèle bateau, vers un nouvel horizon. Au gré des vagues, ils se dirigent vers un gigantesque manteau de brume, un navire abandonné mouille au milieu de l'épaisse couche de brouillard... Tetra, décide d'aller explorer le navire, mais elle n'avait pas prévu que l'exercice serait si éprouvant et se met en danger. Link tente alors de la sauver mais ses efforts sont malheureusement futiles, il se noie dans l'océan brumeux. À son réveil, il se retrouve sur une plage. Une petite fée nommée Ciela lui offre ses services pour retrouver le reste de son équipe disparue. Et avec l'aide du marin Linebeck, Link se retrouve encore une fois sur la mer pour une autre aventure.

L'utilisation du jeu est essentiellement basée sur l'écran tactile de la console ainsi que sur ses deux écrans qui permettent d'afficher des cartes, de les annoter, de planifier des déplacements, de résoudre des énigmes, de lancer des objets (le boomerang par exemple), prédessiner la route d'un bateau, dessiner des symboles qui permettent d'ouvrir une porte. Beaucoup de personnages seront présents pour vous aider dans votre quête.

Les boutons servent uniquement à la gestion des options du jeu alors que le jeu lui même de type DCE (déplacements, combats, énigmes) se joue exclusivement et entièrement au stylet.

La résolution de certaines énigmes nécessite néanmoins l'usage du microphone, par exemple en soufflant pour imiter le bruit du vent ou en devant obligatoirement fermer l'écran de la console pour résoudre une énigme, ce qui limite l'utilisation des émulateurs de la Nintendo DS qui ne gèrent pas l'entrée du son.

L'objectif de cette création était d'utiliser les possibilités offertes par la DS : un jeu Zelda entièrement jouable avec le stylet et l'écran tactile. Eiji Aonuma espère que ce nouveau mode de contrôle sera réutilisé par les prochains Zelda, ou par d'autres jeux d'aventures sur DS.

La première idée pour l'interface fut que le joueur aurait contrôlé Link en utilisant la croix directionnelle et les boutons, avec une carte sur l'écran du bas et toute l'action en 3D sur celui du haut, à la Metroid Prime Hunters ou Super Mario 64 DS. Mais l'équipe n'était pas satisfaite par ce système et inventa celui désormais utilisé par le jeu.

The legend of Zelda : Spirit Tracks : 11 décembre 2009 : DS

Attention le premier paragraphe risque de vous spoiler l'histoire du jeu.

Link est un jeune conducteur de train qui est convié au château d'Hyrule pour y recevoir son diplôme de conducteur des mains de la princesse Zelda. Celle ci est inquiète pour son royaume : les voies ferrées qui parcourent Hyrule disparaissent peu à peu, et le ministre l'effraie. Elle se rend avec Link a la Tour des Dieux, lieu de résidence d'un des sages connaissant les voies ferrées. Link et Zelda découvrent que le ministre veut la résurrection du Roi Démon Mallard (enfermé par les divinités dans la Tour des Dieux), et qu'ils font disparaitre les routes du royaume pour empêcher les temples d'Hyrule d'apporter la puissance nécessaire à la Tour des Dieux capable de contenir la force de Mallard. Pour revivre, Mallard a besoin d'une enveloppe corporelle puissante, celle de la princesse Zelda. Il obtiendra finalement son corps, Zelda ne demeurant plus qu'un esprit.

Aidé par l'esprit de Zelda, Link essaiera de retrouver le corps de la princesse et d'anéantir Mallard en restaurant toutes les voies ferrées des différentes contrées d'Hyrule.

Le déplacement de Link s'opère de la même façon que le précédent opus Phantom Hourglass, l'écran tactile servant à indiquer où l'on souhaite aller. Donner des petits coups avec le stylet permet à Link de donner de frapper de son épée ou d'utiliser divers objets. Le micro est utilisé plus souvent.

Les nouveautés de cet opus résident dans la capacité de jouer avec deux personnages en simultané, ainsi Link sera constamment aidé d'un spectre dans les donjons. Il servira à accomplir certaines tâches qui demandent de la force ou de la résistance, comme passer à travers des flammes, combattre, attirer l'attention et transporter dans la lave.

On retrouve certains objets d'anciens Zelda tel que les inévitables arc, bombes et boomerang, mais aussi certains nouveaux objets comme le fouet (qui se comporte un peu comme le grappin dans d'autres opus de la série) et de nouveaux objets des dieux, comme l'épée Lokomo et l'arc de lumière.

Dernière nouveauté mise en avant par Nintendo : les trajets entre les différents lieux de Spirit Tracks. Link ne déplace plus en mer avec un bateau, mais sur rails avec un train à vapeur. Il est possible d'interagir avec celui-ci, on peut donc choisir sa vitesse et le faire siffler dans le but d'écarter les éventuels animaux sur le passage. Le train possède également un canon au modèle du bateau de Phantom Hourglass, il permet d'attaquer les ennemis qui viendraient gêner votre progression. On note tout de même que les trajets sont désormais limités aux rails, ce qui réduit considérablement la liberté de mouvement du joueur lors de ces séquences de gameplay. C'est d'ailleurs la première fois dans un Zelda qu'il est strictement impossible d'explorer les environs librement.

Les développeurs ont repris le moteur de The Legend of Zelda: Phantom Hourglass et en ont profité pour l'améliorer.

Cette cinquième partie marque la fin de cette rétrospéctive sur Zelda. Mais en 2011 sortira The legend of Zelda : Skyward Sword sur Wii. Je vous conseille vivement de lire le fanzine PAMP spécial zelda.

 

Raph-09

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Rétro

The legend of Zelda : Four Swords Adventures : 7 janvier 2005 : Gamecube

Accompagnées de Link, la princesse Zelda et les 6 autres sages partent vérifier le sceau qui enferme le mage maléfique Vaati. C'est alors que le Link Noir apparait pour enlever les jeunes femmes. Pour les défendre, Link n'a pas d'autres moyens que d'utiliser l'Épée des Quatre. Mais en retirant la lame, il libère par la même occasion Vaati.

Link se réveille aux abords du lac Hylia. Grâce au pouvoir de l'épée, il se retrouve dupliqué en quatre exemplaires. À l'aide de Kaepora Gaebora, il va devoir aller libérer les sept sages des griffes de Vaati.

 

Les graphismes ressemblent beaucoup à l'épisode A Link to the Past : 2D vue de haut. Il y a cependant plusieurs effets en 3D (effets de lumière, déformations...) et d'autres en cell-shading (flammes, explosions...).

Certains passages présenteront une vue de côté comme ce fut déjà le cas dans The Adventure of Link ainsi que Link's Awakening.

Contrairement aux autres épisodes de la série, celui-ci de déroule dans une succession de niveaux.

Le jeu reprend les énigmes caractéristiques de la série mais demande également des actions coordonnées de la part des quatre personnages. Cette coopération est accentuée par le fait que chaque personnage ne peut porter qu'un seul objet à la fois.

Le côté compétition est également présent avec la collecte des gemmes qui permettent d'augmenter la puissance de l'épée.

Lorsqu'ils explorent Hyrule, les quatre personnages sont présents sur le même tableau à l'écran de télévision. Mais lorsque l'un d'eux entre dans une grotte ou un bâtiment, le personnage passe sur l'écran de la GBA et il lui est possible de progresser dans ces lieux à l'abri des regards de ses congénères.

The legend of Zelda : The Minish Cap : 12 novembre 2004 : Gameboy Advance

La porte vers le monde des Minishs ne s'ouvre que tous les 100 ans. Lors de la fête qui précède l'ouverture de la porte, Vaati lance un sort à la princesse Zelda qui la transforme en statue de pierre. Durant ces événements, Link, l'ami d'enfance de la princesse est présent et décide de tout faire pour sauver Zelda. Plus tard, Link rencontrera Exelo un chapeau qui doit sa forme à Vaati, son apprenti, qui lui a dérobé un chapeau qui exauce les voeux de son porteur, et qui décidera d'aider Link dans sa quête.

The Legend of Zelda: The Minish Cap est le second jeu de la série des Zelda sortie sur Game Boy Advance, le premier fut une adaptation de The Legend of Zelda: A Link to the Past, sorti sur Super Nes, complété, sur la même cartouche, de The Legend of Zelda: Four Swords, premier Zelda basé intégralement sur le multijoueur. The Legend of Zelda: The Minish Cap reste dans l'esprit de ses prédécesseurs, même si le style graphique s'adapte aux gouts des joueurs actuels.

On y retrouve les éléments qui avaient fait le succès de la série, comme les bracelets de force, l'arc, le boomerang, etc. L'originalité de ce jeu se trouve dans le chapeau, Exelo, que Link trouve dans cet épisode ; Il lui permet de rétrécir puis de retrouver sa taille normale, ceci aide particulièrement lorsqu'on désire passer dans des endroits normalement inaccessibles, comme par exemple passer dans des trous de souris, grimper sur des nénuphars, tout en faisant attention aux rats et à la pluie dont les gouttes sont aussi grosses que lui. Ce Zelda explore ainsi le principe de la double utilisation de l'espace, en effet, tout en restant rigoureusement le même, l'espace n'est pas appréhendé de la même façon par le grand Link et le petit Link. Exelo peut aussi donner des conseils à Link.

Autres détails, les fragments de bonheurs. Ce sont des moitiés de médaillons que Link trouvera un peu partout dans le monde. En discutant avec les villageois (ou autres PNJ) il pourra comparer leurs fragments de bonheurs aux siens, s'il en possède un qui correspond à ceux d'un des personnages du jeu, un phénomène se produira (l'apparition d'un trésor, l'ouverture d'une porte secrète, une aide à une personne, etc.) et apparaitra sur la carte, rapprochant ainsi ce Zelda des collecting games.

The legend of Zelda : Twilight Princess : 8 décembre 2006 (Wii) et 15 décembre 2006 (Gamecube)

Link est au début un jeune fermier de Toal qui vit avec ses trois amis et son ami d'enfance,Iria, malheureusement, ils se font capturer par des monstres sur des sangliers. A la recherche de ses amis, Link aperçoit un mur noir inquiétant et se fait emporter par une main qui sort du mur et le téléporte au Royaume du Crépuscule. Etant au Monde des Ombres, il se transforme en loup et est découvert par Midona, habitante du Monde des Ombres, et Link, au château d'Hyrule, la où il s'est fait prisonier, rencontre la princesse Zelda, se fait savoir que ce monde est en fait leur monde conquit par le Royaume du Crépuscule. Retrouvant sa forme humaine dans leur monde, ils décident avec son amie Midona, de remmetre la lumière dans leur monde et aussi de libérer ses amis des griffes de leur agresseurs et aussi tuer Xanto, usurpateur du Monde des Ombres. Puit Link par à l'aventure avec son amie Midona et apprend de terribles choses venant de son amie, mais sauve aussi multiples vies, et découvre qui est en fait le véritable ennemi qui se cache derrière tout ça.

Link a accès à quelques nouveaux pouvoirs comme celui de se transformer en loup, ce qui lui permet d'affiner son odorat et de voir l'imperceptible. Quand il est dans cet état, il peut communiquer avec des animaux non-humains, se téléporter d'une zone à une autre ou téléporter des objets comme des ponts, des rochers... Link est secondé par une « jeune fille » mystérieuse du nom de Midona. Des nouveaux contrôles et modes de combats sont disponibles, comme par exemple la possibilité d'utiliser l'épée à cheval ou en courant ainsi que l'apprentissage par un chevalier mort, de bottes secrètes pour le combat à l'épée. On remarque aussi le retour de certains objets précédemment tombés dans l'oubli (comme la lampe à huile, de l'opus The Legend of Zelda: A Link to the Past et les flèches-bombes, que l'on obtenait en combinant les bombes et les flèches dans l'opus The Legend of Zelda: Link's Awakening).

Rendez vous pour l'ultime partie de cette rétrospéctive.

Raph-09

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)


Signaler
Rétro

The legend of Zelda : Oracle of Seasons : 5 octobre 2001 : Gameboy Color

Le jeu reprend le principe général et la présentation du jeu Game Boy The Legend of Zelda: Link's Awakening, en y ajoutant de nouvelle mécanique de jeu. L'objectif principal est d'obtenir les essences de la nature, cachées dans des donjons.

Lorsqu'il ne se trouve pas dans un donjon, le joueur explore le monde de Holodrum, où il s'est échoué, et le monde souterrain de Subrosia, où le temple des saisons a échoué.

Les saisons ont une influence sur la végétation, donnant de nouvelle zones à explorer : l'été, les lianes poussent permettant ainsi de grimper aux falaises, et les plans d'eau s'assèchent ; l'automne, les feuilles bouchent les trous ; l'hiver, les arbres perdent de leur feuilles et l'eau stagnante gèle.

Yoshiki Okamoto, créateur de jeux pour Capcom, travaillait avec une équipe pour créer un jeu Zelda, mais ne parvint pas à décider quelle voie le développement devrait prendre. Il voulait faire un remake de The Legend of Zelda pour Game Boy Color, le tester et en faire la base d'un nouveau jeu plus ambitieux. D'autres membres de son équipe voulaient créer un nouveau jeu dès le départ. Déçu par le manque de résultats durant un an, Okamoto décida de recruter Yoshifumi Yamashita, directeur de Capcom. Il demanda également l'aide de Shigeru Miyamoto, le créateur de la série. Nintendo et Capcom commencèrent à travailler sur six titres Zelda pour Game Boy Color : deux basés sur d'anciennes versions et quatre jeux originaux.

On compte un manga Oracle of Seasons qui raconte l'épopée de Link en Holodrum bien qu'il propose de nouveaux personnages comme le grand-père de Link ainsi qu'une entrée dans l'aventure moins déconcertante que la version originale parue sur cartouche Game Boy Color, ce qui enrichit l'histoire d'Oracle of Seasons. Cependant, ce manga précède le manga Oracle of Ages ce qui veut dire que, contrairement aux jeux, il est impératif de débuter par Oracle of Seasons.

The legend of Zelda : Oracle Of Ages : 5 octobre 2001 : Gameboy Color

 Link doit retrouver les huit essences dispersées dans Labrynna en battant les huit boss qui protègent respectivement chacune d'elles. Une fois les huit réunies, elles constituent une sorte de clé permettant d'accéder à l'ultime boss du jeu. Link doit le vaincre pour remporter la partie.

Oracle of Ages est très proche graphiquement, au niveau sonore et au niveau de la jouabilité de Link's Awakening DX. Les contrôles basiques sont les mêmes que dans le jeu Game Boy. Link se bat usuellement avec une épée en guise de première arme, suppléée par un deuxième objet d'équipement. Cependant, il est tout à fait possible de remplacer par un autre objet si besoin est. En plus des objets communs à l'univers de The Legend of Zelda, Oracle of Ages compte quelques nouveautés, comme le Lance-graines ou le Grappin. Contrairement à la majorité des jeux de la série, Link ne s'équipe pas automatiquement du bouclier et de l'épée lorsqu'il les possède. Ils peuvent être assignés, de même que tous les autres objets d'équipement, dans un des deux espaces de l'interface de jeu. 

Il constitue en réalité la moitié d'un même jeu, avec The Legend of Zelda: Oracle of Seasons, sorti en même temps. Une fois l'un des deux jeux finis, et si on possède l'autre, on peut poursuivre l'aventure de l'autre avec sa sauvegarde de la première cartouche. Un dernier niveau est même accessible après avoir complété les deux aventures avec le même personnage, avec le véritable boss final de l'aventure. L'interaction entre les deux jeux se fait par un système de mots de passe et par câble link.

The legend of Zelda : The Wind Waker : 3 mai 2003 : Gamecube 

L'histoire se déroule plusieurs centaines d'années après les évènements de l'épisode Ocarina of Time. L'ancien royaume d'Hyrule a été englouti sous les eaux et n'est plus à présent qu'un vaste océan parsemé d'îles. Sur l'une d'elles, l'île de l'Aurore, vit notre héros, un descendant de Link.C'est un jeune garçon qui vient d'avoir 12 ans. C'est un jour particulier pour lui, car d'après la tradition chaque garçon doit s'habiller d'une tunique et d'un bonnet vert le jour de ses 12 ans, en l'honneur du Héros du Temps qui vainquit le Prince des Ténèbres il y a des siècles.

The Wind Waker reprend les éléments qui avaient fait le succès de Ocarina of Time et Majora's Mask. On retrouve le système d'icônes en haut de l'écran, adapté pour la GameCube. Les quêtes sont similaires : il faut parcourir le monde, aller dans des temples et battre des boss, puis finalement éliminer le boss de fin. S'ajoutent à cela des mini-jeux, des mini-quêtes qui donnent une durée de vie très longue au jeu.

La grande nouveauté est la possibilité de se déplacer en bateau, à l'instar du cheval dans les versions Nintendo 64. La navigation se fait à l'aide d'une voile, et (fait important) le vent est indispensable pour se déplacer.Le joueur a donc la possibilité de changer la direction des vents grâce à la Baguette du Vent. Cet instrument reprend le principe de l'Ocarina des opus précédents car il permet de jouer des mélodies indispensables au bon déroulement du jeu.

Rendez vous pour la quatrième partie.

Raph-09

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

Certains d'entre vous conaissent déjà jv247.com site traitant bien évidemment de jeux vidéos et proposant une experience très interessente et pour ma part excellente, qui propose tout les soirs à 18 heure Game Evening, une émissions 100% jeux vidéo et qui à "fermé" quelques temps ses portes( à cause du départ de 2 des membres Aurélien et Benjamin) pour proposer une nouvelle formule. Eh bien aujourd'hui sur le facebook de JV247 j'ai pu constater que Romain avait mis une vidéo "unboxing" de la 3ds. Je vous laisse la découvrir et je vous propose de vous informer sur ce site. 

 

PS : Le site ré ouvre très prochainement ses portes.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Rétro

Je vais bientôt faire l'aquisition d'une Gameboy Micro et je voulais avoir votre avis sur un RPG sympathique sur Gameboy Advance à l'exeption de Final Fantasy Dawn Of Souls que je vais à coup sur me procurer.


Je vous remercie d'avance.

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Comics/mangas

Cela fait un moment que je voulais vous parler de "j'irais lire des comics chez vous", émission ayant pour sujet les comics bien entendu. Disponnible sur comicsplace.net cette émission hebdomadaire est faite pour les passionnés, Thomas Rivière retrace l'actu des comics et des sorties. Je vous poste aujourd'hui la 73ème émission.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Rétro

The legend of Zelda : Link's Awakening : 18 novembre 1993 : Gameboy 

Au lancement du jeu, Link est surpris par une tempête alors qu'il navigue sur une mer agitée. Frappé par la foudre, son bateau sombre. Link réchappe du naufrage et échoue sur une plage de l'île Cocolint où il est recueilli par Marine, une jeune fille, qui lui rappelle la princesse Zelda. Link retrouve son épée sur la plage, et son bouclier lui est rendu par Tarkin, le père de Marine.

Résolu à rejoindre les siens, Link devra traverser l'île de long en large, explorer de nombreux donjons, résoudre énigme sur énigme afin de récupérer les huit instruments qui pourront libérer le gardien de l'île, le Poisson rêve, de son sommeil.

Les personnages récurrents de la série The Legend of Zelda sont tous absents, mais souvent étrangement évoqués ; de plus certains personnages de l'île bien qu'ayant des noms différents rappellent des gens que Link connaît. The Legend of Zelda: Link's Awakening est une aventure onirique, en effet il est souvent fait référence au sommeil, au rêve et au cauchemar. Il existe même un lieu dans le jeu ou l'on accède uniquement en se couchant dans un petit lit et en s'endormant. Il est plusieurs fois clairement indiqué que toute l'île et ses habitants sont contenus dans le rêve du Poisson rêve et cesseront d'exister à son réveil. Il est étonnant de voir dans la scène finale l'intégralité des personnages disparaitre, comme le hibou par exemple qui n'était qu'une partie du poisson rêve. De plus la fin de jeu suggère que toute l'histoire n'est en fait qu'un rêve de Link dérivant sur l'océan, rêve partagé avec le Poisson rêve. Ceci explique de manière logique qu'on ne trouve quasiment aucun lien direct avec le monde d'Hyrule, Zelda ou Ganon. Le poisson rêve relativisera la destruction de Cocolint: l'île continuera à exister dans ses rêves et Link pourra toujours y revenir dans le sommeil.

Les dialogues sont variés et évolutifs, et bénéficient d'une bonne traduction. Quelques petits détails rendent le jeu plus vivant (pêche à la ligne introduit dans cet opus, vol dans les boutiques...).

 

Le héros est vu de haut, comme c'est le cas dans la plupart des jeux en 2D de la série The Legend of Zelda. Dans certains souterrains, une vue horizontale rappelle The adventure of Link.

Le jeu a beau être sorti en 1993, les graphismes sont parmi les plus beaux et les plus lisibles de la Game Boy ; les cinématiques de début et de fin restent les plus impressionnantes. Le jeu est resté classé plus beau jeu de la Game Boy de 1993 à 1997 dans les magazines Ultra player et Super power.

The legend of Zelda : Ocarina Of Time : 11 novembre 1998 : N64

Les événements de Ocarina of Time semblent avoir lieu avant les quatre premiers opus de la série, l'histoire se déroule comme dans la majorité des jeux Zelda dans le royaume imaginaire d'Hyrule.

Le jeu débute dans le village Kokiri qui se trouve dans la forêt du royaume. Une fée nommée Navi réveille Link, le héros du jeu, d'un mystérieux cauchemar.....

Les développeurs des jeux Zelda sont passés dans cet épisode à une vue entièrement en trois dimensions, et on voit évoluer le personnage (Link) de derrière, bien que la caméra puisse tourner autour de lui. La manette de la Nintendo 64 est adaptée à cela car elle comporte un joystick, ce qui facilite la manipulation du personnage dans l'espace. Les graphismes se veulent réalistes, et le moteur 3D utilisé était manifestement en avance sur son temps. Le développement du jeu a nécessité quatre ans, dont deux pour la création du moteur graphique. Sa date de sortie maintes fois repoussée a fait naître de nombreuses polémiques et interrogations au sein du public qui l'attendait.

La gestion du temps dans Zelda: Ocarina of Time, présente dans d'autres jeux sortis auparavant, mais particulièrement bien employée dans ce jeu, est un élément majeur qui a notoirement frappé les joueurs lors de la sortie du jeu. Outre le fait que le scénario prend place dans deux périodes de temps bien distinctes, pendant lesquelles Link est d'abord enfant puis devient adulte, le joueur évolue dans un monde gigantesque modifié par le cycle du jour et de la nuit. Des ennemis différents apparaissent selon le moment de la journée ; de plus, certaines actions importantes sont possibles seulement le jour, d'autres seulement la nuit. On note enfin que la musique (le thème de la plaine d'Hyrule par exemple) évolue selon le moment de la journée, mais de manière progressive, sans transition brutale.

Le remake sur 3ds sortira au 2ème trimèstre 2011 au Japon et en Juin 2011 au Etats-Unis, pas de date pour l'Europe.

The legend of Zelda : Majora's Mask : 17 novembre 2000 : N64

L'histoire se situe directement à la suite de celle de Ocarina of Time. Après une longue et périlleuse bataille contre l'infâme Ganondorf, Link décide de se lancer dans une quête personnelle, au bout de laquelle il trouvera "un véritable ami"....

 

Majora's Mask reprend les graphismes de son prédécesseur Ocarina of Time, légèrement améliorés grâce à l'Expansion Pak. Le système de jeu est identique. On y retrouve de nombreux éléments déjà présents dans Ocarina of Time.

Des nouveautés ont fait leur apparition, comme par exemple l'horloge en bas de l'écran qui indique l'heure et le jour. Il y a aussi le Journal des Bombers, qui contient des missions à réaliser, de nouveaux objets comme la Boîte à Images. La grande nouveauté du jeu, ce sont les masques (voir le sous-chapitre correspondant). Link peut utiliser des objets qu'il ne pouvait utiliser étant enfant dans Ocarina of Time, comme l'arc ou le grappin. Il peut aussi chevaucher Epona.

Le titre du jeu signifie le Masque de Majora. Ce masque possède des pouvoirs très mystérieux. Il a été dérobé par un lutin appelé Skull Kid au vendeur de masques du jeu. Depuis il sème le trouble sur le pays (appelé Termina).

Comme dans Link's Awakening, le but n'est pas de sauver la princesse Zelda. Ici, on la retrouve uniquement dans un souvenir de Link lorsqu'elle donne l'Ocarina du temps à Link.

Rendez vous pour la troisième partie.

Raph-09

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Archives

Favoris