Premium
Pioupiou Land

Catégorie : Pioupiou Power !

Signaler
Pioupiou Power !

Le Musée du Jeu Vidéo a ouvert ses portes le 14 avril. La veille au soir avait lieu la soirée d'inauguration. Le lieu n'ouvrait au public qu'à partir de 19h, mais grâce à Guillaume Delalande de LCI j'ai pu me glisser dès 17h30 dans le musée encore en préparation...

A l'intérieur, l'ambiance est fiévreuse. L'équipe d'Alerte Orange travaille depuis plusieurs jours à la mise en place de la collection sur les 300 m² dédiés à l'exposition. Scénographie, informations, tout doit être mis en place dans moins de deux heures. La borne de Pong n'est pas encore calibrée, les autres installations vidéo sont testées une dernière fois. Jean-Philippe Alba (directeur éditorial du musée) prend le temps de répondre aux premières interviews malgré le stress et la fatigue. Tant pis si tout n'est pas parfait, les dernières retouches seront apportées après la soirée. De mon côté, je m'émerveille et me régale. Les pièces présentées rappellent de nombreux souvenirs ou éveillent ma curiosité. Et puis, c'est un plaisir rare de pouvoir assister aux derniers instants de préparation d'un événement qui fera date.

Jean-Philippe termine les derniers préparatifs La borne Pong encore nue, avant que ne soit terminé son calibrage   

Car si le Musée s'avère finalement assez petit, son orientation volontairement grand public lui assurera l'attention des plus jeunes et de leurs parents. Des vitrines pleines à craquer de consoles de tous âges, quelques panneaux explicatifs, et surtout des écrans qui diffusent l'Histoire du Jeu Vidéo (le DVD raconté par Lorant Deutsch)... Le tout est coloré, légèrement didactique, et compris dans le prix de la visite de la Grande Arche. Attendons de voir si ce que Guillaume qualifie de "première étape" rencontrera le succès que notre média mérite : populaire et familial !

     

Ajouter à mes favoris Commenter (22)

Signaler
Pioupiou Power !

Si vous souhaitez découvrir comment sont écrits, tournés, montés et enregistrés les épisodes de notre série d'émissions Inside : Punchers Impact, vous êtes au bon endroit ! Dans ce petit carnet de bord, je vous invite à suivre la progression de l'épisode 4 de l'émission, avec Poufy le cadreur/monteur et moi, la journaliste.

Pour la première partie du making of d'Inside : Punchers Impact, je vous invite à jeter un oeil dans les posts de blog plus anciens. J'y racontais comment on prépare les sujets en amont, puis la journée de tournage pour un épisode.
Aujourd'hui, c'est toute la phase appelée post-production que vous allez découvrir.

Jour 1
Après un week-end de trois jours, qui nous aura permis de nous reposer, Poufy me fait parvenir les rushs, c'est à dire toute la vidéo brute qu'on a tournée. Pour ce faire, il a réalisé une sortie vidéo. Toute la vidéo enregistrée sur les cassettes mini-dv va être copiée en temps réel sur le disque dur de Poufy. D'où l'intérêt de tourner suffisament du rush pour avoir de la matière ensuite au montage, mais pas trop pour ne pas plomber un planning déjà très lourd (Poufy est notre unique monteur-cadreur, épaulé depuis peu par Tiger Suplex).

Poufy nous montre comment se déroule une sortie vidéo

De mon côté, je dois construire le sujet. Pour ce faire, je reprends tous les éléments à ma disposition : des interviews aux informations que j'ai pu glaner et noter. Certains l'auront remarqué, j'ai pris le parti de présenter chaque mois deux personnes travaillant chez Punchers Impact. Le choix des « héros » de chaque épisode se fait naturellement en fonction du sujet abordé mais aussi des affinités de chacun avec la caméra.
Chaque sujet est construit en plusieurs temps. Il y a les portraits, puis différents points abordés. Dans l'épisode de ce mois-ci, j'ai décidé de laisser une plus grosse partie à l'aspect humain, à travers un récit à deux voix. Vous découvrirez rapidement pourquoi !

Jour 2
Lorsque Poufy et moi nous retrouvons, notre première tâche est d'enregistrer le pré-speak. C'est un version provisoire de la voix que vous entendez dans le sujet. Son unique fonction est de guider Poufy durant le montage. Elle n'a pas d'intonation, et sa qualité est médiocre. Elle sera ensuite remplacée par le speak définitif.

Le premier texte qui sert au pré-speak

C'est souvent à ce moment qu'on s'interroge une dernière fois sur la cohérence du sujet ; mais aussi qu'on ressent la première appréhension. Parce qu'une fois les instants sympathiques passés à Punchers dépassés, on sait qu'on doit délivrer efficacement ce qu'ils ont essayé de nous expliquer et ce qu'on veut, nous, donner aux internautes... On profite donc de cet instant plus au calme, dans la grande salle de réunion qu'on squatte pour être tranquilles. On papote aussi de tout et de rien... on note enfin les faiblesses du speak.

Poufy attend patiemment que je termine mes singeriesVous pardonnerez le non-look, hein, c'est parfois dur le matin...

Jour 3
Alors que j'écris ces mots, Poufy a déjà commencé à monter le sujet. Comme il a tous les éléments nécessaires pour travailler, je vais l'abandonner un jour ou deux afin de le laisser avancer. Lundi, on fera un premier point pour se rendre compte en live si le sujet fonctionne ou pas...

C'est la fin de la deuxième partie du making of d'Inside : Punchers Impact. Dans la troisième et dernière partie, vous verrez les derniers jours de montage, l'enregistrement définitif de la voix off. Fatigués et inquiets, on fait tout ce qu'on peut pour améliorer au maximum l'épisode 4 de Inside : Punchers Impact !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Pioupiou Power !

Ça faisait longtemps que j'avais envie de vous emmener avec moi dans les coulisses d'Inside : Punchers Impact, ce projet réalisé à quatre mains où Poufy cadre et monte, et où je réalise et écris. Déjà parce que cela répondra à pas mal de questions techniques concernant nos moyens, comme la durée des sujets. Mais aussi parce que c'est un travail fascinant qui pose de nombreuses problématiques ; et puis j'ai la chance de cotoyer régulièrement et assez intimement ce qui est pour certains le saint du saint de la culture vidéo ludique : le studio de développement.

Ces réflexions ont abouti à une décision toute récente, celle de reprendre mon blog laissé à l'abandon et d'y proposer un aperçu de mon activité quotidienne. En ouvrant ce petit Making of d'un Making of, c'est une sorte de journal de bord très succint que je vais vous livrer.
La période de travail sur Inside : Punchers Impact est très spéciale dans ma vie professionnelle. Elle revient chaque mois avec son cortège de sentiments : l'excitation de retourner au studio, l'appréhension quant aux choix éditoriaux que j'ai faits, et puis l'émulation, sur place, alors que je découvre les progrès réalisés sur ces deux projets, ainsi que ces contraintes et astuces de la création qui me fascinent autant que ceux qui nous les livrent. Enfin, lorsque les dix minutes sont en ligne, c'est une grande lassitude qui s'abat sur moi, mélange de fatigue, de soulagement, d'une pointe de fierté aussi, toujours teintée de frustration. C'est une expérience très à part et intense que je partage chaque mois avec Poufy, mon cadreur et monteur de l'extrême.

Making of Inside : Punchers Impact Part. 1

Vendredi dernier, Poufy et moi avons passé la journée en tournage, chez Punchers Impact. Pour moi, le travail de préparation avait commencé quelques semaines auparavant...

Vous devez d'abord savoir que le choix des sujets sur l'année est le fruit d'une réflexion commune entre Guillaume et moi. On a pensé Inside : Punchers Impact afin qu'il puisse englober ce qu'il souhaitait montrer, ce que l'avancée des projets lui permettait chaque mois de dévoiler, la ligne éditoriale que j'avais fixée à ce projet, mes envies journalistiques.

Quelques jours plus tôt...
Discussion avec Guillaume. Entre blagues potaches et confidences sur nos prochains projets (on va faire des jaloux), il faut s'accorder sur la date de tournage. Benoit, le protagoniste principal du prochain épisode doit venir spécialement sur Paris pour être interviewé. La précédente date choisie ne me permettait pas de tourner à cause de contingences matérielles (la caméra était alors à l'étranger). Heureusement, Guillaume préférait aussi un report. Je lui résume toujours en quelques mots ce que je compte faire, lui me donne des infos complémentaires. Il peut aussi me faire des propositions sur des aspects du développement bien avancés ou intéressants. La veille, je prépare une liste des images à tourner, ainsi que les questions pour les interviews. C'est aussi le dernier moment pour réfléchir à ce que je souhaite exprimer dance mon sujet.

Vendredi
11h04
Poufy (rebaptisé Choupi grâce à Alexis B. pour avoir participé à un poisson d'avril stupide) et moi sommes accueillis par Jeremy, le producer de Crashers. L'ambiance est décontractée, on on se discute des derniers jeux auxquels on a joué, on plaisante...  Les journées de tournages ne sont jamais propices à une ambiance studieuse. Il y a ceux qui évitent la caméra, ceux qui attendent patiemment leur tour d'y passer, et ceux qui se moquent des autres, bien cachés dans le fond. Après quelques mois, on commence à se connaître. Les salutations polies laisse places à des sourires plus chaleureux, timides parfois (Ah ! Ces développeurs...). On échange quelques mots, certains montrent ce qu'ils font....

Le fond d'écran de Jerem, qui assume TOUT


12h47
Il faut boucler les interviews avant le déjeuner, car Benoit doit reprendre l'avion en début d'après-midi. Chacun y met de la bonne volonté, mais on forme une drôle d'équipe : Poufy gère l'aspect technique d'une main de maître... à son rythme ; je le presse mais ma nature dissipée m'empêche de me concentrer plus de dix minutes sur le même sujet ; Guillaume est toujours présent lors des interviews (c'est un vrai control freak), sauf qu'il a toujours un truc (super je dois bien l'admettre) à me montrer. Excités comme des puces, on parvient tout de même à terminer les interviews. Direction, la pizzeria...

L'installation délicate du micro-cravate,En pleine ITW de Benoit, Directeur ArtistiqueOn espère encore que la caméra va nous muscler un peu Poufy...

15h06
De retour de notre pause déjeuné bien méritée, il faut encore des plans d'illustration, qui serviront à habiller le sujet. Je laisse Poufy se promener dans l'open space de Punchers Impact, sa caméra à la main. Alors qu'il se faufile entre les développeurs à l'affût d'images, je teste les nouvelles fonctionnalités des titres en développement. Un privilège rare et que nous savons savourer (Choupi-Pouf a terminé ses plans et nous a rejoints entre temps)... Surtout lorsqu'il s'agit de donner notre avis sur un jeu encore en création !

Il faut travailler malgré notre présence envahissante...Certains bureaux affichent clairement les goûts de leurs occupants...Ah non, c'est la pause Guitar Hero que tu dois filmer, Choupi !

16h14
Notre journée de tournage s'achève. Poufy remballe la matériel tandis que je prends congé de nos hôtes. On se donne rendez-vous très rapidement, pour un autre événement en partenariat avec Gameblog. Dans le métro, nous sommes chargés comme des mulets, fatigués mais satisfaits. Ces journées de tournages sont extrêmement excitantes mais aussi très exigeantes en terme de concentration : on sait qu'on n'a qu'une seule chance et que c'est l'épisode du mois qui est en jeu. On débrief un peu ce qu'on a vu, on s'organise surtout sur les journées de montage qui s'annoncent...

C'est la fin de la première partie de ce Making of de l'émission Inside : Punchers Impact. Dans la seconde partie, nous vous feront découvrir la phase de post-production : une semaine durant laquelle il faut construire une émission à partir d'images et d'idées...

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Pioupiou Power !

Un message qui commence par un clin d'oeil à mes "coupines". Tiens d'ailleurs, le premier qui trouve la référence cachée dans le titre remporte un cadeau surprise.

Plus sérieusement, le mois d'avril va être chargé en événements liés au Jeu Vidéo. Salon, soirées, conférences... ça va faire plein d'occasions de se voir en vrai, entre personnes de bon goût ! Je vous fait donc mon petit récap' des sorties geeks, en espérant vous y croiser (et en plus, ça refait un peu de pub pour les "vieux" copains Florent G. et Marc P., bah oui ça commence à dater les mecs !) :

SAMEDI 3 à partir de 14:00 Conférence Des Pixels à Hollywood à la librairie Eyrolles

DIMANCHE 11 en soirée Concert de SidAbitball au Point Ephémère

LUNDI 12 en soirée Bar Gaming aux 3 Escales

WEEK-END 17 - 18  Ankama Convention et Retro Game Day (il va falloir faire des choix)

A très très bientôt donc !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Pioupiou Power !

Alors que Julo frime avec son Heavy Rain, je retourne sur le Normandy. Rahan est dégouté, c'est moi qui vous le dit !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Pioupiou Land

Par Pia Blog créé le 17/12/09 Mis à jour le 13/06/10 à 18h55

Ajouter aux favoris

Édito

Brûle, mon Pioupiou Power !

Pioupiouland, c'est le petit pays imaginaire dont je suis la souveraine despotique (c'est ma tête, quoi). Les hommes y portent du lycra moulant, les magical girls jouent aux jeux vidéo, et tout le monde y mange des pâtisseries maison en forme de chocobo. On y discute jeux vidéo, journalisme, comics, manga, cuisine...

Follow pioupiouland on Twitter

Archives

Favoris