Le Blog de Mr tigrou

Par Mr tigrou Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 08/01/15 à 20h08

Ajouter aux favoris
Signaler

Tenez je viens de vous cela sure site granturismo-club.com.

Le concours se fera sur le mode....B-SPEC.

La loose ou pas...

Lien: http://www.granturismo-club.com/index.php?option=com_content&view=article&id=479:gran-turismo-5-precise-sa-competition-exclusive-edition-signature&catid=3:actu-page-daccueil&Itemid=121

Au fait je donne l'info seulement, doncsi c'est juste une rumur, pas taper ok! :)

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

Aujourd'hui je me pose sur l'introduction de GT5.

Les avis divergent, beaucoup d'incompréhension, un sentiment mitigé parfois.

L'introduction est en 2 parties. La première concerne l'industrie automobile, la seconde le jeu en lui même.

Beaucoup de personnes ne comprennent pas cette première partie. J'ai pu lire sur des forums (sûrement un forum pour déficients visuel) qu'il y en avait qui ne voyait pas le rapport avec le jeu. Pourtant...

C'est un jeu de voiture...

On voit des chaînes de montage...

Bon....

C'est peut être incroyable pour certains mais il y a vraiment un lien!!! Les voitures n'arrivent pas chez le concessionnaire comme ça! Elles sont fabriquées par des hommes, des robots à partir de matières premières comme du fer de l'aluminium, du plastique...C'est fou ça comme dirait mon fils!

Bon maintenant que vous y êtes on peut continuer.

Donc on y voit effectivement la construction de voiture dans les usines japonaises, les simples rouleaux de métal vont être travaillés et permettre la construction du châssis...Les énormes presses donnent formes aux composants tels que les ailes, les portes avec une facilité surprenante. Les robots assurent le spectacle et proposent un balai maintes fois répétés, au millimètre. Tout est parfaitement organisés, rationalisés, en respectant un rythme soutenu. On pourrait presque croire que monter une voiture est un jeu d'enfant. Pas mal de plans également sur les employés (bien que l'industrie soit largement robotisée, il en reste!) qui assurent le contrôle qualité, montent les pièces les plus délicates où celle qui ne sont pas facilement accessibles. Il est également intéressant de voir que tout à été fait pour facilité la travail des employés (qui n'ont pas encore été viré): ainsi il ne porte plus de charges lourdes mais utilisent des bras articulés, ils se déplacent sur une sorte de fauteuil...Et tout ça dans un contexte ultra clean, presque chirurgical!

Apparaît ici tout l'héritage du Fordisme avec l'apparition de la division verticale du travail et la standardisation. Mais ce qui me plaît le plus dans cette introduction ou en tout cas dans cette première partie, c'est la musique.

Là aussi j'ai pu lire que cette musique était complètement nulle, hors de propos, apparentée à un mec ivre essayant de jouer quelque chose. Ces propos m'ont quelques peut irrité, va-t-on dire. Peut être parce que j'ai fait beaucoup de musique, dans des styles différents...Je suis peut être plus sensible et attentif à cette musique, je la comprends mieux.

Cette musique a été crée par Sergeï Prokovfiev, musicien d'origine Russe né en 1891 mort en 1953. Bon je ne vais pas faire une biographie exhaustive mais globalement il s'est mis au piano à l'âge de 5 ans, influencé par sa mère également pianiste. Après pas mal d'années d'études au conservatoire de Moscou, avec notamment pour professeur Rimski Korsakov. Il est très vite apprécié par le public et ses pairs et va composer ses premières oeuvres en parcourant tout d'abord l'Europe où il va s'imposer puis aux Etats-Unis. Il finira par revenir sur sa terre natale en 1932 où il restera très actif et sera également chargé d'enseignement. A noter que sa vie est très liée à la politique russe (comme tout intellectuel dans la période stalinienne) dans le sens où il est condamné par le parti pour anticonformisme et du fait que sa première femme soit envoyée dans un camp de travail (une histoire glauque d'ailleurs mais je ne développe pas plus vous n'aurez qu'à vous informer!).

Tout ça pour dire que la musique de la première partie est une de ses oeuvres, elle fait partie des « sonates de guerre » (il y en a 3) écrite entre 1939 et 1942, et que c'est la 7ème sonate. Je sais pas trop comment expliquer mon sentiment. Il y a cette mélodie qui revint sans cesse entrecoupée par des figures rythmiques compliquées, en 7 temps. Il y a un sentiment d'instabilité, d'oppresion, on ne sait jamais ce qu'il va arriver par la suite... En tout cas je trouve que la mélodie se marie bien avec ses images, usine, machines, procédés industriels...

Ensuite plan sur les circuits et sur les replays du jeu. On envoie la purée grave comme on dit, ça claque ça fait bien son travail, les enfants sont contents et les manchots applaudissent.

 

Voilà, la suite au prochain numéro

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

Laissant GT5 de côté pendant le week end pour cause d'anniversaire et de St Nicolas, j'avais hâte de reprendre le volant hier soir. C'était sans compter sur le fait que je me bloque complètement le dos!!! Pas question de sortir le volant, le siège, etc.

Mais Kazunori Yamauchi est un type bien, si, si vraiment bien. On a beaucoup décrier son oeuvre et on le fait encore aujourd'hui mais il avait pensé à tout! Si ces voitures ne connaissent pas les accidents, les joueurs ne sont pas dans le même cas. C'est pourquoi il y a Le mode B-SPEC!

 

Tranquille devant ma télévision, plié en deux sur mon canapé je pouvais m'adonner à la folie GT.

Cela commence par la « création » de son pilote. On est loin des SIMS et de leurs multiples possibilités de création. En fait on fait le tri dans une sélection, chaque pilote ayant un caractère particulier et des compétences propres. Puis on le nomme mais là aussi, aucune liberté n'est permise, on se contente de choisir dans une liste. Le mien s'appelle T.Norton, référence à Tim Burton (Whaou!). Enfin on définit les couleurs du casque et de la combinaison sur le même mode. Le menu n'est pas bien pensé, lourd et pas très clair.

Puis on sélectionne la course et c'est parti.

 

Le mérite de ce mode est de permettre de regarder les replays, qui sont magnifiques. Je dois avouer n'avoir jamais été passionné par les replays de GT. Certes ils sont toujours réussis mais à vrai dire je m'en fout. Si je veux regarder une course de voitures, je mets TF1, Eurosport. Il est à parier d'ailleurs que si ce mode n'avait jamais exister dans ce jeu, je serai passer encore une fois à côté des ralentis.

Sur l'écran apparaît toutes sortes d'informations, comme le tracé du circuit, la localisation des concurrents, la jauge de force physique et mentale de son pilote et le classement de la course.

A noter la possibilité d'enlever toutes ces indications afin de profiter du spectacle d'une manière plus claire et la possibilité de passer à un autre écran afin d'avoir le détails des temps au tour par pilote et par secteur.

 

Le but du mode B-SPEC est de « coaché » son poulain et lui donnant différents ordres durant la course Malheureusement pour l'instant 4 ordres sont accessibles. Étant seulement au niveau 3, il se peut (ou pas) que d'autres choix soient débloqués par la suite. On peut donc lui demandé de ralentir, de maintenir sa vitesse, d'accélérer et de dépasser. Mais attention, le pilote dispose d'une jauge de force physique et mentale qui va falloir gardé à l'oeil durant toute la course. En effet, nos ordres ainsi que la pression exercée par les adversaires vont avoir une répercussion sur l'état du pilote ce qui aura pour conséquence de le fatiguer et de le pousser à la faute. On peut très bien démarrer en trombe, enchaîner les meilleurs temps mais le pilote ne pourra pas suivre ce rythme pendant toute la course. Si on ne le ménage pas assez il perdra son sang froid et commettra des erreurs.

 

Même si c'est le fonctionnement reste simpliste, j'en ai gardé une bonne impression. Bien que l'on on reste relativement passif, pas question de simplement regarder la course se faire et laisser notre pilote se débrouiller tout seul; donner des ordres est nécessaire. Il est d'ailleurs plaisant de voir que ces derniers influx réellement sur le cours de la course car on peut avoir une différence d'une dizaine de secondes entre un tour où l'on demande au pilote d'y aller piano et un autre où on lui demande de pousser la voiture jusque ces derniers retranchements.

B-SPEC n'est pas un jeu à part entière, mais il propose une bulle d'air au A-SPEC qui n'est pas négligeable. Je ne sais pas si je continuerai à jouer sur le long terme mais en tout cas cela m'a donné suffisamment envie pour récidiver et ainsi voir ce que les développeurs ont pu réalisé.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Aujourd'hui j'entame les épreuves de l'école de conduite AMG sur le célèbre circuit du Nürburgring. 
Pour moi ce circuit est une légende, le mètre étalon qui distingue les hommes des petits garçons. C'est le circuit à l'ancienne, le circuit qui appelle la F1 à ses débuts, long, difficile, naturel qui épouse le paysage et nous promène au coeur du massif de l'Eiffel. L'anti-thèse des circuits modernes, formatés sur moins de 5 Km, construit de toute pièce. 
Le seul circuit actuel s'approchant de cette philosophie reste le circuit de SPA en Belgique, bien qu'il fut amputé d'une grande partie de son tracé. Reste  également le circuit du Mans. 
J'attaque donc les 4 premières épreuves reprenant pour partie le circuit. Le circuit n'est pas si difficile en soi le plus dur est de le mémoriser afin d'être rapide. Donc à force d'entraînement les temps tombent et je parviens à remporter les différentes coupes en or. 
Mais il reste la dernière épreuve, la plus dure, faire le circuit dans sa totalité toujours au volant de la 300SL Mercedes. Étrangement il ne me faut pas beaucoup d'essais afin d'être le premier. Mais  quelle joie de l'avoir terminer, j'ai eu vraiment l'impression d'avoir réussi quelque chose. 
En fait je me rappelle d'un écris de Johnny Rives, journaliste des sports notamment dans le journal l'Equipe. 
Mr Rives est un peu la mémoire de la F1. M'intéressant à l'histoire de la F1, j'avais lu plusieurs de ces écrits notamment le « Grand livre » de la F1 paru aux éditions Liber, 1996. Il relatait dans ce livre une course qui m'avait particulièrement marquée. 
On se trouve en 1957 sur ce même circuit. Fangio, le grand et inégalable Juan Manuel Fangio, quadruple champion du monde à ce moment précis, fit un arrêt aux stands qui s'éternisa. Si bien que Hawthorn et Collins, pilotes chez Ferrari prirent la tête avec une avance confortable de 48 secondes. Fangio, calme, maître de ses émotions repris la course et commença le festival. 2 tours plus tard l'écart avait fondu à 25 secondes. Les pilotes Ferrari avertis tardivement  forcèrent alors le rythme (à l'époque les pilotes n'étaient pas avertis en temps réel mais devaient attendre de passer devant les stands pour être informés ). 19 secondes les séparaient à 4 tours de la fin. A partir de là, Fangio à chaque passage, pulvérisait le record du tour. 20 ème tour Fangio les avait rattrapé. 22 ème et dernier tour, Fangio s'imposait avec 3 secondes d'avance sur Hawthorn et 35 sur Collins. 
Cet exploit, je me le suis remémoré lorsque je suis venu à bout du Nürburgring. Bien sûr, je n'ai pas le don , les aptitudes de ces pilotes, mais pour moi c'était déjà une victoire. 

Ps: je ne connais rien en matière de copyright, le dernier paragraphe étant fortement inspiré de l'écrit de Mr Rives, je vous remercie de m'avertir si j'ai pu causer un préjudice quelconque.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

Quel titre accrocheur et plein d'humour! Je vais parler de l'épreuve spéciale concernant le van wolkswagen. Quelle claque, Quelle impression de vitesse et quelle frustration!!!

Lorsqu'on pense à GT, on pense vitesse, bolide et tout et tout. Mais ici, que nenni!

Il va falloir ce battre à presque plus de 100km/h en pente le vent dans le dos, prouver notre habileté et démontrer notre faculté d'adaptation.

On se dit tout d'abord que l'on va vite terminer cette épreuve et passer à quelque chose de plus « sérieux ». On prends les commandes, on est vite grisé par la vitesse phénoménale du van qui va à la vitesse de l'escargot au galop, et on se rend compte...que c'est super dur! Un peu d'énervement, l'ego en prend un coup, on se dit qu'on ne vaut quand même pas ça et on recommence. Et on recommence. Et on recommence...

D'abord on bute sur un plot, ensuite on s'encastre un peu trop violemment dans un adversaire, on arrive 5ème...Et là on commence à pester, à s'indigner de devoir rouler ce tas d'boue, que les développeurs avaient mieux à faire, etc.

Mais en fait cette épreuve est bien foutue est me rappelle une leçon que m'avait enseigné mon professeur de guitare. Il me disait que pour aller vite il fallait savoir jouer lentement. Un rythme lent impose d'avoir une plus grande concentration, un sens rythmique solide, des repères dans l'espace. Jouer lentement ne permettait pas de largesse, une erreur s'entendait beaucoup plus qu'à très grande vitesse, là où l'on peut cacher carences et fausses notes.

Me rappelant de cela, je me mets à rouler proprement sans vouloir aller trop vite. Ca passe, je suis premier, je peux passer à autre chose.

GT5 n'est pas exempt de défaut mais au vue des heures passées dessus s'il y a bien un point positif à retenir c'est le pilotage. La voiture va là où on le désire, la sensation de grip est bien restituée, les réactions de la voitures sont cohérentes.

Bien sûr je dis cela sans être un pilote de course mais cet aspect est assez bluffant.

Par contre l'épreuve suivante, au volant d'une Lotus Elise...Je parlais de faculté d'adaptation plus haut, non?!

Pour terminer mention particulière pour cette épreuve. Mon fils qui a 2 ans est fan du film d'animation « Cars ». j'ai du le voir 452 fois et ce n'est pas fini. Le van est une voiture utilisée dans le film. Du coup, mon petit sur les genoux, lui conduisant, moi accélérant et freinant, on a pu jouer ensemble quelques minutes, lui heureux de jouer avec un des personnage, Fillmore et moi content de partager ce moment avec mon fils.

 

Ps: j'ai pensé également à Julo. D'accord ce n'est pas un bus, mais c'est tout comme...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

J'essaye de me connecter et ma PS3 a une absence qui frôle les 5 minutes

J'ai su après coup qu'il y avait un crash serveur ce qui empêchait d'avoir accès à cette partie du jeu. Ce problème était aggravé par le fait que la PS3 essayait en permanence de se connecter à internet...

Je suis assez déçu j'ai l'impression que les développeurs ne sont plus très attentifs aux finitions à apporter. Maintenant il est tellement facile d'apporter des mises à jour après coup, qu'ils se permettent de sortir un jeu bâclé. A une époque où internet était encore inexistant un jeu de se calibre vendu de cette manière se serait planté et il n'y aurait pas eu de possibilité de rattrapage. Encore un signe de rapprochement entre la plateforme PC et console?

En tout c'est un très mauvais point surtout que depuis la sortie officielle du jeu, je n'ai pu faire une seule course online.

Le problème avec ce jeu c'est son attente. Je pense que cela va biaisé pas mal d'opinions. A chaque détail qui cloche, qu'il soit anecdotique ou important, je me demande comment ils ont pu passer à côté avec autant de temps de gestation. Je ne pense pas que j'aurai cette réflexion si j'avais su qu'il avait 2 fois moins de temps pour le faire.

Du coup la soirée est en demi teinte, j'espère que les jours suivants seront pas aussi mitigés...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler



Arrivé dans les menus où l'on me demande de choisir la couleur de ma combinaison, choix ô combien important, je me lance dans l'obtention de mon permis B. J'aime commencer par là un GT, cela me permet de m'habituer à la conduite en douceur.
Ici rien de bien transcendant, pas de surprises. Je m'applique à faire les épreuves les unes après les autres en obtenant à chaque fois le trophée en or. Pour l'instant pas trop de crise de nerf comme j'ai pu en connaître auparavant. Un détail qui agace cependant, le temps de chargement entre les différentes tentatives. Les développeurs auraient pu créer une sorte de raccourci afin de recommencer l'épreuve plus rapidement au lieu d'avoir à endurer l'affichage de son chrono, la sortie du menu suivi de la sélection de l'épreuve.
Une fois le permis B obtenu je m'essaye au kart. Aie aie aie, la maniabilité est très différente. C'est très nerveux, réactif et malgré les vitesses atteintes qui ne sont pas prodigieuses, la sensation est très bonne. Le fait d'être assez nombreux sur une piste du coup trop grande pour ces bolides rajoute un peu de piment car on se retrouve assez souvent en peloton serré ou en ligne à l'amorce d'un virage. Cela augure de bonnes choses pour la suite dans les catégories supérieures. Un hic tout de même. Pour moi lorsqu'on parle de kart je pense à Mario kart et je m'attends à avoir la même maniabilité et les mêmes options! Mais ici pas de carapaces et peau de bananes...Du coup les premières minutes ont été un peu perturbante!
Comme il est déjà tard j'essaye vite fait une partie online, et là c'est le drame.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler


....
L'installation s'est finalement terminée, je viens de finir ma propre installation, comprendre chaise de bureau et volant, on peut démarrer. 
Pourquoi ai-je autant attendu GT5? Le souvenir d'une saga qui m'a particulièrement plu et les promesses affichées pour avoir un jeu encore plus parfait allant plus encore plus loin dans le réalisme et la simulation. J'en ai passé des heures sur le premier et deuxième épisode, moins sur le troisième où j'ai juste passé les permis en or et pas du tout sur le quatrième, pas de temps à l'époque). Une révolution, la sensation d'un énorme pas en avant. Avant cela il y a eu la claque Virtua Racing sur Megadrive et Formula One et Formula One 97. Il y a eu aussi Colin McRae. Mais GT a un je-ne-sais-quoi qui fait que j'aime cette série. C'est aussi le premier jeu avec lequel j'ai utilisé un volant (le Mad Catz) rendant l'expérience encore plus vivante. Je me souviens même d'un trip que je m'étais fait à l'époque: J'avais récupéré un vieux siège baquet et je m'étais fait une installation pour le volant et le pédalier. En plus, j'avais mis mon casque de scooter et pris un ventilateur afin de simuler le vent s'engouffrant dans le casque. Tout un programme!!! Pas honte du tout même encore aujourd'hui, c'était un moment très fun!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler


J'insère le jeu, c'est parti pour 30 minutes d'installation et mise à jour... 
C'est fou d'ailleurs ces histoires de temps de chargement. J'ai cette impression qu'il n'y a eu aucune amélioration depuis le passage au support CD ROM. L'attente est toujours la même, quasi insupportable. J'en profite pour me souvenir de mon Amstrad à cassettes ou disquettes et je me demande si le chargement d'un jeu se faisait avec plus ou moins de temps. 
Je n'aime pas ces histoires d'installation. Combien de temps ai-je déjà perdu en installant jeu, patchs, contenu additionnel...Le fait de jouer sur console jusque là me permettais de m'affranchir de ces problèmes et me permettais de jouer sereinement en me posant aucune question à savoir si l'installation allait planté, si le jeu était compatible, etc. L'ordinateur et la console ne m'ont jamais paru si proche qu'en ce moment.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

10:43, coup de fil de ma femme.  « Ca y est! Tu l'as reçu... » 
Grande joie, vu que cela fait longtemps que j'attendais ça. Qu'est ce que j'attendais? La sortie de Gran Turismo bien sûr... 
Au retour du travail et après tous les impératifs familiaux et ménager accomplis dans la joie et la bonne humeur, j'ouvre la boite qu'une amazone est venue m'apporter. 
Je précise que mon choix s'est porté sur le modèle signature. 
Belle boite, solide et sobre. A l'intérieur je retrouve tous les éléments qui composent le modèle signature. Bien qu'heureux je me dis que le contenu n'est peut être pas à la hauteur de la somme engagée...Mais bon, le jeu vidéo est une passion et je me rassure en me disant que ce contenu vaudra au moins un bon demi million de dollars dans 30 ans.

J'insère le CD ROM, je prépare ma propre installation, comprendre chaise de bureau et volant, c'est parti, on peut enfin démarrer...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Archives

Favoris