Screenopathe

Catégorie : Jeux vidéo

Signaler
Jeux vidéo

 

                                             Force-Unleashed-2-jaquette.jpg


Après mon test écrit sur
Star Wars le Pouvoir de la Force 2, sorti le 29 octobre 2010 sur Playstation 3 et Xbox 360, je m'étais mis en tête de faire un vidéo test, mon tout premier à l'époque. Mais, après maintes aventures, je me suis rendu compte que la qualité de la vidéo était très mauvaise et, en plus de ça, je devais fractionner la vidéo car elle était trop longue et de trop mauvaise qualité pour être accepté dans le programme Motionmaker de Dailymotion.
C'est donc après avoir mis en place un meilleur système pour mes vidéos que j'ai eu l'idée de refaire ce vidéo test, en direct et plus en vidéo commentée cette fois. La vidéo est de meilleure qualité, je joue en même temps que je parle et vous pouvez me voir, voilà les nouveautés de ce nouveau vidéo test. J'espère qu'il vous plaira et n'hésitez pas à me faire part de vos impressions dans les commentaires que ce soit sur le blog ou sur la vidéo.

      
        



Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

                                                                         Donkey Kong Country Returns jaquette 



Après une vidéo découverte assez courte où vous avez pu découvrir les deux premiers niveaux du jeu que j'ai découvert sur le tas en même temps que vous, voici une vidéo où je jouerai aux autres niveaux du Monde 1. Comme je n'ai pas encore eu le temps d'écrire le test de ce jeu, je vous propose de patienter un petit peu avec une nouvelle vidéo. L'idée est de vous parler du jeu tout en y jouant et en vous montrant les autres niveaux du monde 1. Mis à part quelques morts stupides, je trouve que j'étais plutôt en état de grâce ce jour là. Enfin, je vous laisse regarder par vous même!

        
        


Donkey Kong Country Returns - Monde 1 [Live Play]
envoyé par Vues-subjectives. - Plus de jeux vidéo !



N'hésitez pas à commenter et à me donner vos avis sur la vidéo c'est très important pour moi. Dois-je continuer dans mes efforts pour faire des vidéo? Et n'oubliez pas, si vous avez le temps, passez voir mes autres vidéos ainsi que mon blog : vues-subjectives.fr!

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo


Après l'aperçu vidéo et le test écrit, il est temps de passer au vidéo test de Assassin's Creed Brotherhood, un jeu qui m'a beaucoup plus mais qui n'en est pas pour autant sans défaut. Le clippingintempestif peut gâcher l'expérience de jeu de certains. Et les combats sont trop faciles et peuvent tenter les joueurs d'utiliser la manière forte plutôt que la subtilité, ce qui n'est pas très emblématique d'un assassin.
Mais au-delà de cela, l'aventure proposée est très fouillée, c'est un vrai bonheur de retrouver Ezio Auditore et j'ai déjà hâte de découvrir le prochain
Assassin's Creed, même si je pense qu'il est temps qu'Ubisoft passe à un Assassin's Creed III.
Comme vous pouvez le voir, les vidéo se multiplient sur vues-subjectives.fr et je compte poursuivre dans cette voie. Je suis toujours en train d'apprendre et j'ai bon espoir de m'améliorer avec le temps. N'hésitez pas à me faire par de vos commentaires et réactions!

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

 

 

                                                       
Je vous en parlais hier sans trop savoir quand je la mettrai en ligne, eh bien ce sera aujourd'hui. Aucun intérêt d'attendre un peu plus, c'est une vidéo découverte et le jeu est sorti il y a déjà trois jours, donc profitons du fait qu'il soit encore d'actualité! Je parle évidemment de Donkey Kong Country Returns, un jeu que j'adore déjà.
Le principe d'une vidéo découverte c'est tout simplement que j'enregistre mes premières minutes de jeu tout en vous parlant. En gros, je découvre le jeu en direct avec vous. Comme je le dis dans la vidéo, je n'ai pas triché, j'avais réellement ouvert le jeu un quart d'heure avant et c'est donc pour ça qu'il y a des moments où je ne sais pas trop où aller! Vous me pardonnerez évidemment ces quelques petites erreurs.
Comme vous pouvez le voir, les vidéo se multiplient sur vues-subjectives.fr et je compte continuer sur cette voie tout simplement parce que je suis toujours en train d'apprendre et que j'ai espoir de m'améliorer avec le temps . J'espère en tout cas que cela vous plaira. N'hésitez pas à me faire part de vos observations, commentaires, critiques, insultes!

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

 

                                                                   ACB jaquette

La série Assassin's Creed s'est vite créé une place au Soleil parmi les meilleurs jeux dits de « nouvelle génération ». Avec seulement deux épisodes, Ubisoft a réussi à établir une nouvelle licence emblématique dans le monde du jeu vidéo. Seulement, après le succès commercial et critique de Assassin's Creed II, lorsque l'éditeur a annoncé la sortie de Assassin's Creed Brotherhood  un an après le deuxième épisode, les esprits se sont vite échauffés. Les moins virulents annonçaient que le jeu sortait bien trop tôt après son aîné alors que les plus directs le taxaient, sans l'avoir vu, d'être un simple add-on dont le but était de faire fructifier la licence.
Mais, manette en main, on se rend rapidement compte que
Assassin's Creed Brotherhood, c'est bien plus que cela.



Le scénario


                                              ACB-Desmond-copie-1.jpg


Assassin's Creed Brotherhood est la suite directe de Assassin's Creed II en de nombreux points et notamment en ce qui concerne le scénario. En effet, Brotherhood commence exactement là où le deuxième épisode s'était terminé. Autant dire qu'il est absurde de jouer à Brotherhood sans avoir joué au précédent épisode au préalable.
On retrouve bien évidemment Desmond Miles, un jeune homme qui vit en 2012 sur font de conflit entre Abstergo, une entreprise mondiale menée par les Templiers, et les Assassins qu'il va devoir aider en trouvant les fragments d'Eden pour mettre fin à la lutte. Pour cela, il utilise l'Animus, un appareil qui lui permet de revivre sa mémoire génétique qui est liée à certains des plus grands assassins de l'Histoire : Altaïr (héros du premier épisode) et Ezio (héros du deuxième épisode) que l'on retrouve dans
Brotherhood.
Une fois de plus, le joueur incarnera Ezio Auditore da Firenze, jeune florentin qui a embrassé le crédo des Assassins à des fins personnelles, au départ. Il a vite déchanté en se rendant compte de l'ampleur du conflit entre les Assassins et les Templiers. Après avoir sillonné Florence et Venise dans
Assassin's Creed II, Ezio se rend à Rome pour mettre un terme définitif au joug des Borgia qui cherchent à soumettre l'Italie entière. Pour cela, Ezio va devoir fédérer autour de lui la confrérie des Assassins.

 
Maniabilité


La quête principale de Assassin's Creed Brotherhood offre des missions variées aux objectifs divers qu'il est possible d'atteindre de plusieurs manières différentes selon votre style de jeu. Bien évidemment, il est toujours possible de laisser tomber toute finesse et de foncer dans le tas, d'autant qu'Ezio est extrêmement fort une fois qu'on le maîtrise un tant soit peu. Mais la solution plus fine sera toujours récompensée. En effet, une jauge de synchronisation fait son apparition à la fin des missions : 50% ou 100% si vous avez terminé la mission en prenant compte de l'objectif secondaire (ne pas se faire repérer, utiliser tel arme pour tuer telle cible, ne tuer personne...) Atteindre la synchronisation totale, pour certaines missions, est un véritable challenge que les amateurs de difficulté apprécieront.
Le système de combat perfectible des premiers épisodes a été amélioré. En effet, auparavant, les combats se résolvaient toujours avec le héros qui attendait de pouvoir contrer les assauts des gardes. Avec
Brotherhood, l'offensive est tout aussi meurtrière et il est possible d'enchainer les attaque meurtrières avec une facilité déconcertante sans être réellement inquiété. Du coup, Ezio en devient presque invincible et, même s'il est agréable de combattre avec style, on apprécierait tout de même un peu plus de challenge dans ces combats.
En tant que suite directe,
Assassin's Creed Brotherhood reprend exactement les mêmes bases que Assassin's Creed II. En ce qui concerne la partie plateforme du jeu, très importante dans la série, elle est identique à celle de l'épisode précédent, qui n'avait franchement pas besoin de changer. On retrouve aussi le système monétaire du jeu précédent qui avait apporté tant de richesse à l'univers de la série. En effet, l'argent a un rôle extrêmement important dans le jeu. Ezio peut toujours recruter des groupes de courtisanes, voleurs ou mercenaires pour qu'ils fassent diversion. Il peut aussi jeter de l'argent par terre pour provoquer un attroupement qui le dissimulera ensuite.




Système monétaire et guildes

ACB-combat.jpgACB-plateforme.jpg

Et l'argent sert toujours à rénover l'environnement qui, cette fois, est gigantesque car on a droit à tout Rome et sa campagne environnante comme aire de jeu. Autant dire que c'est très grand et il vous faudra impérativement un cheval pour sillonner les lieux assez rapidement, dommage que les phases à cheval manque un peu de dynamisme. Les différents quartiers de Rome sont dominés par une tour qui symbolise l'autorité des Borgia. Il vous reviendra de mettre à mal cette figure de puissance en éliminant le capitaine Borgia qui garde les lieux et en sabotant la tour. Et c'est seulement après cette phase que vous pourrez rénover le quartier libéré. La rénovation de Rome se fait sur le même système que le premier épisode : vous rénovez un bâtiment délabré qui génèrera donc du profit pour renflouer vos caisses et qui vous permettra d'acheter tel ou tel objet selon sa spécialité (forgeron, teinturier, marchand d'art, médecin, banque...). Rénover les aqueducs vous permettra d'apporter l'eau à la ville et rénover les passages souterrains vous permettra de vous téléporter où bon vous semble. Tout est donc fait pour que vous passiez des heures à cette énorme quête secondaire qu'est la rénovation de Rome.
En parlant de quêtes secondaires, elles foisonnent toujours autant dans ce
Assassin's Creed Brotherhood. Chacune des guildes sous votre contrôle (les Courtisanes, les Mercenaires et les Voleurs) vous donne accès à de nombreuses missions secondaires assez variées. Il est toujours possible d'effectuer des missions d'assassinat hors de la quête principale et d'explorer les Tanières de Romulus, lieux peuplés par des païens qui vouent un culte à Romulus, afin de mettre la main sur la meilleure armure du jeu.
Mais la guilde la plus importante de
Assassin's Creed Brotherhood est, comme l'indique le nom du jeu, la confrérie des Assassins qu'Ezio devra diriger habilement. Il s'agira pour lui de recruter des citoyens aptes à combattre pour lui, en les sauvant des gardes dans la rue et en les entrainant sur le terrain. Pour cela, rien de tel que d'envoyer vos jeunes recrues en missions au quatre coins de l'Europe pour qu'il gagne des l'expérience et gagnent des niveaux, jusqu'à devenir Maître Assassin. Ces recrues sont un atout crucial dans le jeu car vous pourrez les appeler à la rescousse dans les moments difficiles ou pour qu'ils fassent le sale boulot à votre place. Une belle trouvaille qui apporte un peu plus de variété à l'ensemble du jeu.

Le mode multijoueur

ACB-multijoueur.jpgACB-multijoueur-2.jpg

Enfin, dernière nouveauté (et pas des moindres), le mode multijoueur. C'était le plus gros argument de vente de ce
Assassin's Creed Brotherhood et c'est aussi grâce à cela que le jeu a gagné sa crédibilité auprès des joueurs qui le critiquaient. Eh bien, force est de constater que c'est un très bon mode multijoueur en ligne.
Loin d'être un simple
deathmatch, ce mode s'imprègne de l'univers de la série et donne un mode multijoueur original. En effet, le joueur devra s'efforcer d'abattre sa cible (un autre joueur) tout en se dissimulant dans la foule pour ne pas se faire repérer mais aussi pour ne pas offrir une cible trop facile car lui aussi est pourchassé. Il faudra redoubler de ruses pour arriver à ses fins tout en mourant le moins possible. Pour cela, rien de tel qu'un bon bain de foule. La plèbe, dirigée par l'ordinateur, offre un refuge de choix pourvu que vous vous cachiez parmi des personnages qui vous ressemblent, ce qui confondra le plus souvent l'adversaire le moins attentif.
Pour abattre vos cibles, il vous faudra porter attention à différents paramètres. Une boussole vous indique la direction de votre cible et si elle est proche ou non de vous. Mais, bien souvent, cela ne suffira pas car l'adversaire se montrera tout aussi malin que vous et se cachera tant bien que mal. Il vous reviendra donc de faire attention à tous mouvements suspicieux, un personnage qui court comme un dératé est à coup sûr dirigé par un joueur, par exemple.
En outre et, comme c'est devenu la norme de nos jours pour les modes multijoueurs, un système d'expérience vous permettra d'améliorer vos compétences et, par là même, vos possibilités en jeu. Si certains niveaux vous permettent simplement de débloquer un nouveau personnage ou de nouveaux costumes, d'autres débloqueront de nouvelles capacités (courir plus vite, se déguiser dans la foule, utiliser la vision des Templiers pour discerner clairement votre cible, lancer une bombe fumigène pour pouvoir fuir, et bien d'autres encore) et parfois même de nouvelles armes ou de nouveaux modes de jeu. Il est donc préférable de monter rapidement en niveau, même si le jeu met le plus souvent en confrontation les joueurs de même niveau. Les points d'expérience s'acquièrent en jeu par l'intermédiaire de vos
kills, chacun rapportant un certain nombre de points en fonction de sa qualité. A vous de choisir entre faire énormément de killsqui paient peu ou moins de killspour plus de points.
Au total,
Assassin's Creed Brotherhood tient sa promesse de mode multijoueur innovant. Un mode qui apporte une énorme plus-value au jeu.



Quelques détails qui ne portent pas atteinte au jeu

               ACB-Colisee.jpg

Finalement, Assassin's Creed Brotherhood se révèle tout aussi excellent que son aîné. Malgré l'ajout du mode multijoueur, la campagne solo est loin d'être au rabais. En effet, comptez une douzaine d'heures pour terminer la quête principale et, si vous êtes adeptes du 100%, comptez plutôt vingt-cinq heures. De plus, la variété du titre fait que l'on ne se lasse jamais de jouer. Bien au contraire, il est difficile de ne pas retourner faire une petite partie de Brotherhood tant celui-ci est addictif. Les ajouts en terme de gameplaysont très sympathiques, que ce soit la confrérie des assassins qui ajoute une nouvelle dimension au jeu ou encore la dynamisation des combats. Seul petite déception, le scénario se concentre exclusivement sur Ezio pendant la quête principale, faisant passer Desmond au second plan pour ne le retrouver qu'à la fin du jeu. C'est un peu dommage, d'autant que la fin du jeu reste sous la forme d'un beau cliffhanger sans réellement donner d'informations complémentaires.
Notons tout de même que, si les cinématiques ont bénéficié d'un soin tout particulier (notamment les visages des personnages, beaucoup plus expressifs), les capacités du moteur graphique commencent à faiblir. En effet, le
clipping commence à se faire monstrueux, d'autant plus que Rome se parcourt d'un bout à l'autre sans aucun temps de chargement. La prouesse de designest entachée par la technique du moteur, c'est dommage. Il est temps de passer à autre chose.
Enfin, le mode multijoueur très réussi vient ajouter d'autres dizaines d'heure de jeu avec une nouvelle dimension du jeu. Nul doute que ce mode de jeu restera un fait marquant pour bon nombre de joueurs. Il ne manque plus qu'un mode coopératif en ligne pour
Assassin's Creed III, à défaut de pouvoir jouer sur un même écran. Avouez que ça serait bien!



Ainsi, Assassin's Creed Brotherhood se hisse aisément au rang des meilleurs jeux de cette année 2010. Un mode solo toujours aussi impressionnant qui s'offre le luxe de se varier encore un peu plus, accompagné d'un nouveau mode multijoueur aux petits oignons, Ubisoft nous gâte. Le jeu n'est pas parfait, bien évidemment, mais l'ambiance du jeu est tout bonnement inimitable et nos cavalcades romaines resteront longtemps dans nos mémoires.
Il était annoncé dès le départ que
Brotherhood serait un Assassin's Creed 2.5, c'était l'ambition affichée par les développeurs. Mais c'est un jeu qui doit être considérée comme un épisode à part entière, tout aussi bon, voire meilleure, que le deuxième épisode. Une fois de plus, il ne nous reste plus qu'à attendre avec impatience Assassin's Creed III, mais ça va, avec Brotherhood, on a de quoi faire!


Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux vidéo

 

                                                                    ACB jaquette

Aujourd'hui, une nouvelle vidéo arrive sur vues-subjectives.fr. Cette fois, ce n'est pas un vidéo test, mais un aperçu en vidéo d'un des jeux les plus attendus de cette fin d'année 2010, j'ai nommé Assassin's Creed Brotherhood.

Le jeu étant relativement long, j'ai souhaité ne pas trop me presser pour publier le test. Dès lors, je me suis dit que je vous devais bien un petit avant-goût avant le test qui arrivera la semaine prochaine si tout va bien. Voici donc une vidéo d'impressions sur ce jeu que j'attendais énormément.

A l'heure où j'écris ces lignes, j'ai pu terminer la campagne solo, je vais donc pouvoir me pencher un peu plus sur le mode multijoueur afin de vous préparer un test aux petits oignons. En attendant la semaine prochaine, voici une nouvelle vidéo faite avec amour mais peu de moyens techniques. De plus, le format plutôt court de la vidéo, comparé à mon vidéo test, est totalement volontaire, il s'agit de ne pas trop en dire, vous l'aurez compris, mais de vous présenter rapidement le jeu.

Aller, place aux images et, comme d'habitude, j'attends vos remarques, critiques, commentaires, jets de tomates virtuelles et autres joyeusetés!




Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Jeux vidéo

                                                                Force Unleashed 2 jaquette

Ca y est, après des semaines d'entraînement, voici enfin ma toute première vidéo sur mon blog. Il s'agit ici de mon premier vidéo test, que j'ai choisi de faire sur Star Wars le Pouvoir de la Force 2, dont vous avez sans doute lu le test écrit la semaine dernière. Vous savez donc déjà ce que j'en pense, mais c'est toujours mieux de revenir sur son jugement avec des images à l'appui, pour être encore plus explicite. Vous l'aurez compris, mon vidéo test est là pour compléter le test écrit.

Je tiens aussi à préciser que je capture ma vidéo avant d'enregistrer mes speaks, ce qui me permet de tenir un propos plus construit et aussi de monter des passages un peu trop longs. Ici, je n'ai rien monté, bien que je l'affirme dans mon commentaire, c'est une erreur de ma part. Vous pouvez voir la mission dans sa quasi intégralité (mis à part le boss de fin de mission). La vidéo a été séparée en deux parties, pour plus de commodités pour l'upload, mais sachez que les deux parties forment un groupe de plus de 30 minutes. Alors profitez-en si vous voulez découvrir le jeu!

Bien évidemment, c'est mon tout premier vidéo test et ça s'entend. Pardonnez mes nombreuses bafouilles et hésitations, mes « Voilà voilà » ou encore ma voix qui se casse à plusieurs reprises (je suis assez malade en ce moment) et les éclaircissements de voix qui s'en suivent. Désolé! Sinon, j'espère que cette première vidéo vous plaira et surtout n'hésitez pas à m'informer de toute amélioration que vous voudriez apporter. Je serai ravi d'entendre (ou plutôt de lire) vos critiques, du moment que ça ne devient pas personnel!

Place aux images maintenant!


Vidéo Test Star Wars Le Pouvoir de la Force 2 (Partie 1)
envoyé par Vues-subjectives. - Cliquez ici pour plus de vidéos de jeux sur console et PC.


Et n'oubliez pas la deuxième partie!

 

Vidéo Test Star Wars Le Pouvoir de la Force 2 (Partie 2)
envoyé par Vues-subjectives. - Plus de jeux vidéo !



A très bientôt sur vues-subjectives.fr pour d'autres vidéos!

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Jeux vidéo



Cette semaine aussi a été une semaine un peu spéciale en termes de jeu vidéo. En effet, bien que je sois rentré chez moi et que j'ai donc retrouvé ma Xbox 360, je n'y ai quasiment pas joué, tout simplement parce que j'attendais de recevoir mon
Star Wars le Pouvoir de la Force II qui a vraiment tardé. Et j'avais aussi une distraction de taille : la Super Nintendo que j'ai honteusement volé à ma copine!

Remarque : cet article a été publié dimanche midi sur vues-subjectives.fr. D'où le décalage à propos des jours dont je parle.

                                  Super-Mario-All-Stars-jaquette.jpg

Ainsi, j'ai passé une bonne partie de ma semaine de jeu à jouer à
Super Mario All Stars, une compilation des premiers épisodes de Mario sortis sur NES (de 1987 à 1991) et refaits à la sauce Super Nintendo. Du coup, j'ai commencé par le commencement, à savoir Super Mario Bros. A savoir que je n'ai jamais joué à la Super Nintendo, à part chez des amis, mais j'étais un peu trop jeune pour être réellement dans le phénomène. Je suis plus arrivé dans le jeu vidéo avec la Playstation. Du coup, je profite de cette occasion pour me remettre dans ce bain là, après avoir joué aux Mario sortis plus tard, nécessairement.

                              Super Mario image 1

Et ça fait vraiment bizarre de contrôler Mario sur une de ces machines d'origine! En effet, je suis mort plusieurs fois bêtement, surpris que j'étais par l'inertie qui est très nettement différente des épisodes plus actuels. Et passé ce temps d'adaptation, je n'ai pu que me réjouir de redécouvrir Mario sous ses meilleurs atours. C'est vraiment un plaisir de retourner à ces jeux qui ont façonné la culture du jeu vidéo. A noter toutefois que je n'ai pas encore réussi à finir
Super Mario Bros car je ne suis pas un expert en warp zone et autres passages secrets et vu que je ne manie Mario de manière assez inégale, je perds des vies sans arrêt! Ce qui fait que je suis un peu bloquer au monde 8, mais je ne perds pas espoir!
D'ailleurs, je le recommence régulièrement pour explorer plus avant toutes les possibilités du jeu et je découvre, émerveillé, les différentes
warp zones tout seul comme un grand tout en allant beaucoup plus vite qu'auparavant. Bref, je ne décroche que rarement de la manette, ça faisait longtemps que ça ne m'étais pas arrivé.

                                              Star-Wars-Force-Unleashed-2-image.jpg

Enfin,
Star Wars le Pouvoir de la Force II est arrivé hier matin. J'ai donc finalement pu me ruer dessus, malgré les nombreux avis négatifs que j'ai pu lire sur le jeu. J'ai déjà joué à peu près deux heures et, si j'étais plutôt content d'avoir joué au premier épisode, il faut bien avouer que j'ai du mal à être emporté dans le trip de ce deuxième épisode, même s'il tente par tous les moyens de surenchérir sur son aîné. Pour le moment je ne suis pas très enthousiaste. D'autant que, selon la presse spécialisée, je suis à peu près à la moitié de l'aventure... Je publierai mon test la semaine prochaine, quand j'aurai terminé le jeu. En attendant, voici les quelques Succès que j'ai débloqués hier soir.


Succes-Force-Unleashed-1.jpg
Succès Force Unleashed 2
Succes-Force-Unleashed-3.jpg


Voilà pour ma semaine de jeu. A dimanche prochain pour un nouveau récapitulatif de jeu. D'ici là jouez bien et bonne semaine!

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

 

                                           Prince.Of.Persia.2008

Difficile d'essayer de renouveler une série qui existe depuis presque vingt ans. Prince of Persia est né de l'imagination de Jordan Mechner et sorti en 1989 sur Apple II. Plusieurs épisodes suivirent sur différents autres supports. Et c'est en 2003 que la série prend une toute autre dimension, en profitant du passage à la 3D avec Prince of Persia Les Sables du Temps développé par Ubisoft. Là encore, de nombreux épisodes suivirent et c'est fin 2008 qu'Ubisoft tente une nouvelle fois de donner un autre coup de fouet à la licence avec une toute nouvelle façon de voir les choses. Alors, pari gagnant?

Remarque : Etant donné qu'il n'est pas toujours possible de jouer à tous les jeux qui viennent de sortir, il m'arrive de me replonger dans des jeux auxquels je n'aurais pas eu le temps de jouer. Et, vu que j'y aie joué, autant en parler sur vues-subjectives.fr, n'est-ce pas?

Bon retour en Perse

Prince of Persia image 3Prince of Persia image 6

Alors qu'il rentre chez lui, couvert d'or, le nouveau Prince (qui n'en est pas un d'ailleurs) tombe nez-à-nez avec une vraie princesse, Elika. Sans réellement s'en rendre compte, il va se retrouver embarqué dans une quête pour sauver le Monde des Ténèbres qui l'envahissent. En effet, le maléfique Ahriman a été libéré et sa Corruption se répand rapidement dans le Monde. Ce sera à Elika et au Prince (je le nommerai Prince pour plus de commodité, car il n'est jamais nommé dans le jeu, bien qu'il n'ait rien d'un prince) de rétablir l'équilibre, guidés par Ormazd, le dieu de la Lumière. Dans leur quête, ils devront chasser la Corruption des contrées du Royaume en battant les sbires d'Ahriman et réhabiliter le Royaume en récoltant des sphères de lumière disséminées un peu partout dans l'environnement.
Le scénario est tout entier porté par les deux personnages principaux : Elika et le héros, qui tissent le fil de l'histoire au gré de leurs péripéties. Si le scénario n'est pas fondamentalement transcendant, on retrouve dans le couple Elika / Prince des réminiscences du couple Farah / Prince des
Sables du Temps sorti en 2003. En effet, les deux personnages n'arrêtent pas de s'envoyer des piques de temps en temps, tout en ne pouvant s'empêcher d'éprouver une certaine tendresse l'un envers l'autre. Ainsi, on s'attache rapidement à ce duo de choc, malgré un scénario qui manque d'une dimension épique.
On peut aussi ajouter un manque certain de développement du scénario. En effet, on croise véritablement quatre ennemis différents dans ce monde qui en devient bien vide. Chacun de ces quatre ennemis devient un boss qu'il faudra vaincre une fois par contrée à réhabiliter, soit cinq fois le même boss pour une région. On n'échappe donc pas à une grande répétitivité, ne serait-ce que dans le scénario en lui-même.



Agilité, coopération, répétition...

Le système de jeu lui aussi souffre des mêmes problèmes. Dans son épopée pour vaincre la Corruption, le joueur sera mené à parcourir une contrée ravagée par la Corruption, sorte de matière visqueuse qui vous tuerait par simple contact et qui donne au paysage un ton sombre et malfaisant. Pour cela, le joueur, en compagnie du Prince et d'Elika, devra parcourir le terrain en évitant les pièges pour arriver jusqu'au boss qui, une fois battu (par le biais d'un système de combat qu'il faudra dompter avant de s'en sortir rapidement contre les boss), laissera la voie libre pour réhabiliter la région grâce à Elika. Dès lors, la région change du tout au tout. Délivrée de la Corruption, le paysage reprend toute sa chaleur d'antan et apparaissent de nombreuses sphères de lumière (quarante-cinq par niveau) qui vous permettront d'acquérir de nouveaux pouvoirs qui vous permettront d'utiliser des plaques un peu spéciales qui vous propulseront à différents endroits du décor (si vous ne vous écrasez pas contre un mur.) Ainsi, chaque contrée devra être explorée au moins deux fois pour être délivrée et pour vous permettre d'avancer vers d'autres endroits de la carte.
En parlant de la carte, on a affaire à un monde assez vaste dont les régions sont reliées les unes aux autres pour une impression d'immensité qui fonctionne jusqu'à ce que l'on se rende compte que l'on a réellement affaire à différents niveaux reliés par des passages obligés. Notons toutefois que le monde peut se parcourir de bout en bout sans aucun écran de chargement et avec une fluidité impressionnante.

Prince of Persia image 8Prince of Persia image 9

Cette fluidité est au coeur du
gameplayde ce Prince of Persia, tout comme les épisodes précédents d'ailleurs. Le Prince se déplace avec une aisance folle, ses mouvements étant souvent hérités des épisodes précédents tout en y ajoutant d'autres mouvements spécifiques à son équipement et à Elika. Car c'est bel et bien Elika qui fait le plus couler d'encre. En effet, elle peut être vue comme le symbole de ce qui divise autour de cet épisode. La belle princesse offre une capacité bienvenue de double-saut au Prince tout en l'aidant dans la quête (et dans les combats), en absorbant les sphères de lumière et en délivrant les zones corrompues par la magie de lumière. Toutefois, là n'est pas le problème, c'est surtout le fait que, pour plus d'accessibilité, Prince of Persia perd ses atours de jeu où le die and retry (jeu où l'erreur sert à comprendre par quels chemins on doit s'y prendre) régnait en maître un jeu où l'écran de game overn'existe plus. En effet, lorsque le Prince est près de périr dans d'atroces souffrances, Elika le sauve in extremiset ce systématiquement. Dès lors, il est impossible de mourir dans ce Prince of Persia, une fois sauvé, le joueur retourne à la dernière plateforme où il se trouvait. Si l'on appréciera l'effort d'ouverture aux joueurs les plus occasionnels, on regrettera que la difficulté en pâtisse énormément, faisant de ce Prince of Persia un jeu au challenge peu relevé.

Prince nouveau, Prince toujours aussi beau?

Finalement, ce
Prince of Persia reste un titre attachant à bien des égards. En effet, cet épisode jouit d'un parti-pris graphique inégalé dans la série, avec des personnages travaillés en un cell-shading( qui donne un aspect cartoon) magnifique dans un environnement à l'échelle souvent impressionnante. Le level design (agencement des niveaux) est toujours de qualité et se renouvèle avec l'apparition du gantelet du Prince et de ces fameuses dalles que l'on ne peut emprunter qu'en ayant le pouvoir approprié. On explore donc ces différents niveaux avec un plaisir non dissimulé, encore heureux étant donné que l'on devra toujours revenir au moins deux fois dans ces niveaux pour y récolter des sphères de lumière.

              Prince of Persia image 1                    Prince of Persia image 2

Cependant, on ne peut s'empêcher de penser que ce système de jeu basé sur la double exploration et la collecte d'éléments parsemés dans le décor rallonge artificiellement la durée de vie du jeu. Ce
Prince of Persia demande une petite dizaine d'heures de jeu pour en voir le bout. Là encore, tout dépendra de votre manière d'appréhender le jeu, soit en essayant de récupérer toutes les sphères, soit en en cherchant que le minimum indiqué pour continuer l'aventure. Selon ces deux visions du jeu, votre temps de jeu s'en verra raccourci ou rallongé. A vous de voir. En revanche, il est dommage de voir que le potentiel de rejouabilité de ce jeu n'est pas très important. En effet, une fois l'aventure bouclée pour la première fois, rien ne vous donne envie de recommencer l'aventure, et ce ne sont pas les Succès (pour la plupart extrêmement simples à avoir) ou les skinsà débloquer qui vous donneront envie de vous relancer dans cette quête. A moins que ce monde enchanteur vous attire de nouveau à lui, ça serait le seul moyen de retourner voir ce Prince of Persia.

Au total, on se retrouve avec un jeu qui remporte son pari haut la main sur certains points mais qui déçoit aussi par d'autres aspects. Le parti-pris graphique tout comme le culot avec lequel Ubisoft tente de se renouveler sont à saluer. On retrouve bien l'esprit de la série 3D avec un jeu plutôt vif qui mène le héros à droite à gauche avec une aisance insoupçonnable mais il est difficile de ne pas remarquer quelques défauts de ci de là qui pourraient gâcher le plaisir de certains joueurs, une certaine répétitivité et une simplicité trop apparente sont parmi les plus notables. Cependant, il est impossible de ne pas avouer que le trip proposé par Ubisoft est de qualité et s'inscrit parfaitement dans une licence qui ne fait que gagner en diversité. Avec le recul que nous pouvons désormais avoir, en 2010, il est assez dommage de voir que le potentiel nouveau cycle dans la série n'ait pas été concrétisé et qu'Ubisoft soit retourné à une façon de voir Prince of Persia par le prisme de ses épisodes sur les consoles de la génération précédente. On regrettera que le Prince nouveau se soit perdu dans les ténèbres d'une petite déception commerciale...

Mordraen

Voir aussi

Jeux : 
Prince of Persia
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux vidéo

 

                         xbox_live_arcade_logo.jpg

Comme vous le savez sans doute, c'est de plus en plus la mode du jeu au format dématérialisé. Cela permet de jouer à des jeux après les avoir téléchargé, moyennant finance, sur les plateformes du Xbox Live Arcade sur Xbox 360, du Playstation Network sur PS3, la Console Virtuelle sur Wii ou encore de Steam sur PC. On a ainsi vu naître de nombreux jeux spécialement dédiés à ces nouvelles plateformes. Des jeux souvent reconnus pour leur qualité aussi bien que leur inventivité.

Généralement proposés aux alentours d'une dizaine d'euros, ces jeux sont donc accessibles à moindre coût et sans quitter son canapé, pour les plus pantouflards. On a désormais l'habitude de l'hebdomadaire Deal of the Week sur le Xbox Live Arcade, qui propose des jeux téléchargeables ou des contenus téléchargeables (extensions de jeu par exemple) soldés l'espace d'une semaine. Cette semaine, par exemple, vous pourrez acheter les DLC (downloadable contentou extensions téléchargeables) de Mass Effect 2, sorti en janvier 2010, et ainsi prolonger l'aventure pour 400 points Microsoft au lieu de 560, soit une économie de presque deux euros.

Mais ce n'est pas tout! Pendant le mois d'octobre, Microsoft propose aux amoureux de contenus téléchargeables, que ce soient des jeux ou des extensions, d'en avoir encore plus pour leur argent! En effet, pour chaque 2400 points Microsoft dépensés (soit 25€ environ), Microsoft vous enverra un bon de 800 points (à peu près 10€) que vous vous empresserez d'utiliser pour téléchargé d'autres jeux. C'est pas magnifique ça?!

Donc, si vous hésitez encore, le mois d'octobre est le moment de découvrir des fabuleux jeux comme
Braid, Limbo, Lara Croft et le Gardien de Lumière ou encore le tout nouveau Sonic 4 mais aussi des extensions de jeux pour Mass Effect 2, Alan Wake, Red Dead Redemption des packs de cartes pour Call of Duty Modern Warfare 2, Halo et j'en passe et des meilleures. Alors, qu'est-ce que vous attendez?

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris