Premium
LOVE PACK

LOVE PACK

Par flyingfox Blog créé le 01/05/12 Mis à jour le 30/04/15 à 09h09

Bienvenue sur LOVE PACK, le blog qui vous présente ma collection Metal Gear (ainsi que d'autres considérations) au travers d'anecdotes aussi croustillantes que la peau d'un serpent cuit au feu de bois.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Games

        
Signaler
Games (Jeu vidéo)
Metal Gear
Origine : Japon
Plate-forme : MSX2
Date de sortie : 7 juillet 1987
Prix à sa sortie : 5.800 yens
 
Exemplaire signé à Paris en 2012
 
C'est en 1987 qu'est né Metal Gear... Et la superbe illustration du boîtier nous le rappelle bien. Le ton enjoué des 80's est donné avec un "Go ahead Solid Snake !", tandis qu'au verso, l'espiègle renard de l'ancien logo de Foxhound ponctue une jaquette haute en couleurs, comme on n'en voit plus.
 
 
Largement supérieur à la version NES qui ne lui rendait pas justice, Metal Gear sur MSX2 est la véritable genèse de la série, qui pose les bases sans trop les approfondir ; l'essentiel est là. Et tout ça, grâce aux limitations techniques de la machine ! On peut remercier les caprices de sprites... Et sans doute aussi le film La Grande Evasion.
 
Kojima au Boot Camp 2014, en pleine séance de nostalgie, tandis que les journalistes du monde entier s'essaient à Ground Zeroes
 
On parlait du boîtier : y'a pas à dire, à l'époque, le packaging était soigné. La cartouche est fermement installée dans son écrin de plastique marqué du logo Konami (ultra-fragile).
 
 
 Le livret, bien fourni et copieusement illustré, contient une présentation des personnages qui comporte des détails singuliers, parmi lesquels le bandeau de Big Boss sur l'oeil gauche,  ainsi que la fameuse représentation de Grey Fox qui a récemment alimenté les théories sur Ishmael dans The Phantom Pain.
 
 
Il y avait déjà du génie dans le Metal Gear de 1987, et de l'audace : sans doute le même concentré de talent déchaîné et non conventionnel qui transparaît encore aujourd'hui dans Ground Zeroes. Mais plus que la genèse d'un genre (qu'on attribue parfois à d'autres jeux antérieurs), Metal Gear est avant tout le coup d'essai de Kojima, de son style.
 
C'est l'embryon de cet univers un peu dingue, où les plus graves enjeux se heurtent aux facéties de bas étage, le tout inondé des obsessions maladives d'un auteur qui doit son succès à sa capacité de réinventer sans cesse un concept bientôt trentenaire...
 

Voir aussi

Groupes : 
Metal Gear
Jeux : 
Metal Gear, Metal Gear (MSX2)
Plateformes : 
MSX2
Sociétés : 
Konami, Kojima Productions
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

        
Signaler
Games
Metal Gear 2 : Solid Snake
Origine : Japon
Plate-forme : MSX 2
Date de sortie : 19 juillet 1990
Prix à sa sortie : 7.800 yens
 
 
Metal Gear 2 sur MSX, c'est l'alpha et l'oméga de la saga, vous diront certains fans.
 
Pourquoi l'alpha ? Parce qu'il est souvent considéré comme le véritable épisode fondateur, une oeuvre majeure qui aurait posé les bases de la série encore davantage que son aîné. D'autres personnes rétorquent que Metal Gear 2 a tout simplement raffiné à la perfection le système de jeu du premier épisode.
 
Pourquoi l'oméga ? Parce que Metal Gear 2 a dicté des règles immuables, gravées dans la pierre, qui sont rigoureusement observées dans chaque épisode jusqu'à présent. Règles de gameplay, bien sûr, mais aussi règles de narration... "Et si chaque épisode n'était que le remake des précédents ? Qu'est-ce qui a vraiment changé depuis Metal Gear 2 ?", lancent les plus provocateurs. A vrai dire, on ne peut pas leur donner entièrement tort : Metal Gear Solid (premier du nom), est si proche de Metal Gear 2, à tout point de vue, que certains fans de la première heure ont vraiment cru qu'il s'agissait d'un remake !
 
 
En tout cas, c'est bien dommage pour un jeu comme Metal Gear 2 : Solid Snake de n'être jamais sorti hors des frontières nippones... Nous autres, pauvres occidentaux, n'avons eu droit qu'au piètre Snake's Revenge sur NES, un brouillon de jeu maladroitement réalisé que Kojima a toujours renié.
 
Pourquoi Metal Gear 2 est-il si prisé aujourd'hui ? Sorti en 1990 uniquement au Japon, en fin de vie du MSX2, il n'est pas facile à dénicher en version complète et en bon état. On en a vu défiler, des boîtes endommagées, déchirées, pliées (l'intérieur du boîtier est incroyablement fragile). La cote du jeu est donc assez élevée, même au Japon.
 
 
Le boîtier, de dimensions généreuses, arbore une illustration de Yoshiyuki Takani, représentant Snake et Holly White face au Metal Gear D. La rumeur veut que cette image soit inspirée de la couverture du livre Crossfire de J.C. Pollock, un obscur écrivain américain des années 1980, spécialiste des intrigues militaires / géopolitiques / d'espionnage / à l'eau de rose (oui, oui, tout ça en même temps !).
 
 
A vrai dire, il semble que Hideo Kojima ait puisé beaucoup de son inspiration pour Metal Gear 2 dans ce seul et unique livre de gare... Le synopsis du jeu est presque entièrement repompé de l'histoire (déjà fort peu originale) imaginée par Pollock. Des "rebondissements" de l'histoire et même certains noms de personnages ont été cordialement empruntés au livre.
  • Un scientifique tchèque qui détient une technologie révolutionnaire est séquestré
  • Un militaire américain musculeux doit le délivrer
  • Une jolie demoiselle tchèque s'éprend du militaire
Ensuite, c'est l'improvisation de Kojima qui opère et fort heureusement, le jeu se détache peu à peu du carcan de Crossfire.
 
 
A l'intérieur du boîtier, la cartouche est confortablement logée dans un compartiment à sa taille, tandis que le reste de l'espace est occupé par une reproduction du logo du jeu.
 
Toute petite cartouche pour une grande boîte ! En revanche, l'objet qui est véritablement gigantesque, c'est le livret... Ou, devrait-on dire, le livre ! Cet ouvrage de plus de 50 pages, ultra-détaillé, fait honneur à la réputation des jeux japonais, connus pour être accompagnés de notices d'utilisation qui s'apparentent davantage à des encyclopédies.
 
 
Richement illustré, le livret de Metal Gear 2 est plaisant à feuilleter, même quand on ne connaît rien à la langue japonaise. Ma partie préférée ? La présentation des personnages, dont les visages ne sont pas sans rappeler certaines personnalités facilement reconnaissables... Par exemple, Big Boss est le portrait craché de Sean Connery, Gray Fox de Tom Berenger et le Dr. Petrovitch Madnar d'Albert Einstein. A noter que le visage de Solid Snake a été remplacé dans les rééditions du jeu (sur téléphone mobile et dans MGS3 Subsistence) pour ressembler davantage au héros de Shadow Moses qu'il deviendra par la suite.
 
 
 
Bien qu'il soit assez difficile à trouver à bon prix, Metal Gear 2 : Solid Snake est un objet de collection incontournable pour les fans de la première heure. Ce boîtier au look délicieusement rétro constitue sans doute, avec l'OST du même jeu, la dernière trace de la série avant sa renaissance sous l'appelation "Solid".

Voir aussi

Groupes : 
Metal Gear
Jeux : 
Metal Gear 2 : Solid Snake (MSX2)
Plateformes : 
MSX2
Sociétés : 
Konami, Kojima Productions
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Édito

snake

Archives

Favoris