Catégorie : Amstrad CPC

Signaler
Amstrad CPC

Gunfright édité par Ultimate Play The Game est un jeu d'action/aventure présenté en 3D isométrique.

Il est amusant de noter que Ultimate Play The Game fût renommé en 1988 "Rare" qui fût bien plus tard le développeur de jeux célèbres tels que Donkey Kong Country sur Super Nintendo !


Gunfright fût l'un des premiers jeux à se dérouler à l'époque du Far-West. Le joueur incarne le rôle d'un shérif de la petite ville de Black Rock qui vient tout juste de voir débarquer une bande de bandits faisant régner la terreur dans la petite bourgade. L'objectif est donc de retrouver mort ou vif l'ensemble des criminels. Inutile de préciser que le choix n'est que virtuel et c'est bien dans un duel à mort que se réglera les conflits.


Le déroulement du jeu est assez basique. Le joueur débute chaque niveau à la sortie de la prison et pars à la recherche du criminel concerné (20 différents). Pour l'aider dans ses recherches des habitants pointe du doigt la direction ou se trouve l'homme recherché. Une fois trouvé, un duel se lance en face à face et ce sera à celui qui tire juste le plus vite...


Les contrôles était par défaut parmi les plus pénibles qu'il me fût possible de tester. Au lieu de faire avancer le personnage dans la direction en fonction des impulsions sur le joystick ou le clavier, il fallait dans un premier temps le faire pivoter pour être dans la bonne direction puis aller vers l'avant pour avancer ou vers l'arrière pour récupérer. Autant dire que les changements de directions rapides étaient très difficiles...  


A noter que le jeu vous gratifie d'un "Cheater" si vous dégainez le premier lors des duels !

Cela reste néanmoins un très bon jeu, prenant, mais que je n'ai jamais terminé...

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Amstrad CPC

Bomb Jack est un grand classique à la fois sur Amstrad mais également sur borne d'arcade. Il fût comme d'autres l'initiateur d'un genre nouveau dont un des successeurs les plus connus n'est autre que Bubble Bobble. Il a été édité par Elite sur Amstrad mais développé par les japonais de Tekham, aujourd'hui connus sous le nom de Tecmo Koei.


Le principe de Bomb Jack est on ne peut plus simple. Sur des écrans fixes (une vingtaine) apparait 24 bombes. Jack le héro doit les récolter avant la limite de temps imparti (qui entrainerait l'explosion des bombes) et en évitant les ennemis jonchant le niveau.


Puisqu'à l'époque la course au score était encore d'actualité, le joueur pouvait l'optimiser en ramassant les bombes dans un ordre précis. En effet, au début de chaque niveau une seule des bombes était allumée et sa désactivation entrainait automatiquement l'activation d'une des bombes restantes, lui indiquant ainsi l'ordre à suivre. D'autre bonus tel que le multiplieur de score pouvait également apparaitre à l'écran lorsque l'on ramassait des bombes.


Le succès de Bomb Jack ne se dément pas et vous pouvez d'ailleurs vous y essayer entre autre sur la console virtuelle de la Wii.


Photo de la jaquette provenant du site CPCRulez.fr

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Amstrad CPC

Commando est à l'origine un jeu sorti sur borne d'arcade en 1985 par Capcom. Encore un jeu dont la musique revient immédiatement à l'esprit dès la première note...


Il fût commercialisé la même année sur un grand nombre de machine : Amstrad, Spectrum, BBC, etc... Pour la majorité sous le label de l'éditeur "Elite".


Ce jeu est un shoot'em Up vertical classique avec la particularité d'être terrestre et de proposer d'incarner (et de tuer) des êtres humains. Jusqu'à présent en effet, le genre se cantonnait plus à de l'action contre des extra-terrestres ou autres objets volants. Un premier pas était franchi vers le "réalisme" et l'esprit mature que l'on retrouve dans beaucoup de jeu de nos jours...


De par cette différence il fût également l'initiateur d'un genre qui sera repris dans beaucoup de jeu par la suite dont, parmi les plus connus, Ikari Warriors qui fera sans doute l'objet d'un prochain billet.

Commando était incroyablement amusant et défoulant à jouer. A l'inverse de la majorité de ses clones il avait cependant un gros défaut : il ne permettait pas de jouer à deux simultanément. Cinq ans plus tard sortait sa suite directe appelé "Mercs" apportant ce mode multi-joueurs (jusqu'à trois dans sa version arcade) et qui sortira cette fois sur Amstrad sous le label de l'éditeur "U.S. Gold".


Le scénario est quasi inexistant : vous incarner une unité d'élite militaire appelée Super-Joe héliporté en pleine jungle avec un mot d'ordre : survivre. Le déroulement est assez classique, vous êtes armé d'un fusil mitrailleur à munitions illimitées ainsi que d'un stock limité de grenade qui a l'inconvénient de ne pouvoir être lancé que vers l'avant (même si vous êtes de dos). A la fin de chaque niveau, le héros devra faire face à de massives vagues d'ennemis sur un écran fixe et pourra, s'il survit, passer au niveau suivant.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Amstrad CPC

Attention chef d'oeuvre !

Manic Miner est le premier jeu mettant en scène le mineur dénommé Willy qui sera également le héros de la série Jet Set Willy.

Il s'agit d'un jeu de plateforme à écrans fixes (le jeu comporte 20 niveaux) où l'objectif est de rassembler la totalité des clés de l'écran avant de pouvoir passer au suivant. Bien sûr, Willy étant à plusieurs centaines de mètres sous terre, les réserves d'oxygène sont réduites et chaque niveau devra se faire en un temps limité et en évitant les créatures des profondeurs.

Pour celui qui s'est essayé à la version CPC du jeu (qui existe aussi sur Spectrum, C64, Oric, BBC...) et outre le fun que pouvait procurer ce jeu, la musique d'introduction et l'effet sonore associé à chaque saut de Willy restera sans doute gravé dans ses souvenirs...

Preuve de la qualité du jeu, j'ai pris le temps à l'époque de le finir et je peux dire qu'il est encore amusant à jouer aujourd'hui. Bien que sans sauvegarde (ou code), la difficulté est malgré tout bien dosée. A vous donc de bien apprendre les niveaux par coeur comme il était de rigueur à l'époque pour pouvoir terminer un jeu...

Certains jeux récents comme Super Meat Boy ont d'ailleurs repris cette caractéristique !

 

A l'occasion du 25 anniversaire de Manic Miner en 2009, un fan a programmé un remake du jeu pour Windows et Linux. Avis aux amateurs !

Photo de la jaquette provenant du site CPCRulez.fr

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Amstrad CPC

Voici de nouveau un des tout premiers jeux auquel j'ai pu jouer sur mon Amstrad CPC. Une nouvelle preuve à l'époque de ma faible dextérité sur les jeux de plateformes ! 

Bien que n'ayant aucun lien avec la série puis plus tard les films du même nom, ce jeu était avant tout un jeu d'infiltration.

En effet, le joueur incarne un agent secret ayant pour mission de stopper un criminel cherchant à corrompre la sécurité informatique du pays. Pour cela, le héros devait récupérer des parties d'un mot de passe en fouillant les bureaux tout en gérant les robots à ses trousses. Une fois toutes les parties récoltées et assemblées, notre agent aura alors accès à la salle informatique principale ou se trouve le criminel...

Je ne vous cache pas que je n'ai jamais trop compris comment assembler les mots de passe et à l'instar de beaucoup d'autres jeux de l'époque je ne suis jamais allé bien loin dans le scénario !

A noter que ce jeu fût développé pour de nombreuses plateformes outre Amstrad : C64, Atari 7800, Apple II, etc... Un remake auquel je n'ai pas joué est également sorti en téléchargement sur les consoles modernes : Wii, PSP, DS, PS2...

 

Photo de la jaquette provenant du site CPCRulez.fr

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Amstrad CPC

Voici un jeu Amstrad que j'ai pu terminer (oui il y en a) et surtout avec lequel j'ai pris énormément de plaisir.

Bruce Lee de Feu U.S. Gold et Datasoft est un jeu de plateforme/action où le héros du même nom doit récolter tous les lampions de chacun des écrans (environ une vingtaine). Bien entendu pour corser un peu le tout, Bruce devra faire fâce à deux adversaires de poids (au sens propre comme au sens figuré) : un ninja et un sumo.

Les niveaux eux même étaient composés de pièges dignes d'Indiana Jones : pics, échelles mobiles, flêchettes empoisonnées, scies circulaires (car oui le trait bougeant horizontalement que l'on peut voir par exemple dans le 2e niveau est bien une scie circulaire !)...

De mon souvenir, il s'agit sans doute d'un des premiers jeux à mixer les genres plateformes et "Beat'em Up". De plus, autre innovation, il pouvait se jouer à deux soit en incarnant alternativement Bruce soit en jouant simultanément Bruce et le Sumo...

Ce jeu avait reçu de très bonne critiques à l'époque bien qu'étant considéré comme trop facile. Il en reste pour moi un grand classique pour lequel je prends encore beaucoup de plaisir à jouer aujourd'hui.

 

A noter qu'un remake (environ 30Mo) a été développé en 2010 (je crois) :

 

Photo de la jaquette provenant du site CPCRulez.fr

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Amstrad CPC

Fort de ses deux succès chez Palace Software (Cauldron et Cauldron 2), Steve Brown décida pour son troisième projet de s'inspirer des romans de Robert Howard dont il est fan : Conan. Appréciant les scènes de combat de l'adaptation au cinéma, c'est donc tout naturellement que Steve se dirigea vers un jeu de duel. Certaines techniques d'épée utilisées dans le jeu seront d'ailleurs directement inspirées du film.

 

Déjà initiateur de la magnifique pochette de Cauldron et Cauldron 2, Steve Brown va aller encore plus loin avec Barbarian comprenant tout l'intérêt d'avoir un bon « tape à l'oeil » visant les potentiels acheteurs essentiellement (voir exclusivement) masculin à cette époque. Je vous laisse juge de son choix...


Du côté du scénario, rien de plus simple : la princesse Mariana (que l'on peut voir sur la jaquette) s'est faite enlever par le sorcier nommé Drax. Le héros devra défaire 8 de ses hommes dans un combat à mort pour pouvoir affronter le magicien. Avouez que l'on peut comprendre la motivation de notre héros !


Le jeu pouvait se jouer aussi bien seul qu'à deux et une nouvelle fois la difficulté était (à mon sens) extrêmement élevée. Je ne pense pas d'ailleurs avoir réussi à me défaire de plus de 3 ou 4 adversaires dont seul la couleur de peau pouvait les différencier.


Ma technique pour peu que je me souvienne était d'utiliser un coup spécifique visant à décapiter l'adversaire en un coup et en la répétant sans arrêt. Chaque fin de duel voyait une sorte d'homme lézard venir récupérer le corps de l'homme battu tout en tapant du pied une éventuelle tête tombée lors d'une décapitation. Une autre de mes techniques pour les adversaires un peu plus coriaces était de répéter également une prise directement inspiré du film : La toile de la mort que vous pourrez d'ailleurs sans doute apercevoir dans ma petite vidéo.

Pour l'anecdote le jeu n'est pas sorti sous le même nom aux Etats-Unis. Il fût renommé "Death Sword".

Photos des cassettes et jaquettes : CPC-Power et CPCMuseum

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Amstrad CPC

Pour mon premier billet sur un jeu, j'ai choisi mon premier jeu sur micro à savoir Cauldron sur Amstrad CPC. Je me rappelle lors d'une ballade à Metz voir revenir mon papa avec ce jeu à la main et je n'avais qu'une envie : rentrer vite pour l'essayer !!

Ce jeu comme tous les jeux Amstrad CPC 464 de l'époque était au format cassette audio et je trouvais la maquette magnifique. Il faut dire que nous étions à la grande époque des films d'horreur de type "Halloween" et forcément je rêvais de pouvoir me faire un peu peur devant mon ordinateur flambant neuf.

Le jeu est le fruit de deux personnes ayant des intérêts différents sur les jeux vidéo de l'époque : le premier est un fan des jeux de plateforme comme Jet Set Willy et le second a une préférence pour les shoot'em up. Ils ont donc naturellement décidé de fusionner les deux genres au sein du même jeu.

 

Ainsi le jeu débute alors que l'héroïne (une vilaine sorcière) effectue sa petite tambouille dans sa cabane au fond des bois. Afin de finir la recette qui lui permettra de se débarrasser d'une citrouille maléfique, elle enfourne son ballet à la recherche des ingrédients manquants. Ses déplacements en balais prennent la forme d'un jeu de tir à l'ancienne ou des nuages de chauves-souris feront tout pour la faire tomber. La difficulté de cette phase est très élevé dès le départ et je me rappelle très bien ne jamais avoir réussi à passer plus d'une dizaine d'écran (Il n'y avait en effet pas d'effet de scrolling). Outre se déplacer vers les différents lieux stockant les ingrédients, les clés permettant d'ouvrir leur porte se récoltait également durant cette phase.

Une fois un des lieux atteints, débute la séquence plateforme. Et là il faut avoir les nerfs bien accrochés. En effet la maniabilité à la manette ou au clavier est tellement délicate que le moindre saut demande une concentration digne d'un examen universitaire.

En bref, je crois me souvenir n'avoir jamais réussi à récupérer le moindre ingrédient. La citrouille maléfique doit donc couler des jours heureux depuis 25 ans... et continuera de le faire à la vue de la petite vidéo que j'ai préparée pour l'occasion... :)

Pour ceux qui comme moi pensait que ce jeu était infinissable, voici la fin du jeu au travers d'une vidéo provenant d'un autre fan (en trichant évidemment) !

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Geek et Gamer, plus de 30 ans que ça dure !!

Par IronYan Blog créé le 01/08/11 Mis à jour le 06/09/12 à 17h22

Ajouter aux favoris

Édito

Partagé entre la nostalgie des jeux vidéo d’antan et les technologies actuelles, ce blog a pour vocation de vous faire partager mes souvenirs, mes coups de cœur et aussi certains moments de vie d'un geek assumé... :)

Archives

Favoris