Le Blog de Donald87

Le Blog de Donald87

Par Donald87 Blog créé le 26/07/12 Mis à jour le 29/07/21 à 18h20

"Vieux" joueur passionné d'insolite et d'artistes étonnants, j'aime bien l'humour. Je suis multi-collectionneur et j'accumule jeux, objets divers, Bandes Dessinées pour le plaisir de mes 3 enfants et le désarroi de mon épouse.
Un blog qui n'a pour "prétention" que faire passer un bon moment.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Jeux vidéo

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

NES Advantage

 

Après les périphériques 1, 2 et 3 (Cliquez ci-avant), la 4.

En 1987, une ambitieuse manette de jeu de style arcade pour Nintendo Entertainment System fait ses débuts au Summer Consumer Electronics Show de cette année-là.

 


 

Fabriqué par la société japonaise Asciiware et licencié par Nintendo en tant que périphérique officiel, le contrôleur fonctionne comme un contrôleur NES standard et bien plus.

 


 

Quand on observe la NES Advantage, on remarque immédiatement son aspect de type arcade qui diffère grandement de la manette NES standard. Elle semble robuste mais les boutons ont tendance à se coincer mais les sensations sont quand même bonnes.

 


 

La manette est conçue pour reposer sur une surface plane à une hauteur convenable comme une table ou un bureau.

 


 

La NES Advantage comprend des commandes turbo réglables pour les boutons A et B (de grande taille) qui peuvent être activées ou désactivées avec un bouton. Les joueurs peuvent régler la vitesse du turbo. La NES Advantage peut servir à deux joueurs. Le cordon relie la manette à la console car il comporte non pas une, mais deux prises de contrôleur distinctes pour permettre aux deux joueurs de l'utiliser facilement au moyen d'un simple interrupteur qui bascule entre le joueur 1 et 2.

 


 

Le magazine Nintendo Power (cliquez sur le lien ci-avant) a fait, à l’époque, quelques recommandations.

 


 

Wizards & Warriors, Metroid, Legendary Wings, Top Gun et Double Dragon en font partie avec d’autres …

 


 

La manette fait une apparition dans le film SOS Fantômes 2, où celle-ci est modifiée afin de contrôler la Statue de la Liberté.

 


 

Les chasseurs de Fantômes prennent le contrôle de la Statue de la Liberté pour la guider vers le centre de la ville.

 


 

Certains ont pris l'initiative de construire leur propre borne d'arcade comme avec l’exemple ci-dessous.

 


 

Bonus vidéo :

 

On aperçoit la manette à compter de 1 mn 03.

 

 

Pour les amateurs, les caractéristiques techniques.

 

 

La manette NES Advantage, même si elle n’est pas des plus insolites, est considérée comme l'un des meilleurs accessoires NES jamais produits et ce n’est pas si mal …

 

Sources : 12

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Ainsi vint Mario

 

Aujourd’hui, abordons les apparitions de Mario de 1981 à 1984. Certains jeux ont déjà été abordés dans "Les métiers de Mario" (cliquez sur le lien ci-avant) un petit rappel, on va dire.

 


 

Mario apparait publiquement la première fois en août 1981 sur la borne d’arcade "Donkey Kong" et il ne porte pas encore son fameux patronyme italien et est alors nommé "Jumpman".

Ne sont pas abordées les multiples adaptations sur grand nombre de supports (Atari 2600, Colecovision, Intellivision ...).

 


 

Sa deuxième apparition (il est uniquement question de sorties japonaises) a lieu sur Game & Watch (Multi Screen) le 6 juin 1982 avec encore "Donkey Kong".

 


 

En août 1982, Mario est de la partie sur la borne d’arcade "Donkey Kong Junior".

 


 

Le 26 octobre 1982, revoici Mario sur Game & Watch avec "Donkey Kong Junior".

 


 

Le 7 mars 1983, Mario est sur Game & Watch (Multi Screen) avec "Donkey Kong II". Puis, le 14 mars 1983, Mario sévit sur Game & Watch (Multi Screen) avec "Mario Bros".

 


 

Le 28 avril 1983, Mario fait une double apparition. Le voici sur Game & Watch (Table Top) avec "Donkey Kong Junior" et "Mario’s Cement Factory".

 


 

En juin 1983, Mario est de retour sur borne d’arcade avec "Mario Bros".Notons que c’est en 1983 que Mario devient récurrent.

 


 

Le 16 juin 1983 revoici Mario sur Game & Watch avec "Mario’s Cement Factory".

 


 

Puis, le 15 juillet 1983, voici enfin Mario sur console Nintendo et sa Famicom avec "Donkey Kong".

 


 

Toujours le 15 juillet 1983 et sur Famicom, on retrouve Mario avec "Donkey Kong Junior".

 


 

Le 9 septembre 1983, c’est une Famicom au mieux de sa forme qui accueille Mario avec "Mario Bros".

 


 

Le 7 octobre 1983, c’est sur Game & Watch (Panorama Screen) que Mario arrive avec "Donkey Kong Junior".

 


 

Le 10 novembre 1983, Mario est sur Game & Watch (Panorama Screen) avec "Mario’s Bomb Away".

 


 

En décembre 1983, Mario apparait en "Guest Star" sur console Famicom avec le jeu « Pinball".

 


 

Le 6 octobre 1984, c’est sur Game & Watch (Panorama Screen) que Mario arrive avec "Donkey Kong Circus".

 


 

Enfin, le 13 novembre 1984, Mario apparait sur Game & Watch (Micro VS System) avec "Donkey Kong Hockey".

 


 

C’est tout pour cette période …

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Le NES Miracle Piano

 

Parmi les périphériques de la NES, on compte le très musical "Miracle Piano" (Miracle Piano Teaching System) créé en 1990 par The Software Toolworks développeur américain de logiciels et de jeux vidéo basé à Novato, en Californie.

 


 

Tout d’abord, il faut savoir que ce système est sorti sur d’autres supports mais on parle là de la NES et ses périphéries.

 


 

Le "Miracle Piano" vendu 500 dollars à l’époque, un prix très élevé, est de taille tout à fait respectable. On est donc loin des deux autres périphériques  assez "cheap" abordés lors des articles précédents (Laserscope et Roll ‘n Rocker).

 


 

La cartouche de jeu est livrée avec le "Miracle Piano".

 


 

Ci-dessous, un grand dépliant sur le "Miracle Piano" mais vous pouvez consulter le manuel en cliquant ICI.

 


 

Plusieurs options sont offertes aux joueurs.

 


Ci-dessus, on a le choix de 3 jeux.

 

Le titre permet de jouer du piano, en apprenant à lire le solfège. Il propose plusieurs partitions avec des leçons de piano classiques, rock ou encore des thèmes d’émissions de télévision.

 


 

Dans le jeu "Ripchord", les joueurs doivent appuyer sur la bonne combinaison de touches pour qu'un accord fasse atterrir les parachutistes sur une cible. Dans le jeu "Ducks", le joueur doit appuyer sur les touches qui correspondent aux positions des canards sur la partition musicale pour pouvoir les tirer.

 


 

Dans le jeu "Roboman", le joueur doit créer un pont pour qu’un robot poursuive sa route sans tomber. Le joueur doit appuyer sur les bonnes touches au bon moment pour créer un pont.

 


 

Le "Miracle Piano" a une côte bien établie : Cliquer sur CE LIEN. Mais, il n’est pas aisé à trouver et assez recherché. C’est ainsi qu’on retrouve parfois ce périphérique à des prix élevés.

 


 

Bonus vidéo :

 

 

Sources : 12 - 3

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Des blocs aux noms fantaisistes

 

Tout le monde (ou presque) connait le jeu Tétris qui a contribué au succès de la portable de Nintendo, la Game Boy.

 


Ces blocs sont nommés "tétromino".

 

Ces tétrominos ont-ils un nom ou autres ?

Nous sommes en octobre 2019 dans le jeu télévisé Jeopardy.

L’animateur Alex Trebek demande quel jeu vidéo contient des pièces de puzzle nommées Orange Ricky, Hero et Smashboy.

 


 

La candidate Jessica GARSED donne la "bonne réponse".

 

 

Mais, officiellement, les noms des tétrominos de Tétris ne sont pas Orange Ricky, Hero et Smashboy, ni Blue Ricky, Teewee, Rhode Island Z ou Cleveland Z. Tous ces noms proviennent apparemment d'une image virale qui a circulé en février de cette année (2019) qui prétendait être du manuel d'instructions NES Tetris.

 


Il semble que c’est l'utilisateur de Twitter "vecchitto"

qui ait tweeté cette fausse information.

 

La fausse anecdote en question a transité par les médias sociaux, s‘est répandue et est devenue virale à tel point que quelqu’un chez Jeopardy a pris pour argent comptant posant ainsi une fausse question à ses concurrents sur le jeu Tétris.

 


 

Chaque tétromino a un nom de lettre et plusieurs noms alternatifs mais aucunement ceux évoqués plus haut.

Les sept tétrominos unilatéraux sont I, O, T, S, Z, J et L.

Le "I-tétromino" peut aussi se nommer "Slim Jim", "Flashmaker" … et plus simplement chez nous "bâton" ou "barre".

Le "J-tétromino" peut aussi se nommer "Left Periscope" … et plus simplement chez nous "L inversé". Pour le "L-tétromino" ce sera "Right Periscope" … ou chez nous "L inversé".

Le "O-tétromino" est nommé le plus souvent "Box" et "Carré" chez nous. Le "T-tétromino" peut se nommer "Tetris Block" ou encore "Pyramid" qui donne "Pyramide" chez nous.

Pour le "S-tétromino" parlons du "Reverse squiggly" ou du "Z inversé". Le "Z-tétromino" peut prendre le nom de "Left Snake" ou "S inversé". Retrouvez d’autres noms sur les "liens sources".

 


 

Sources : 12345 - 6

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Le Roll 'n Rocker

 

Le Roll 'n Rocker est un accessoire développé par LJN Toys Ltd., entreprise américaine de jouets et éditeur de jeux vidéo.

 


LJN est connue pour avoir produit d'horribles jeux vidéo.

 

La boîte en dit long, il va falloir "faire des pieds et des mains" pour jouer avec ce que l’on peut appeler une balance-board.

 


 

Malheureusement, le Roll 'n Rocker est peut-être l'un des pires accessoires produits pour la Nintendo Entertainment System.

 


 

Il a l’aspect d'un gros morceau de plastique. Bref, il est moche.

 


 

Le joueur est censé déplacer les personnages du jeu dans la direction dans laquelle il se penche. Il ne remplace pas la manette car il faut cette dernière pour utiliser les boutons A et B.

Il est compatible avec tous les jeux NES à l'exception des jeux utilisant le zapper. L’autre vérité, c’est que ça marche mal.

 


 

 

Tout ceci n’empêche pas cet accessoire d’être relativement recherché…..Voir ci-dessous et sur ce LIEN.

 


 

Bonus vidéo :

 

 

Sources : 12 - 3

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Le LaserScope

 

En 1990, Konami sort un périphérique nommé LaserScope.

 


 

Le Konami LaserScope est un pistolet léger monté sur la tête utilisé sous licence pour la NES (ou Famicom).

 


 

Ci-dessous, la boîte laisse découvrir son contenu.

 


 

Le LaserScope dispose d’un microphone et d’écouteurs intégrés. Il se connecte au port audio NES pour les sons du jeu vidéo.

Le casque comprend également un oculaire avec un réticule qui se trouve devant l'½il droit du joueur.

 


 

Une démonstration du Konami LaserScope pour utiliser avec les jeux Nintendo a été effectuée au CES Chicago de 1990.

 


 

La boîte de l'accessoire précisait que les parents adoreront ce qu'ils n'entendront pas car seul le joueur "bénéficie" du son du jeu. C'est relativement faux car les joueurs doivent constamment crier "FEU" pour pouvoir tirer.

 


 

Le LaserScope fonctionne avec n'importe quel jeu compatible avec le NES Zapper (le pistolet de Nintendo).

 


 

Le LaserScope a été conçu initialement en 1991 au Japon pour un jeu sous le nom de Gun Sight pour la Famicom.

 


 

Chez nous, le jeu prend le nom de Laser Invasion.

 


 

Ci-dessous, quelques captures d’écran.

 


 

Comme dit précédemment, il fonctionne avec d’autres jeux.

 


 

Retrouvez les prix de cet accessoire en cliquant sur CE LIEN. Un accessoire relativement dur à trouver complet et en bon état.

Un accessoire qui a connu peu de succès car peu précis et d’une qualité laissant vraiment à désirer.

 


 

Bonus vidéo :

 

 

Sources : 1 - 2

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Bally Astrocade

 

Nous sommes en septembre 1977, Atari a déjà lancé sa fameuse console nommée VCS – Atari 2600 (cliquez sur le lien ci-avant) quand Bally, spécialiste des flippers (cliquez sur le lien ci-avant) décide de commercialiser sa propre console de jeux.

 


 

La première version sort d’abord sous le nom de "Home Library Computer" et n'est disponible que par correspondance. Les délais de fabrication ne permettent pas de livraisons avant 1978

 


 

La console est ensuite disponible en magasins sous l’appellation "Bally Professional Arcade" début 1978 pour 299 dollars.

 


 

Il est inclus avec la console quatre jeux (Gunfight, Checkmate, Scribbler, Calculator), une calculatrice avec pavé numérique et quatre contrôleurs qui ressemblaient à la poignée d'un revolver.

 


 

Bally vend les droits à Astrovision qui commercialise la console en 1981 sous le nom de "Bally Computer System".

 


 

Le nom de la console change à nouveau en 1982 pour se nommer Astrocade et cela jusqu’en 1985.

 


 

Si vous voulez consultez le manuel, cliquez ICI.

 


 

La console a un contrôleur analogique de type joystick capable de se déplacer librement dans n'importe quelle direction. Il y a un bouton d’action sur la face inférieure du contrôleur. Chaque contrôleur est numéroté individuellement, mais n'importe quel contrôleur peut être branché sur n'importe quel port.

 


 

La console n’a pas eu un grand succès notamment à cause d’une campagne publicitaire médiocre.

 


 

On retrouve les jeux classiques de l’époque.

 


 

Voici donc quelques visuels de boîtes.

 


Le jeu "ICBM Attack" (recherché) est la copie de "Missile Command" sur Atari 2600

 

Ci-dessous, de gauche à droite et de haut en bas :

Artillery-Duel – Cosmic Raider – Dogpatch – Galaxian

The Incredible Wizard – Muncher – Space Fortress – Gunfight

Pour tout savoir sur les jeux, cliquez ICI.

 


 

Pour en savoir plus sur les prix de la console c’est ICI.

Pour les jeux, cliquez ICI.

Les offres sont assez rares.

 


 

Bonus vidéo :

 

 

Sources : 1 - 2

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Jaguar Atari

 

C’est par le biais de Flare Technology de Martin Brennan et John Mathieson qu’Atari lance, en accord avec IBM, le 15 novembre 1993 la console nommée Jaguar … Un "fauve" est lâché.

 


À la mise sous tension, l’écran d’accueil montre

un cube tournant affichant un jaguar.

 

Esthétiquement, la boîte a belle allure et fait envie.

 


 

La campagne publicitaire est agressive et met l’accent, en priorité, sur la puissance de la console et ses "64 bits".

 


Pour certains les 64 bits vantés ne sont qu’un leurre.

 

Cela n’empêche pas Atari de vanter sa supériorité sur les systèmes 16 bits existants (Sega et Nintendo).

 


 

Conscient du problème, Atari lance un lecteur CD-ROM en 1995. Ce lecteur, peu fiable, est une vaine tentative car Sony a déjà montré le "bout de son nez" avec sa PlayStation.

 


 

Question jeux, le compte n’y est pas même si à la vue des images ci-dessous, il y a de quoi largement "ruiné" un acheteur moyen. En fait, le nombre de hits est insuffisant et les éditeurs tiers n’ont jamais vraiment été au rendez-vous de la console.

 


 

Quelques jeux sortent du lot comme les deux ci-dessous mais ils existent aussi sur d’autres consoles.

 


 

Exception à la règle, Alien Vs Predator est une exclusivité de qualité mais cela reste bien maigre.

 


Pour le "fun", dans "Kasumi Ninja",

Angus soulève son kilt pour envoyer une boule de feu.

 

Autre exclusivité notable, avec Tempest 2000, un bon jeu.

 


 

Vers la fin de commercialisation de la Jaguar (en 1996), Atari qui aura vendu moins de 300 000 unités (c’est peu) dans le monde, sortira une manette avec six boutons.

 


 

Le saviez-vous ? Alors qu’Atari est en proie à des problèmes financiers, la firme revend à Imagin, une entreprise médicale américaine, les moules servant à fabriquer la Jaguar.

Imagin s’en sert alors pour un appareil vidéo d’exploration buccale, le Hot Rod. Cet appareil est devenu un objet recherché par les fans d’Atari et plus particulièrement de la Jaguar.

 


 

Pour conclure, rien ne peut égaler la vidéo qui va suivre.

On la doit à l’excellent Gunhed TV (cliquez sur le lien ci-avant), gameblogueur de son état mais malheureusement un peu moins présent en ce moment. Il l’avait d’ailleurs posté dans CET ARTICLE. Je vous recommande de faire un tour "chez lui".

 

 

Sources : 1- 2

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Le VidéoBrain

 

Produit par Umtech en décembre 1977, le VidéoBrain est considéré comme le premier ordinateur domestique d'entrée de gamme.

 


 

C’est le premier ordinateur à utiliser des cartouches à base de ROM pour le chargement instantané des programmes.

On a là un procédé beaucoup plus facile et plus fiable pour les consommateurs que de charger des logiciels à partir de cassettes ou de disquettes de 5,25 pouces notoirement faillibles qui sont utilisés par les "concurrents" du moment.

 


Les joysticks sont de bonne qualité.

 

Le clavier, peu convivial, comporte seulement 36 touches un peu trop rapprochées pour taper confortablement. Les touches numériques et les touches de caractères spéciaux sont toutes partagées avec les touches alphabétiques.

 


 

Le VidéoBrain a été vendu principalement par le biais de publicités dans les magazines, mais certains magasins du nord de la Californie l'ont eu pendant une courte période de temps.

 


 

Il y avait différents "pack" disponibles : System 100 à 500 $ avec la cartouche Financier ; System 200 à 600 $ avec les cartouches Financier, Music Teacher 1, Math Tutor 1, Wordwise, Checkerset d’autres (voir ci-dessous).

L’Expander 1 fournit 2 ports série RS-232 et des connexions pour un lecteur de bande de cassette pour charger et enregistrer des données. L’Expander 2, qui se branche sur l’Expander 1, fournit un modem acoustique de 300 bauds pour les télécommunications, et n'est accessible que par la cartouche "Timeshare".

 


 

Il n’y a pas besoin d'éteindre le VidéoBrain pour insérer ou changer les cartouches. Il suffit de simplement glisser la cartouche dans la fente de la cartouche et de fermer le compartiment.

 


 

Jerry Lawson est connu comme l'inventeur de la première cartouche ROM qu'il a créée pour la console de jeu vidéo : la Fairchild Channel F (cliquez sur le lien ci-avant) produite par Fairchild Semiconductor.

Le VidéoBrain a été conçu par Albert Yu et David Chung, ce dernier ayant travaillé précédemment chez Fairchild Semiconductor. David Chung est l'inventeur du processeur Fairchild F8, qui alimente le VidéoBrain mais aussi la console nommée ci-dessus.

 


 

Il n'y a que 21 cartouches produites par le fabricant pour le VidéoBrain. Ci-dessous, le Black Jack, Les Dames, Financier, Pinball (flipper), Gladiateur et Tuteur Math 1.

 


 

Ci-dessous, Professeur de musique 1, Stand de limonade, Tennis, Vice-versa, Vidéo Artiste, Wordwise-1 et Wordwise-2.

 


 

La carte mère était enfermée dans un blindage métallique pour répondre aux exigences de la Federal Communications Commission pour limiter les émissions de radiofréquences.

 


 

Il est possible d’en acquérir mais les offres sont peu nombreuses alors, patience si vous voulez complétez votre collection.

 


 

Bonus vidéo :

 

 

 

Sources : 1 -2

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Mario, ce travailleur polyvalent

 

Mario, personnage connu chez Nintendo, a connu plusieurs métiers dans sa carrière vidéo ludique.

Essayons d’en répertorier quelques uns.

 


 

On trouve Mario, appelé alors Jumpman, en 1981 dans le jeu d’arcade nommé Donkey Kong. Il est charpentier de son état.

En 1983, sur un jeu Game & Watch (Mario Bros), il est livreur de boissons avec Luigi, son frère. Ils placent, en fait, des paquets qui arrivent de tapis roulants dans un camion.

 


 

Toujours en 1983, voici Mario Bros sur borne d’arcade où Mario et Luigi sont face à des créatures dans les égouts de New-York. Ils tiennent un rôle de plombier, rien de plus normal … La même année, dans le jeu Game & Watch "Mario’s Cement Factory", Mario est cimenteur et doit remplir un camion de ciment.

 


 

1983, année prolifique, permet de voir Mario avec un casque et un costume militaire car le voilà démineur.

En 1984, encore un jeu Game & Watch : "Donkey Kong’s Hockey". Dans ce jeu, Mario patine en bon hockeyeur qu’il est.

 


 

En 1984, le jeu "Golf" sort sur NES avec un personnage censé être Mario. Son allure étant un peu différente, un doute subsiste chez certains joueurs. Le jeu sortira en 1987 sur Famicom Disk. Encore plus tard, on verra Mario golfeur dans "NES Open Tournament Golf" et sur bien d’autres consoles Nintendo qui suivront.

 


 

En 1983 dans "Tennis" sur NES, Mario est juge arbitre.

 


 

"Punch-Out!!" est un jeu vidéo sur borne d'arcade sorti en 1983. Ce jeu sort sur NES sous le titre "Punch-Out!! Mike Tyson" où on retrouve Mario au milieu du ring en tant qu’arbitre.

 


 

Sorti en 1990 sur NES, Dr. Mario permet à notre héros d’incarner un docteur. Mario the Juggler est un jeu Game & Watch de 1991 qui, comme son nom l’indique, permet à Mario de se glisser dans le métier de jongleur … un jeu assez rare ...

 


 

En 1992, sur Super Nintendo, Mario devient un artiste.

Dans "Yoshi's Cookie", Mario est un cuisinier qui doit aligner horizontalement ou verticalement des gâteaux identiques parmi un tas de gâteaux apparaissant aléatoirement.

 


 

La carrière de Mario en conducteur de kart débute en 1992 sur Super Nintendo. La carrière se prolonge sur toutes les consoles Nintendo qu’elles soient de salon ou portables.

 


 

En 1995, sur Game Boy, Mario revêt le costume d’archéologue dans "Mario’s Picross". Ce jeu vidéo de puzzle développé par Jupiter reprend le principe du Picross, jeu de chiffres sur grille, un rapport lointain avec l’archéologie.

 

 

Mario qui a une carrière sportive hors normes est également joueur de tennis. Il commence dans ce sport sur la (mal aimée) Virtual Boy en 1995 … attention les yeux …

Mario reprend régulièrement la raquette et la petite balle jaune sur d’autres consoles de la firme japonaise.

 


 

Mario chausse les crampons et devient également footballeur. En 2005, sur GameCube, il commence avec Mario Smash Football également connu sous le nom Super Mario Strikers au Japon et aux États-Unis. On est loin des simulations sportives habituelles avec quantités de "coups spéciaux".

 


 

En 2005, Mario s’adonne au baseball sur GameCube.

 


 

Toujours en 2005, voici Mario qui est danseur avec "Dancing Stage Mario Mix" et son fameux tapis de danse.

 


 

En 2006, la petite taille de Mario ne l’empêche pas d’endosser le rôle de basketteur avec "Mario Slam Basketball".

 


 

Mario a aussi connu les joies de l’olympisme et a été donc compétiteur dans plusieurs disciplines. Finissons avec le dernier titre en date à savoir, "Mario et Sonic aux Jeux olympiques de Tokyo 2020" testé par Gameblog : voir ICI et

 


 

 

Suite au commentaire de Fersen, rajout d’un métier.

Avec Wrecking Crew, d’abord sur arcade en 1984 et sur NES en 1985, Mario est reconverti en casseur de briques.

Il doit détruire toutes les briques d'un bâtiment sans se faire toucher par les ennemis et éviter Spike.

 


 

La liste est sans doute encore incomplète et Mario va, peut-être, accomplir de nouveaux exploits avec de nouveaux métiers.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Édito


Hormis la découverte de mes collections, vous divertir, vous étonner, vous faire découvrir des personnages originaux, des artistes hors du commun, des endroits insolites et bien d'autres choses ... voilà le but de ce blog.


 

Archives

Favoris