La Cave de Zammon V2

La Cave de Zammon V2

Par Zammon Blog créé le 13/05/12 Mis à jour le 02/09/12 à 09h04

Partage d'expériences vidéoludiques

Ajouter aux favoris

Catégorie : Test

Signaler
Test

Bonjour à tous!

Aujourd'hui le vous propose un petit test d'un jeu indie sorti fin 2011: The Binding of Isaac.

Voici le pitch, complétement improbable: Tout va bien pour Isaac qui vit paisiblement avec sa mère. Lui passe son temps à jouer, et elle a regarder des émissions de TV religieuses, jusqu'au jour ou une voix céleste intervient pour la prévenir qu'Isaac est corrompu, et qu'elle doit y remédier, une première fois en le privant de toute source d'amusement, puis en l'enfermant dans sa chambre, et enfin, en lui demandant de le sacrifier au nom de dieu. Isaac parvient a s'enfuir dans les sous sols de la maison, et c'est là que l'aventure commence ....

On incarne donc le frèle et nu Isaac, dans les dédales labyrinthiques situés sous la maison, armé simplement de ses larmes. Le jeu est la plupart du temps décrit comme un Zelda-like, dans le sens ou l'on voit notre cher Isaac en vu du dessus, et qu'on le deplace simplement dans 4 direction. Il en va de même pour les tirs, impossible de tirer en diagonale par exemple. Beaucoup de tests sur la toile ont décrit ça comme un défaut, signe d'une époque révolue du jeu vidéo. Perso, je trouve que cela ajoute du charme au jeu. En effet, la Edmund McMiller, connu à la base pour l'excellent Super Meat Boy, nous propose des jeux résolument Old School, donc cet petit détail va dans ce sens.

Pour progresser dans le jeu, Isaac pourra récupérer divers Objets qui lui conféreront différents pouvoirs, et modifieront également son apparence physique. Il y a énormément d'objets a collecter dans le jeux, qui sont répartis en plusieurs catégories: les améliorations permanentes, qui vous donne par exemple, des larmes plus puissantes, les objets de collection, qui augmentent vos stats, les objets utilisables, les familiers, qui vous octroie un petit ami de route qui vous suit en tirant sur les ennemis par exemple, les pillules, qui donnent des bonus/malus, et les cartes de Tarot, aux effets variables.


Comme dans tous jeux, a la fin de chaque niveau, vous affrontez un boss, originaux pour la plupart, mais je n'en dirai pas plus a ce sujet pour ne pas trop spoiler le scénario ... Il y a énormément de types d'ennemis, et il faudra un certain temps et pas mal d'echecs avant de comprendre leurs patterns.

La grosse originalité du soft tient dans le fait qu'a chaque partie, les niveaux, ennemis, et bonus sont générés aléatoirement. Ajoutez a cela la présence de plus d'une douzaine de fins différentes, et on obtient une replay value excellente. D'autant plus que la difficulté augmente après avoir vu un peu plus de la moitié des fins disponibles. Il y a également des personnages a débloquer si l'on rempli certaines conditions au cours d'une partie, qui ont chacun des attributs particuliers.


La musique n'est quand a elle pas en reste, puisqu'elle a été composée par le génial Danny Baranowsky, qui a deja officié sur l'énormissime Super Meat Boy

A noter qu'il existe une extension, sortie en 2012, appellée "The binding of Issac: The Wrath of the Lamb", qui ajoute de nouveaux niveaux, de nouveaux pouvoirs et de nouveaux ennemis. Je vous la conseille fortement, le nombre d'objets, et par conséquent de pouvoirs augmentant considérablement ... j'ai par contre toruvé que cela rendait le jeu un tout petit peu plus simple.


The Binding of Isaac est devenu en peu de temps un de mes jeux favoris, et je ne saurais que trop vous le conseiller, d'autant plus que le jeu est disponible sur Steam pour moins de 5€ !!!

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Test


"Vous êtes mort"

C'est probablement la phrase que vous verrez le plus durant votre épopée dans le monde de Dark Souls. Après Demon's Soul, exculif a la PS3, les petits gars de From Software remettent le couvert fin 2011 sur Xbox 360 et PS3 avec cet épisode résolument Old School.

Pourquoi Old School ? Parce qu'ici, pas question de scripts a gogo et de scènes cinématique a foison. Ici, on avance, on meurt, et on recommence. Le Die and Retry comme on en avait pas vu depuis des lustres (si on excepte l'excellent Super Meat Boy! ).

L'originalité de Dark Souls viens du fait que vous êtes parachuté dans un monde dont vous ne savez rien. En effet, vous commencez le jeu comme un mort vivant, et commencez a érrer dans des contrées sombres. Le jeu se présente comme un ARPG au gameplay exigent et aux mécaniques de jeu bien huillées.le système de combat est dynamique, et la difficulté vient du fait que même ce petit soldat squelette que vous explosez en deux temps trois mouvement dans n'importe quel autre jeu peut vous faire passer de vie a trèpas en moins de temps qu'il n'en faut  ... Chaque ennemi est potentiellement mortel, il faudra donc avancer avec prudence, et bien connaitre vos ennemis pour savoir si vous êtes en mesure de les affonter ou non. En effet, dès le début de l'aventure, vous avez la possiblité d'emprunter plusieurs chemins, la map étant ouverte, vous pouvez ainsi vous retrouver dans une zone qui, en principe, en suivant le déroulement "normal" du jeu, ne doit être visitée que bien plus tard. J'en ai fait les frais en voulant perséverer vers la dite zone durant quelques heures avant de découvrir un autre chemin, qui la m'amenait vers la bonne voie ... 

Vous l'aurez donc compris, chaque ennemi est potentielement mortel, il en va de même des boss. En effet, les Boss Fight vous promettent des affrontements contre des ennemis gigantesques, qui semblent parfois perdus d'avance. Mais n'oubliez pas, chaque problème à sa solution!

L'ambaince du jeu est sombre, très sombre, et l'absence de musique durant la quasi totalité du jeu, en dehors des combats contre les boss renforce cette impréssion de solitude, car oui, dans Dark Souls, et bien vous êtes seul. Il y aura bien quelques PNJ pour vous aider lors des affrontements délicats, mais autrement, vous vous aventurerez seul dans cette immense contrée. Il ya bien sur la possibilité de jouer en ligne, en coop ou en pvp, mais je vous conseille de vous faire au moins un run hors ligne, histoire d'apprécier le soft de fond en comble, sans qu'un autre joueur plus expérimenté que vous ne vous ouvre la voie en ne vous laissant que les miettes ... (oui ça sent le vécu ^^ ). Le jeu est bourré de recoins contenant des tas d'objets, d'armes et armures, de lieux optionnels, et de quêtes secondaires. Il faudra en effet bien explorer chaque recoin de la map pour ésperer en découvrir tous les secrets, le tout grâce à un level design très ingénieux, et très inspiré pour le coup.

Vous l'aure donc compris, Dark Souls est donc un jeu exigent, avant tout destiné a un public fan de jeux hardcore ....  J'éspère en tout cas vous avoir donné envie de vous y frotter ;)

Voir aussi

Jeux : 
Dark Souls
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

  
Signaler
Test

Attention, je tiens a vous prévenir que cet article sera 100% subjectif. Je ne vais pas y aller par 4 chemins, j'ai complétement adoré Nier, et je ne ferai donc ici que vous présenter et essayer de vous inciter a essayer cette formidable oeuvre .... vous voila prévenu :)

Nier est un Action RPG développé par Square Enix, sorti en 2012 sur Xbox 360 et PS3. Il en existe 2 versions: Nier Replicant, sortie sur PS3 uniquement au Japon, et Nier Gestalt, sorti également en europe, et déstiné à la Xbox 360 et la PS3. Les deux versions différent par le design du personnage principal: plutot mature pour la version Gestalt, et plutot espiègle pour la version Replicant, la faute à une différence de culture: en effet nous autres occidentaux nous identifions beaucoup plus facilement à un héros fort et trapus plutot qu'a un personnage aux allures de gamin, jugez par vous même ci dessous. N'ayant fait que la version Gestalt, seule sortie en Europe, je me baserai donc sur celle ci pour ce test.

Nier Version Replicant

 

Nier Version Gestalt


Nier nous dépeint un univers sombre, inquiétant, mélant milieux médieval et technologique. On nous conte l'histoire de Nier, et de sa fille (sa soeur dans la version Replicant) Yonah, atteinte d'un mystérieux mal. Nier va donc partir en quête d'aventure pour essayer de sauver sa fille, dans un monde dangereux, peuplé de créatures appellées "ombres", qui n'hésitent pas a s'attaquer aux rares humains qui s'aventurent en dehors des villes.

Le jeu se présente comme un A RPG en apparence assez classique: les combats nous rapportent de l'XP, on peut acheter des armes ....etc. Le système de combat se rapproche fortement d'un Beat Them All, où l'on se retrouve parfois confronté a bons nombre d'ennemis. Le jeu n'est pas "open world" a proprement parlé, car contrairement a un Final Fantasy vous laissant libre d'explorer la map en fonction de votre avancée, Nier ne proposera qu'un Hub sous forme de grand plaine, d'où vous pouvez atteindre la petite dizaine de lieux que vous visiterez durant votre périple. Sur le papier, ça peut paraitre très peu, mais je vous garanti que cela suffit amplement!

J'ai entendu moultes critiques a propos de ce jeu, et la principale était que le jeu était hyper moche. Bon en mettant la galette dans la console, je dois avouer que ce n'etait pas le plus beau jeu que j'ai vu en 2010, mais de la a dire que c'est une catastrophe a ce niveau .... c'est sur que ce genre de jeu ne va pas intéresser les Fanboy Fifa/COD, mais de la a dire qu'il est moche, et que les graphismes sont dignes d'un jeu de PS2 ........ Messieurs nous n'avons certainement pas du jouer au même jeu :)

Vous l'aurez sans doute compris, Nier ne brille ni par la richesse de son gameplay, ni par d'incroables graphismes de-la-mort-qui-tue. Mais qu'a t'il donc ce jeu pour m'avoir tant plu? Qu'est ce qui a fait que j'ai passer une quarantaine d'heures sur ce titre???? Et bien je vous répondrai que c'est ce que je considère comme étant la chose la plus importante dans un jeu vidéo: la richesse et la profondeur du scénario et de son univers.

A ce titre, j'ai une petite anecdote vis a vis de cela. J'avais prété le jeu a un ami, il m'a repondu quelques jours après: "j'ai un peu laché le jeu, j'ai trouvé ça super classique et très flou" (il s'etait arreté après dix minutes de jeu, ou en effet on vous demande d'aller tuer des moutons dans la plaine, très bateau comme quête, je vous l'accorde!). Je lui ai conseillé de pérseverer dans l'aventure, et 1 semaine plus tard, il me remerciat de lui avoir fait découvrir un véritable petit bijou comme on en fait plus.

Le jeu se décompose a proprement parlé en deux parties. Durant la première, vous allez vous familiariser avec les personnages et l'univers, puis un évenement tragique va vous emmener quelques années plus tard, là ou la véritable aventure commence. Les compagnons qui seront aux cotés de Nier durant son aventure sont hauts en couleurs: on a en effet Weiss, un grimoire qui octroie a Nier quelques pouvoir, mais qui est très sarcastique et désinvolte, Kainé, une jeune demoiselle aux traits sexy, mais au comportement de bucheron canadien, et un autre compagnon dont je ne vous dévoilerai pas l'identité histoire de ne pas trop spoilé le jeu pour ceux qui voudraient s'y aventuer.

Le scénario du jeu, bien qu'un peu confus par moment, est riche, et vous tiendra en haleine jusqu'aux ultimes instants du jeu, le tout étant désservi par une bande son des plus mélodieuses, certainement une des plus belles que j'ai pu écouter durant ma vie.

Le jeu se démarque également par une replay value qui m'a laissé sur le carreau. En effet, vous vous souvenez des ombres, ces ennemis qui rodent un peu partout pour faire la peau aux humains ? Lors de votre premier run, lorsque vous les rencontrerez, elles s'expriment dans un charabia incompréhensible. Lorsque vous finissez le jeu, et avez vu la magnifique première fin, le jeu vous propose de recommencer l'aventure (pas d'inquiétudes, on recommence a partir de la seconde partie du jeu, avec tout son stuff, le but de Square Enix etant que vous puissiez atteindre les différentes fin sans vous retaper le début du jeu, la partie un peu chiante dirons nous ! (bien que ceux qui comme moi on fait le jeu doivent certaienement regretter de ne pas pouvoir refaire le dernier combat de cette première partie :) )) . Cette fois ci vous en apprendrez plus sur certains personnages, mais surtout vous allez pouvoir comprendre, via des sous titres, le langage de ces ombres, et ça, je peux vous le garantir, va complétement chambouler votre vision du jeu ... je n'en dis pas plus, à vous de le découvrir par vous même.

Pour conclure, je reviendrai sur un dernier point que j'ai beaucoup apprécié: Nier est un jeu hommage. En effet, il y a beaucoup de références a d'autres styles de gameplay et d'autres jeux. J'ai pu ainsi combattre un boss comme on en voit que dans les Shmup, et me taper un niveau à la manière de Diablo, ou encore un autre a la manière d'un Resident Evil, bref, un hommage assez vibrant a tout un pan de la culture vidéo ludique.

 

Voila, j'en ai terminé avec ce micro test 100% subjectif. Je n'ai pas vraiment cherché a le structurer comme un test classique, j'ai juste voulu écrire mes impréssions relatant une expérience que je n'avais pas vécu depuis Shenmue ... et j'éspère vous avoir donné envie de jouer a cette magnifique oeuvre qu'est Nier. Pour terminer, je vous laisse les deux extraits sonores qui m'ont le plus marqué durant le jeu :)

 

Voir aussi

Jeux : 
NieR
Sociétés : 
Square Enix
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

J'ai toujours été passioné par les arts touchant au multimédia, ce blog a pour but de partager avec vous mes expériences vidéo-ludiques :)

Archives

Favoris