>
>
Test de God of War II : Divine Retribution (PlayStation 2)

TEST. God of War II : Divine Retribution (PlayStation 2)

Un jeu divin
Par Grégory Szriftgiser - publié le
Image

Après la preview, et forts d'une version américaine déjà disponible, ce ne sera une surprise pour personne : God of War II réussit son pari de prolonger la fièvre d'une des toutes meilleures licences d'action moderne. Une aventure à la dimension épique époustouflante, que même ceux qui ne jurent plus que par la next-gen et la HD auraient tort de rater. Ne serait-ce que pour patienter et être bien préparé au troisième volet, sur PlayStation 3, et que la fin du II appelle d'un force, mais d'une force...

Je ne sais pas trop par où commencer. Où plutôt quoi dire qui ne soit pas juste une enfilade de superlatifs consacrés à God of War II. Ben oui, quoi, comprenez-moi... ce n'est pas simple de faire la critique de quelque chose qui n'a foncièrement rien de critiquable. D'aucuns rétorqueraient que le jeu parfait n'existe pas, qu'il y a toujours moyen de prendre du recul et de soulever quelques éléments moins enthousiasmants que d'autres... Mais quelle importance ? Je n'ai ni envie de chercher la petite bête, ni de bouder l'immense plaisir que ce titre m'a donné pour satisfaire à la soi-disant objectivité. Au moins vous êtes prévenus.

Dès le début, le ton est donné : la surenchère de la scène épique commence.

Dieu, mais pas trop longtemps

Pour ceux qui n'auraient pas déjà jeté un oeil à nos premières impressions, rappelons brièvement la scène d'ouverture de Divine Retribution. Kratos, vainqueur par K.O. d'Arès dans le premier volet, se retrouve Dieu de la Guerre, et ravage tout sur son passage sous la bannière de Sparte, contrariant ses pairs divins de l'Olympe. Ni une ni deux, au moment de l'assaut final de Rhodes, Athéna le réduit à une taille humaine... et anime le Colosse de la baie portuaire contre lequel le combat va s'engager. God of War II s'ouvre ainsi sur une scène particulièrement épique... et ça n'en est qu'une parmi tant d'autres que c'en est indécent. Bref, tout ça pour répondre à une question légitime : si Kratos commence Dieu, en quoi progresser ? Faux problème évidemment puisque peu de temps après son affrontement face au Colosse, Kratos se retrouvera privé de son statut et de ses pouvoirs. On repart donc à zéro très tôt. Voilà qui laisse le champ libre au système de progression.

Du neuf, du vieux

Parmi les pouvoirs que Kratos pourra récupérer au fur et à mesure de son aventure, histoire de reconquérir sa superbe, on retrouve des fondamentaux du premier épisode (la tête de gorgonne pour pétrifier les ennemis), mais l'essentiel est nouveau. Ce qui distingue un peu ce volet du précédent, c'est la disponibilité mieux répartie de ces améliorations : armes secondaires, sorts, ou artefacts donnent à Kratos un éventail de capacités plus large, et surtout utilisables simultanément. Planner avec les ailes d'Icare, contrer une attaque ennemie pour la renvoyer et utiliser les chaînes d'éclairs de Chronos : autant de possiblités entre lesquelles on n'a pas à choisir, puisqu'elles sont toutes superposables. Les combats s'en retrouvent plus dynamiques, et plus profonds pour les as de la manette, qui vont pouvoir, en plus du déluge de combos disponibles pour chaque arme, s'en donner à coeur joie en contres, alternances de sorts et déplacements maîtrisés. Mais, au final, même s'ils sont incontestablement extraordinaires, les combats "normaux" (donc hors Boss) de God of War II ne sont pas à mon sens sa plus grande force.

Une scène de plate-forme excellente : jonglage dans les airs alors que tout s'écroule !

Mythologie grecque revue et corrigée

Les passionnés de ce domaine auront deux réactions au choix : soit un rejet total de l'adaptation plutôt super libre des légendes Grecques, soit un sentiment d'en voir la version définitive se développer magistralement sous leurs yeux. Alors, c'est certain, se plonger dans l'histoire de God of War II avec l'esprit d'un intégriste de la mythologie à laquelle il emprunte serait un peu stupide. Il faut bel et bien, au contraire, profiter d'un graphisme époustouflant en termes de design, d'échelle, et de superbe mythologique : considérablement plus épique que ceux du premier, les niveaux de God of War II en collent simplement... plein la gueule ! Certains passages resteront imprimés au fond de vos rétines pour un bon moment, tellement le travail artistique de l'ensemble a tout compris au mot Grandiloquent. Côté histoire, si elle n'offre guère de subtilités, elle est tellement bien contée et portée par le jeu lui-même qu'on la suit, haletant, impatient de découvrir quels seront les challenges que Kratos devra affronter scène après scène pour se rapprocher de sa vengeance.

Ca pète quand même, non ?

Les boss les plus mémorables du moment

A ce level design qui force le respect, il faut ajouter dans cette mixture d'épique ce qu'on est forcé de nommer les meilleurs combats de boss qu'on ait vus depuis longtemps dans un jeu d'action. Souvent structurés autour de différentes phases, ces combats reprennent bien sûr les fameux Quick Time Event du premier, mais offrent tantôt un vrai challenge de dextérité (le combat contre Thésée ou celui, final, contre Zeus), tantôt des puzzles bien sentis (le Kraken, la dernière des Soeurs du Destin). C'est un régal qui remémore les grands moments passés sur certains vieux shmups face à des boss de plusieurs écrans, avec le gameplay plus évolué des jeux modernes en sus. Nombreux, magistraux, tous ces boss sont définitivement la marque de fabrique de God of War II.

Encore un exemple d'échelle des décors, même si les photos ne leur rendent pas justice.

Pour tous les goûts

Plus encore que dans le premier, l'alternance entre combats, puzzles, et plate-forme fournit un rythme agréable, même si certains pourraient au contraire trouver quelques passages moins trippants s'ils sont obsédés par un seul type de gameplay. On regrettera cependant surtout certains passages trop courts, à commencer par la scène à dos de pégase, finalement moins enthousiasmante que prévu. Mais aucun ne se révèle pénible ou moins soigné que les autres, et la difficulté bien balancée, alliée à une durée de vie correcte (quoique sans y faire attention, on pourrait le dévorer d'une traite tant il est dur de lâcher la manette) en font définitivement un titre majeur à posséder dans sa ludothèque.

A jouer d'urgence

Je pourrais continuer des heures à chanter les louanges de ce titre, vanter les mérites des secrets à découvrir et à collectionner, des challenges disponibles une fois le jeu fini, et d'une fin sobrement titrée "The end begins..." pour nous cliffhanguer la tronche vers le troisième volet, mais j'ai déjà assez spoilé. Décidément, après le superbe Okami, l'excellent Final Fantasy XII, la PlayStation 2 nous procure encore beaucoup de bonheur. Espérons qu'il en sera de même avec la 3.

Culte
10
Où acheter :
par
Donnez votre note
77 notes
9
0
1
0
2
0
3
1
4
0
5
3
6
1
7
13
8
5
9
54
10
Ma collection sur PS2
Je l'ai 292
J'y joue 3
Je le vends 1
Je le cherche 0
Vos tests (1)
1 673
SamPlay
On pensait qu'après s'être entêté à renvoyer l'hydre de Lerne au fond de la Mer Noire, à mettre la main sur la boîte de Pandore et à sortir du Styx pour finalement être le premier mortel à devenir un dieu, lui aurai suffit, mais Kratos voit plus...
10

Galerie photo God of War II : Divine Retribution - 17 images (cliquez pour zoomer)

Dès le début, le ton est donné : la surenchère de la scène épique commence. Une scène de plate-forme excellente : jonglage dans les airs alors que tout s'écroule ! Ca pète quand même, non ? Encore un exemple d'échelle des décors, même si les photos ne leur rendent pas justice. Contre Thésée, une perle de programmation : à croire parfois qu'on combat un humain. Collectionner les yeux de Cyclopes fait partie des challenges débloquant des bonus. Un excellent exemple de l'échelle époustouflante de certains décors. C'est après des batailles difficiles contre certains boss qu'on récupère les nouvelles armes. Profitez bien de ce pouvoir du premier GoW, encore dispo au début : vous ne le retrouverez pas. Peut-être ma seule petite déception : la scène à dos de Pégase, qui est juste "très bonne".

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 949,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 329,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 699,00 €
85 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (85)