>
>
Test de Just Cause 2 (Xbox 360)

Test : Just Cause 2 (Xbox 360)

Du rififi au paradis
Par Grégory Szriftgiser - publié le

Just Cause 2 est tombé dans ma console à point nommé. Je venais de finir Heavy Rain avec autant de retard que de plaisir, et l'envie de passer à un truc un peu décérébré me titillait : c'est exactement ce que propose le jeu d'Avalanche. Une aire de jeu gigantesque, des explosions grandiloquentes qui charment le vilain petit garçon qui est en nous, et un style 200% jeu vidéo, généreux dans le pan-pan-boum-boum comme dans le contenu. Alors il ne faut pas s'attendre à de l'intellectuel, mais y'a pas que le cerveau dans la vie.

Rico est de retour. Il est toujours aussi peu charismatique que subtil, et si on regrettera ce premier travers, on appréciera le second, car Just Cause 2 n'est pas là pour faire dans la dentelle - vue la taille et la richesse du bac à sable proposé, pas le temps pour la fignole de toute façon. Après un premier épisode intéressant mais un peu terne, vide et encombré de soucis plus ou moins importants, les développeurs se sont déchirés pour que cette suite passe le niveau supérieur. Et à bien des égards, il ont réussi haut la main.

La chute libre, parfaitement rendue, offre de riches sensations !

Cause toujours

Mais avant de revenir plus en détails sur les nombreuses qualités du jeu, attardons-nous un peu sur ses aspects moins reluisants. À commencer par le pan narratif de Just Cause 2. Si des efforts certains ont été faits pour scénariser un peu tout ça et fournir ainsi au joueur un cadre valable pour aller tout péter sur cette nouvelle aire de jeu qu'est l'archipel fictif de Panau, cinématiques, doublage et scénario ne s'encombrent pas vraiment de sérieux. Autant en VO, le côté second degré façon série Z passe relativement bien pour quiconque apprécie les clichés et poncifs de l'action, autant en VF, on perd cet aspect rigolo pour ne plus garder que le ridicule. De même, s'il s'avère difficile de lâcher la manette malgré un game design relativement basique, il arrivera immanquablement qu'on la lance à travers la pièce face aux morts rageantes induites par quelques égarements de maniabilité et autres bugs de collision, ou ceux de l'IA. Déjà limitée, cette dernière part parfois complètement en vrille, avec des ennemis courant dans les murs ou préférant le suicide collectif à la fuite. Des flottements bien compréhensibles vu l'ampleur et l'ambition de Just Cause 2, certes, mais qui entâchent une expérience autrement jouissive. Les optimistes y verront une justification supplémentaire pour un Just Cause 3 qui pourrait, en corrigeant ces écueils, atteindre facilement le statut de chef d'oeuvre. Car mine de rien, il en a sous le capot, le Rico.

Le système de navigation autour d'un véhicule en mouvement fonctionne bien.

Simulateur de grand n'importe quoi

Sur l'autre plateau de la balance, Just Cause 2 entasse un paquet non négligeable d'arguments positifs. D'abord, impossible de ne pas féliciter Avalanche pour le soin apporté aux décors et au moteur graphique qui les affiche. L'archipel est non seulement gigantissime (il faut de vraies longues minutes en Jet privé pour le parcourir d'un bout à l'autre), mais aussi très varié. Chaînes montagneuses et enneigées, désert ocre balayé par les vents, ville capitale aux building de verre tutoyant les nuages ou village de paille sur pilotis, jungle luxuriante et plages insulaires cachant des "easter eggs" LOSTiens ; l'appel de l'exploration est aussi fort que celui de l'explosion. Car, rappelons-le, le principe de base de JC2 tient en un mot : le Chaos. Le semer en détruisant toutes les installations de la dictature en place permet de débloquer missions de factions (criminelles, politiques ou religieuses), missions principales (qui font avancer l'histoire), mais aussi matériel dispo au marché noir (à se faire livrer partout sur l'archipel moyennant finances). La structure de l'ensemble s'articule donc autour de missions faisant progresser l'influence des factions dissidentes avec lesquelles on s'allie, et qui offrent du même coup des  installations de repli en cas de mort (toujours violente), ou simplement pour le plaisir d'emmener les autorités locales se faire tailler en pièce par les soldats des factions et observer sournoisement en tenant les paris. Car, et c'est au final sa plus grande qualité, Just Cause 2 reste avant tout un énorme bac à sable dans lequel on s'éclate, tout simplement, grâce à un moteur physique réussi, des effets pyrotechniques dévastateurs, des véhicules ultra variés, et bien sûr le duo star du héros : la combo grappin / parachute.

La multiplicité et l'audace des véhicules pilotables ne cesse d'émerveiller.

Spectaculaire

Si la panoplie d'armes fait dans le classique (mais le snipe et les lances-roquettes, ça fait toujours rire), la véritable joie et les émotions fortes proviennent de l'ensemble du gameplay lié aux accessoires fétiches du héros. Le fameux grappin peut s'accrocher à tout ou presque, et il jouit d'une portée bien pratique de plusieurs dizaines de mètres. On peut ainsi se déplacer très vite, bien sûr, mais aussi attraper des véhicules, ou l'utiliser comme tremplin ascensionnel en déployant le parachute pendant la traction du filin. On peut aussi ouvrir et fermer le parachute sans limitation, alternant chute libre (vive le base jump) et parapente. Avec un peu de dextérité et d'imagination, des myriades de choses deviennent possibles, puisque ce grappin peut aussi servir à relier deux choses entre elles. Par exemple, un ennemi à une bonbonne de gaz volatile, qui ne manquera pas de s'envoler si une balle de pistolet venait à la chatouiller. Hilarité assurée ! Cette créativité personnelle à incorporer au jeu compense d'ailleurs grandement un léger manque de variété des missions, très nombreuses mais souvent basées sur les mêmes ressorts de gameplay. Dommage aussi que le sublime cycle jour/nuit (doublé de conditions météo variées superbement rendues) n'impacte pas quelque peu les possibilités d'approche, puisque côté furtivité, c'est le néant. En même temps, c'est vrai, le postulat du jeu n'est pas dans la subtilité, on l'a déjà vu...

Au final, Just Cause 2 souffre de plusieurs petits défauts, certes, mais offre une expérience bac à sable tout simplement scotchante. Les approximations et flottements de gameplay s'effacent vite devant la myriade de choses à découvrir et à collectionner, la maestria visuelle des effets pyrotechniques et l'étendue époustouflante de l'aire de jeu. C'est un titre généreux, qui ne se prend pas la tête, et gagne à être expérimenté (ça tombe bien une démo est dispo) par tous les amateurs de jeux vidéo un peu bas-du-front qui aiment expérimenter avec des gameplays légèrement émergents dans de vastes bac à sable.

Très bon
8
par
Donnez votre note
84 notes
8
0
1
1
2
2
3
1
4
2
5
17
6
3
7
37
8
3
9
18
10
Ma collection sur X360
Je l'ai 293
J'y joue 47
Je le vends 2
Je le cherche 13
Vos tests (10)
0 103
LucasSaugne
Just Cause 2 est un jeu d'action, sorti en 2010 sur PC, XBOX360 et PS3. Vous y trouverez une map extraordinairement grande avec des centaines de petits recoins à explorer. Entre les bases militaires, les villages, villes, stations petrolières, dans...
7
2 1111
Pedrof
Je n'aime pas les GTA-like. Je n'ai rien contre le fait de jouer dans un seul et immense niveau mais je désapprouve la façon dont ces jeux racontent leur histoire (entendre histoire principale). Il s'agit toujours de déclencher de sa propre...
4
4 861
Jeuxvideo Import
Test réalisé à partir d'une version PC mais en jouant avec une manette Xbox 360. Ne contient aucun spoil.   En 2006, sort Just Cause premier du nom. Le jeu reposait sur un mélange d'ingrédients plutôt efficace : monde ouvert, ambiance tropicale,...
8

Galerie photo Just Cause 2 - 9 images (cliquez pour zoomer)

La chute libre, parfaitement rendue, offre de riches sensations ! Le système de navigation autour d'un véhicule en mouvement fonctionne bien. La multiplicité et l'audace des véhicules pilotables ne cesse d'émerveiller. Rico l'équilibriste peut se livrer à des acrobaties de fou furieux... Avec le filin, on peut abattre statues et fourgonnettes de propagande sans dépenser une munition. Niveau pyrotechnie, Just Cause 2 assure. Un environnement paradisiaque pour tout péter dedans, ça vous tente ? Les courses en véhicules nous changent un peu des fusillades.

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 329,90 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 949,00 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 48,85 €
Console New Nintendo 3DS XL Pokémon Sole…
Neuf : 229,73 €
86 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (86)