>
>
Test de Killzone 2 (PlayStation 3)

Test : Killzone 2 (PS3)

Tue-t-il tout à fait tout ?
Par Grégory Szriftgiser - publié le
Image

Avec cinq ans d'attente, suivant une annonce troublée par une histoire de cinématique pas vraiment temps réel, et la promesse d'être ZE blockbuster PS3, Killzone 2 se devait sans doute d'aller chercher les joueurs de tous poils à la force d'une réalisation béton, mais aussi, aurait-on pu penser, d'une accessibilité suffisante pour qu'il s'aligne avec les gros succès du genre. À l'opposé, il aura fait le choix d'une campagne difficile, en flux tendu, d'un respect total - voir entêté - de son univers ultra sombre, et d'une jouabilité plutôt hardcore...

Killzone 2 et moi, on n'a pas vraiment commencé de la bonne façon. Tout de suite, à fond, en difficile ; mauvaise idée. J'aurais du y aller plus doucement, car c'est toujours pénible de se prendre des grosses baffes. Qu'à cela ne tienne, j'ai repris à zéro, plus doucement, et c'est allé bien mieux...

Il faudra attendre les 2/3 du jeu environ pour que Sev et ses potes se retrouvent moins enfermés...

Helghastéropode

Killzone 2 propose une expérience finalement assez différente de celles de ses pairs. Oppressant, dur, violent, avare en respirations et en environnements ouverts, la campagne de Killzone 2, quasi-entièrement située sur la planète Helghan, monde de l'ennemi Helghast, est un défi ludique, mais aussi psychologique. Une descente sur une terre aride balayée par des vents de rouille, dont les villes crasseuses et étroites ressemblent plus à des bidonvilles accusant la tyrannie du dictateur Visari, qu'à un camp Pierre & Vacances. Les développeurs ont visiblement tout fait pour instituer ce sentiment de claustrophobie, de tension, afin que le joueur sente à chaque instant qu'il s'enfonce en territoire ennemi, péniblement, un pas à la fois. La progression se fait ainsi plutôt lente. Impossible de foncer tête baissée en comptant sur un coup de chance. Gagner du terrain face aux vagues de soldats Helghast, plutôt très bons tireurs et très bien coordonnés, est difficile, et on peut passer de longs moments épinglé derrière une couverture de fortune pendant que les balles fusent de partout, sans trop savoir comment s'en sortir, ou jusqu'à ce qu'une grenade bien placée ne nous oblige finalement à sortir de notre trou. On meurt, souvent, et l'assistance régulière d'un autre membre du peloton auquel on appartient ne change que très rarement la donne (ces équipiers, eux, ne sont pas aussi futés que les ennemis, malheureusement). Résultat, pour ma part, je n'ai pas pu finir le jeu sans prendre de grosses pauses ; difficile à avaler d'un coup.

Les ennemis manquent un peu de variété, certes ; mais leurs tactiques, elles, évoluent, et ils sont bien coriaces.

Dans les faits, rien d'original

Ce parti pris plaira sans aucun doute à ceux qui attendent un FPS avec des poils. Pour ma part, je préfère les histoires aux rythmes plus balancés, et qui savent nous faire avancer avec de la nouveauté régulièrement injectée, à la Call of Duty 4. Oh mais rassurez-vous, Killzone 2 aussi introduit régulièrement de la nouveauté, bien sûr : de nouvelles armes, évidemment, quelques scènes épiques aux commandes d'autre chose que son propre fusil (même s'il faudra être patient, c'est plutôt vers la fin), une scène sur un train, des mini-boss, etc. Mais c'est l'ambiance, elle, qui ne change pas, ou très peu. Dans un Call of Duty 4, on passait avec plaisir de l'enfer du moyen-orient aux assauts nocturnes et discrets en Europe de l'Est. On nous faisait vivre quelques scènes, uniquement pour l'ambiance. Ici, le choix des développeurs est celui d'un rollercoaster qui file toujours tout droit. La maniabilité, excellente, reste cependant austère, sans les assistances à la visée répandues depuis Halo. Tout, depuis la direction artistique jusqu'au gameplay, sert ce parti pris : "Soldat, t'es là pour en chier, t'es en territoire hostile, et on n'a pas de temps à perdre". Avec une seule arme à la fois (en plus du pistolet et du couteau, bien insuffisants), il faut savoir choisir, gérer ses munitions. Et quand on commence à en manquer et qu'il y a encore trois ou quatre yeux rouges prêts à vous plomber si vous tentez une échappée à découvert vers un rack d'armes, on réfléchit à deux fois avant de tenter le coup. Ça éclate dès le départ, et jusqu'à la fin... mais sans réelle surprise.

Contrairement à beaucoup d'autres, sniper n'est pas toujours une solution de facilité quand les ennemis bougent tout le temps.

Ce qu'il fait, il le fait excellemment

Seulement voilà : ce que Killzone 2 a choisi de faire, ludiquement et en termes d'ambiance, il le fait foutrement bien. Côté réalisation, inutile de chipoter ou de reparler de cette obscure polémique : c'est d'une beauté technique et artistique à couper le souffle, Guerrilla a rempli son contrat. Il y en aura toujours pour tergiverser des lustres afin de savoir si c'est vraiment le plus beau jeu de toute l'histoire de l'humanité de l'univers, mais si une liste existe, il y figure clairement dans les premières places. Les armes sont réalistes (à l'exception d'une arme énergétique Helghast un peu bienvenue, d'ailleurs), violentes, se jouent en finesse et en conjonction avec le système de couverture non seulement réussi (car simple et parfaitement huilé) mais surtout indispensable pour avancer. D'une manière générale, chaque Helghast qui tombe est une fierté pour le joueur, car ils sont lourdement armurés et très très coriaces. Ces fusillades brillantes (surtout grâce à l'IA ennemie) constituent clairement le point fort du jeu, et ce n'est paradoxalement que lorsqu'il tente d'autres petites choses qu'il en devient un peu moins jouissif, tombant parfois dans du cliché vidéoludique certes bien réalisé, mais un peu agaçant (je garde par exemple un souvenir déçu du boss mécanique volant - comprendront ceux qui le joueront). Autre cliché agaçant, le script : le peloton regroupant Sev (celui qu'on incarne), et ses compagnons Garza, Rico, Dante et Shawn Natko qui sont autant de soldats stéréotypés dont le vocabulaire ne serait rien sans "Putain", "Bordel", "J'recharge" et "Allez, allez, allez !". Mais pas avec le second degré savoureux des clichés d'un Gears 2. Le scénario, lui, tient sur une feuille encore plus petite : les Helghasts ont mis la main sur une arme nucléaire dont ils ne doivent absolument pas récupérer les codes, sans quoi les gentils perdront, alors les gentils partent à l'assaut de leur planète, pour leur botter les fesses directement chez eux, juste après avoir repoussé l'invasion des méchants (dans le premier). Et globalement, les cinématiques utilisant le moteur du jeu ont beau être, elles aussi, sublimes, suivre l'histoire ne sera probablement pas le moteur principal de votre envie de progresser. Et si vous n'êtes pas un habitué du genre... commencez en facile.

L'animation sublime des ennemis complète leur redoutable IA : ils sautent, se planquent, contournent, grenadent, se coordonnent...

L'importance du multi

Si personnellement, la campagne solo de Killzone 2 me laissera le souvenir d'un voyage tendu comme un string et syncopé comme un matin de gueule de bois, dans une ambiance dépressive beaucoup trop réussie pour moi (mais ça prouve que les développeurs ont atteint leurs ambitions), elle a quoiqu'il arrive le mérite de ne pas faire de concessions, on l'aura compris. En bonus, on pourra y dénicher valises d'informations et insignes à dégommer, cachées dans les niveaux, et autres à-côtés, mais quand on s'appelle Killzone 2, le dernier point le plus important à aborder, à plus forte raison si le solo extrémiste menace d'en épuiser certains, c'est le multi. Et de ce point de vue, s'il est léger en cartes (8 seulement, même si d'autres sont prévues plus tard) et classique en modes, il a su s'inspirer du meilleur, et y ajouter une flexibilité étonnante. Le système des badges (en gros, votre classe), qui peuvent se coupler comme on le souhaite, permet de se forger un personnage correspondant le mieux possible à son style de jeu, et aux capacités aussi variées qu'utiles afin de former des groupes complémentaires. Après les avoir débloqués, bien entendu, au travers d'une progression à la CoD4 qui permet aussi d'avoir le temps d'apprendre. Les modes de jeu aussi sont flexibles, puisque l'hôte peut configurer une multitude d'options, et on peut même aller jusqu'à mélanger les modes de jeu pour des parties dont les objectifs changent en plein milieu. En plus, c'est presque aussi beau qu'en solo, les cartes sont plutôt réussies (c'est essentiel) et l'interface générale est correcte. Jouable jusqu'à 32, mais avec un peu de tout pour toutes les tailles de parties, même plus modestes, on peut aussi y inclure des bots pour compenser un peu sur les grandes cartes quand on n'a pas d'amis. Voire ne jouer d'abord que contre ces bots (mais alors pas de gain d'expérience pour débloquer des trucs, faut pas pousser non plus), pour apprendre un peu les modes avant de se lancer dans le grand bain, et surtout changer son allure, puisqu'en multi, pas de couverture ! Un choix bien entendu délibéré pour pousser les affrontements, mais aussi et surtout le seul gros bémol que je formulerais sur ce multi soigné et très complet (en plus du nombre léger de cartes) : pourquoi ne pas en avoir simplement fait une option pour permettre aussi des parties aux tactiques différentes ? Quoiqu'il en soit, la nervosité du solo se retrouve en multi, et le système de progression en fait un pan très sérieux de l'expérience Killzone 2, qui achèvera de convaincre ceux qui attachent de l'importance à la vie en ligne de leurs jeux, même si c'est forcément dans la longueur qu'on saura s'il obtiendra le suivi qu'il faut pour devenir aussi incontournable que ses pairs.

Bref, Killzone 2 en colle plein la vue, c'est certain, et fait immédiatement oublier les errances du premier épisode. Il offre un voyage solo moins maîtrisé à mon sens que certains de ses pairs, mais son univers étouffant, sombre et oppressant lui confère aussi un cachet unique. Vu la richesse et le soin apporté au mode multi, on ne peut vraiment pas faire la fine bouche : l'offre n'est peut-être pas celle d'un chef d'oeuvre absolu, mais elle reste bel et bien celle d'un blockbuster solide, hardcore, que les amoureux de FPS et d'action non-stop ne devraient certainement pas bouder. Et c'est, comme promis, l'un, si ce n'est le plus impressionnant des jeux PlayStation 3 à ce jour...

Indispensable Gameblog
Très bon
8
Où acheter :
par
Donnez votre note
144 notes
8
0
1
0
2
0
3
8
4
3
5
25
6
10
7
62
8
4
9
32
10
Ma collection sur PS3
Je l'ai 594
J'y joue 38
Je le vends 6
Je le cherche 3
Vos tests (6)
14 327
Pedrof
Critique originellement publiée sur mon blog le 23 avril 2013. Jeu terminé en difficile avec l'option haute précision activée. J'ai consciencieusement ignoré les "renseignements" à collecter et les "symboles" cachés à dégommer. Quand le jeu nous...
6
12 474
BlackLabel
Killzone 2 par rapport au 3, pour moi c'est un peu comme God of War par rapport au 2. L'un n'est pas meilleur que l'autre, ils ont des qualités et des défauts différents qui font que j'aime autant les deux, mais pas pour les mêmes raisons....
8
0 171
LoSanno
Alors la, chpeau GG... Magnifique jeu, du début du solo à la fin du multi, ce jeu m'a bufflé...Un FPS géniale. Graphisme de fou pour l'époque, loin devant tout les FPS console ! Solo affolant ! Multi barbare. Du sang, des ambiances louche, du réel,...
10

Galerie photo Killzone 2 - 8 images (cliquez pour zoomer)

Il faudra attendre les 2/3 du jeu environ pour que Sev et ses potes se retrouvent moins enfermés... Les ennemis manquent un peu de variété, certes ; mais leurs tactiques, elles, évoluent, et ils sont bien coriaces. Contrairement à beaucoup d'autres, sniper n'est pas toujours une solution de facilité quand les ennemis bougent tout le temps. L'animation sublime des ennemis complète leur redoutable IA : ils sautent, se planquent, contournent, grenadent, se coordonnent... Dès le début, comme il se doit : c'est le merdier. Sev, celui qu'on incarne. Perso, j'ai eu du mal à me retrouver sans sa coupe de cheveux.

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 50,68 €
172 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (172)