> > Test : Dead Space 3 (PS3, Xbox 360)

Test : Dead Space 3 (PS3, Xbox 360)

A la reconquête de son espace
Par Aymeric Lallée - publié le

Alors que Dead Space avait déjà conquis le coeur des fans de survival horror, le second volet de la saga horrifique de Visceral Games est venu enfoncer le clou pour prendre la place de la série fétiche de Capcom, Resident Evil. Voilà qui marquait quelque part un changement d'époque. Mais se renouveler sous la pression commerciale, surtout lorsque l'on est au top aux yeux de la critique, n'est pas chose aisée. N'ayez pas peur pour autant car vous pouvez être certain que devant ce troisième volet votre partenaire vous entendra crier.

Si vous êtes comme moi, vous avez découvert la saga DS sur le tard. Et force est de constater que son univers est dense, étendu et riche mais que les réponses manquent souvent à l'appel. Cette fois néanmoins, les développeurs ont entendu les fans et nous balancent pas mal de nouvelles infos et révélations à se mettre sous la dent, ce qui ne déplaira pas aux habitués, tout en proposant aux nouveaux venus une aventure qui vaut son pesant de cacahuètes. Mais comme chacun le sait, plus on en dit, plus on en sait et plus on est rassuré...

Attendez-vous à quelques surprises côté scénario mais pas de quoi bondir de son canapé.

Une peur différente

Je ne vais pas vous le cacher, cet épisode m'a fait moins peur que les précédents. Alors, ai-je trop l'habitude de fréquenter les Nécromorphes ou est-ce dû à un manque de rythme ? Aucun des deux mon général, car même si j'ai été moins sensible cette fois, j'ai  tout de même bien eu la trouille dans Dead Space 3. Et avec le recul, on se rend compte que c'est le  rythme du jeu qui a changé. L'horreur et l'angoisse ne sont plus permanentes, il s'agit plus désormais d'une sorte de roller coaster entre des pics d'action intense et des moments de calme dans lesquels la tension est maintenue au moyen d'un suspens haletant et d'une ambiance sonore ultra travaillée. Vous l'aurez compris, des bruits assourdissants ou inquiétants sont susceptibles de venir vous vriller les oreilles à tout instant. Et vous vous demanderez souvent s'il s'agit d'ennemis en approche ou simplement d'un habillage audio pour accentuer la tension. Au final, la peur est toujours présente même si on voit parfois arriver un monstre qui devrait, logiquement, totalement surprendre. Preuve que l'on commence à s'habituer et qu'il serait peut-être temps de renouveler quelques ficelles même si cela fonctionne encore...

Les humains peuvent être infectés et se transformer en nécromorphes, ce qui les rend nettement plus intéressants à combattre.

Combat Evolved

Si vous avez, comme Isaac le héros de la série, une âme d'ingénieur, vous serez heureux d'apprendre que tout votre arsenal devra être construit par vos petites mimines dans Dead Space 3. De vos armes en passant par les recharges de soin ou de stase, ainsi que l'armure RIG, vous devrez récolter des composants pour créer et améliorer vos objets et vos équipements. Il faudra d'ailleurs souvent chercher des matières premières dans les corps, en les finissant à coups de pied, ou dans les caisses disséminées un peu partout sur la vingtaine de chapitres du jeu. Mais la nouveauté la plus marquante est sans conteste la possibilité de fabriquer ses propres armes. Démontable et remontable, chacune peut être customisée pour créer deux types de tirs différents qui auront, bien entendu, différents impacts et effets sur les ennemis rencontrés par la suite.  De plus, on peut même augmenter leurs capacités au moyen de circuits spéciaux (cadence de tir, capacité des chargeurs, dégâts, etc.). Incontestablement, il est gratifiant de voir ses créations (il y en a une tonne !) terrasser les nécromorphes et les adversaires humanoïdes. C'est tellement bon, même si cela prend du temps, que l'on finirait même par fouiller partout pour parvenir à trouver de nouveaux composants afin de laisser libre court à son imagination sanguinaire. Sans rentrer dans les détails sachez que l'interface pour créer ces bijoux est claire et que le système s'avère accessible (il y a même des schémas d'armes préétablits à trouver pour les plus flemmards), tout comme la jouabilité générale du titre d'ailleurs. En effet, Isaac se déplace aisément et peut désormais faire des roulades et se cacher derrière les rebords avec aisance pour profiter d'une couverture lorsque cela est nécessaire. Un système classique mais efficace qui donne évidemment lieu à quelques stratégies face à ses adversaires.

John Carver et Isaac Clarke font désormais équipe dans la version coop de l'aventure principale.

Necromorphes pas sains

Si vous ne croiserez pas que des Nécromorphes durant votre périple, sachez que ces derniers ont évolué. Outre de nouveaux types, c'est surtout la manière dont ils réagissent qui peut créer la surprise de prime abord. En effet, en fonction de vos tirs et démembrements, toujours aussi trashs d'ailleurs, ces derniers agiront de manière différente. Je ne précise pas pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte mais sachez que vous aurez, là encore, quelques sueurs froides avant de comprendre comment ces ennemis fonctionnent. Il s'agit d'un très bon point qui est généralement couplé à des décors exigus, ce qui ne facilite évidemment pas les choses. Mais si les premiers affrontements n'ont pas toujours été faciles à négocier, je dois bien reconnaitre qu'au bout de quelques heures de jeu, je m'y suis senti à l'aise, peut-être même trop. Un constat assez étonnant que je dois au système de crafting qui permet de créer ses propres armes, comme je vous le disais plus haut. En effet, mon armement faisait des ravages sur les nécros, et ceci même si je devais évidemment agir avec stratégie pour les immobiliser et me placer ensuite à mon avantage. Bref, avec l'habitude et les armes  correctement créées (preuve que le crafting paye si on y passe un certain temps), j'avoue m'être senti en terrain conquis durant pas mal de combats et en danger en de trop rares occasions. Mais vous le savez sans doute, DS c'est aussi des puzzles (manettes, blocs à déplacer, etc.) et ce troisième volet n'est pas en reste avec pas mal de problématiques qui demandent d'utiliser ses méninges, sans pour autant nécessiter d'avoir fait maths sup'. Tant mieux, d'autant que cela permet de profiter de moments d'accalmie salvateurs entre deux affrontements sur Tau Volantis, la nouvelle planète à explorer.

Câlin ?

L'équipée sauvage

Si le second volet de DS introduisait le multijoueur compétitif, le troisième opus se concentre lui sur le jeu en coopération en drop in, drop out (le second joueur entre  et sort quand il veut dans la partie). Ainsi la campagne entière est faisable à deux (notons que le jeu en solo se fait bien seul et pas avec une I.A. qui remplacerait le joueur manquant) et modifie pas mal de choses pour s'en accommoder. Outre des ennemis plus nombreux et puissants, il faudra  surtout coopérer pour faire le ménage et progresser dans les énigmes. Si cela s'avère agréable et parfaitement intégré au scénario, avec même des parties entières mais dispensables de l'aventure à découvrir au travers des délires de John Carver, le second héros, avouons que l'ambiance est alors radicalement différente. Vous l'aurez compris, le stress est évidemment moindre, malgré certains passages pertinents, puisqu'on communique avec son partenaire pour progresser. L'idéal serait sans doute de ne pas communiquer avec lui pour retrouver l'atmosphère d'origine mais les combats fréquents et les QTE finissent de nous montrer que DS 3 à deux est un peu trop proche d'un TPS classique pour procurer les sensations flippantes de ses origines. Quoiqu'il en soit, cela reste un ajout d'importance d'autant que l'on peut coopérer de pas mal de manières différentes en combat (échanges d'objets, de munitions et réanimation de son partenaire tombé au combat par exemple) et même se refiler les plans des armes que l'on a créées. Du coup et contre toute attente, le duo fonctionne bien même si on a alors vraiment l'impression de jouer à un Dead Space axé combat.

Dead Space a changé : la peur qu'il procure n'est plus aussi subtile que dans les épisodes précédents. Il s'agit finalement d'une aventure différente qui profite de plusieurs nouveautés intéressantes (crafting, jeu à deux) et dont le rythme est désormais plus à l'avantage de l'action qu'à celui du suspense. Et la coop, même si elle offre des séquences supplémentaires qui adaptent l'aventure principale à cette configuration de jeu, ne fait que renforcer ce sentiment. Néanmoins, le tout est carré et on entre facilement dans l'aventure. Reste à savoir si les fans accepteront ces changements qui s'adressent finalement plus au grand public qu'aux hardcores de la première heure... une nécessité commerciale, sans doute, pour EA.

Test : Dead Space 3 (PS3, Xbox 360)
Très bon
Notes de la Rédac (3)
Faire suite à Dead Space 2 n'était pas chose aisée mais les développeurs de Visceral Games s'en sortent plutôt bien avec un jeu bien calibré, même s'il laisse plus la place à l'action qu'auparavant. Les nouveautés telles que le système de craft ou le jeu en coopération fonctionnent bien et apportent une nouvelle dimension au titre. Dommage néanmoins que l'angoisse propre à la saga soit finalement moins présente qu'avant et que celle-ci ne soit plus réellement basée sur l'ambiance générale mais sur l'alternance entre rixes musclées et moments d'accalmie inquiétants. Un constat que certains auront sans doute du mal à accepter même si Dead Space 3 demeure un titre efficace !
par Aymeric Lallée
+ On aime
  • Ambiance sonore énorme
  • Le jeu en coop bien pensé
  • La customisation des armes
  • Scénario et révélations sur l'univers
  • Un rythme entre action et stress qui fonctionne...
- On n'aime pas
  • ... mais qui ne plaira pas à tout le monde
  • Certains passages convenus
  • Une I.A. pas toujours top
  • Quelques problèmes de collisions
  • Un peu trop de combats
  • Moins flippant qu'avant, surtout à deux
  • Des temps de chargement parfois longs
Vos notes
1
3
2
7
8
8
3
5
37 notes
3,6
Notez ce jeu

L'argus
25,51€
Quel prix pour ce jeu ?
Vos tests (1)

Galerie photo

Attendez-vous à quelques surprises côté scénario  mais pas de quoi bondir de son canapé. Les humains peuvent être infectés et se transformer en nécromorphes, ce qui les rend nettement plus intéressants à combattre. John Carver et Isaac Clarke font désormais équipe dans la version coop de l'aventure principale. Câlin ? Il y a bien plus de combats dans ce Dead Space que dans les autres épisodes de la saga. Si Isaac est un héros particulier, je crois que le préférais lorsqu'il gardait le silence. Soyez toujours en alerte ou vous risquez d'avoir des surprises. Malgré des débuts un peu lents, l'aventure gagne en intensité sur la longueur. Les phases dans l'espace sont absolument superbes. Les Unitologues sont bien plus présents qu'avant. Le rendu graphique du jeu est très réussi malgré quelques textures qui manquent de finesse. Charger les horreurs qui se cachent derrière les portes est parfois un peu long. Il faudra être patient durant certains temps de chargement.

L'actu Jeux en vidéo

Ajouter à mes favoris Commenter (98)

Top ventes

Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 393,69 €
Console Wii U Premium Mario Kart 8 Pack …
Neuf : 274,81 €
Console Sony PS4 + inFamous Second Son
Neuf : 418,77 €
Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 429,90 €
Console Sony PS3 Ultra Slim 500 Go
Neuf : 249,69 €
The Last of Us Remastered PS4
PlayStation 4
Neuf : 49,90 €
Console Microsoft Xbox One + TitanFall +…
Neuf : 468,90 €
Console Microsoft Xbox One
Neuf : 398,90 €
Tomodachi Life 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 36,37 €
Console Sony PS3 blanche Ultra Slim 500 …
Neuf : 249,69 €
Console Wii U Premium Zelda Wind Waker P…
Neuf : 268,14 €
Console Nintendo 3DS XL - argent + noire
Neuf : 172,75 €
Console Nintendo 3DS XL - noire
Neuf : 179,86 €
Mario Kart 8 Wii U
Nintendo Wii U
Neuf : 49,89 €
Console Nintendo 3DS XL - bleue + noire
Neuf : 172,75 €
DEVENEZ MEMBRE PREMIUM

Abonnez-vous et profitez dès maintenant de nombreux avantages :
Émissions vidéo en avant-première, contenus exclusifs, disparition de la pub, avantages communautaires...

Derniers commentaires

tous les commentaires (98)