> > Test : Darksiders II (PS3, Xbox 360)

Test : Darksiders II (PS3, Xbox 360)

La Mort aux pouces
Par Grégory Szriftgiser - publié le

Darksiders II incarne une frange de jeux qui se sont fait beaucoup trop rares à mon goût. Des titres d'action/aventure/RPG ultra riches, qui mélangent le meilleur des beat'em all à la God of War, des Action/RPG à la Zelda, et des Hack'n Slash à butin à la Diablo. Trois références de game design réunies au creux d'une aventure de très longue haleine dans un univers à la saveur unique, bien loin des clichés de la fantasy tolkieniste. A la réflexion, c'est même le seul jeu qui les mélange à ce point, d'ailleurs. L'histoire de l'aîné des Cavaliers de l'Apocalypse parti innocenter son frère, ou plutôt effacer son crime, tient-elle donc en haleine de bout en bout ?

Bon bin voilà. Il m'aura fallu plus de 33 heures, sans lambiner, pour finir mon premier run de Darksiders II, sans avoir pris la peine de finir absolument toutes les quêtes secondaires ou récupérer absolument tout. C'est sûr, j'ai tout de même épongé une bonne partie des objectifs facultatifs, mais pas encore rincé tous les secrets avant de faire enfin face au boss final de cette aventure gargantuesque. C'est que quand on joue la Mort, bin on ne manque pas de trucs à faire.

Le monde des Fondateurs sera le premier qu'on explorera, en quête de l'Arbre de Vie.

Partout à la fois

A l'image de son célèbre héros, Mort, le jeu de Vigil semble être partout. Chez les beat'em all avec ses combats nerveux, épiques, dans lesquels Mort esquive et frappe à la vitesse de l'éclair contre toute sorte d'ennemis, s'entraîne pour débloquer de nouvelles combos, affronte des mini-boss à sa mesure en des duels acharnés. Chez les Action/RPG avec ses donjons facultatifs et ses salles cachées qu'on reviendra visiter après avoir acquis une de ces nouvelles capacités savoureuses qui ont souvent une application autant pour les énigmes que pour le combat. Chez les hack'n slash avec ses niveaux à conquérir, ses deux arbres de talents qui imposent des choix au joueur développant les pouvoirs de Mort, et avec, enfin, ses butins aléatoires qui créent ce petit rush d'adrénaline si savoureux lorsque le corps d'un ennemi lâche un objet violet, couleur de la qualité épique. Il est même chez les TPS avec un passage particulier face à des vagues d'ennemis qu'on disperse avec des arbalètes automatiques lourdes, et chez les jeux de plate-forme dans lesquels il faut soigneusement prévoir ses sauts et sa grimpette pour ne pas essuyer l'échec. Il rappelle par divers aspects de nombreux titres comme Soul Reaver, comme Devil May Cry, comme Zelda, World of Warcraft, Shadow of the ColossusPrince of Persia ou encore God of War, auxquels il emprunte de nombreux points forts pour les conjuguer au mode de son propre univers, soigné et immersif. C'est un jeu passionné et passionnant, riche et impressionnant d'ambition.

Fort heureusement, les points talents peuvent être réaffectés facilement au cas où nos choix initiaux se révèlent insatisfaisants.

La Mort n'est pas sans défaut

Après ces premières éloges, parlons de ce qui peut gêner dans Darksiders II. Pour commencer, la fin du périple n'est probablement pas à sa hauteur. Le boss final est moins impressionnant que certains rencontrés auparavant, et la fin un peu trop vite expédiée ; c'est d'autant plus regrettable que le périple pour y arriver fut plutôt long. Tant qu'à parler du périple, d'ailleurs, on pourra aisément lui reprocher un certain manque de rythme, de moments véritablement mémorables, si ce n'est la découverte de chacun des quatre mondes qu'on traversera au cours de l'aventure et quelques boss épiques. Personnellement, je m'en suis pleinement satisfait puisque ce manque de rythme est sans doute dû à de très longues sections en donjons remplis de larges puzzles et que j'adore ça, mais peut-être certains trouveront-ils qu'un peu moins d'énigmes et un peu plus de combats n'aurait pas fait de mal à l'ensemble... même si l'action ne manque clairement pas ! Côté interface, si dans l'ensemble elle est plutôt performante, on se demande pourquoi la comparaison des objets n'est pas plus claire, montrant combien de points on gagne ou perd à telle statistique plutôt que la valeur finale après changement, colorée en rouge pour les pertes et en vert pour les gains. On se demandera aussi pourquoi cette fois, certains noms n'ont pas été traduits dans le jeu (comme War et Death) alors qu'ils le sont dans le premier ou dans le roman officiel. Enfin, certains détails techniques pourront froisser : des petits loadings intempestifs ça et là qui gèlent l'image pendant une ou deux secondes en changeant de zone, une caméra parfois aux fraises dans les combats les plus brouillons avec beaucoup d'ennemis à l'écran qui ajoutent à la confusion, ce genre de choses. Mais honnêtement, alors que je recommence le début du jeu pour la 4e fois déjà, tout cela apparaît bien secondaire devant l'ampleur du travail réalisé, et le talent avec lequel l'univers du jeu, comme son gameplay aux multiples facettes, attirent et satisfont le joueur.

Le jeu commence, cette fois, directement avec la monture accessible.

Passionné et passionnant

Au delà de l'impressionnante aventure bourrée de choses à découvrir et à explorer, de gameplays imbriqués de manière cohérente, toutes sortes de détails rappellent purement et simplement les raisons pour lesquelles nous avons tant aimé les autres grandes sagas du genre, lorsqu'elles étaient soignées par des développeurs qui aimaient tant les jeux qu'ils faisaient. Des jeux qui n'étaient autres que ceux auxquels ils voulaient jouer. Il y a le Grimoire du Serpent, par exemple, qui permettra aux joueurs de s'échanger des butins entre amis lorsqu'ils n'en auront plus l'usage où parce qu'ils ne correspondent pas à leur style. Il y a le kilo-tonne de combos et de nouveaux coups à apprendre, de mélanges armes principale / armes secondaires qui les modifient encore, l'équipement spécial, du flingue à la main fantôme... les différentes statistiques pour tel ou tel type de joueur, plutôt combat ou plutôt magie, les effets secondaires de certaines armes, les armes possédées, brillante idée... La forme du Faucheur, les pouvoirs différents de l'arbre de talents, qu'on ne pourra pas tous avoir au premier run... Il y a le New Game +, après avoir fini une première fois le jeu, qui permettra aux courageux de se lancer par exemple dans le mode Nightmare, ou encore de découvrir quelques nouveaux petits secrets inaccessibles la première fois. Il y a les 4 Gnomes planqués. Il y a les vagues d'ennemis du Tribularium, qui permettront aux amateurs de combat de mesurer la force leurs compétences autant que leur personnage et constitue une sorte de jeu à part entière, 100% action. Il y a les quêtes secondaires mystérieuses. L'ensemble constitue ainsi un tout qui donne envie d'y revenir même après le générique de fin. Et, bien sûr, il y a cette histoire débordant de mythologie revisitée, avec ses personnages manipulateurs, son twist scénaristique, ses dialogues fantasy, qui répond à certaines questions et en pose de nouvelles (mais que ceux qui n'ont pas fait le premier se rassurent : il n'est pas indispensable à la compréhension des grandes lignes du second).

En un mot comme en cent, Darksiders II ne déçoit guère pour ceux qui avaient adoré le premier. C'est un jeu ultra-généreux comme on en voit peu. Il déborde de classe, et s'il n'est certes pas exempt de certains défauts (mais après tout, qui l'est), c'est le premier gros morceau d'une fin d'année qu'on attend bien chargée... un titre à mon sens incontournable pour peu qu'on ne soit pas réfractaire à son univers. Même les voix françaises sont plutôt correctes. J'aurais pu vous en dire bien plus dans ce test, bien entendu, mais j'ai voulu limiter autant que possible les spoilers... ce qui n'est pas le cas, pour ceux qui veulent en découvrir plus, des sujets qui émailleront notre semaine spéciale dédiée au jeu. Rendez-vous demain, déjà, pour le résumé de l'épisode précédent et un retour sur l'univers et l'intrigue, ainsi que le tout début de Darksiders II en vidéo.

Test : Darksiders II (PS3, Xbox 360)
Indispensable Gameblog
Très bon
Notes de la Rédac (0)
Incontestablement, Darksiders II est un travail d'orfèvres passionnés de jeu vidéo, à destination de leurs semblables. C'est simple : de mémoire, le dernier trip plus ou moins approchant en termes de genre qu'il m'ait été donné de jouer avec autant de plaisir, c'était la série des Soul Reaver. Darksiders II offre un monde bien plus étoffé rempli de personnages badass, débordant de classe et de visions sublimes directement issues d'un imaginaire nourri aux meilleurs comics fantasy, et dont chaque recoin exsude de l'épique pure souche. C'est beau, c'est riche, c'est immersif, c'est super jouable et varié, et si on pourra tout de même lui reprocher un scénar moins noué d'intrigues que celui du premier, une fin finalement peu satisfaisante, et deux ou trois broutilles moins capitales, impossible de ne pas saluer l'impressionnant travail de Vigil Games.
par Grégory Szriftgiser
+ On aime
  • Univers extraordinaire
  • Game Design ultra-riche et varié
  • Aventure de très longue haleine
  • Direction artistique qui tue
  • L'échange de butins entre amis
  • VO présente sur le disque
- On n'aime pas
  • Quelques soucis d'interface
  • Scénario en retrait par rapport au premier
  • Une fin qui n'est pas à la hauteur de l'aventure
  • Parfois confus, caméra imparfaite
  • L'éparpillement de DLC bonus entre précos et exclus de boutiques
  • Un peu de recyclage du premier Darksiders
Vos notes
3
1
1
9
14
29
5
15
77 notes
3,8
Notez ce jeu

L'argus
31,35€
Quel prix pour ce jeu ?
Vos tests (3)

Galerie photo Darksiders II - 7 images (cliquez pour zoomer)

Le monde des Fondateurs sera le premier qu'on explorera, en quête de l'Arbre de Vie. Fort heureusement, les points talents peuvent être réaffectés facilement au cas où nos choix initiaux se révèlent insatisfaisants. Le jeu commence, cette fois, directement avec la monture accessible. Cet énorme marteau, croisé au détour d'un donjon, est l'arme du premier gros boss... Le butin constitue une part très importante du jeu. Pour venir à bout des 100 vagues d'ennemis du Tribularium, il faudra un personnage très puissant. Qui est donc ce mystérieux Vieux Corbin ?

L'actu Jeux en vidéo

Ajouter à mes favoris Commenter (75)

Top ventes

Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 379,95 €
Console Xbox One + FIFA 15 Microsoft
Neuf : 389,90 €
Console PS4 500 Go Blanche + DriveClub -…
Neuf : 439,60 €
Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 436,55 €
Super Smash Bros 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 36,39 €
Console Wii U Premium Mario Kart 8 Pack …
Neuf : 289,71 €
GTA 5 PS4
PlayStation 4
Neuf : 55,00 €
Batman Arkham Knight Batmobile Edition P…
PlayStation 4
Neuf : 199,90 €
FIFA 15 PS4
PlayStation 4
Neuf : 56,50 €
FIFA 15 PS3
PlayStation 3
Neuf : 56,68 €
Console PS4 500 Go + DriveClub - Console…
Neuf : 439,86 €
Pokemon Rubis Omega 3DS + Steelbook Edit…
Nintendo 3DS
Neuf : 44,90 €
Pokemon Saphir Alpha 3DS + Steelbook Edi…
Nintendo 3DS
Neuf : 44,90 €
Call of Duty Advanced Warfare Edition Da…
PlayStation 4
Neuf : 58,00 €
Console Microsoft Xbox One + Capteur Kin…
Neuf : 454,90 €
DEVENEZ MEMBRE PREMIUM

Abonnez-vous et profitez dès maintenant de nombreux avantages :
Émissions vidéo en avant-première, contenus exclusifs, disparition de la pub, avantages communautaires...

Derniers commentaires

tous les commentaires (75)