>
>
Test de Guild 01 (Nintendo 3DS)

Test : Guild 01

Matsuno et Suda51 sont dans un bateau...
Par Daniel Andreyev - publié le

Quand Level-5 débauche la crème des crèmes du jeu vidéo japonais d'aujourd'hui pour faire une compil éclectique sur 3DS, on ne peut qu'être alléché. "Sujet libre", comme les rédactions de fin d'année, à Matsuno, Suda51 et aux autres pour nous impressionner.

Testé à partir d'une version import aimablement prêtée par Trader.

Kaiho Shojo, le shmup de Suda51.

Opération Carte Blanche

Il y a plusieurs dizaines d'années, le grand public se moquait éperdument de savoir qui réalisait et produisait les jeux vidéo. Dire qu'au Japon, ils n'étaient que des pseudonymes, de peur qu'un concurrent ne les débauche. Puis vinrent les années 90 où le producteur avait droit de répondre aux interviews. Il devenait enfin un visage. Les années 2000 ont sacralisé ce star-système. Le producteur et le réalisateur sont devenus un cachet de plus à mettre en avant, en espérant que cette méthode de communication rajoute quelques milliers d'exemplaires. Level-5 respecte ces personnalités au point d'organiser un espace d'expression pour ces créateurs japonais, malgré le trou d'air que traverse l'industrie nippone en ce moment. En dépit de ses récents déboires commerciaux, l'éditeur prend le risque de donner carte blanche à 4 réalisateurs connus du milieu pour faire quelque chose de différent, de plus modeste. L'éclairé amateur de catch Suda 51 de killer7 et No More Heroes, le cultissime Yasumi Matsuno de Tactics Ogre, Vagrant Story et Final Fantasy XII, Yoot Saito du très peu académique Seaman et enfin Yoshiyuki Hirai, un artiste comique multicartes. Allez, sujet libre, on ramasse les copies dans quelques paragraphes.

Aeroporter, la bonne surprise de Yoot Saito.

Kid Icarus Rebirth

Echappé de l'imagination de Suda 51, Kaihô Shojô est un shoot-them up un peu harassant. Et ce n'est pas sa faute. C'est comme si les dizaines d'heures de Kid Icarus Uprising n'avaient servi à rien. On a mal comme au premier jour des aventures de Pit. On ne pouvait pas s'imaginer que le socle offert avec le douloureux hit de Nintendo allait resservir aussi tôt. Et les niveaux trop longs, à voler en liberté dans une sorte d'arène, n'aident en rien. Cela n'empêchera personne d'admirer la jolie Shôko Ôzora, le fessier saillant, bien installé dans sa machine de guerre. La fille du président japonais de ce futur plus ou moins lointain va devoir affronter des monstres d'un gabarit godzillesque dans une zone déterminée. Heureusement, elle le fait à bord d'un formidable exosquelette répondant au sigle forcément awesome de "Kamui", le genre d'aile volante de combat que seule l'animation japonaise sait imaginer. La production value est assez déroutante pour un "petit jeu au sein d'une compil". Dessins animés réalisés par Bones, ambiance sonore à fond les ballons supervisée par Yamaoka... De toute la clique présente sur Guild 01, la production de Suda51 est de loin celle qui a le plus d'impact "dans les dents", cette force brute qu'avaient les Summer Carnival, ces jeux à niveaux uniques mais intenses sur PC Engine, entièrement dédiés au scoring. 3 étoiles et demi en iTunes.

Crimson Shroud, le jeu de Matsuno, malheureusement un peu décevant.

"Diantre un coffre" s'écria le héros avant de lancer un dé 6...

Crimson Shroud, légitimement jeu le plus attendu du lot, est le premier titre original du génie perfectionniste Yasumi Matsuno depuis qu'il s'est fait porter pâle avant de pouvoir finir Final Fantasy XII. Embauché depuis par Level-5, il s'est promis tout d'abord de travailler sur des projets à dimension humaine. Et Crimson Shroud répond au moins à cette attente-là. Giauque, Frea et Lippi, trois aventuriers jusqu'au bout du cliché de l'héroic fantasy, s'engouffrent dans un château. Quelques lignes d'introduction sont là pour nous rappeler des velléités d'un univers rempli de "Gifts", ces objets magiques convoités par les héros. Il est amusant de voir comment Crimson Shroud essaye d'entretenir la confusion : Sakimoto balance quelques thèmes épiques façon Vagrant Story tandis que le direction artistique est assurée par Hideo Minaba, lui aussi un vétéran de FFT. Un peu d'imagination, et on est dans Ivalice.

Le concept est terriblement simple : un mini-RPG vécu comme une mise en abîme de jeu de plateau. On contrôle les personnages comme on manipule des figurines dans une aire de jeu. Toute la narration est volontairement textuelle, conservant toute la didascalie pour bien faire vivre l'aventure comme si le maitre du jeu veillait sur les aventuriers. "C'est alors que le héros lança deux dés de 6 pour sentir si le coffre allait lui exploser dans les mains" à l'ancienne. "Si c'est pour lire un livre dont vous êtes le héros, il y en a des palettes entières chez les bons bouquinistes" diront les joueurs les plus âgés à qui est pourtant destiné ce tour de passe-passe. Le problème, c'est que personne ne donnerait plus de quelques euros pour une histoire si peu immersive, laissant délibérément le joueur/lecteur comme spectateur d'une histoire forcément très mal rythmée. Une aventure textuelle à laquelle viennent s'ajouter des combats de RPG ultra orthodoxes n'intéressera qu'un petit nombre de nostalgiques qui auront pris soin de revoir leur espérance à la baisse pour ne pas être trop déçus. Un créateur génial qui se la joue volontairement petit bras, ça donne un jeu normal. 50% en Player Fun.

Rental Bukiya de Omasse, le titre du comique japonais Yoshiyuki Hirai.

Elie Semoun RPG

Pas besoin d'avoir le full-set DVD de la carrière de Yoshiyuki Hirai pour mieux apprécier la finesse de "Rental Bukiya de Omasse", son projet dans Guild 01. Ce comique japonais a eu l'idée rigolote d'imaginer un jeu de gestion d'armurerie de RPG, celle-là même où viennent défiler les héros. Un peu comme si Activision confiait sa licence Call of Duty à Gad Elmaleh pour en faire une appli iPhone, le joyeux drille japonais apporte son univers décalé et son bagout dans les dialogues. Dans mes rêves les plus fous, j'imagine une version française traduite par des amateurs éclairés du Grand Détournement ou des Nuls, mais en l'état, les gags ne sont pas toujours très rigolos. Les mini-jeux de Retro Game Challenge proposaient un pastiche beaucoup plus fin du genre mais n'avaient pas à se limiter exclusivement à l'armurerie. La mécanique de gestion et de popularité est assez bien fichue. Un fils et son père fabriquent et vendent leurs armes pendant que les autres clients parcourent plaines et donjons. Et pendant qu'ils s'épuisent à la tâche, une fenêtre informe en direct live de leurs prouesses. Il faudra passer outre un mini-game pas très réussi où l'on devra taper en rythme le métal chaud pour qu'il prenne la forme de l'arme désirée. Répétitif, Rental Bukiya de Omasse est malheureusement victime de sa mécanique trop bancale. Dès lors, on ne s'acharnera dessus que pour débloquer la démo de l'alléchante prochaine production de Level-5, planquée dans ce Guild 01. Deux petits coeurs seulement.

Rental Bukiya de Omasse

Catch me if you can

Aeroporter était sans doute le jeu le plus modeste du lot. Yoot Saito de Vivarium n'est pas star à briller dans les dossiers de presse, il n'a pas non plus une horde de fans qui le suivront quel que soit son projet. Et pourtant, son Seaman et son Odama ont marqué des niches de fans reconnaissantes. Il nous transporte aujourd'hui dans un aéroport à l'esthétique simplifiée. Des couleurs criardes en aplat, des ombres chinoises qui mettent des valises sur des tapis roulants et des cercles qui tournent. Pour bouger une valise d'un tapis à l'autre, il suffira du bouton L et R pour déclencher les passerelles. Mais attention, toutes les passerelles ! Et quand on a 25 valises à gérer en même temps, des avions qui sont pressés de décoller, parfois des colis piégés, on finit par être vite dépassé. Il ne manquerait plus que l'aéroport n'ait plus assez de fonds ou d'énergie pour alimenter quelques ampoules, ce qui signifierait passer en mode économique. De tous les jeux de Guid 01, c'est Aeroporter qui a la gueule la plus modeste. Il pourrait clairement être fait sur n'importe quel support et il ne serait pas étonnant qu'un clone atterrisse d'ici quelques mois sur nos smartphones. Mais il y a une certaine efficacité dans le procédé, une approche si ludique d'un concept déjà vu et revu... qu'on y retrouve exactement la même addiction. Celle qui nous a fait courir pendant des heures dans Temple Run, par exemple. De tous les jeux que j'ai pu jouer sur 3DS, c'est celui qui se rapproche le plus des "hits" qu'on a l'habitude de voir sur téléphone aujourd'hui. Cette forme limpide de jeu vidéo, racé, fait d'Aeroporter le digne successeur des bit Generations de la GBA et des meilleurs DSiWare, un véritable petit bijou à découvrir. 7 Selec.

Guild 01 est la preuve que même en se voulant plus modestes, les créateurs célèbres ne s'éloignent jamais de leurs passions, de leurs propres tics. Mais Il faut de l'audace pour assumer son label de compilation de jeux d'auteurs. De la même manière que les gens disent préférer regarder Arte mais finissent devant TF1, l'entreprise "Guild 01" était fondamentalement vouée à un échec commercial. Pour Level-5, il fallait se sortir de l'expérience avec la tête haute. Aucun des jeux proposés par Guild 01 ne démérite vraiment, mais seul Aeroporter, l'outsider, brille par son efficacité et son imagination. Reste une lueur, un enseignement. Si Matsuno voulait faire un retour au game design en toute discrétion, il ne pouvait pas s'y prendre autrement qu'avec son mini-RPG, presque perdu dans cette compilation. Un jour, il reviendra aux affaires. Et ce jour-là, il montrera quel génie il est, for great justice.

Satisfaisant
6
Un shoot them up, un RPG textuel, de la stratégie et un jeu de réflexion action sur une seule et même cartouche, le tout imaginé par des stars de leur domaine respectif, c'est l'ambition de Guild 01, le dernier projet maboule de Level-5. Matsuno, Suda51 et le mec responsable du très barré Seaman sur une seule cartouche 3DS, normalement on signe tout de suite. Mais c'est comme un film à sketchs, le résultat est forcément inégal, passant du très bon à de l'anecdotique, une expérience qui vaut bien qu'on y jette un œil attentif car finalement, all your base are belong to us.
par
+ On aime
  • Aeroporter, tout simplement génial
  • Kaiho Shojo de Suda51 et sa patate de jeu Nec
  • Les musiques fabuleuses du Crimson Shroud de Matsuno
  • La démo de Time Travellers à débloquer
- On n'aime pas
  • Le jeu de Matsuno forcément anecdotique
  • L'humour très spécial de Rental Bukiya
  • La douleur aux poignets de Kaiho Shojo
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur 3DS
Je l'ai 0
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Guild 01 - 19 images (cliquez pour zoomer)

Kaiho Shojo, le shmup de Suda51. Aeroporter, la bonne surprise de Yoot Saito. Crimson Shroud, le jeu de Matsuno, malheureusement un peu décevant. Rental Bukiya de Omasse, le titre du comique japonais Yoshiyuki Hirai. Rental Bukiya de Omasse Rental Bukiya de Omasse Aeroporter Aeroporter Aeroporter Kaiho Shojo Kaiho Shojo Kaiho Shojo Kaiho Shojo Kaiho Shojo Kaiho Shojo Crimson Shroud Crimson Shroud Crimson Shroud Crimson Shroud

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 50,68 €
7 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (7)