> > Test : Syndicate (PS3, Xbox 360)

Test : Syndicate (PS3, Xbox 360)

Cyberpunk bas-du-front
Par Grégory Szriftgiser - publié le

Fans de cyberpunk, vous le savez tout comme moi : rares sont les jeux se déroulant dans ces univers d'anticipation sombres et complexes. Depuis Deus Ex : Human Revolution, on n'avait rien tâté dans le genre, alors forcément, même si ce Syndicate fait dans l'action pure et non dans la stratégie comme ses aînés de la licence créée par Peter Molyneux en 93, on a l'interface neuronale qui frétille et l'envie d'y plonger. Avec Starbreeze aux commandes, on espère une réussite de l'ordre de celle d'un Chroniques de Riddick... malheureusement, ce ne sera pas le cas.

New York, 2069. Les mégacorporations telles qu'Eurocorp, celle pour laquelle travaille notre héros Miles Kilo, ont à présent beaucoup plus de pouvoir que les gouvernements. Elles disposent de leurs propres armes, armées, et agents... Kilo est l'un d'entre eux. Chargé de protéger les secrets industriels d'Eurocorp, autant que de voler ceux des autres mégacorporations, Kilo est équipé d'une puce DART de 6e génération, lui permettant de s'interfacer avec le Dataverse (l'Internet du futur), et de pirater équipements et terminaux, mais aussi humains portant une puce de qualité inférieure. Verre, béton, buildings gigantesques, projecteurs holographiques et interfaces à la Minority Report du côté des riches, bidons-villes, maladies et dépendances diverses dans la ville-basse : pour l'instant, pas de doute on est en plein Cyberpunk.

Il faudra pirater le bouclier énergétique de ces drones afin de pouvoir les abattre.

Le bon Cyberpunk, et le médiocre Cyberpunk

Le problème, c'est que pour faire une bonne intrigue Cyberpunk, il faut une chouette conspiration (internationale). Lorsque vient le moment du générique de fin de Syndicate, on a bien l'impression d'avoir suivi une histoire d'idéologie en forme d'affrontement entre humanistes se résolvant au terrorisme et esclavagistes modernes ne pensant qu'au pognon, mais sans vraiment qu'on ait été surpris de quoi que ce soit tout au long du chemin. Le retournement de veste est attendu, le vilain patron corporatiste est bien celui qu'on croyait, même le boss final ne trahit pas nos attentes, bref, on suit, tout au long des 20 chapitres de ce scénario (compter environ 8 heures de jeu), les bottes de Kilo sans jamais que ses pas, et ses galères, ne parviennent à peser bien lourd dans la balance de notre intérêt (Kilo, balance... non ? Vous avez raison). Heureusement, la mise en scène d'un assez bon niveau offre des scènes d'exposition à la Starbreeze plutôt soignées (petits événements se déroulant sous nos yeux et participant à l'immersion), et l'excellent accent porté sur le body-awareness (la vision qu'a le joueur du corps de son personnage à tout moment) rehaussent la narration. Côté atmosphère, si la réalisation visuelle et sonore, de grande qualité, et des petits détails bien vus (réalité augmentée, fichiers à récupérer, quelques tags ici et là, etc.) permettent de deviner que des thèmes comme le transhumanisme ou l'avidité corporatiste sous-tendent vaguement l'univers, il faudra se contenter de son imagination pour espérer y voir quelque chose de profond, ou même d'intéressant. Fort heureusement, si la qualité d'un FPS d'aujourd'hui se résumait uniquement à son scénario, on serait bien mal barrés.

Le rendu de la lumière et divers effets visuels offre une touche graphique réussie à Syndicate.

Piratins

Si Syndicate se contente d'être un FPS linéaire relativement classique, avec quelques séquences ça et là pour varier un peu le gameplay de shooting (sur un train lancé à vive allure face à des motos anti-grav, par exemple), le principal intérêt de son game design réside dans la capacité qu'aura Kilo de pirater divers trucs. Des systèmes, d'abord, pour par exemple modifier la configuration d'une salle pendant une fusillade en rabattant ou escamotant des couvertures actionnées par l'informatique d'un lieu, et ensuite, petit à petit, les adversaires pucés, en apprenant trois compétences bien pratiques : contre-feu, suicide et persuasion. La première permet d'enrayer temporairement l'arme de l'adversaire, tout en le rendant plus vulnérable à nos tirs, la seconde le fait exploser au beau milieu de ses coéquipiers, et la dernière le retourne contre eux. Pour pirater, il suffit d'avoir en visuel la cible, puis de laisser appuyé le bumper gauche jusqu'à remplir suffisamment la jauge de piratage. En réussissant un timing parfait, on obtient un bonus de rechargement de ces trois capacités, mais elles se rechargent principalement au combat, à chaque ennemi abattu. Cette possibilité influe sur le gameplay à deux titres : d'une part elle le teinte d'une petite dimension stratégique (quand et quelle capacité utiliser), et d'autre part, elle oblige le joueur à rester attentif et à entreprendre plusieurs actions à la fois, ou alors avec le bon timing. En effet, quelques adversaires, humains ou drones, doivent être piratés avant de pouvoir être abattus, ou alors, pour espérer se tirer de certaines fusillades, il faut agir sur le décor au bon moment. En particulier, les boss demanderont une attention renforcée, d'autant qu'ils sont assez costauds. Voire trop, parfois, ou plus précisément dans un ordre inadéquat par rapport à la courbe de difficulté globale du jeu. Le premier par exemple est beaucoup plus difficile à vaincre que l'avant dernier... Va comprendre, Charles. Mais, globalement, ce petit élément de gameplay relativement simple donne du piment aux affrontements.

La vision DART est une aide précieuse au combat.

StanDART

Il faut également reconnaître que Syndicate, en plus de sa réalisation visuelle et sonore réussie, offre un feeling des armes plutôt jouissif, et que ces dernières, tout en restant relativement classiques, s'avèrent réussies. Du snipe au lance-flammes, en passant par le fusil gauss, divers fusils d'assaut, un bon vieux pompeux ou des pistolets et revolvers, les armes proposent souvent deux modes de tir différents, un look réussi, et une impression de recul bien rendue. Outre la réussite du pur gameplay de shooting, l'incorporation de la "vision DART", la vision de la puce de Kilo, permet de ralentir le temps, mieux isoler les ennemis grâce à leur signature électronique visible au travers des murs, et surtout se sortir d'une situation qui tourne mal. On la déclenche d'une pression sur le bumper droit, et elle se recharge naturellement au bout d'un certain temps, comme la vie d'ailleurs, à la Halo. Quelques séquences utilisent le piratage pour de petits puzzles (détourner le courant pour réalimenter un ascenseur par exemple), tandis que la vision DART permet aussi de mieux affronter des adversaires disposant d'un camouflage optique. Et c'est tant mieux, car en termes de difficulté, Syndicate opte pour une approche plus oldschool, et plutôt brutale. Les ennemis ne sont pas forcément très futés, c'est dommage, mais ils sont plutôt mobiles, et surtout, très bien équipés, très bons viseurs, et presque toujours en supériorité numérique. Si la visée propose une aide (désactivable) à la Call of Duty (quand on épaule près d'une cible, le réticule se place automatiquement dessus), on passera tout de même l'essentiel de notre temps à tenter, le plus souvent vainement, de trouver un endroit offrant une couverture à peu près valable. Foncer tête baissée comme dans un Call of ne marchera pas, même si l'efficacité du corps à corps (visuellement très fort au travers du body-awareness réussi du titre) permettra parfois de se sortir d'un mauvais pas.

Le coop fonctionne plutôt bien, même si on en fera assez vite le tour également.

Défilé de gabardines

A chaque boss éliminé, on récupérera une puce d'où extraire un peu de technologie à notre avantage ; en jeu, cela se traduira par l'achat de "talents" sur une grille, lesquels offriront des bonus divers selon nos choix (vie, dommages, durée du DART, capacité à recharger plus rapidement les compétences de piratage, etc.). Cette progression du personnage est également présente en multijoueur coopératif, l'autre pan du jeu, dont le fun n'est pas négligeable. En compagnie de 3 autres joueurs, un ensemble de 9 missions relativement simples permettent de prolonger l'expérience, tout en reprenant l'exigence du solo. Il faudra impérativement s'organiser correctement, utiliser les capacités liées à la classe choisie, et coordonner les actions pour traverser les vagues d'ennemis et parvenir aux objectifs. Les agents peuvent se soigner, se "buffer", et se "rebooter" (i.e. se ressusciter) les uns les autres. Le grand problème de cette partie du game design, c'est que les puces à récupérer pour s'améliorer ne sont pas démultipliées entre les joueurs : premier arrivé, premier servi. Du coup, mieux vaut jouer entre potes courtois. Bref, le coop fonctionne bien, même si une fois les stratégies découvertes, il perd assez vite de son intérêt.

Au final, Syndicate n'est pas au niveau de certaines des meilleurs productions passées du studio. Il reste bourré de détails soignés et agréables, de qualités propres, mais aussi de défauts ou d'éléments qui auraient mérité d'être plus développés. Reste un FPS relativement solide pour les gros bouffeurs du genre, qui offre surtout aux joueurs chevronnés l'opportunité de briller grâce à leur capacité à faire plusieurs choses à la fois plutôt que de simplement appuyer sur la gâchette, et aux fans de cyberpunk une petit dose de plaisir, surtout visuel, dans un univers globalement bien retranscrit mais pas assez creusé. Avec un vrai scénario, il aurait vraiment pu convaincre bien plus.

Test : Syndicate (PS3, Xbox 360)
Satisfaisant
Notes de la Rédac (1)
Côté gameplay, Syndicate offre un challenge soutenu, et des sensations très agréables pour les joueurs qui sont en mesure de faire plusieurs choses à la fois, c'est à dire essentiellement tirer et pirater en même temps tout en se déplaçant sans arrêt. Les adversaires mobiles, agressifs et nombreux y sont pour beaucoup, et de véritables combats de boss portent l'ensemble un cran au-dessus. Dommage cependant que Starbreeze n'ait pas agrémenté tout ça d'un vrai scénar Cyberpunk, car côté mise en scène, leur touche reste présente et agréable. Le coop offre lui aussi un prolongement valable à la campagne solo, mais dont on aura fait le tour tout aussi vite. Au final, Syndicate fait partie de ces jeux qui auraient pu être nettement plus marquants, car ils ne manquent décidément pas de qualités, mais qui échouent à trop d'égards pour figurer parmi les meilleurs.
par Grégory Szriftgiser
+ On aime
  • Direction artistique et atmosphères soignées
  • Réalisation sonore et visuelle de qualité
  • Le soin apporté aux scènes d'exposition
  • Vision de son propre corps réussie
  • L'interface DART
  • Un gameplay exigeant
  • Coopératif sympatoche
  • Armes percutantes, combat brutal
  • Les boss
- On n'aime pas
  • Scénario médiocre et prévisible
  • Une I.A. parfois... curieuse
  • Des pics de difficulté parfois agaçants
  • Level design moyen
  • Des petits bugs
Vos notes
5
2
7 notes
3,3
Notez ce jeu

L'argus
Pas assez d'estimations !
Quel prix pour ce jeu ?
Vos tests (1)

Galerie photo Syndicate - 7 images (cliquez pour zoomer)

Il faudra pirater le bouclier énergétique de ces drones afin de pouvoir les abattre. Le rendu de la lumière et divers effets visuels offre une touche graphique réussie à Syndicate. La vision DART est une aide précieuse au combat. Le coop fonctionne plutôt bien, même si on en fera assez vite le tour également. La sulfateuse avec munitions infinies, pour un Agent qui sourit. Exécutions, sang et violence sans détours, Syndicate, c'est pour les adultes. Aux côtés d'un autre Agent d'Eurocorp, au début du jeu, vous infiltrez frontalement un Syndicat adverse.

L'actu Jeux en vidéo

Ajouter à mes favoris Commenter (23)

Top ventes

Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 379,95 €
Console Xbox One + FIFA 15 Microsoft
Neuf : 389,90 €
Console PS4 500 Go Blanche + DriveClub -…
Neuf : 439,60 €
Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 436,55 €
Super Smash Bros 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 36,39 €
Console Wii U Premium Mario Kart 8 Pack …
Neuf : 289,71 €
GTA 5 PS4
PlayStation 4
Neuf : 55,00 €
Batman Arkham Knight Batmobile Edition P…
PlayStation 4
Neuf : 199,90 €
FIFA 15 PS4
PlayStation 4
Neuf : 56,50 €
FIFA 15 PS3
PlayStation 3
Neuf : 56,68 €
Console PS4 500 Go + DriveClub - Console…
Neuf : 439,86 €
Pokemon Rubis Omega 3DS + Steelbook Edit…
Nintendo 3DS
Neuf : 44,90 €
Pokemon Saphir Alpha 3DS + Steelbook Edi…
Nintendo 3DS
Neuf : 44,90 €
Call of Duty Advanced Warfare Edition Da…
PlayStation 4
Neuf : 58,00 €
Console Microsoft Xbox One + Capteur Kin…
Neuf : 454,90 €
DEVENEZ MEMBRE PREMIUM

Abonnez-vous et profitez dès maintenant de nombreux avantages :
Émissions vidéo en avant-première, contenus exclusifs, disparition de la pub, avantages communautaires...

Derniers commentaires

tous les commentaires (23)