> > Test : King Arthur II : The Role-playing Wargame

Test : King Arthur II : The Role-playing Wargame

Chroniques inachevées
Par Erwan Lafleuriel - publié le

Je n'avais pas touché au premier King Arthur The Role Playing Wargame, mais j'en avais entendu du bien. Une sorte de Total War en pleine légende arthurienne, avec des éléments de jeux de rôle en plus, c'est quand même tentant, non ? Oui, mais c'est Paradox, d'où le résultat pour ce deuxième épisode. Mise à Jour importante : Il apparaît que la version founie par Paradox via GamersGate n'était pas la bonne. Neocore Games m'a contacté pour éclaircir ce problème et j'ai pu tester la dernière version sur Steam : de nombreux problèmes ont disparu de la version "retail". Cela ne change rien au reste du jeu, mais comme je l'ai dit : il vaut son 3/5 sans les bugs, dont acte. La note est remontée d'un point de manière exceptionnelle. 

Rien ne va plus chez les rosbeefs. Le roi Arthur est blessé par une explosion maudite alors qu'il astiquait le Saint Graal dans la forêt en compagnie de Lancelot, Kay et Genievre. Des années après, le royaume s'est morcelé et a sombré dans le chaos. Les Formoriens ont envahi une grande partie du territoire, et Arthur se meurt, tout maudit jusqu'à l'os. Il en incombe à son fils, William Pendagron de reprendre le pays en main et de trouver un remède pour son père. Ce qui le mettra rapidement sur la trace de Merlin. En chemin, le petit Billy rencontrera des chevaliers prestigieux et s'alliera à la puissante Fée Morgane pour retrouver le vieux magicien.

Quand les Fireball pleuvent, il vaut mieux être une unité d'élite pour résister...

Le Graal, je sais pas où il est, mais il va y rester un moment

William devra aussi régler un tas de tracasseries locales, entre épidémies démoniaques, querelles de Sihdes, etc. D'une manière générale, et malgré le ton léger de cette introduction, le background de King Arthur II The Role Playing Game est vraiment passionnant, profond et sombre. Ça ne rigole pas trop, que ce soit dans le sud morcelé, dans le nord sous l'emprise d'un empereur romain fou et encore plus loin en territoire Picts. Oui bon, difficile de ne pas esquisser un sourire quand on croise Caradoc ou Perceval, mais en gros, l'histoire Dark Fantasy est l'un des point forts du titre de Paradox.

Les cartes sont parsemées de lieux spéciaux à contrôler pour obtenir des bonus ou des sortilèges supplémentaires.

C'qui compte, c'est les valeurs !

La partie jeu de rôle y est aussi pour beaucoup. En fait, vous progressez en suivant des quêtes « aventures » durant lesquels le combat n'aura pas toujours sa place. Il faudra plutôt jouer une sorte de narration dont vous êtes le héros, avec plusieurs choix d'actions pour mener la quête à bien. Selon votre style, vous gagnerez ou perdrez de l'argent, des points en droiture ou en tyran, des points en chrétienté ou dans les croyances traditionnelles, ainsi que de l'influence auprès des quelques puissances encore indépendantes en Angleterre. Il faut aussi gérer tout un tas d'artefacts qui habilleront les héros de votre armée. Vos croyances et votre profil psychologique apporteront des compétences, des unités spéciales et des bonus divers et variés. Quant à l'influence, elle ouvre des options diplomatiques supplémentaires.

LoL Wut ?

La carmelide, j'en ai aussi. Plus vraies que les vraies.

Les stats et les chiffres à bidouiller ne manquent donc pas. Le plus dur à gérer reste l'argent, car vous n'avez pas de revenu fixe. Votre trésorier dépend des récompenses de quêtes, de combats ou de la vente d'artefacts. Or en milieu de partie, les missions annexes se font rares, le coût pour remplacer vos soldats décimés sur le champ de bataille se fait de plus en plus pesant. Il y a aussi des bâtiments à construire dans chaque province pour débloquer de nouvelles unités, ou des recherches à effectuer, ce qui grossit la facture. Il faudra donc faire des choix précis dans les constructions, pour avantager un type d'unité par exemple. Ou bien améliorer vos talents de stratège pour limiter les pertes.

La gestion de l'équipement est assez fastidieuse. On a vite envie de tout bazarder.

Décarre tes troupes de chez moi ou j'crame ton pays.

Les combats ressemblent à du Total War : on charge le terrain, on place ses unités, puis on les envoie taper des unités adverses selon les codes stratégiques du « qui est bon contre qui ». Vos héros sont très puissants et la plupart possèdent des capacités spéciales ou des sortilèges à utiliser sur le terrain. Les Sages manipuleront la magie (éléments, malédictions, etc.), les généraux apporteront des bonus aux troupes alentour et les guerriers iront faire des massacres au corps à corps. Les attaques magiques directes sur l'ennemi doivent cependant passer la barrière magique de ce dernier pour être efficaces. On aura donc tendance à lancer des sorts rapidement pour l'affaiblir avant de vraiment pouvoir profiter du feu d'artifice de boules de feu et autres éclairs foudroyants. Le tout est assez honnête, mais qu'il s'agisse de l'IA, des animations ou des graphismes, ce n'est pas Total War non plus, loin de là.

Dès qu'on sort des rails de la campagne, tout devient "impossible".

On en a gros !

Si la tactique de terrain n'est pas votre fort, vous pouvez aussi passer les affrontements en auto-combat. Mais vous vous rendrez rapidement compte que tout le déroulement de la campagne n'offre pas de grande sensation de jeu. On se contente de suivre la trame principale, avec beaucoup de contenu artificiellement fermé se débloquant au fur et à mesure. L'histoire est très intéressante, mais pour le reste. King Arthur II propose aussi des scénarios, mais les lancer fait planter mon jeu. D'ailleurs, la campagne principale crashe mon jeu aussi, donc je ne peux pas la finir. C'est plus embêtant que les autres nombreux crashs aléatoires, qui ne sont déjà pas très joyeux. Sans compter tous les bugs. Et n'oublions pas la tonne de défauts d'interface ou de contrôles qui vient pourrir l'expérience en plus...

Tous ces soucis sont vraiment embêtants, parce que je l'aimais bien ce petit King Arthur II. Trop brouillon, dirigiste et limité pour être inoubliable, mais tellement prenant de par sa narration (en anglais) et son univers qu'il méritait son 3/5 facile. Mais pour l'instant il est injouable, tout bonnement. Dans quelques patchs, peut être, et avec plus d'options, et notamment un multijoueur. En l'état, c'est un peu du foutage de gueule.

Test : King Arthur II : The Role-playing Wargame
King Arthur II : The Role-playing Wargame
Satisfaisant
Notes de la Rédac (0)
Le plus intéressant dans King Arthur II The Role Playing Game reste l'univers sombre et la narration interactive. Le mélange RPG /diplomatie /stratégie /gestion est sympa, mais un peu confus et bien desservi par l'interface. L'ensemble pourrait être agréable, si ce n'est pour la pléthore de bugs qui annihilent le jeu. Les « Crash to Desktop » sont bien trop fréquents et KAII a grand besoin d'être patché rapidement. En attendant, évitez.
par Erwan Lafleuriel
+ On aime
  • Les légendes arthuriennes
  • La narration dont vous êtes le héros
  • Plutôt mignon
- On n'aime pas
  • Totalement vérolé
  • Campagne dirigiste
  • Globalement brouillon
  • Pas de multijoueur ?
Vos notes
Ce jeu n'a pas encore été noté
Notez ce jeu

L'argus
Pas assez d'estimations !
Quel prix pour ce jeu ?
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo

Quand les Fireball pleuvent, il vaut mieux être une unité d'élite pour résister... Les cartes sont parsemées de lieux spéciaux à contrôler pour obtenir des bonus ou des sortilèges supplémentaires. LoL Wut ? La gestion de l'équipement est assez fastidieuse. On a vite envie de tout bazarder. Dès qu'on sort des rails de la campagne, tout devient "impossible". Une seule voix bien dans le ton s'occupe de quasiment toute la narration. Si vous aimez ce genre de background, c'est impec (anglais uniquement !). Chaque tour correspond à une saison. En hiver les troupes ne bougent pas, mais on démarre de nouvelles constructions. Ici Leader Rouge en approche ! Attention, le friendly fire est activé ! Les destructions de zone défoncent l'ennemi comme vos unités. Les cercles de pierre font office de téléporteurs si vous les activez. Ne soyez pas pressés, ils ne fonctionnent pas dans la version actuelle... Pourquoi devoir choisir les stats à augmenter lorsqu'une unité passe de niveau ? De la microgestion inutile...

L'actu Jeux en vidéo

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Top ventes

Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 389,65 €
Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 414,99 €
Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 436,55 €
Console Wii U Premium Mario Kart 8 Pack …
Neuf : 274,80 €
Console Microsoft Xbox One + TitanFall +…
Neuf : 468,90 €
Les Sims 4 Edition Limitée PC
PC
Neuf : 49,90 €
Destiny PS4
PlayStation 4
Neuf : 58,99 €
Console Nintendo 3DS blanche + Super Mar…
Neuf : 160,90 €
Console Microsoft Xbox One
Neuf : 398,90 €
Console Sony PS3 Ultra Slim 500 Go rouge
Neuf : 249,69 €
Tomodachi Life 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 36,37 €
FIFA 15 PS4
PlayStation 4
Neuf : 63,99 €
Console Sony PS3 Ultra Slim 500 Go Bleu …
Neuf : 279,69 €
Console PS4 500 Go + Destiny - Console P…
Neuf : 439,86 €
Console Nintendo 3DS XL - bleue + noire
Neuf : 199,00 €
DEVENEZ MEMBRE PREMIUM

Abonnez-vous et profitez dès maintenant de nombreux avantages :
Émissions vidéo en avant-première, contenus exclusifs, disparition de la pub, avantages communautaires...

Derniers commentaires

tous les commentaires (10)