> > Test : Solatorobo : Red the Hunter

Test : Solatorobo : Red the Hunter

Cane Rosso
Par Julien Inverno - publié le

La petite DS qui continuera de se vendre encore un peu, alimentée par des jeux de toutes sortes, est en train de tirer sa révérence au profit de sa cadette la 3DS. On ne s'émouvra pas outre mesure de cette situation car la nouvelle portable de Nintendo permet de s'amuser avec la ludothèque massive de son aînée et on se rappellera plutôt qu'un titre de grande qualité aura accompagné le crépuscule de cette DS, en Europe : Solatorobo, la suite spirituelle de Tail Concerto.

Tail Concerto était le premier jeu développé par CyberConnect2, sorti en 1998 sur PlayStation. Aujourd'hui, ce studio japonais célèbre pour son travail sur les licences .hack et Naruto, et dont on attend fébrilement de voir ce que donnera Asura's Wrath, fête ses 15 ans avec un retour aux sources, en proposant Solatorobo : Red the Hunter, un action-RPG dans la droite lignée de Tail Concerto. Avec ses protagonistes chiens et chats et son univers fait de cités dans les cieux, Solatorobo semble puiser ses inspirations dans le travail de Hayao Miyazaki (Le Château dans le ciel, Porco Rosso...) et nous rappelle tout particulièrement la série d'animation Sherlock Holmes, sur laquelle le japonais était réalisateur. Le lien de parenté avec Tail Concerto est quant à lui évident au premier regard, puisque c'est Nobuteru Yūki, le character designer ayant déjà officié sur le titre PlayStation (mais également sur des dessins animés tels que Escaflowne ou Paradise Kiss), qui donne ses traits à Red et à tous les personnages de ce nouveau jeu DS.

Le trio de héros : Ehl, Chocolat et Red.

Chien airant

Comme un beau gâteau que CyberConnect2 aurait préparé avec amour pour ses 15 ans, Solatorobo est un jeu plein de qualités, dans lequel l'alchimie prend entre tous les ingrédients. L'histoire d'abord : vous incarnez le toutou Red, un chasseur intrépide, qui à bord de son robot DAKHA est capable de soulever toutes sortes de choses assez lourdes et en particulier des ennemis, comme nous le verrons plus en avant dans ce texte. Le héros de cette aventure est accompagné de sa soeur, l'adorable Chocolat, qui depuis le vaisseau du duo, l'Asmodeus, conseille et aiguille son grand frère dans ses missions. Si jusque-là ce sympathique duo remplissait diverses besognes plutôt anodines pour pouvoir payer leur lot de croquettes quotidien, lorsqu'ils vont rencontrer Ehl, un petit chat bien mystérieux, leurs aventures vont prendre une toute autre envergure...

Le bureau des quêtes : eh oui, vous êtes un chien intérimaire.

Du Pedigree PAL

Solatorobo est le modèle type du jeu que l'on aimerait mettre dans les mains de son petit frère, sa petite soeur ou sa progéniture, et cela pour de multiples raisons. Si la trame principale demeure assez simple (elle promet tout de même quelques rebondissements du meilleur effet), les environnements et les personnages à découvrir sont vraiment très attachants. Graphiquement, le titre Bandai Namco est très soigné et un véritable travail de mise en scène dynamise l'ensemble du jeu. Assez bavard, celui-ci est remarquablement et intégralement traduit en français. Si le chara design du titre ainsi que ses jolis décors séduisent d'emblée, Solatorobo se permet une petite fantaisie qui achève de nous charmer : au cours des dialogues, les personnages ponctueront les blocs de texte par des interjections en français, comme dans la version japonaise du titre. Ainsi on sourit dès que l'on entend un "Sapristi !", un "Nom d'un chien !", un "Courage !" ou un même un simple "Oui" adressé par un PNJ, avec cet accent caractéristique d'un japonais qui s'essaye à la langue de Molière.

Red descend occasionnellement de son robot, pour activer des mécanismes par exemple.

"Kuraje !"

Solatorobo possède comme autre qualité d'être très accessible dans son système de jeu. Le titre possède un gameplay bien à lui et est un véritable action RPG dans le sens où l'action constitue vraiment le coeur des combats. C'est à bord de son robot que Red fait face à ses ennemis. Plusieurs techniques s'offriront à lui pour en venir à bout mais les plus répandues et souvent les plus efficaces consisteront à marteler le bouton A pour soulever et projeter les assaillants, à l'aide des bras mécaniques du robot, qui serviront aussi à attraper des projectiles en vol, pour les renvoyer à l'expéditeur. La variété des situations proposées par le jeu font que l'on ne se lasse pas de ce système de jeu très simple mais également très efficace. Parmi les variantes à ces joutes où l'on balance à tout va, on trouve des phases aériennes où le DAHAK ne peut voler que quelques instants et dans lesquelles il faudra veiller à atterrir de manière organisée sur les diverses îles qui parsèment notre chemin. On volera aussi pour de vrai, cette fois-ci à bord de vrais avions, lors de courses qui ne sont pas sans rappeler celles de Diddy Kong Racing. Cependant, contrairement au titre Rare, ces phases aériennes sont un peu moins souples dans leur jouabilité et moins fun aussi. Elles n'en demeurent pas moins divertissantes et pourront même être partagées en multi, avec des amis qui posséderont également la cartouche de jeu.

On tapote, on soulève, on balance !

"Sapolisuti !"

Cependant, l'intérêt de Solatorobo réside véritablement dans son aventure solo. Divisée en de multiples épisodes, celle-ci s'avère vraiment bien rythmée et se boucle, en ligne droite, en une vingtaine d'heure. Mais avec tous les à-côtés des quêtes mineures que vous auriez pu ignorer, une fois embarqué dans l'intrigue, la recherche des différents bonus à collecter (illustrations, musiques, etc.), vous pouvez bien considérer que terminer à 100 % ce titre vous prendra une quarantaine d'heures. Le seul petit bémol que pourront relever les joueurs aguerris, c'est peut-être la personnalisation des stats du robot, assez basique. Il suffit de placer des cubes équivalents à des capacités (puissance, vitesse, défense, etc.) dans des emplacements prévus à cet effet sur le robot. Ils se débloquent au fur et à mesure de l'aventure, en dépensant des "cristaux-P", ces emplacements pouvant coûter 5, 10 ou 15 cristaux. Si vous êtes de ceux qui aiment passer des heures dans les menus à tout paramétrer, c'est loupé, Solatorobo se focalise sur l'action et la narration.

Solatorobo : Red the Hunter est de ce genre de petites perles que l'on découvre avec plaisir à la fin de vie d'une console. Les gars et les filles de CyberConnect2 ont su rendre hommage à la DS pour sa dernière ligne droite (ou presque), avec un titre charmant, proposant un univers magnifique, et des personnages attachants. Ajoutez à ça un gameplay simple mais rudement efficace, un chara design séduisant, une traduction française de qualité et un rythme narratif parfaitement équilibré et vous obtenez Solatorobo, un bien beau titre pour passer l'été, si ce n'est à la mer, au moins dans les nuages.

Test : Solatorobo : Red the Hunter
Indispensable Gameblog
Très bon
Notes de la Rédac (0)
Pour ses 15 ans, CyberConnect2 a mis tout son amour à réaliser une suite spirituelle à son premier jeu, Tail Concerto, et ça se sent. Graphiquement très joli, rappelant dans son univers certains travaux de M. Miyazaki, Solatorobo : Red the Hunter brille également par sa mise en scène soignée, son rythme narratif bien équilibré et son gameplay accessible et pêchu. Un très bon titre, aux personnages attachants, qu'il serait bien malin d'offrir à un jeune ado de votre entourage, d'autant plus si vous n'assumez pas vous même d'incarner un chien qui parle.
par Julien Inverno
+ On aime
  • Univers charmant, persos attachants
  • Aventure bien rythmée, variée
  • Gameplay accessible et pêchu
  • Nouvelles quêtes à télécharger
  • Le français prononcé à la japonaise
- On n'aime pas
  • Personnalisation du robot trop sommaire
  • Manque de souplesse dans les phases aériennes (on pinaille...)
Vos notes
2
2
6
2
8
20 notes
4,3
Notez ce jeu

L'argus
27,00€
Quel prix pour ce jeu ?
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo

Le trio de héros : Ehl, Chocolat et Red. Le bureau des quêtes : eh oui, vous êtes un chien intérimaire. Red descend occasionnellement de son robot, pour activer des mécanismes par exemple. On tapote, on soulève, on balance ! L'os qui remplace la clope... Bien qu'un peu rigides, les courses en avion sont un bonus bienvenu. Là, faut renvoyer les missiles. "Sapristi !"
Ajouter à mes favoris Commenter (27)

Top ventes

Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 398,70 €
Console Sony Playstation 4 + Watch Dogs …
Neuf : 438,82 €
Mario Kart 8 Wii U
Nintendo Wii U
Neuf : 49,99 €
Watch Dogs Edition Spéciale Fnac PS4
PlayStation 4
Neuf : 59,99 €
Console Microsoft Xbox One + TITANFALL
Neuf : 499,00 €
Console Nintendo 3DS blanche + Super Mar…
Neuf : 160,90 €
FIFA 14 Coupe du Monde Brésil PS3
PlayStation 3
Neuf : 58,90 €
Console Microsoft Xbox One + FIFA 14
Neuf : 499,95 €
Mario Kart 8 Edition Collector Wii U
Nintendo Wii U
Neuf : 69,00 €
Professeur Layton Vs Phoenix Wright : Ac…
Nintendo 3DS
Neuf : 34,89 €
Console Wii U Premium Zelda Wind Waker P…
Neuf : 289,60 €
FIFA 14 PS4
PlayStation 4
Neuf : 55,20 €
Console Sony PS3 Ultra Slim 500 Go Bleu …
Neuf : 259,60 €
Console Wii U Premium Nintendo Land Pack…
Neuf : 249,00 €
Console PS Vita WiFi Sony Sport Course M…
Neuf : 179,86 €
DEVENEZ MEMBRE PREMIUM

Abonnez-vous et profitez dès maintenant de nombreux avantages :
Émissions vidéo en avant-première, contenus exclusifs, disparition de la pub, avantages communautaires...

Derniers commentaires

tous les commentaires (27)