>
>
The Witcher : CD Projekt et l'auteur des romans rabibochés, la collaboration renouvelée

The Witcher : CD Projekt et l'auteur des romans rabibochés, la collaboration renouvelée

Par Gianni Molinaro - publié le
×

Une petite guerre avait éclaté en 2018 entre Andrzej Sapkowski, créateur de l'univers du Sorceleur, et les développeurs des jeux The Witcher. L'écrivain, se sentant lésé par les termes du contrat initial conférant le droit à des adaptations vidéoludiques, avait réclamé une compensation. Le litige est désormais oublié.


À voir aussi : The Witcher Netflix : La bande-annonce finale est là, et pas touche à Ablette


 Les millions engrangés par la saga de jeux The Witcher avaient réveillé Andrzej Sapkowski. Lui qui avait cédé les droits pour une bouchée de pain (à peine plus de 8.000 euros) parce qu'il n'entrevoyait pas un succès commercial avait décidé de partir en croisade contre le développeur de Varsovie pour réclamer 14 millions d'euros de royalties - auxquels il avait tourné le dos.

En février dernier, CD Projekt avait expliqué chercher une issue qui satisferait les deux parties. Ce vendredi 20 décembre 2019, jour de la sortie de la première saison de The Witcher sur Netflix, on a appris qu'un accord a été trouvé. Les détails de celui-ci demeurent cachés par un accord de non-divulgation, mais il est déclaré qu'il satisfait tout le monde. Et le PDG de CD Projekt, Adam Kiciński, de s'en féliciter :

Nous avons toujours admiré le travail de monsieur Andrzej Sapkowski. C'est une inspiration pour l'équipe de CD Projekt. Je pense que ce jour marque une nouvelle étape dans notre relation.

Car oui, il est clairement stipulé que cela permet d'envisager une coopération totale à l'avenir.

L'accord confère de nouveaux droits à la société et réaffirme la possession de la propriété intellectuelle The Witcher pour les jeux vidéo, les romans graphiques, les jeux de plateaux et autres produits dérivés.

Est-ce à dire, donc, qu'après Cyberpunk 2077, la trilogie de Geralt de Riv aura droit à des petits frères ? Rien n'est moins sûr. Mais il sera bon de rester aware, à l'attention de savoir qu'on existe, comme on dit.

La rédaction vous recommande

14 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (14)