>
>
Nintendo, Sony et Microsoft : Leur lettre commune contre les tarifs douaniers imposés à la Chine

Nintendo, Sony et Microsoft : Leur lettre commune contre les tarifs douaniers imposés à la Chine

Par Romain Mahut - publié le
Image

Concurrents, partenaires, les trois principaux constructeurs de consoles passent régulièrement d'un statut à l'autre en ce moment. Et lorsque la cause les concerne tous les trois, ils n'hésitent pas à faire front commun. Dans leur viseur cette fois, une mesure économique de l'administration Trump. 


À lire aussi : Sony évoque le nombre d'années qu'il reste à la PS4


Comme arme dans la guerre économique qui l'oppose actuellement à la Chine, l'administration Trump a proposé de mettre en place des tarifs douaniers conséquents sur plus de 200 milliards de dollars en produits importés de Chine. Et parmi ces produits se trouvent les consoles de jeu, ces dernières étant fabriquées dans le pays de Xi Jinping. 

Avant la mise en application de ces tarifs, sociétés, marques et autres industriels sont invités à s'exprimer face au Bureau du représentant américain au commerce. Craignant des conséquences désastreuses sur le prix de vente des consoles, Nintendo, Sony et Microsoft ont déposé à ce dernier une lettre jointe (disponible dans notre galerie ci-dessous) dans laquelle ils demandent à ce que les consoles de jeux soient exclues de la liste des produits touchés par les tarifs douaniers. 

Afin d'appuyer leur demande, les trois constructeurs se présentent et expliquent le rôle joué par l'industrie du jeu vidéo dans l'économie et la culture américaines. En début de lettre ils résument succinctement l'impact qu'aurait l'application des tarifs douaniers sur les consoles de jeu :

  • Elle nuirait à aux consommateurs, aux développeurs de jeux vidéo, aux revendeurs et aux fabricants de consoles ;
  • Elle mettrait en danger des milliers d'emplois américains de grande valeur et gratifiants ;
  • Elle étoufferait l'innovation dans notre industrie et au delà. 

Plus loin dans la lettre, les trois constructeurs révèlent un chiffre intéressant concernant la provenance des consoles vendues aux États-Unis. Et ils rappellent une information bien connue concernant la stratégie derrière le prix de vente des consoles :

En 2018, plus de 96% des consoles de jeux importées aux États-Unis ont été fabriqués en Chine. La chaîne d'approvisionnement des consoles de jeu s'est développée en Chine au cours de nombreuses années d'investissements réalisés par nos sociétés et nos partenaires. Transférer la production vers les États-Unis ou un troisième pays provoquerait une perturbation significative de la chaîne d'approvisionnement et augmenterait les coûts, au delà des coûts liés aux tarifs proposés, sur des produits qui sont de base fabriqués sous des conditions de marge très serrées. [...]

Même si nos consoles de jeu procurent une fondation à l'importance critique pour nos affaires en générant la demande pour les jeux et les services, nous les vendons en réalisant une marge très faible. Cela signifie que nous attribuons aux consoles de jeu un prix de vente qui correspond soit à leur prix de revient soit à un prix un peu plus élevé que ce dernier afin de les rendre les plus abordables possible. Nous nous tournons ensuite vers les ventes de jeux vidéo et de services, tous deux vendus bien moins cher que les consoles, afin de réaliser des retours sur investissement. Les acheteurs de consoles sont extrêmement sensibles aux prix.

D'après les trois constructeurs, une application des tarifs douaniers sur les consoles de jeux, et donc une augmentation de 25% du prix de vente de ces mêmes consoles mettrait "hors d'atteinte une nouvelle console de jeu lors des fêtes de fin d'année pour beaucoup de familles américaines." Ils citent par ailleurs une étude qui affirme que les tarifs douaniers envisagés par l'administration Trump pousserait les acheteurs de consoles américains à dépenser 840 millions de dollars de plus qu'ils ne l'auraient fait sans ces tarifs. Malgré les rentrées d'argent supplémentaires que cela représenterait, la perte annuelle pour l'économie américaine serait de 350 millions de dollars. 

À noter au passage que Nintendo, Sony et Microsoft rappellent dans cette lettre qu'ils soutiennent également la demande de retrait de la liste des produits concernés par les tarifs douaniers de tous les produits liés aux jeux vidéo soumise par l'association américaine des éditeurs de logiciels de divertissement (ESA).

Reste maintenant à voir si ces différentes lettres feront mouche et si les acteurs de l'industrie du jeu vidéo obtiendront gain de cause.  

Galerie photo - 7 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

25 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (25)