>
>
On a joué à Metro Exodus et on s'est pris une GROSSE claque, nos impressions

On a joué à Metro Exodus et on s'est pris une GROSSE claque, nos impressions

Par Camille Allard - publié le
×

Chanceux que nous sommes, nous avons eu l'occasion de poser les mains sur Metro Exodus durant plus de 3 heures consécutives sur pas moins de 3 chapitres différents, dans une version proche de la version finale. Cette fois nulle question de bugs gênants comme sur notre premier essai, tout s'est déroulé comme sur des roulettes mais surtout le fun était présent dès les premières minutes.

Metro Exodus se déroule quelques années après Metro 2033 et l'équipe de 4A Games en a profité pour nous faire changer d'air et d'environnements. Si le jeu propose toujours des milieux clos, exigus et angoissants à souhait sous terre, la majorité du titre se déroule dehors.

Loin de Moscou et de son métro, nous avons donc pu arpenter un large désert à la frontière Caspienne aux furieuses inspirations Mad Maxiennes. Artyom le personnage principal de la série se déplace avec son groupe via les lignes de chemins de fer grâce à un train qui fait office de QG mouvant. L'une des étapes du voyage se trouve dans dans cette large zone aride qui fait clairement référence à ce que l'on a pu voir dans Mad Max : Fury Road. La direction artistique n'en est pas moins grandiose d'autant qu'elle est épaulée par une technique de qualité. Le jeu sort certes début 2019 mais c'est clairement l'un des plus beaux FPS de ces derniers mois, dans son genre il tutoie allègrement Battlefield V notamment grâce à ses superbes effets de lumière.

Un jeu d'une rare beauté

Hélas les versions PC étant réservées ou prise d'assaut sans ménagement nous n'avons pu jouer "qu'avec" une version Xbox One X, sur le laps de temps imparti à chacun. Si cette version-ci est déjà particulièrement bluffante visuellement, la mouture PC que nous avons vu tourner sur d'autres postes est clairement dans une autre dimension, et une classe au-dessus. Effets volumétriques prononcés, textures de haute qualité (surtout sur les surfaces métalliques)... Et le Ray Tracing n'était même pas encore activé même si celui-ci devrait être disponible dès la sortie et sans attendre un patch comme pour Battlefield V. Bref la version PC est clairement supérieure à tout point de vue et si ces derniers temps certains jeux Xbox One X/PC avaient tendance à être au coude à coude ce n'est clairement pas le cas ici. 

Pour être tout à fait honnête nous étions plusieurs journalistes à ruminer de ne pas pouvoir jouer nos démos sur PC aussi bien pour la maniabilité générale que pour la technique. Le jeu est certes très jouable à la manette mais celui-ci regorge tellement d'options possibles avec notre personnage que l'on ne retrouve pas l'intuition d'un clavier. Sur d'autres FPS le problème n'est pas vraiment présent mais ici en plein combat quand notre personne doit switcher rapidement avec une lampe, un changement de munition tout en enfilant son masque à gaz, ça devient assez ardu. Trop d'actions possibles/nécessaires et pas assez de touches sur la manette pour tout faire sans latence. C'est un peu le souci et sans doute le seul défaut à déplorer durant notre longue session.

Une claque, tout simplement

Pour le reste le jeu est une claque à tous les niveaux : Artistique, technique et en termes de mécaniques. L'IA n'est certes pas toujours finaude mais suffisamment déterminée et débrouillarde pour vous poser de gros problèmes si l'on agit sans réfléchir. Les monstres qui sont particulièrement vivaces et rapides pour la plupart ne feront qu'une bouchée de votre humanité. Et ce que l'on aime dans la saga Metro est toujours aussi présent : le manque de munition et la sensation d'être dans un véritable monde abandonné et Post-Apocalyptique.

Une ambiance soignée

Il faut compter chacune de ses balles car c'est ainsi. Les usines russes qui manufacturaient des millions de munitions par semaine ont cessé depuis bien longtemps et ce que l'on trouve est soit de la récupération soit le vestige du passé. 

Cet aspect post-catastrophe est vraiment très bien étudié et le scénario prend un malin plaisir à vous le rappeler sans cesse.  L'auteur, un certain Dmitri Gloukhovski a veillé au grain sur son bébé et le moindre changement de scénario a été fait avec son consentement. L'histoire est donc riche, profonde et intelligente à l'image des personnages que l'on croise sur sa route. Et l'aspect FPS n'est pas en reste, c'est toujours aussi soigné avec des armes hautes en couleur, entièrement modifiables avec un recul réaliste et de qualité.

ON L'ATTEND... LA BAVE AUX LÈVRES !
Metro Exodus est un monstre à venir et une véritable claque qui a de quoi balayer tout sur son passage. Clairement l'un des meilleurs FPS solo depuis bien longtemps, le titre n'a à recevoir de leçon de personne et n'a donc pas à rougir de la concurrence. Il se montre exceptionnel à bien des égards et seul la faiblesses de l'IA à certains moments peut soulever quelques doutes. Nous sommes en face d'un FPS qui relègue presque l'aspect "shooter" au second plan, car si ce dernier est extrêmement soigné et sans faille, le reste du jeu a suffisamment d'éléments et de ressources pour vous bluffer et vous faire prendre conscience de la claque que l'on est en train de se prendre.

 

 

Galerie photo Metro Exodus - 4 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

32 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (32)