>
>
TGS 2018 : Rudy teste les jeux indés japonais les plus WTF du salon

TGS 2018 : Rudy teste les jeux indés japonais les plus WTF du salon

Par Thomas Pillon - publié le

Nous aurions parfois tendance à l'oublier, mais le Japon aussi profite d'une scène indépendante barrée à souhait, qui ne demande qu'à percer. Visiblement repu d'expériences plus classiques (quoique), l'intrépide Rudy est allé explorer les inextricables bizarreries du Tokyo Game Show.


À voir aussi : TGS 2018 : Rudy a percé les mystères du labyrinthe de Persona Q2


Égaré dans les recoins du salon japonais, notre reporter va donner de sa personne grâce aux trouvailles de l'Indie Arena de Tokyo, qui n'a rien à envier aux titres les plus improbables de Cologne ou Los Angeles.

Avec Iseki Climber (de Takahiro Miyazawa) Rudy va devoir lâcher son micro pour escalader à mains nues un immense building, en esquivant au passage les objets lancés comme par un fait exprès des fenêtres de l'immeuble. Si la scène rappellera peut-être à certains l'un des mini jeux de Bart's Nightmare, l'exercice se complique lorsque l'on découvre qu'il faut utiliser une véritable corde pour se hisser. Au vu du nombre de gamelles que se mange notre héros, on imagine que cela n'est pas chose aisée.

Oredake no Blues de Wataru Nakano

L'exercice ne sera pas plus facile avec Hako dake no Buruusu (autrement dit Oredake no Blues de Wataru Nakano), que l'on traduira rapidement par "Le Blues du Carton"), dans lequel un homme tout nu tente de rentrer chez lui en dissimulant son entrejambe brinquebalante à l'aide d'un carton. La situation ne semble pas commune pour notre tombeur, qui n'a visiblement pas encore exploré tous les quartiers de Tokyo.


UTILISEZ LE HASHTAG #TGSGAMEBLOG
POUR SUIVRE LE TOKYO GAME SHOW AVEC NOUS!

TOUTES LES INFOS DU TGS 2018


 

La rédaction vous recommande