>
>
Aux États-Unis, Microsoft rejoint Nintendo et Sony sur le banc des accusés

Aux États-Unis, Microsoft rejoint Nintendo et Sony sur le banc des accusés

Par Thomas Pillon - publié le
Image

"Jamais deux sans trois", voilà un proverbe populaire qui résumerait fort bien la décision de la Federal Trade Comission (FTC), l'agence chargée de veiller au respect du droit de la consommation outre-Atlantique. Nous savions Nintendo et Sony dans le collimateur, les voici donc rejoint par le dernier des constructeurs de consoles.


À voir aussi : Aux États-Unis, une Class Action attaque en justice le dock qui brique la Switch


Nous vous en parlions déjà en détail le mois dernier : la politique des fabricants de consoles en matière de garantie a été déclarée contraire au Magnuson-Moss Warranty Act, qui assure aux consommateurs d'être dépanné durant une certaine période après leur achat.

Et si Microsoft avait a l'époque échappé aux remontrances de l'autorité américaine, le géant de Redmond est désormais comme les autres, sommé de mettre sa politique en conformité avec la loi américaine sous 30 jours, sans quoi la FTC n'hésiterait pas à sévir.

Les trois géants du secteur sont donc désormais tous logés à la même enseigne, ce qui ne surprendra finalement personne, puisque leur politique en matière de garantie se veulent sensiblement les mêmes : si vous avez le malheur de retirer un pauvre autocollant ou d'utiliser un périphérique tiers, Nintendo, Sony ou Microsoft se réserv(ai)ent le droit de ne pas faire jouer la garantie de votre système.

Toutes les informations concernant cette affaire sont à retrouver dans notre article du 13 avril sur ce même sujet.

La rédaction vous recommande

4 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (4)