>
>
L'organisme de classification américain va clairement mentionner les achats en jeu

L'organisme de classification américain va clairement mentionner les achats en jeu

Par Thomas Pillon - publié le
Image

Bien silencieux sur les nombreuses polémiques relatives aux micro-transactions qui ont émaillé le petit monde du jeu vidéo au cours de ces derniers mois, l'ESRB (l'équivalent de notre PEGI Outre-Atlantique) se décide aujourd'hui à sortir du bois et à se saisir du sujet.


À voir aussi : TEST de Metal Gear Survive : Un spin-off perdu dans le brouillard


Inutile de vous rappeler l'ampleur de la polémique lancée avec la sortie d'un certain Star Wars Battlefront II rempli à ras-bord de micro-transactions en novembre dernier, ni même d'un certain slot de sauvegarde supplémentaire facturé 10€ pièce dans un certain Metal Gear Survive qui vient tout juste de sortir. Ça, vous l'avez forcément lu dans nos colonnes.

Et si l'UFC Que Choisir ou la Suède se sont emparés du problème, l'organisme de classification aux États-Unis s'était bien gardé d'entrer de plain-pied dans l'oeil du cyclone. Mais tout ceci appartient au passé, puisque c'est par l'intermédiaire de Twitter que l'ESRB est aujourd'hui sorti de son mutisme :

Vous avez sans doute remarqué que nous avons été un peu silencieux sur le sujet des achats en jeu et des loot boxes, mais nous étions à l'écoute [...] Bientôt, l'ESRB va attribuer un tout nouveau label aux jeux disponibles dans le commerce : Achats En Jeu.

Ce label [...] apparaîtra sur les boites (et partout où ces jeux pourront être téléchargés) de tous les jeux proposant d'acheter du contenu numérique supplémentaire avec de l'argent réel.

[...] Cette démarche est la première étape d'une longue série ! Nous allons continuer de discuter et de travailler sur l'amélioration de notre système de classification avec les éditeurs, les développeurs, les joueurs et en particulier les parents. 

Pas sûr que la manoeuvre suffise à changer la donne, mais la minorité des parents les plus avertis pourront au moins s'appuyer sur un visuel reconnaissable, même si l'immensité des pay-to-win disponible sur smartphones semble peut-être plus préoccupante en termes de mécaniques pousse-au-crime, surtout envers le jeune public. 

Nous nous tournons évidemment dès à présent vers notre norme européenne, le PEGI, qui doit encore se saisir de l'affaire, bien que le sénateur Jérôme Durain ait déjà interpellé l'Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL) sur le sujet.

Que pensez-vous de cette initiative ? Attendez-vous la même réaction de la part du PEGI ? Faites-nous part de vos avis dans les commentaire ci-dessous !

La rédaction vous recommande

3 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (3)