>
>
Dragon Quest Builders, nos (bonnes) impressions de déjà vu sur Switch

Dragon Quest Builders, nos (bonnes) impressions de déjà vu sur Switch

Par Yann Bernard - publié le
Image

Près de deux années se sont écoulées depuis le lancement au Japon de Dragon Quest Builders, arrivé en Europe l'automne suivant sur PlayStation 4 et PlayStation Vita, autant dire une éternité. Pour la peine, cette version Nintendo Switch débarquera d'abord chez nous, le 9 février prochain en l'occurrence, mais avec le second opus qui se profile déjà à l'horizon nippon, a-t-elle de quoi séduire les aventuriers en manque de construction ? Nos impressions...

Commençons par souligner que si Dragon Quest Builders 2 a été annoncé sur l'archipel à destination de la PS4 et de la Switch, Square Enix n'a pas encore précisé ses plans pour l'occident. L'éventuel succès du premier volet sur la console de Nintendo serait donc susceptible d'influencer la suite des événements relatifs à l'hypothétique (quoique très probable) localisation.

Car pour mémoire, ce "Draque" se distingue nettement de Minecraft grâce à son scénario, forcément plus étoffé. Malgré un certain classicisme - logique dans la mesure où il s'inscrit dans le sillage alternatif du tout premier épisode de la saga - l'histoire sert en effet de colonne vertébrale à l'ensemble de l'épopée, tandis que les multiples missions données par la population grandissante des villages permettent d'apprendre les secrets de la construction en rassemblant diverses ressources. Or de la même manière que l'on peut mourir de faim ou au combat face à la myriade d'ennemis dont fourmille Alefgard, les matériaux s'avèrent limités et parfois assez rares, un mode de création libre distinct se déverrouillant au fil de la progression.

Les différences visibles résultent de la génération partiellement aléatoire du relief, la distance d'affichage étant similaire d'une version à l'autre.

Photo(s) finish

Celui-ci reste d'ailleurs au programme de cette version Switch, y compris concernant le partage de bâtiments en ligne, puisqu'elle se montre extrêmement proche de son homologue sur PS4. S'il faut naturellement se contenter d'un affichage en 720p avec la légère perte de finesse que cela suppose, le frame-rate demeure en 60 images par seconde, à quelques légers toussotements près. En somme, on se situe sans surprise un cran au dessus de la mouture PS Vita, avec des dialogues (en Français of course) et des musiques identiques.

Question gameplay par contre, les habitués remarqueront une inversion des fonctionnalités des boutons de façade, non paramétrables, ce qui nécessite un temps d'adaptation dans ce cas, l'écran tactile n'étant aucunement utilisé. De toute façon l'avancée se déroule toujours tranquillement, voire un peu trop, de sorte que la monture velue ajoutée pour ce cru Switch, un smilodon, devrait accélérer les choses, en sus d'ingrédients spéciaux à récupérer. Dommage que ces éléments supplémentaires ne soient pas disponibles au début, la patience s'impose par conséquent pour déterminer leur réel intérêt.

ON L'ATTEND... DOUCEMENT MAIS SÛREMENT
Derrière ses (faux) airs de simple émule de Minecraft, Dragon Quest Builders s'apparente décidément à une passionnante déclinaison Action-RPG de la série vouée à la construction, le rôle central du récit permettant d'en être à la fois le héros et l'architecte. Globalement identique, cette version Switch semble à la hauteur de celles sur consoles de salon, voire même la plus aboutie si l'impact de ces éléments exclusifs se révèle déterminant. A vérifier d'ici le test...

Galerie photo Dragon Quest Builders - 4 images (cliquez pour zoomer)

Les différences visibles résultent de la génération partiellement aléatoire du relief, la distance d'affichage étant similaire d'une version à l'autre.

La rédaction vous recommande

3 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (3)