>
>
Crédit d'impôt : l'État a peur des jeux vidéo violents

Crédit d'impôt : l'État a peur des jeux vidéo violents

Par Romain Mahut - publié le
Image

Si le gouvernement français se dit prêt et déterminé à aider les créateurs français à développer leurs jeux vidéo en France, dans les faits la situation est toute autre. L'État a en effet peur de se retrouver indirectement lié à un fait divers associant un jeu vidéo violent créé en France... et un crime sordide.


À LIRE
GTA 5 s'est mieux vendu que le dernier Musso ou
l'album de Stromae


Comme chacun le sait, il est difficile de faire disparaître un cliché. À force d'être répété, il finit par être associé à une vérité dans l'inconscient collectif. Les joueurs ne le savent que trop bien. Qui n'a jamais entendu de la part d'un proche ou d'une connaissance que "les jeux vidéo rendent violent" ?

Les médias généralistes grands public se font d'ailleurs un malin plaisir, dès qu'ils le peuvent, à faire le raccourci entre meurtres commis par des fous et les jeux vidéo violents auxquels ces derniers aiment jouer (ou pas, d'ailleurs). Et c'est justement cette situation qui cause actuellement du tort à l'industrie française du jeu vidéo.

Adoptée il y a sept mois par le Parlement, la réforme du crédit d'impôt à destination des entreprises françaises du jeu n'a toujours pas été appliquée. Les raisons de ce délai ? Le fait que cette réforme concerne également les titres destinés aux adultes.

L'État souhaite en effet éviter de donner l'impression de financer la création de jeux violents, et par conséquent éviter tout mauvais coup de pub potentiel. C'est ce qu'a explicitement déclaré un proche du dossier au site internet du quotidien français Le Figaro :

Imaginez qu'un de ces jeux soit mis en cause par des associations familiales dans le cadre d'un fait divers. Ce serait dévastateur.

En somme, aider la création française c'est bien, mais avoir une communication et une image irréprochables, c'est mieux. Les députés et les sénateurs semblaient pourtant avoir pris leurs précautions pendant la phase de rédaction de la réforme. En effet, le texte précise que le crédit d'impôt ne pouvait profiter à des jeux "d'une très grande violence" pouvant "nuire gravement à l'épanouissement physique et moral" de son utilisateur. Si la première description est pour le moins explicite, la deuxième rend le texte difficilement applicable tant son interprétation est libre (cette seconde description pourrait par ailleurs être appliquée à des jeux qui ne sont pas violents).

Depuis plusieurs semaines, les cabinets et le Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV) tentent de trouver une solution. L'excès de prudence des représentants de l'État pose cependant un certain nombre de problèmes, comme l'explique Julien Villedieu, délégué général du SNJV, au Figaro :

Il y a une réelle volonté d'avancer, mais les services prennent énormément de précautions. Ces précautions peuvent se transformer en barrières et in fine amoindrir le dispositif.

Course contre la montre

À la peur du mauvais coup de pub s'ajoute, officiellement du côté du gouvernement, la crainte d'essuyer un rejet lorsque le texte sera présenté à la Commission européenne.

De leur côté, les membres de l'industrie française du jeu vidéo rejettent cette crainte et prennent en exemple le crédit d'impôt adopté en mars dernier par le gouvernement britannique. Ce dernier, qui peut être obtenu sans restriction par des jeux violents, a été intégralement validé par Bruxelles.

Si les professionnels du jeu vidéo et les représentants du gouvernement ne parviennent pas à se mettre d'accord rapidement, les conséquences pour l'industrie du jeu vidéo dans l'hexagone pourraient être désastreuses. En effet, la Commission européenne doit valider une aide donnée à un secteur d'activité par un état membre. Et si Bruxelles donne son feu vert après le 31 décembre prochain, le crédit d'impôt ne pourra pas être appliqué de manière rétroactive. De nombreux studios, qui devront alors payer de leur poche, se retrouveront dans le rouge.

La situation financière de nombreuses structures étant critique, comme le prouve la fermeture de nombreux studios, la création française s'en trouverait certainement bouleversée et fortement affaiblie.

La rédaction vous recommande

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 949,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 329,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 699,00 €
30 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (30)