Immersion utopique

BioShock : nos impressions
Par Julien Hubert - publié le

Take Two nous a gentiment convié à une session de jeu sur BioShock, FPS ô combien attendu par tous les gamers avertis. Une pièce sombre, un PC boosté, un écran large, un gros casque branché, le jeu prêt à démarrer... Tout était réuni pour me faire plonger pendant deux heures chrono dans le tout premier "niveau" de l'aventure. Je pose ma main droite sur la souris, la gauche sur le clavier... Ayé, c'est parti !

Le jeu commence en toute simplicité par une cinématique : le crash d'un avion dans l'océan. Le héros reprend conscience sous l'eau, il nage aussi vite qu'il peut vers la surface, avec ces gestes précipités qui traduisent la panique. Il met du temps et pousse des gémissements sous-marins angoissants pendant son "ascension"... on en deviendrait presque claustro' ! Ouf : le grand bol d'oxygène arrive enfin. Levée de rideau : il fait nuit noire et nous sommes perdus au beau milieu de l'océan, des gouttelettes perlent sur l'écran, le héros tourne frénétiquement la tête dans tous les sens dans l'espoir de trouver quelque chose de rassurant, au milieu des décombres enflammées de l'appareil. Le joueur prend le contrôle pour apercevoir une espèce de petit phare qui sort discrètement de l'eau, au loin. Un escalier, une porte, un ascenseur... Allons donc voir ce qui nous attend plus bas.

La réalisation de BioShock est à la hauteur de son excellente ambiance.

Bienvenue à Rapture

Un peu à la manière de Half-Life avec son petit monorail de début d'aventure, on se retrouve donc ici dans un ascenseur, sans pouvoir se déplacer mais avec tout le loisir de reluquer l'univers surprenant qui nous accueille : Rapture. Cette véritable ville sous-marine, créée par des scientifiques utopistes et originellement peuplée d'esprits savants, arbore un style aussi surprenant qu'accrocheur, très Jules Vernes. Accompagné par la voix d'un homme qui décide de vous guider par radio dans cet étrange endroit, on découvre petit à petit que le rêve a vite tourné au cauchemar : la cité semble imploser, ravagée par le désordre, par la folie et l'agressivité incompréhensible des êtres qui vous tombent vite dessus. On est largué là-dedans brusquement et l'immersion est pourtant totale : on veut en apprendre plus, avancer, découvrir de nouveaux endroits. Des petites notes traînent à droite et à gauche, vous dévoilant progressivement des bribes d'information sur l'intrigue, vous permettant de comprendre un peu mieux comment Rapture est née et pourquoi elle a dégénéré...

Immersion totale

C'est avant tout ce sentiment qui m'a procuré le plus de plaisir de jeu, mais cette génialissime ambiance est loin d'être la seule arme de BioShock. Côté gameplay, nous avons donc affaire à un FPS a priori classique, qui commence par vous mettre des armes basiques entre les mains pour vous frayer un chemin dans les dédales malfamés de Rapture. On découvre ensuite la possibilité de déjouer les différents systèmes de sécurité, en les piratant via une espèce de mini-jeu de logique timé. De quoi retourner par exemple des mitrailleuses volantes contre vos adversaires, obtenir des réductions dans les différents distributeurs automatiques, etc.

Les relents de Deus EX ne s'arrêtent pas là, puisque vous aurez également la possibilité d'aborder la progression de différentes manières, en usant de votre environnement, de vos nouvelles capacités génétiques et de votre faculté à les combiner dans un gameplay réellement "ouvert". Vous aurez en effet vite l'occasion de vous injecter un produit dans les veines qui vous conférera des pouvoirs "magiques" comme la télékinésie ou la projection de feu, d'électricité, etc. Vos "Plasmides", c'est ainsi qu'on les appelle, seront souvent la clef de votre progression, surtout lorsque vous rencontrerez un "Big Daddy", sorte d'énorme scaphandrier ultra coriace chargé de protéger d'intrigantes (et carrément flippantes si vous voulez mon avis) petites filles (Little Sister), qui traînent dans tous les secteurs pour récupérer une substance sur tous les cadavres, et se les injecter à l'aide d'une piquouze ! Ces dernières représentent d'ailleurs une autre source d'ouverture dans la façon d'aborder le jeu, puisqu'il faudra à chaque fois faire le choix de les sacrifier ou de les laisser s'enfuir, ce qui aura une incidence (encore mystérieuse) sur le déroulement des événements...

Il nous tarde en tout cas d'en découvrir plus sur ce point... et sur tous les autres. La session de jeu a pris fin juste après un premier choix cornélien de ce genre, mais aussi après le combat contre un premier "boss", au moment où notre héros s'apprêtait à emprunter à nouveau un ascenseur vers une autre zone de Rapture... BioShock semble nous réserver encore tout plein de surprises. Excitation et impatience au maximum, chers amis !

NB : Vous trouverez de nombreuses vidéos de BioShock en passant par la fiche jeu.

Galerie photo BioShock - 8 images (cliquez pour zoomer)

La réalisation de BioShock est à la hauteur de son excellente ambiance. Quand on a pété un câble on n'a plus peur du ridicule. Ces gamines accompagnées d'un "Big Daddy" me filent des frissons de terreur, sans dec'. Rapture est bourré de ce genre de personnage qui adore vous sauter dessus.

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 949,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 329,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 699,00 €
8 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (8)