Dark Messiah of Might & Magic sur PC, le test de SamPlay

Publiez votre test
Signaler
SamPlay
8
SamPlay PC

Une fantasy physique!

Basé à Lyon et auteur d'un certain Arx Fatalis (2002), Arkane Studio s'attaque cette fois-ci à la licence Might and Magic. Très proche dans le fond de son prédécesseur, Dark Messiah lorgne vers le FPS tout en gardant un côté aventure et une pointe de RPG. Le pot est donc pourri mais quand est-il du jeu?

 

Il faut que ça Sareth!

 Sareth. C'est ainsi que le personnage se nomme; et on peut dire qu'il n'a pas froid aux yeux! A peine vient t-il d'achever sa formation auprès de son maitre, Phenrig, que déjà celui-ci se voit en train de mettre la misère aux monstres du coin. Et il va être servi, croyez-moi! Après un prologue sous forme de tutorial, nous voici arrivé à Heaumeroc; une ville fortifiée et libre qui va rapidement perdre ces deux caractéristiques. Cyclopes, gobelins et autres joyeusetés de ce genre vont en deux en trois mouvements assiéger la ville. Évidemment cette attaque n'était qu'un prélude et il ne tiendra qu'a vous de sauver le monde d'un mal encore bien plus grand. Bon, je vous l'accorde, niveau scénario, on a fait plus original, mais honnêtement, on est habitué maintenant... En fait, si il y a bien une chose d'originale dans ce torrent de banalité machiavéliques, c'est une jolie donzelle portant le "doux" nom de Xana (pas la guerrière!). Particulièrement collante, puisque dans votre tête, elle rythmera votre aventure à coup de remarques, moquerie, excès de jalousie et autres réflexions tendancieuses ou désobligeantes. Les femmes... toutes les mêmes!

 

Parcours des combattants

Mais parlons de choses plus viriles. De castagnes, d'armes contondantes, de sang... et du gameplay un peu aussi. Premièrement, vous débutez votre périple avec un unique héros. Mais par la suite vous le façonnerez selon vos affinités et votre façon de jouer. Grâce à une dizaine de compétences, vous pourrez vous créer un mage armé d'une épée, un archer maitre de l'infiltration ou un guerrier philatéliste (ah non, autant pour moi). C'est un des aspects RPG du titre sans compter la récupération d'objets et d'équipements. Le "souci" est que compte tenu du faible nombre d'objets différents et de compétences, cet aspect apporte tout au plus un bon potentiel de rejouabilité. Car le cœur du titre se situe en fait dans les combats et l'exploration. Alors ici pas question de déambuler librement façon Oblivion; la progression offre certes assez de liberté mais l'ensemble est tout de même assez dirigiste. Cette construction peut sembler étrange au début mais il faut garder en tête que Dark Messiah est avant tout un jeu d'aventure. Enfin, cette dénomination est quelque peu réductrice. Car le titre puise toute sa richesse dans le mariage des genres. Un peu de plate-forme par ci, une pointe d'action par là, les combos à l'épée côtoient barre de mana et sort de soin. On enchaine missions principales et secondaires; celles-ci nous rapportant des points à placer dans les compétences dont je parlais plus haut (sorts, maitrise d'une arme, discrétion...). Ces missions - prétextes à faire avancer le scénario - nous entrainent dans des lieux tous plus grandioses les uns que les autres. Des habitations à flanc de montagnes, des souterrains infestés d'araignées, une île peuplée d'orcs, la diversité des lieux traversés permet de faire oublier le déroulement assez convenu de l'ensemble. On avance avec plaisir mais les scènes marquantes se font rares. Mise à part les boss (cyclopes, dragon, vers et araignées géants), on passe son temps à bastonner du gobelin et à essayer de trouver son chemin dans des environnements fermé mais bien assez ouvert pour que l'on s'y perdent. Et pas la moindre carte ou liste d'objectifs à l'horizon. Parfois galère...

 

Des corps réactifs

 Tournant sur le moteur Source de Valve (Half-Life 2), Dark Messiah jouit d'un moteur physique très convainquant et qui n'est pas uniquement là pour faire joli. A l'instar du cultissime HL2 (hop, ça c'est fait...), la physique a un réel impact sur la façon d'aborder les situations et constitue le gros point fort du titre. Des ennemis en passant par le décor, vous êtes maître de la situation. Pour avancer, il ne faudra pas hésiter à couper des cordes et démolir des structures dans le but d'écraser la concurrence. On s'amuse, sourire sadique en coin, à distribuer des coups de tatanes pour admirer les réactions que cela entrainent. D'ailleurs, je dois avouer que le niveau à flanc de montagne, parsemé de gouffres, a provoqué chez moi l'indomptable besoin d'écouter encore et encore le cri d'un orc faisant l'expérience de la gravité. J'aime également observer un ennemi malencontreusement tombé dans le feu ou s'étant empalé contre des pics. Dans un registre plus "poétique", le moteur physique rend l'univers vivants et dynamise la mise en scène. C'est sans doute moins marrant mais c'est important.

 

Cela coule deSource...

Si vous avez déjà joué àHalf-Life 2 (si non, il est encore temps de remédier à cela...), vous savez certainement que le moteurSource excelle en ce qui concerne la modélisation de l'eau, les effets et la physique. C'est donc en toute logique que l'eau est sublime et les effets magnifiques. «Jusque là tout le monde suit? Oui capitaine! J'ai pas entendu! Oui capitaine!». Après cette pause "bobiesque" reprenons. Oui, le jeu est beau et on en prend plein les mirettes mais tout n'est pas comme la panthère. Ralentissements (lors des combats chargés),  bugs et surtout temps de chargements assez envahissants modèrent le tout. Et puis, il ne faut oublier que le moteur graphique date de fin 2004. Il n'empêche que le tout a plutôt bien vieilli et demeure agréable à regarder. Enfin, une dernière remarque sur les voix et les musiques parfaitement dans le ton.

 

Vous l'aurez comprit, Dark Messiah a tout d'un bon jeu.Background au charme indéniable (comme les présences féminines), gameplay varié, physique jouissive et graphismes haut en couleurs, les points forts ne manquent pas. On regrettera seulement des combats parfois un peu brouillons et certains passages à vide, vers la fin notamment.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de Dark Messiah of Might & Magic

tous les tests