Resident Evil 5 sur Xbox 360, le test de Dalagad

Publiez votre test
Signaler
Dalagad
6
Dalagad X360

RESIDENT EVIL V

Éditeur : Capcom      

Développeur : Capcom

Sortie Française : 13 Mars 2008

PEGI : 18+

 

            L’annonce d’un nouveau Resident Evil est toujours grand moment dans l’histoire du jeu vidéo, cette série ayant marqué l’époque par la démocratisation du survival-horror, toute une horde de fans supportent cette série depuis ses débuts en 1996. Et ce n’était pas sans une certaine crainte que l’arrivée d’un changement d’orientation dans la série avait été annoncée pour la sortie de Resident Evil 4 en 2005 en passant du survival-horror à un jeu d’action avec un zeste d’horreur. Pari risqué mais pari réussi quand on analyse l’accueil reçu par la critique et les joueurs. Et nous voilà avec ce nouvel opus Resident Evil 5, se déroulant en Afrique, utilisant le même concept que son prédécesseur, mais le fait-il à bon escient? C’est la question de ce test.

 

            Il faut savoir que cet épisode n’est dans le fond qu’un gigantesque copier-coller de Resident Evil 4, mais peut-on le blâmer d’utiliser une recette qui a déjà fait ses preuves. D’autres jeux utilisent cette même règle, à tout hasard Gears of War 1&2. D’ailleurs le rapprochement entre Resident Evil 5 et la saga d’Epic Games ne surprendra personnne, ni le fait même que Monsieur Jun Takeuchi, concepteur de ce nouvel opus, parle de ‘’Gears-Like’’. Bref tout le monde copie tout le monde et c’est la fête au village !

 

Nous ne nous attarderons pas beaucoup sur le scénario, laissant le soin de juger cet aspect aux véritables connaisseurs de la série. Mais ayant un œil néophyte sur Resident Evil, cette histoire est bien classique,  même un peu nanar, les traits des personnages sont parfois forcés entre le très gentil et le très méchant.

 

Malgré tout le jeu donne son lot de révélations qui ne manqueront pas de remettre en cause certains fondements de la série et au final c’est tout ce qu’on lui demande, n’allons pas chercher un Metal Gear ou un Silent Hill là où il n’y en a pas. Cependant le jeu est une indéniable claque graphique, c’est beau et même très beau.

 

Et nous ne pourrons faire aucun reproche sur ce critère. Le scénario étant ce qu’il est, attaquons-nous un peu à la jouabilité et l’immersion dans cet univers.

 

Alors mettons les choses au clair tout de suite ce jeu ne sera pas jugé en tant que Survival-Horror mais comme un jeu d’action. En effet l’aspect horreur étant complètement passé à la trappe depuis Resident Evil 4 pour se concentrer essentiellement sur l’action. Il en résulte un jeu sans temps mort avec des armes en pagaille (allant du simple pistolet au lance-roquettes), des décors variés et agréables. Hélas si le jeu se veut action, la jouabilité derrière a terriblement de mal à suivre.

En effet, Messieurs les développeurs quand vous souhaitez faire un jeu d’action au moins aussi nerveux qu’un Gears of War donnez lui la jouabilité qui va avec. Car la jouabilité faisant que le personnage est impossible à déplacer pendant la visée a fait son temps. Et ce n’est pas l’excuse de créer de la tension durant les affrontements qui va faire accepter cet oubli, je cite Gears of War et même Dead Space (qui lui est un vrai survival-horror) utilisent la mobilité durant la visée et le plaisir de jouer n’en est que plus appréciable sans enlever la moindre tension pendant les affrontements.

 

Surtout que ce cinquième opus offre la possibilité de vous mettre à couvert derrière des caisses, mais à cause d’une jouabilité d’un autre âge cette capacité est peu évidente à mettre en pratique, surtout quand vous avez joué à Gears of War (encore lui !!).

 

Et c’est encore plus gênant contre certains boss du jeu où cela devient un vrai calvaire, d’autant que le personnage a un énorme balai dans le cul et  est aussi rapide qu’un troll qui sort du fast-food, un vrai calvaire vous dis-je.

 

Cependant le jeu a quand même un point très positif,  son mode coopération, et là messieurs dames les joueurs c’est du bon et même du très bon. Le jeu a été pensé pour de la coopération et c’est dans cette catégorie que le jeu brille de mille feux !

 

Que vous incarniez Sheva Alomar ou Chris Redfield la jouabilité étant dans l’état actuel des choses assez lourdes, vous retrouvez avec un allié à l’intelligence cohérente et efficace (non pas que l’intelligence artificielle soit mauvaise) rend le jeu beaucoup plus agréable à jouer tout en restant très immersif et intéressant avec une excellente rejouabilité pour partir à la recherche des trésors et des secrets.

 

Par conséquent la durée de vie du jeu est tout à fait honorable, comptez un peu plus d’une dizaine d’heures pour faire le tour du solo une première fois, ajoutez les bonus, les secrets et la coopération et vous avez devant vous un produit honnête et agréable. Et pour répondre à la question posée au début de cette critique, et bien le fait que la jouabilité n'ait pas changé depuis le quatrième épisode risque bien de faire grincer quelques dents à juste titre. Cependant le soft reste un excellent jeu en grande partie par  sa rejouabilité et sa coopération mais attention l'accueil ne sera sans doute pas aussi clément avec un prochain épisode qui reprendrait exactement les mêmes mécanismes, Capcom vous êtes prévenus!

 

Pour conclure notre critique voici le tableau des scores :

 

GRAPHISME : 4/5

JOUABILITE : 2/5

MUSIQUE/AMBIANCE : 3/5

DUREE DE VIE : 3/5

SCENARIO : 3/5

 

NOTE GENERALE : 3/5

 

 

Sir Dalagad.

 


Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de Resident Evil 5

tous les tests