Call of Duty 4 : Modern Warfare sur PC, le test de Redwark

Publiez votre test
Signaler
Redwark
8
Redwark PC

Préparez le M4... et le pop-corn !

 

Pas besoin de présenter ce jeu qui a eu un succès fou (13 millions de ventes au total sur la planète selon Activision, quand même). Je vais donc passer directement à mon avis.

Plein la vue....

Premièrement, il faut reconnaître qu'Infinity Ward a réussi à mettre en place avec Modern Warfare les prémices de ce qu'on devinait dans Call of Duty 2 : une nouvelle approche du jeu. C'est clairement un des premiers jeu qui rapproche autant le cinéma et le jeu vidéo, et il le fait d'une façon inédite. Il y a en effet un équilibre extrêmement bien dosé entre les aspects spectacle et jeu. Quand Metal Gear Solid proposait un tel rapprochement en se basant sur une alternance phases de jeu classiques-cinématique assez séparés, ici on retrouve tous les poncifs du cinéma d'action : l'intro coup de poing, les musiques épiques (Merci M. Gregon-Williams, qui a aussi bossé sur les Metal Gears, tiens), les amis martyrs, les flashbacks, les ralentis stylisés, américanisme bas-du-front, et tout ça est soutenu par des graphismes magnifiques... Bref c'est un grand trip.

Mais garde tes oeillères !

Malheureusement, un tel parti pris trouve des limites assez rapidement. Pour coller à un esprit cinématographique, il faut en effet un rythme sans temps mort. À chaque début de mission, on se retrouve ainsi catapulté au beau milieu de l'action, sans avoir eu le temps de dire ouf, à se faire hurler dessus et canarder de partout (attention au claquage ).  Et pour soutenir ce rythme, on n'a jamais le temps de se poser, d'essayer de chercher un chemin détourné (il n'y en a pas de toutes façons, et on sera toujours bloqué par une planche de bois en béton armé ou un tas de terre de 50cm de haut)... Il faut toujours foncer et tout dégommer sur son passage qui nous apparaît toujours plus ou moins naturellement (chapeau pour le level design d'ailleurs...). Mais le manque de contrôle sur notre destinée qui en ressort peu être frustrant, d'autant que la voie unique consiste parfois à courir des risques vraiment important...

Si par malheur on choisit d'essayer de faire un peu le ménage de loin et à couvert avant de partir pour une nouvelle course suicidaire au ;ilieu des balles, on s''aperçoit que les ennemis apparaissent, apparaissent et apparaissent encore. Du coup il vaut mieux assez souvent courir à découvert, prendre 2-3 balles dans le buffet au passage, puis finalement arriver au checkpoint de la zone, voir tout les ennemis se retirer tous d'un coup. C'est pas la méthode que je préfère, et ça casse parfois vraiment l'immersion.

Coupez !....

Mais finalement, on se rend compte que ces défauts, même s'ils pourraient être atténués avec un meilleur scripting restent inhérents au parti pris d'Infinity Ward de "porter" le joueur de bout en bout. À l'heure où les jeux qui se rapprochent du cinéma se succèdent (Heavy Rain, Uncharted 2,...), je pense que la copie du studio d'Activision est tout à fait convaincanteLa formule ne demande qu'un peu plus de dosage pour tout à fait donner l'illusion que c'est nous, les héros du film.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Call of Duty 4 : Modern Warfare

tous les tests