The Novelist sur PC, le test de Haorou

Publiez votre test
Signaler
Haorou
8
Haorou PC

Un fantôme qui vous veut du bien ?

I Faire vivre le quotidien I
     Oh, nos amis indépendants de chez Orthogonal Games nous ont sorti une nouvelle curiosité. Son nom ? The Novelist. Il s'agit là d'une petite surprise de derrière les fagots "et ça, pour seulement 14,99$, c'est extraordinaire" dixit le Pierre Bellemarre local.
C'est vrai qu'on peut se demander pourquoi est ce qu'on devrait dépenser quelques dinéros dans un titre aussi peu connu que celui ci. Pour vous répondre, il faut s’intéresser à sa particularité principale qu'on résume de cette manière sur le site officielle, c'est "un jeu sur la vie, la famille, et les choix que l'on fait".

- Les Kaplan « en vacances » -
     Il s'agit là de l'histoire d'une petite famille américaine comme les autres, celle des Kaplan, qui décide d’emménager dans une de ces maisons enfoncées dans la campagne, aux allures de havre, proche de la mer et de la foret. Ce lieu, combinant les différents attraits de la nature, est spécifiquement adapté pour qu'un écrivain comme Dan puisse se ressourcer. En bon "père de famille", il peut espérer le soutien de sa femme, Linda, une artiste peintre prête aux sacrifices, et de son fils, le petit Tommy, qui a encore des difficultés pour s'épanouir. Ce qu'il ne sait pas c'est qu'il peut aussi compter sur nous, nous, le fantôme de la maison qui allons guider cette troupe pour le meilleur, on l'espère en tout cas.

- Casper, le petit fantôme -
     Et oui, vous êtes un ectoplasme, et comme tout les revenants vaporeux, vous êtes invisible. Enfin, partiellement invisible, tout dépend du niveau de difficulté. Pour ma part, je ne trouvais pas très intéressant de me dissimuler partout, c'était assez frustrant de voir sa liberté réduite alors que l'on fait son possible pour être utile à « notre » communauté. Car oui, en effet, le principal intérêt du titre réside dans votre faculté à vous déplacer incognito, à lire les papiers qui traînent ou encore à entrer dans la mémoire des différents protagonistes. Mais alors, c'est très bien tout ça, mais à quoi bon ? C'est simple, c'est vous qui décidez de ce qui advient.

- So many dilemmas : to be, or not to be -
     Voilà en quoi le jeu est passionnant, simplement de part le plaisirs d'influencer ces entités vivantes, de voir les différentes possibilités, en sachant qu'aucun choix n'est parfait, que tout est question de dosages, c'est à vous de donner une réponse aux difficultés imposées par le quotidien. Pour ce faire, il faut comprendre la science des compromis, faire de son mieux pour répondre à des dilemmes, en sachant bien que tout la famille ne sera jamais satisfaite.

- Yeah, they speak english very well -
     Amis anglophobes, attention, ce jeu n'est pas pour vous. Malgré que ça soit un FPS, il n'y a pas de gun à disposition, encore moins de gros muscles, la principale activité que vous avez c'est de lire toutes les petites notes disséminées dans la maison, ou alors simplement écouter les conversations, toutes doublées dans la langue de Shakespeare – par ailleurs, plaisant doublage. Il est possible de rouspéter contre le manque de quelques sous titres, ou alors contre les scènes récapitulatives de fin de journée qui passent parfois un peu vite, sans vous laissez le temps de traduire tranquillement. Pour quelqu'un qui a un niveau d'anglais moyen, il ne devrait pas y avoir de grosses difficultés de compréhension. Il semble que c'est un bon moyen pour améliorer un tant soit peu son anglais, zat's wat I fink.

- Une ½uvre apaisante jouable sur grille pain ! -
     Par surprise, ce jolie petit jeu tout en 3D fonctionne mieux que Rogue Legacy sur ma machine, un notebook Asus à 300¤. Et c'est vraiment jolie, la pâte graphique est assez particulière, semblable à « une sorte de cel-shading » (voyez un peu comment j'y vais avec des pincettes ;D) qui colle parfaitement à l'ambiance. D'ailleurs, intéressons nous à l'ambiance sonore, c'est aussi assez génial, il y a constamment une musique minimaliste extrêmement reposante qui vous berces alors que vous fouillez les alentours, pas de stress, de toute manière, vous êtes déjà mort.

I L'indépendance a du bon I
     Créateurs, et a fortiori, créatrices de jeux indépendants, vous avez une fois encore été innovant ! Par votre créativité, vous nous fournissez des jeux uniques. Ici, le terme gameplay semble prendre de nouvelles couleurs, tant le plaisirs ressenti n'est pas dans l'exécution de combinaison de touches stylées mais dans l’interaction avec le scénario. Il s'agit alors de s’intéresser à une famille, à son quotidien, tantôt simples, d'autres fois plus complexes, l'objectif étant d’assurer sa pérennité. Ce titre est donc un plus qu'un jeu, une expérience à vivre.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de The Novelist

tous les tests