Alien Rage sur PlayStation 3, le test de Pedrof

Publiez votre test
Signaler
Pedrof
Pedrof PS3

Bourrin

Voilà un FPS sorti sur PS3 dans le plus grand anonymat, du moins pour moi. Curieux que je suis je l'ai acheté quand il était en promotion sur le PS Store. Je crois qu'il s'agit à l'origine d'un jeu PC et qu'on a donc affaire ici à un portage. Le développeur n'est autre que CI Games, auteur du navet Enemy Front qui se servait du moteur Cry Engine 3 pour produire sur PS3 une ode à l'aliasing et au frame rate souffreteux (et avec R2 pour tirer...). Alien Rage tourne quant à lui à peu près correctement avec l'Unreal Engine, mais pas mal de textures sont floues ou simplistes et l'aliasing est présent raisonnablement.

L'esthétique visuelle du titre, c'est simple : imaginez le résultat le plus générique et vu et revu qu'on puisse obtenir avec le moteur Unreal ; oui, une architecture de station spatiale alien façon dock froid et bleu-gris, oui des points lumineux qui brillent outre mesure, et oui encore des ennemis moches qui semblent tout droit sortis d'Unreal Tournament. Aucune prise de risque de la part des développeurs et peu d'imagination mise dans le département graphique.

Mais alors où se trouve l'imagination dans ce titre ? Ce FPS est une suite d'une quinzaine de niveaux linéaires qu'on traverse en tuant tout ce qui bouge avec un iron sight et des pétoires reconnaissables (les équivalents futuristes des M4, SMG et fusil à pompe, plus tous leurs équivalents alien). Première chose, on gagne des points à chaque meurtre, et plus si on vérifie certaines conditions comme : tir dans la tête, ennemis enchaînés, explosion, plusieurs ennemis en un coup, tués avec le tir secondaire... Ces points s'accumulent tout le long du jeu et permettent de débloquer des atouts qu'on peut ensuite associer à tout moment à notre personnage. Pour les premiers atouts c'est du style : les armes à énergie font un peu plus de dégâts. Bof. Les derniers atouts c'est : 50% de vie en plus (miam – on est dans de l'auto-régénération je précise) et super pistolet (une version super létale de l'arme de poing pour laquelle on a les munitions infinies).

Ces atouts ne sont pas superflus car la difficulté du titre est énorme. Il y a trois modes, le premier est l'équivalent d'un mode normal dans un autre jeu. En mode brutal (le troisième) rien que le premier face à face avec un ennemi est difficile à passer ! On meurt très vite dans Alien Rage, ce qui contredit un peu la proposition du jeu de scoring qui nous encouragerait à jouer de façon furieuse et audacieuse. Même dans le premier mode de difficulté, on sera vite fauché dans nos élans tant les ennemis sont précis et nous vulnérables. Cela s'arrange bien sûr à la fin du jeu avec les atouts augmentant la résistance et la santé, mais je pense que le jeu est fait pour être d'abord fini en mode 1 et débloquer tous les atouts, puis seulement après s'attaquer au mode brutal.

Il y a des tirs secondaires explosifs sur les armes, le héros qui crie "fuck you" et tient bien 5 secondes sur sa voix grasse de bourin quand on s'acharne sur les ennemis avec le minigun (la meilleure idée du jeu) et une détection des impacts sur les ennemis étrange (les tirs tête sont parfois reconnus alors qu'on tire en dessosu de la tête ou au-dessus). Pas de gore vraiment, juste des éclats de sang orange. Quelques boss méchas, des audio logs à ramasser où une obscure scientifique qui n'a rien à voir avec le schmilblick raconte sa vie son oeuvre.

Le point de vue du personnage est très bas par rapport aux décors, défaut récurrent des FPS, ce qui fait qu'on a l'impression de contrôler un nain. Il n'en est rien, c'est bien sûr un chauve façonné comme une boîte de conserve qu'on pourra observer lors de quelques courtes cinématiques mettant son corps en scène.

Les textes des écrans de chargement en Français ne veulent rien dire et sortent tout droit de Google Trad. Les vibrations de la manette ne se lancent pas lors d'actions conextuelles qui pourtant les appelleraient logiquement, quand le personnage écarte à la force des bras deux portes métalliques. Je ne sais pas trop ce que j'ai gagné en terminant Alien Rage... J'aimerais dire que c'est tout pourri mais j'ai pu le terminer sans un trop grand déplaisir. Je ne ferais pas des jeux comme ça toute ma vie, mais force est de reconnaître que cette tuerie bécasse d'aliens à la chaîne, sanctionnée régulièrement par des panneaux récompensant le style de jeu (tirs tête etc) et des répliques de gros bourrin du protagoniste (quand on interagit avec un ordi il tapote les touches au hasard ou pète le bureau d'un coup de poing), relevée par une difficulté impitoyable (j'ai commencé en mode 2 pour passer en mode 1 à la moitié du jeu), s'est laissée faire à petites doses mais s'est laissée faire.

En conclusion, j'ai trouvé Alien Rage à peu près amusant en le consommant avec (grande) modération. Le jeu a une base fonctionnelle et efficace de FPS, mais le petit plus vient surtout du personnage qui même s'il s'exprime rarement le fait toujours comme un gros con. Ca apporte du second degré et de l'humour, et de la distance par rapport à toutes ces tueries distrayantes et mécaniques.

Je doute que je fasse un jour le mode brutal.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Alien Rage

tous les tests