Beyond : Two Souls sur PlayStation 3, le test de Abilou

Publiez votre test
Signaler
Abilou
1
Abilou PS3

Je viens de terminer Beyond et mon avis est : déçu, déçu, déçu !

J'ai connu David Cage et son studio de dev' Quantic Dream au tout début des années 2000 en jouant à leur tout premier jeu "The Nomad Soul" édité par Eidos Interactive... J'avais beaucoup aimé ce jeu, à l'époque, c'était d'ailleurs mon tout premier jeu vidéo.

Puis est sorti "Fahrenheit", toujours sur PC, édité par Atari... Déjà, je ne reconnaissais plus trop le style et l'ambiance immersifs que je connaissais à leur premier. Je trouvais que "Fahrenheit" commençait à reprendre certains clichés hollywoodiens et je trouvais cela dommage, mais ce jeu avait tout de même quelques qualités qui ne le rendaient pas complètement indigeste. Puis, coup de théâtre, David Cage a été "ensorcelé" par Sony et a déclaré ne faire plus que des exclu PlayStation. Finis les jeux PC !

Cela m'a beaucoup déçu. J'ai tout de même fait l'effort d'acquérir une PS3 pour pouvoir découvrir leur 3è jeu, "Heavy Rain", que j'ai trouvé très mélo et reprenant tous les clichés cinématographiques, ce qui a confirmé mon détachement définitif pour Cage & Dream (pour faire court).

"Heavy Rain" m'a tant déçu que j'ai revendu ma PS3 avec le jeu.

Je continuais toutefois à suivre à distance ce qu'ils faisaient et j'ai ainsi appri la sortie de leur 4è jeu : "Beyond : Two Souls"...

Dès les premières images, ça n'allait pas. J'avais un mal de chien avec l'air continuel de chien battu qui caractérise Helen Page... Le synopsis ne me paraissait pas follement original non plus.

Récemment David Cage a sorti son 5è jeu : "Detroit : Become Human".

Cette année, passant par une phase particulièrement dure de ma vie, je me suis dit que j'allais redonné sa chance à Cage & Dream. J'ai donc acheté une PS4, le combo "Heavy Rain"/"Beyond : Two Souls" et le jeu "Detroit : Become Human".

J'ai commencé à jouer à "Beyond" et je me suis rendu compte que je m'ennuyais horriblement en jouant à ce jeu... Je l'ai donc laissé de côté pour commencer à découvrir "Detroit"... Et là, avec "Detroit", j'ai eu un véritable coup de coeur ! J'ai trouvé qu'enfin Cage & Dream commençaient à faire quelque chose de vraiment rafraîchissant, immersif et intéressant !

J'ai terminé "Detroit", puis je me suis mis à lancer une nouvelle partie de "Beyond".

J'ai joué à "Beyond" jusqu'au bout pour pouvoir me faire un avis complet sur le jeu.

Cet avis, le voici :

"Beyond : Two Souls" est un jeu utilisant tous les clichés cinématographiques imaginables, sortant tout un orchestre de violons pour espérer émouvoir avec un scénario trop prévisible et de grosses ficelles et un personnage principal ni crédible ni attachant (et même souvent très irritant).

"Beyond" est handicapé par tout un tas de problèmes, tant dans la forme que dans le fond... D'ailleurs quand on a finit d'y jouer, on se demande s'il y en avait vraiment un...

L'idée de mettre le recit dans le plus total désordre peut être une bonne idée, mais elle est risquée car pour faire cela, il faut être particulièrement doué sinon, c'est juste fouilli et cela devient un défaut... Dans "Beyond", c'était juste fouilli. Cela a surtout révélé que ni  David Cage ni Quantic Dream n'ont l'adresse indispensable pour réussir un tel jeu d'acrobate.

Chacune des scènes du jeu est d'un incommensurable ennui, un mauvais timing, de mauvais dialogues et un recours systématique à Aiden, l'âme du jumeau mort né de Jodie qui lui colle aux baskets comme un chewing gum laissé sur un trottoir.

Le vrai héros de ce jeu, c'est lui et non Jodie dont les seuls rôles qu'elle joue est d'être malheureuse et de faire appel à lui.

Le jeu est lent, sans grands enjeux sauf à la fin (et même là c'est du déjà vu 100 000 fois, donc absoument pas surprenant).

Beaucoup de scènes semblent n'être que du remplissage car elles n'apportent strictement rien à l'histoire. 

Au niveau du scénario, tout est redite. Redite par rapport à ce qui a été fait ailleurs, mais aussi redite dans le jeu. On nous a ressorti le coup du condenseur 2 fois, Jodie devant combattre les mêmes démons dans les deux séquences, Jodie à la CIA (2 fois aussi), Jodie l'enfant malheureuse (3 ou 4 fois), bref, c'est long, c'est lourd, c'est répétitif et les séquences émotions ne sont absolument ni habiles ni subtiles. On les voit arriver à des kilomètres.

Le scénario à d'énormes incohérences (comme l'a très bien souligné Kyalie dans sa critique). Moi, j'en ai vu une de plus : Jodie est laissée pour morte en sauvant ses amis SDF d'un incendie. On la voit entourée des secours qui tentent de la ramener à la vie, puis (bien plus tard !!) se réveiller à l'hôpital d'un coma. On ne sait pas ce que sont devenus ses copains SDF, on n'en entend d'ailleurs plus parler jusqu'à la fin du jeu (où l'on n'en entend pas parler non plus !). Jodie s'en fout, elle ne va même pas tenter de les retrouver.

Les QTE sont particulièrement malhabiles : on peut les réussir et le jeu peut les croire ratées, et on peut les rater et le jeu peut les croire réussies.

De plus, on se rend vite compte que l'on n'est pas du tout au commandes de l'histoire. Onj nous propose des choix, mais il n'y a, en réalité, pas plusieurs alternatives. Par exemple, moi, je ne voulais pas que Jodie tombe amoureuse de Ryan. J'ai fait mes choix en fonction et le jeu fait qu'en fait elle réalise qu'elle en a toujours été amoureuse...

Pire encore, on n'a souvent pas du tout de choix : on nous impose une scène d'accouchement (que les devs ont certainement cru très belle et très émouvante, mais que je voulais, pour ma part, éviter... Impossible !), même si je n'en avais pas l'intention, j'ai vite vu qu'on ne nous laissait pas le choix de laisser le gamin saigner, il faut le soigner. Et après il devient un soldat servant notre cause. Impossible de lui expliquer qu'il est un enfant et qu'il doit avoir une enfance, que la guerre c'est les adultes qui la mène, ce n'est pas une place pour des enfants... Le jeu ne prévoit pas la possibilité de lui dire tout ça et de sauver son enfance (autant que faire se peut), il a l'air de trouver cela normal de donner à un gosse une kalashnikov et de l'utiliser pour tuer...

Bref, les interactions dans ce jeu sont peu nombreuses et ne débouchent souvent pas sur une situation réellement différente lorsqu'il y en a.

Alors oui, on a le choix entre faire comme dîner un boeuf à l'Asiatique, un poulet au curry ou des légumes au four, mais franchement, ce n'est pas ça qui va bouleverser le cours du récit...

Par ailleurs, le jeu surfe sur le même bon vieux cliché masochiste en vogue, ressassés en boucle depuis les séries X-Files, Homeland et Lost: les Bad guys de service sont, bien entendu, les services secrets, ici la CIA. Des vrais de vrais de vrais méchants !

Bref, le jeu n'a que bien peu d'intérêt globalement (et croyez-moi, je suis ultra soft quand je dis cela)...

Je suis globalement extrêmement déçu par ce jeu. Je n'en attendais pas grand chose, mais il se révèle être encore pire que ce que j'imaginais au départ...

 J'ai lu un commentaire dithyrambique sur ce jeu, disant que c'était du lourd... En effet, c'est du très lourd... Mais, hélas, pas dans le bon sens du terme...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Beyond : Two Souls

tous les tests